Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 08:15

  

Le Blog de Mamiehiou

 

Le principal devoir de l’homme envers lui-même est de s’instruire,
le principal devoir de l’homme envers les autres est de les instruire.

Paul-Émile Littré

891 articles publiés

 

Avertissements au lecteur

Lire la liste des articles

dans chaque catégorie :

1-Le français dans tous ses états

2-Orthographe et grammaire pour les hésitants

3-Contes, nouvelles, récits et poèmes

> Les Délires (en épisodes commentés)

4-Miscellanées (Thèmes divers)

5-Les QUIZ

6-Une petite histoire de la langue française racontée par mamiehiou

&-Articles liés à l'Histoire

7-Florilège - La pensée des autres

& Les magazines LIRE 

8- Conseils, trucs et astuces

Voir des aperçus ci-dessous

 

 

Tous les articles du blog avec leurs commentaires

 

Articles récapitulés par catégories

 

Ouvrages de référence qui me sont très utiles

 

Mes sentences et mes truismes

 

Mamiehiou sur Twitter


Pour les habitués du blog - Les dernières nouvelles & les articles revus, corrigés, mis à jour

 

Bug sur overblog - La galère !

 

SAINT-GENEST-LERPT Les surnoms de quelques Lerptiens

 

Le blog Espace Ecriture Sainté (#SaintEtienne) a été supprimé, remplacé par Abribus La stéphanoise d'écriture http://abribus-editions.blogspot.fr/ 

 

♥ LES INCONTOURNABLES

 

1→  Le français dans tous ses états

[orthographe, grammaire, vocabulaire, littérature...]

  La liste des questions ci-dessous est un aperçu.

  Pour voir toute la liste cliquez sur "Le français dans tous ses états".

 

Réforme de l'orthographe - L'orth. recommandée aux enseignants - Lexique

 

Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ?

 

Du plaisir de la lecture des dictionnaires

 

Versification. Comment compter les pieds* (syllabes) d'un vers ?

 

Les modes et les temps

 

Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc.?

Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

 

Vous aimez les proverbes et les citations ? Amusez-vous !

 

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

Valeurs et emplois du subjonctif

 

La conjugaison des verbes au subjonctif - comment déjouer ses difficultés

 

À la recherche de l'étymologie d'un mot

 

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal (réfléchi, réciproque, subjectif...) ?

 

La clef des modes - Indicatif, subjonctif ou conditionnel, lequel choisir ?

(liste des conjonctions de subordination, des locutions conjonctives

et d'autres syntagmes qui régissent les divers modes)

 

Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? + exercice d'application

 

La concordance des temps dans les propositions subordonnées

 

Le style (ou le discours) direct et indirect

 

Qu'est-ce qu'une proposition ?

 

Qu'est-ce que l'analyse logique d'une phrase ?

 

Qu'est-ce qu'une locution nominale, pronominale, adjectivale,

verbale, adverbiale, conjonctive, prépositionnelle, ou interjective ?

 

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

Champ lexical - Champ sémantique - Registre de langue (ou style), soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire – Archaïsmes

 

Comment dites-vous "Je t'aime" ? Je te kiffe, je ne te hais point,

tu me bottes, je suis morgane de toi, je t'ai dans la peau,

mon coeur s'est embrasé...

 

Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille

 

Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux

 

Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

Les mauvaises manières de parler le français + QUIZ

Barbarismes et solécismes + QUIZ

 

Paronymie et paronomase + QUIZ

 

De la rhétorique - De l'éloquence - De la langue de bois -

Des périphrases - Appeler un chat un chat

 

Archaïsme ! Fleur fanée, oubliée sur la page d'un vieux livre.

Reviens à la vie, l'espace d'un instant !

 

Ne pas confondre TOUT : adjectif indéfini, pronom indéfini,

adverbe (variable dans certains cas), et substantif

 

Les mots

 

Dictionnaire de la langue verte d'Alfred Delvau + QUIZ

 

 >> DICTÉES faciles et difficiles

 

>>> Récapitulation des articles "Ne pas confondre..."

 

Suite des articles dans > Le français dans tous ses états

 

2 Orthographe et grammaire pour les hésitants

La liste des questions ci-dessous est un aperçu.

Pour voir toute la liste cliquez sur "Orthographe-grammaire pour les hésitants".

 

 Les homophones a as à ah ha + Notes sur le verbe et l'auxiliaire avoir, les prépositions, les interjections, les pronoms personnels

Homophones et paronymes : et es est ai aie aies ait aient eh hé hais hait haie ais ès + Note sur les conjonctions de coordination

Les homophones ont, on - l'on, l'ont, long – Note sur les indéfinis (pronoms et déterminants)

Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif

(CE) QUI ou (CE) QU'IL suivi d'un verbe impersonnel :

Qu'est-ce qui (OU qu'il) lui arrive ? 

 

Synonymes, antonymes, homonymes, homophones, paronymes,

hyperonymes, hyponymes, holonymes & méronymes - QUIZ 81

 

>>> RÉCAPITULATION des exercices à trous que vous trouverez dans le blog, en lien avec les articles qui donnent les explications nécessaires

>>> Suite dans : Orthographe Grammaire pour les hésitants

 

3→ Contes, nouvelles et poèmes

.

LES DÉLIRES DE MAMIEHIOU (conte surréaliste pour les grands)

Titres des épisodes- Textes pouvant servir de dictées commentées

D'autres contes, d'autres nouvelles pour les grands

 

Les poèmes de mamiehiou.

Une fable de Mamiehiou à la manière de La Fontaine :

Le Gouda qui voulait se faire plus fort que le Camembert

etc.

Contes pour les tout petits dans : Autour de l'enfant

 

4 Des articles divers dans Miscellanées

La liste des questions ci-dessous est un aperçu.

Pour voir toute la liste cliquez sur "Des articles divers dans Miscellanées".

 

Femmes enceintes, voici quelques conseils sur les choses que j'ai apprises lors de mes grossesses, accouchements et allaitements et que j'aurais bien aimé connaître avant d'avoir tâtonné !

 

Mots d'enfant – Les perles de Victor

 

Aidez votre enfant à apprendre à parler tout en s'amusant

 

Nostalgie - Les films que j'ai tant aimés – Les ciné-clubs de la télé

 

Qu'est-ce que le seuil de pauvreté ?

Le seuil de pauvreté en France, aux USA, en Chine, en Inde...

 

Petits jeux littéraires à pratiquer entre amis sans modération

 

La folie du consumérisme* -"Prêt à jeter" - l'obsolescence programmée

 

L'assurance retraite

Montant du salaire minimal pour valider un trimestre de retraite

 

>> Sauvez des vies et sauvez la vôtre

 

  5 Tous les Quiz

La liste des thèmes ci-dessous est un aperçu.

Pour voir la liste complète cliquez sur "Tous les Quiz".

grammaire, orthographe, styles, archaïsmes, argot,

paronymes, synonymes,

littérature, incipits, pseudonymes d'écrivains,

citations, proverbes, prénoms à double sens,

inventeurs, couleurs,

cris des animaux, habitations des animaux,

quiz pour enfants, etc.

 

6 Une petite histoire de la langue française

racontée par mamiehiou

Voir les titres des chapitres en cliquant sur "Une petite histoire..."

"La France, c'est d'abord la Langue Française."

Fernand Braudel
 

  7 Florilège - La pensée des autres

Cliquez sur "Florilège..." pour voir la liste des titres des oeuvres

dont vous pourrez lire les extraits.

 

Épictète, Saint Augustin, Arthur Schopenhauer, Blaise Pascal, Stendhal,

Xavier de Maistre, Edgar Allan Poe, Sénèque, Alexandre Dumas,

Poèmes d'amour, Théophile Gautier, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant,

William Duckett, Héloïse, Une Religieuse Portugaise, Nicolas Boileau,

Louis Bourdaloue, Voltaire, Adrien Baillet (biographe de Descartes),

Jean-Jacques Rousseau, Paul Reboux, Émile Zola, Vercors,

Charles de Coster (Till l'Espiègle), Johann Wolfgang von Goethe,

Charles Baudelaire, George Sand, Jonathan Swift, Charles Péguy, Léon Tolstoï...

& Les magazines LIRE

 

8 Conseils, Trucs Et Astuces

Page 1 - Trucs et astuces glanés ici et là (de A à J)

Page 2 - Trucs et astuces glanés ici et là (de L à Z)

Exemple qui peut vous être fort utile (à l'entrée DENTS) :

DENT CASSÉE Si l'on se casse une dent (ou un morceau de dent) et qu'on la récupère, sachez que le dentiste peut vous la remettre en place. Il faut la conserver dans du lait.

 

Je suis moi-même la matière de mon blog, faite des réponses aux questions que je me suis posées un jour ou l'autre, et à celles qu'on m'a posées.

Vivifiante curiosité !

 

Mise en garde

 

Si vous voulez rechercher un mot dans un "dictionnaire" sur la toile sans tomber

sur des "pseudo-dicos" qui donnent à lire beaucoup d'inexactitudes,

visitez le CNRTL, le site du CNRS qui propose, entre autres,

le Dictionnaire de l'Académie (plusieurs éditions)

et le Trésor de la Langue Française (TLF) : 

CNRTL > Lexicographie- Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Voir aussi

le  Dictionnaire Littré - Dictionnaire de la langue française*

La série des Wikimédia — Wikipédia, Wiktionnaire, etc. —

est très intéressante.

Et si vous recherchez un mot familier, populaire ou argotique,

allez visiter le site :

ABC de la langue française  et cliquez sur  Bob

Retrouvez tous ces sites et d'autres encore dans :

>>> Ouvrages de référence qui me sont fort utiles

 

 Conditions d'utilisation du blog : Mamiehiou, qui est propriétaire de ses textes, vous autorise à regarder, copier, télécharger et imprimer les documents qui sont disponibles sur son blog à la condition expresse que ces documents ne soient utilisés qu'à des fins personnelles, ou pédagogiques, dans un but non commercial, qu'ils ne soient pas modifiés et qu'ils portent le nom de leur source : Le blog de Mamiehiou.

[Le Blog de Mamiehiou]

http://mamiehiou.over-blog.com/article-_accueil_-110264108.html

 

"Qui ce qu'il aime plus regarde,

Plus allume son coeur et l'arde."

Le Roman de la Rose, XIIIe siècle.

 

Retour au début de la page

*J'emprunte souvent des définitions du Dictionnaire Littré et je remercie M. Gannaz pour le travail qu'il a accompli afin que le Littré soit sur la toile.

Le texte du dictionnaire est dans le domaine public (70 ans après la mort de tous les contributeurs au dictionnaire). Par contre, l'introduction du balisage XML est une modification substantielle du texte. Elle induit donc un droit d'auteur. Le source XML, comme le HTML de ces pages, est placé sous licence Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions 3.0 non transposé. Chaque produit dérivé du XML du Littré (ou du HTML de ce site) devra donc contenir une référence à ce site ou à moi-même, « François Gannaz, francois.gannaz@littre.org »

Sur http://www.littre.org/faq

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Accueil
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 08:09

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Liure non seulement vtile à ceux qui font

profession de poësie, mais fort propre aussi

pour illustrer toute autre composition Françoise

 

Langue Françoise : quand le u et le v* se confondaient*, ainsi que le i et le j*, quand le s n'avait pas encore été remplacé par l'accent circonflexe, quand on écrivait oi avant d'écrire ai, quand le suffixe eux s'écrivait eus...

 

Entrée : AMOUR page 14

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4480z/f39.item.zoom

 

Veux-tu sçavoir que c'est qu'Amour ?

AMOUR, aueugle, cruel, impitoiable, traistre, enfiellé, ieune, fils de Venus, indiscret, folastre ou fol, bandé, guerrier, mondain, cyprien, peruers, enfant du ciel, emplumé, brutal, charnel, vitieux, captif ou captiuant, pere de volupté, cauteleus, monarque, premier-né des dieux, ineuitable, deceptif, tyran de la vie, meurtrier, trompeur, inhumain, felon, oiseau vainqueur, lasche, lier, moteur de l'uniuers, boute-feu, malheureus, enchanteur, leger, rusé, fils de la mer, archer ou archerot, souciuus, flateur, mechant, peres des muses, indomtable, maupiteus, delicat, gouverneur du monde, foible-fort, emmiellé, pathien, dieuvolat, lascif, abuseur, idalien, porte-carquois, ailé, lubrique, enuieus, ialous, volage, superbe, violent, ioieus, amadoueur, venimeus, doux-amer, intraitable, ardent, deshonneste, insensé, opiniastre, cythérien, pariure, impatient, malin, effeminé, tendrelet, miserable, fauce-foi, rigoureus, inconstant, mensonger, dissolu, enfant de Cytheree, impérieus, rebelle, insulte, dissimulé, furieus, ingrat, puissant, fils de nature, gracieus, implacable, dionien, maistre des dieux, infame, forcier, pipeur, doux ou doucet, enfançon, voluptueus, gouuerneur des villes, inexorable, sourd, diuin, aueugle, fils d'un tigre, malitieus, impudent, conuoiteus, pere du souci, englueus, voletant, ambitieus, fils d'Erycine, incestueus, triumphant, audacieus, venerien, homicide, vagabond, chatouïlleus, inflexible, mauvais.

Bref veux-tu sçavoir que c'est qu'Amour ?

Amour est un gouffre de maux :

Amour affole le plus sage:

Amour n'est sinon qu'une rage :

Amour aueugle les raisons :

Amour renuerse les maisons :

Amour honnit la renommee :

Amour n'est rien qu'une fumee.

Quand Amour signifie Amitié, il est prins en bonne & mauuaise part, & est masc. & fem.

 

 

*Les lettres j et v sont dites ramistes. En 1562, Pierre de la Ramée, dit Ramus réussit à faire passer dans l'usage la distinction du i et du j, du u et du v.

 

Maurice de La Porte est un lexicographe français, né à Paris en 1531 et mort le 23 avril 15711. Il est fils d'imprimeur. Il est l'auteur des Épithètes (1571). Dans cet ouvrage, comme l'avait déjà fait Ravisius Textor, il relève les épithètes utilisées par les poètes, en particulier par Ronsard, « prince de tous les poëtes François ». Il y rappelle également les fables de la mythologie. L'ouvrage est présenté comme utile à ceux qui font profession de la Poësie, mais fort propre aussi pour illustrer toute autre composition Françoise. [...] (Wikipédia)

Poësie, poëte, poëme > Poésie, poète, poème

françois > français

Texte modernisé - Entrées : Eternité (Æternité) & Mort

 

Éternité : immense, perpétuelle, mère des dieux, immuable, entière, sublime, unique, sempiternelle, incorruptible, divine, perdurable, infinie, souveraine, admirable, immortelle, suprême, céleste, ineffable, permanente, incompréhensible.

> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4480z/f25.item.zoom

 

Mort : Incertaine, commune, avare, traîtresse, menaçante, insatiable, prompte, cruelle, dure, envieuse, lente, implacable, dépite ou dépiiteuse, sanglante, dénervée, impitoyable, boiteuse, sourde, bourrelle, muette, égale, froide, méchante, soudaine, exécrable, assommante, fâcheuse, déveinée, triste, horrible, inexorable, étouffante, nuisible, injurieuse, aveugle, pâle, hideuse, maigre, violente, amère, effroyable, inopinée, terrible, outrageuse, ravissante, mange-tout, blême, noire, étrange, félonne, malheureuse, fière, inique, douloureuse, chimère, incons-tante, piteuse, misérable, injuste, âpre, rigoureuse, intraitable, engloutissante, sévère, impor-tune, larmoyante, inévitable, certaine, fatale, suffocante, odieuse, sombre, indomptable, subite, ennemie des hommes, surprenante, meurtrière, improviste, stygienne, vengeresse, abominable, ensanglantée, infernale, douteuse, repentine, heureuse.

 

Voir aussi le texte modernisé :

> http://www.preambule.net/epithetes/a/a.html

 

Article annexe > Les réformes de la langue française

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 16:52

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Sommaire de l'article

Emploi de Ni

Un après-midi ou une après-midi

Stupéfait ou stupéfié

Qu'importent ou Qu'importent suivis d'un pluriel

Paris est beau ou Paris est belle

Des amours malheureux ou Des amours malheureuses

Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

Inatteignable

Une foule de gens (singulier ou pluriel)

Place de la négation

Ça le démange ou ça lui démange.

Je l'aide ou je lui aide.

Je l'empêche (ou lui empêche) de le faire.

 

Emploi de Ni

On peut dire :

NI en corrélation avec NE

Innommable : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

NI en corrélation avec une négation totale NE PAS, NE POINT...

Qu'on ne peut pas nommer ni qualifier.

NI... NI

Qu'on ne peut ni nommer ni qualifier.

Pour en savoir plus > http://www.cnrtl.fr/definition/ni

Ne pas dire :

Qu'on ne peut pas ni nommer ni qualifier

Littré : Quand ni est répété, on ne met pas la particule point ou pas.

Toutefois les meilleurs écrivains se sont affranchis de cette règle ou plutôt de cet usage.

> http://www.littre.org/definition/ni

 

Un après-midi ou une après-midi

> Féminin ou masculin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr

Je viendrai te voir cet après-midi.

Je viendrai te voir cette après-midi.

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet

 

Stupéfait ou stupéfié

Il a été stupéfié de l'apprendre.

Il a été stupéfait de l'apprendre

Cf. Académie > Il a été stupéfait par la nouvelle (à éviter)

Correction : Il a été stupéfié par la nouvelle

 

Qu'importe ou Qu'importent suivis d'un pluriel

Qu'importent vos gémissements, ils ne changeront pas le cours des choses.

OU

Qu'importe vos gémissements...

> Qu'importe(nt) mes démons, si tu as ma tendresse !

 

Paris est beau ou Paris est belle

Cf. Projet Voltaire

> Paris est beau ou Paris est belle ? Le genre des noms de villes


Des amours malheureux ou Des amours malheureuses

Amour peut s'employer au féminin pour exprimer la passion amoureuse, ou bien en poésie.

La grande amour, populaire, familier.

Le vert paradis des amours enfantines (Baudelaire)

Littré :

Je redoutai du roi les cruelles amours (Racine)

Il déshonora son règne par ses amours monstrueuses (Bossuet)

Si d'une égale amour votre cœur est épris (Voltaire)

 

Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

L'exclamation signifie qu'on reconnaît son erreur.

 > Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

Au temps pour moi (Académie)

Autant pour moi a ses adeptes.

 

Inatteignable

Cf. Académie > Inatteignable

inatteignable, inaccessible, hors d'atteinte – on trouve même chez Proust : inatteingible et inattingible.

 

Une foule de gens suivi d'un verbe au singulier ou au pluriel

Une foule de personnages moliéresques défilèrent dans mon rêve.

Une foule de personnages moliéresques défila dans mon rêve.

Une foule peut-être suivi d'un singulier si l'on considère la totalité, d'un pluriel si l'on considère chaque élément particulier qui la compose.

> Les noms collectifs

 

Place de la négation

Bonjour aux amoureux de la langue française ! Si vous voulez ne manquer aucun de mes articles, abonnez-vous à mon blog.

J'aurais pu écrire :

Si vous ne voulez pas manquer un seul de mes articles, abonnez-vous à mon blog.

> On peut choisir la place de la négation dans la phrase dans certains cas

 

Après certains verbes comme croire, devoir, falloir, paraître, penser, sembler, vouloir, suivis d'un infinitif, la négation peut porter sur le verbe ou sur l'infinitif.

Ce ne sont là que phrases illustrant une règle grammaticale ; vous ne devez pas les rapporter à un événement réel quel qu'il soit.

Ce ne sont là que phrases illustrant une règle grammaticale ; vous devez ne pas les rapporter à un événement réel quel qu'il soit.

On ne peut pas déplacer la négation avec d'autres verbes, au risque de changer complètement le sens de la phrase.

 

Démanger quelqu'un ou démanger à quelqu'un

Les moustiques l'ont piquée ; ça la démange.

Ça lui démange.

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

Aider quelqu'un ou aider à quelqu'un

Je l'aide à faire ses devoirs.

Je lui aide à faire ses devoirs. (La construction est vieillie ou régionale)

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

Empêcher quelqu'un de faire quelque chose ou empêcher à quelqu'un de faire quelque chose

Je l'ai empêché de faire une bêtise.

Je lui ai empêché de faire une bêtise. (construction vieillie et littéraire)

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

Articles annexes

> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

> Les synonymes – la synonymie + Quiz

> Synonymes, antonymes, homonymes, homophones, paronymes, hyperonymes, hyponymes, holonymes & méronymes – QUIZ

> Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags) 

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:33

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre où le chaos faisait loi. C'était à qui s'imposait avec sa force particulière et les brutes dominaient sans conteste. La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel. Les faibles étaient vite écrasés, anéantis, parfois occis sans états d'âme. Nul tribunal pour juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui. C'était comme si les malfrats sans vergogne, les voyous de tous acabits, les truands invétérés, les chenapans éhontés, les gredins sans moralité, sans compter les vauriens, les fripouilles, ni les infâmes canailles doublées de crapules débauchées, bref, la lie de la société s'était donné, ici, rendez-vous. Toute une truandaille de misérables sans principes faisait régner la terreur. Et là, parmi eux, des innocents terrorisés n'avaient qu'à se taire et à obéir. C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes ; résignés, ils s'en acquittaient de mauvaise grâce, sans rechigner, sans gémir sur leur injuste condition et cependant sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté.

Elle apparaîtrait soudainement au bout du tunnel que ces pauvres esclaves creusaient sans relâche depuis des décennies, depuis des siècles peut-être. On avait bien tenté de creuser sporadiquement des cheminées pour remonter à la surface afin de voir si l'on était toujours sur la terre d'Utopinambourg ; les amères déceptions s'enchaînaient sans repos.

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir, elle continuait, courbant l'échine, à charrier incessamment des tonnes de gravats au fur et à mesure de son avancée souterraine. Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

Néanmoins on mourait peu si l'on n'était pas récalcitrant ni battu à mort.

Quelques émissaires triés sur le volet° sortaient, à la nuit tombée, pour rendre visite à Marie Cratère qui, avec une générosité qu'on ne lui connaissait guère, leur prodiguait ses mixtures bien faites pour maintenir en vie tout ce petit monde composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux*. Je compris alors que les visiteurs qui s'invitaient chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse sur les moins robustes. N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille qui étaient restés pour moi un mystère ?

Ainsi donc ne pouvais-je rester plus longtemps dans ce lieu où je me disais que je m'étais fourvoyée noirement et je résolus de m'évader sans plus attendre.

...............................................

*[ce petit monde] composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux. Anatole France, Le Lys rouge,1894

 

NOTES

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre

J'eus tôt fait, j'eus vite fait

cet antre, substantif masculin, sens figuré - ici, lieu sordide

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet - Quiz

 

les brutes dominaient sans conteste

sans conteste, incontestablement, indiscutablement.

La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel

la moindre, superlatif relatif de petit

la moindre dissension, la plus petite discorde causée par une diversité d'intérêt, Littré.

un pugilat exponentiel, une bagarre à coups de poings qui prenait de grandes proportions.

 

Les faibles étaient parfois occis sans états d'âme

occire, tuer - vieux verbe défectif

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui

un violateur, celui qui viole les droits, les lois, les traités, etc. Littré

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

 

les malfrats

argot et populaire - les malfaiteurs

 

sans vergogne - éhontés

sans aucune honte de ce qu'ils faisaient

 

Les voyous de tous acabits

de tous les acabits, de tout acabit.

 

les chenapans

de l'allemand schnapp Hahn - de schnappen, attraper, et Hahn, coq.

 

les infâmes canailles doublées de crapules débauchées

Doublées, qui sont aussi et en même temps des crapules débauchées

 

Toute une truandaille de misérables

Truandaille, synonymes truanderie, canaillerie. Gens méprisables. Littré

 

C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes

c'étaient eux

> C'est ou ce sont ? C'était ou c'étaient ? Ce sera ou ce seront ? Etc

les basses besognes un travail matériellement ou moralement ignoble, sordide.

 

sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté

recouvrer, rentrer en possession de ce qu'on a perdu Littré

On recouvre la liberté, la vue, l'ouïe, etc.

 

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir

> la gent, les gens, gentil, gentillesse, Gente Dame, un gentilhomme etc.

Bien que locution conjonctive suivie du subjonctif

[elle] se jurât subjonctif imparfait

 

Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

égrotant, littéraire – souffrant d'une maladie permanente

innommables : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

 

les visiteurs qui venaient le soir chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse

faire ribote, boire et manger avec excès.

Il était en ribote, il était ivre.

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes

 

N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille

les reliefs, généralement au pluriel, mais le singulier se dit aussi - ce qui reste d'un repas, d'un mets.

Dans > 29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange

une gargotaille, mets de mauvaise qualité.

 

Dans ce lieu où je m'étais fourvoyée noirement

où je m'étais égarée

noirement, rare, littéraire > Hapax - de façon inquiétante

 

<< 185 Délires d'un badin qui semble avoir perdu le sens des réalités 

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 02:07

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Pour acquérir du vocabulaire, pour préciser le sens d'un mot, en connaître ses diverses acceptions, pour l'employer correctement dans la phrase, pour vérifier sans relâche mes connaissances et affiner ma pensée, je me plonge avec plaisir et curiosité dans les ouvrages suivants.

 

Dictionnaires

Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Vous y trouverez le Trésor de la Langue Française (TFLi), les Dictionnaires de l'Académie (la 9ème édition incomplète en train de s'écrire n'est pas tombée dans le domaine public) et d'autres dictionnaires anciens.

+ les synonymes, les antonymes, le dictionnaire étymologique...

................................................................

Le Littré, 1863-1877 - d'après Émile Littré

> Dictionnaire Littré - Dictionnaire de la langue française (1889)

................................................................

Dictionnaire de la conversation et de la lecture

1re édition 1832

William Duckett

>> Liste des volumes : Tous les volumes (lien Books-Google)
 

Dictionnaire de la conversation et de la lecture

Inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous

2e édition 1853 

William Duckett fils

>> Liste d'ensemble - 16 volumes (Gallica)

................................................................

Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française.

Bescherelle, Louis-Nicolas (1802-1883)

Préciser tome 1, tome 2....

Dictionnaire universel de la langue française, Tome I (A-F)

Dictionnaire universel de la langue française, Tome II (G-Z), Garnier frères (Paris), 1856, sur Gallica 

................................................................

Dictionnaire du bas-langage

ou des Manières de parler usitées parmi le peuple : ouvrage dans lequel on a réuni Les expressions proverbiales figurées et triviales ; Les sobriquets, termes ironiques et facétieux ; Les Barbarismes ; Solécismes ; et généralement les locutions basses et vicieuses que l'on doit rejeter de la bonne conversation (Gallica)

Charles-Louis d'Hautel (1808-1883)

................................................................

Dictionnaire universel de Furetière XVIIe siècle - 1690

Titre complet : Dictionnaire françois, contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise : Ses Expressions Propres, Figurées & Burlesques, la Prononciation des Mots les plus difficiles, le Genre des Noms, le Régime des Verbes : Avec Les Termes les plus connus des Arts & des Sciences. Le tout tiré de l'Usage et des bons Auteurs de la Langue françoise.

A-E - F-O - P-Z

Edition de 1725, revue et augmentée par Henri Basnage de Beauval & Jean-Baptiste Brutel de La Rivière  A-D - E-K - L-P - Q-Z

................................................................

Dictionnaire Godefroy : Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle(1881).

Frédéric Godefroy 1880-1895

................................................................

Grammaire des grammaires  (cinquième édition) 1822

Charles-Pierre Girault-Duvivier

................................................................

Pour trouver l'origine des mots :

Dictionnaire étymologique de la langue française

par Léon Clédat (1914)

................................................................

Encyclopédie « Panckoucke

L’Encyclopédie méthodique, dite "Panckoucke" fut publiée par Charles-Joseph Panckoucke puis par sa veuve et son gendre entre 1782 et 1832, et fut l’œuvre d’une centaine d’auteurs. Elle compte plus de 200 volumes.

À la différence de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, dont les articles sont présentés par ordre alphabétique, les connaissances humaines y sont réparties en 27 disciplines,  chacune faisant l'objet d'un dictionnaire spécialisé.

................................................................

À savoir :


Recherche groupée sur l’ensemble des dictionnaires du domaine public  sur le site de l'ATILF :  

 Wiktionnaire:Références - Wiktionnaire

................................................................

Voir aussi : Dictionnaires d'autrefois (Go)

................................................................

Autres sites

ABC de la langue française

Langue populaire, argot Bob ¶

................................................................

Grand dictionnaire terminologique - Office québécois de la langue française

Banque de dépannage linguistique   

(BDL) ou les liens utiles du site de l'Office québécois de la langue française.

................................................................

Wikipédia, Wiktionnaire, Wikisource m'ont apporté de nombreux éléments de réponses à mes questions.

Je salue en passant le travail accompli par leurs généreux participants.

Note de mamiehiou

................................................................

Ouvrages sur l'histoire de la langue française, voir la bibliographie dans l'article :

Une petite histoire de la langue française racontée par mamiehiou

................................................................

Enseignemoi.com Bible

Bible : Lire, écouter et étudier la Bible - EnseigneMoi

................................................................

Autres ouvrages

qui ne sont pas dans le domaine public

Le Dictionnaire de l'Académie (9ème édition) > Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Le Club d'orthographe de Grenoble qui fait un excellent travail de recherche nous donne chaque année les mots nouveaux des dictionnaires.

 

>> Mots nouveaux des dictionnaires | Club d'orthographe de Grenoble

http://orthogrenoble.net/mots-nouveaux-dictionnaires/

................................................................

Sans oublier le précieux ouvrage indispensable aux passionnés de grammaire : Le Grevisse – Le Bon Usage

................................................................

Intéressant :

Encyclopédie gratuite Imago Mundi

Plusieurs dictionnaires lui sont annexés : biographies, oeuvres, pays, lieux d'histoire, villes, etc.

................................................................

Quand un ouvrage peut-il tomber dans le domaine public ?

70 ans après la mort de son auteur.

> Pourquoi Apollinaire a mis 95 ans pour entrer dans le domaine public

Articles connexes à lire dans le blog :

> Du plaisir de la lecture des dictionnaires

> Une petite histoire de la langue française - Chapitre 12 - XVIIe siècle 1 - À L'AUBE DE LA LANGUE CLASSIQUE - Les grammairiens façonnent notre langue - Malherbe - Vaugelas - L'Académie Française

 

>> Retour au début de l'article

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Cet article a été publié pour la première fois en octobre 2012.

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 10:51

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

31 juillet 2016

Après l'Évangile, le Pape François dit son homélie à la foule rassemblée, à Cracovie, pour la messe de clôture des JMJ, Journées mondiales de la jeunesse.

 

Sommaire de l'article :

L'Évangile de Luc 19,1-10

L'homélie du Pape

 

ÉVANGILE

 

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.

 

Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.

 

Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

 

Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

 

 HOMÉLIE

 

Homélie donnée sur Témoignage Chrétien

Homélie du pape François : "la voie de l'unité et de la communion"

 

Nous reproduisons en intégralité l'homélie prononcée par le pape François à Cracovie ce dimanche 31 juillet 2016. Ses mots sont optimistes, heureux, tournés vers la jeunesse et donc vers l'avenir. Ils nous touchent particulièrement dans cette période marquée par les violences et les divisions.

 

"Chers jeunes, vous êtes venus à Cracovie pour rencontrer Jésus. Et l’Évangile aujourd’hui nous parle justement de la rencontre entre Jésus et un homme, Zachée, à Jéricho (cf. Lc 19, 1-10). Là, Jésus ne se limite pas à prêcher, ou à saluer chacun, mais il veut – dit l’Évangéliste – traverser la ville (cf. v. 1). Jésus désire, en d’autres termes, s’approcher de la vie de chacun, parcourir notre chemin jusqu’au bout, afin que sa vie et notre vie se rencontrent vraiment.

Arrive ainsi la rencontre la plus surprenante, celle avec Zachée, le chef des “publicains”, c’est-à- dire des collecteurs d’impôts. Zachée était donc un riche collaborateur des occupants romains détestés ; c’était un exploiteur du peuple, quelqu’un qui, à cause de sa mauvaise réputation, ne pouvait même pas s’approcher du Maître. Mais la rencontre avec Jésus change sa vie, comme cela a été et peut être chaque jour pour chacun de nous. Zachée, cependant, a dû affronter certains obstacles pour rencontrer Jésus : au moins trois, qui peuvent nous dire quelque chose à nous aussi.

Le premier est la petite taille : Zachée ne réussissait pas à voir le Maître parce qu’il était petit. Aujourd’hui aussi nous pouvons courir le risque de rester à distance de Jésus parce que nous ne nous sentons pas à la hauteur, parce que nous avons une basse considération de nous-même. C’est une grande tentation, qui ne regarde pas seulement l’estime de soi, mais touche aussi la foi. Parce que la foi nous dit que nous sommes « enfants de Dieu et nous le sommes réellement » (1 Jn 3, 1) : nous avons été créés à son image ; Jésus a fait sienne notre humanité et son coeur ne se lassera jamais de nous ; l’Esprit Saint désire habiter en nous ; nous sommes appelés à la joie éternelle avec Dieu ! C’est notre “stature”, c’est notre identité spirituelle : nous sommes les enfants aimés de Dieu, toujours. Vous comprenez alors que ne pas s’accepter, vivre mécontents et penser en négatif signifie ne pas reconnaitre notre identité la plus vraie : c’est comme se tourner d’un autre côté tandis que Dieu veut poser son regard sur moi, c’est vouloir effacer le rêve qu’il nourrit pour moi. Dieu nous aime ainsi comme nous sommes, et aucun péché, défaut ou erreur ne le fera changer d’idée. Pour Jésus – l’Évangile nous le montre -, personne n’est inférieur et distant, personne n’est insignifiant, mais nous sommes tous préférés et importants : tu es important !

Et Dieu compte sur toi pour ce que tu es, non pour ce que tu as : à ses yeux ne vaut vraiment rien le vêtement que tu portes ou le téléphone portable que tu utilises : que tu sois à la mode ne lui importe pas, ce qui lui importe, c’est toi. Tu as de la valeur à ses yeux et ta valeur est inestimable. Quand dans la vie, il nous arrive de viser en bas plutôt qu’en haut, cette grande vérité peut nous aider : Dieu est fidèle dans son amour pour nous, même obstiné. Cela nous aidera de penser qu’il nous aime plus que nous nous aimons nous-mêmes, qu’il croit en nous plus que nous croyons en nous-mêmes, qu’il “est toujours le supporter” pour nous comme le plus irréductible des supporters. Il nous attend toujours avec espérance, même lorsque nous nous refermons sur nos tristesses, ruminant sans cesse sur les torts reçus et sur le passé. Mais s’attacher à la tristesse n’est pas digne de notre stature spirituelle ! C’est même un virus qui infecte et bloque tout, qui ferme toute porte, qui empêche de relancer la vie, de recommencer. Dieu, au contraire est obstinément plein d’espoir : il croit toujours que nous pouvons nous relever et ne se résigne pas à nous voir éteints et sans joie. Parce que nous sommes toujours ses enfants bien-aimés. Rappelons-nous de cela au début de chaque journée. Cela nous fera du bien chaque matin de le dire dans la prière : “Seigneur, je te remercie parce que tu m’aimes; fais-moi aimer ma vie !”.

Non pas mes défauts, qui se corrigent, mais la vie, qui est un grand don : c’est le temps pour aimer et pour être aimés. Zachée avait un second obstacle sur le chemin de la rencontre avec Jésus : la honte qui paralyse. Nous pouvons imaginer ce qui s’est passé dans le coeur de Zachée avant de monter sur ce sycomore, cela aura été une belle lutte : d’une part une bonne curiosité, celle de connaître Jésus ; de l’autre le risque de faire une terrible piètre figure. Zachée était un personnage public ; il savait qu’en essayant de monter sur l’arbre, il serait devenu ridicule aux yeux de tous, lui, un chef, un homme de pouvoir. Mais il a surmonté la honte, parce que l’attraction de Jésus était plus forte. Vous aurez fait l’expérience de ce qui arrive lorsqu’une personne devient si attirante au point d’en tomber amoureux : il peut arriver alors de faire volontiers des choses qui ne se seraient jamais faites. Quelque chose de semblable arrive dans le coeur de Zachée, quand il sentit que Jésus était si important qu’il aurait fait n’importe quoi pour lui, parce qu’il était le seul qui pouvait le tirer hors des sables mouvants du péché et du mécontentement. Et ainsi la honte qui paralyse n’a pas eu le dessus : Zachée – dit l’Évangile- « courut en avant », « grimpa » et ensuite quand Jésus l’appela, « il descendit vite » (vv. 4.6). Il a risqué et il s’est mis en jeu. Cela est aussi pour nous le secret de la joie : ne pas éteindre la belle curiosité, mais se mettre en jeu, parce que la vie ne s’enferme pas dans un tiroir. Devant Jésus on ne peut rester assis en attendant les bras croisés ; à Lui, qui nous donne la vie, on ne peut répondre par une pensée ou un simple “petit message” !

Chers jeunes, n’ayez pas honte de tout lui porter, spécialement vos faiblesses, vos peines et vos péchés dans la confession : Lui saura vous surprendre avec son pardon et sa paix. N’ayez pas peur de lui dire “oui” avec tout l’élan de votre coeur, de lui répondre généreusement, de le suivre ! Ne vous laissez pas anesthésier l’âme, mais visez l’objectif du bel amour, qui demande aussi le renoncement, et un “non” fort au doping du succès à tout prix et à la drogue de penser seulement à soi et à ses propres aises. Après la basse stature et la honte qui paralyse, il y a un troisième obstacle que Zachée a dû affronter, non plus à l’intérieur de lui, mais autour de lui. C’est la foule qui murmure, qui l’a d’abord arrêté et puis l’a critiqué : Jésus ne devait pas entrer dans sa maison, la maison d’un pécheur ! Comme il est difficile d’accueillir vraiment Jésus, comme il est dur d’accepter un « Dieu, riche en miséricorde » (Ep 2, 4). Ils pourront vous empêcher, en cherchant à vous faire croire que Dieu est distant, raide et peu sensible, bon avec les bons et mauvais avec les mauvais. Au contraire, notre Père « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons » (Mt 5, 45) et il nous invite au vrai courage : être plus forts que le mal en aimant chacun, même les ennemis. Ils pourront rire de vous, parce que vous croyez dans la force douce et humble de la miséricorde. N’ayez pas peur, mais pensez aux paroles de ces jours : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde »  (Mt 5, 7). Ils pourront vous juger comme des rêveurs, parce que vous croyez en une humanité nouvelle, qui n’accepte pas la haine entre les peuples, ne voit pas les frontières des pays comme des barrières et garde ses propres traditions sans égoïsmes ni ressentiments. Ne vous découragez pas : avec votre sourire et avec vos bras ouverts, prêchez l’espérance et soyez une bénédiction pour l’unique famille humaine, qu’ici vous représentez si bien !

La foule, ce jour-là, a jugé Zachée, elle l’a regardé de haut en bas ; Jésus au contraire, a fait l’inverse : il a levé son regard vers lui (v. 5). Le regard de Jésus va au-delà des défauts et voit la personne ; il ne s’arrête pas au mal du passé, mais il entrevoit le bien dans l’avenir ; il ne se résigne pas devant les fermetures, mais il recherche la voie de l’unité et de la communion ; au milieu de tous, il ne s’arrête pas aux apparences, mais il regarde le coeur. Avec ce regard de Jésus, vous pouvez faire croître une autre humanité, sans attendre qu’ils vous disent “bravo”, mais en cherchant le bien pour lui-même, heureux de garder le coeur intègre et de lutter pacifiquement pour l’honnêteté et la justice. Ne vous arrêtez pas à la superficie des choses et défiez-vous des liturgies mondaines du paraître, du maquillage de l’âme pour sembler meilleurs. Au contraire, installez bien la connexion la plus stable, celle d’un coeur qui voit et transmet le bien sans se lasser. Et cette joie que gratuitement vous avez reçu de Dieu, donnez-la gratuitement (cf. Mt 10, 8), parce que beaucoup l’attendent !

Enfin, écoutons les paroles de Jésus à Zachée, qui semblent dites spécialement pour nous aujourd’hui : « Descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison » (v. 5). Jésus t’adresse la même invitation : “Aujourd’hui, je dois demeurer dans ta maison”. Les JMJ, pourrions-nous dire, commencent aujourd’hui et continuent demain, à la maison, parce que c’est là que Jésus veut te rencontrer à partir de maintenant. Le Seigneur ne veut pas rester seulement dans cette belle ville ou dans de chers souvenirs, mais il désire venir chez toi, habiter ta vie de chaque jour : les études et les premières années de travail, les amitiés et les affections, les projets et les rêves. Comme il lui plaît que dans la prière, tout cela lui soit porté ! Comme il espère que parmi tous les contacts et les "chats" de chaque jour il y ait à la première place le fil d’or de la prière ! Comme il désire que sa Parole parle à chacune de tes journées, que son Évangile devienne tien, et qu’il soit ton “navigateur” sur les routes de la vie !

Pendant qu’il te demande de venir chez toi, Jésus, comme il a fait avec Zachée, t’appelle par ton nom. Ton nom est précieux pour Lui. Le nom de Zachée évoquait, dans la langue de l’époque, le souvenir de Dieu. Confiez-vous au souvenir de Dieu : sa mémoire n’est pas un “disque dur” qui enregistre et archive toutes nos données, mais un coeur tendre de compassion, qui se réjouit d’effacer définitivement toutes nos traces de mal. Essayons, nous aussi, maintenant, d’imiter la mémoire fidèle de Dieu et de conserver le bien que nous avons reçu en ces jours. En silence, faisons mémoire de cette rencontre, gardons le souvenir de la présence de Dieu et de sa Parole, ravivons en nous la voix de Jésus qui nous appelle par notre nom. Ainsi prions en silence, en faisant mémoire, en remerciant le Seigneur qui ici nous a voulus et nous a rencontrés."

Homélie donnée sur Témoignage Chrétien

Homélie du pape François : "la voie de l'unité et de la communion"

http://temoignagechretien.fr/articles/homelie-du-pape-francois-la-voie-de-lunite-et-de-la-communion

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 09:31

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)


J'ai lu sur le blog Le Garde-mots d'Alain Horvilleur, une définition de l'écriture automatique que pratiquaient les Surréalistes et que chacun peut pratiquer à sa guise.

Procédé qui consiste à écrire au fil de la voix intérieure, sans contrôle de l’esprit, encore moins de la pensée. Cet abandon aux mystères de l’inspiration, au cours duquel les mots  se présentent d’eux-mêmes, produit des textes poétiques et très souvent surprenants.  Il s’agit de laisser courir sa plume, au fil de l'improbable, sans s'arrêter, pour mieux se réjouir ensuite du résultat. Le style, authentique et qui a sa propre cohérence, n’est pas maîtrisé. Le hasard, l’inconscient, l’inspiration sont ses maîtres.


Dans le premier Manifeste du surréalisme (1924), André Breton présente ainsi l'écriture automatique :
Faites-vous apporter de quoi écrire, après vous être établi en un lieu aussi favorable que possible à la concentration de votre esprit sur lui-même. Placez-vous dans l'état le plus passif, ou réceptif, que vous pourrez. Faites abstraction de votre génie, de vos talents et de ceux de tous les autres. Dites-vous bien que la littérature est un des plus tristes chemins qui mènent à tout. Écrivez vite sans sujet préconçu, assez vite pour ne pas retenir et ne pas être tenté de vous relire. La première phrase viendra toute seule, tant il est vrai qu'à chaque seconde il est une phrase étrangère à notre pensée consciente qui ne demande qu'à s'extérioriser. Il est assez difficile de se prononcer sur le cas de la phrase suivante ; elle participe sans doute à la fois de notre activité consciente et de l'autre, si l'on admet que le fait d'avoir écrit la première entraîne un minimum de perception. Peu doit vous importer, d'ailleurs ; c'est en cela que réside, pour la plus grande part, l'intérêt du jeu surréaliste. Toujours est-il que la ponctuation s'oppose sans doute à la continuité absolue de la coulée qui nous occupe, bien qu'elle paraisse aussi nécessaire que la distribution des nœuds sur une corde vivante. Continuez autant qu'il vous plaira. Fiez-vous au caractère inépuisable du murmure. Si le silence menace de s'établir pour peu que vous ayez commis une faute : une faute, peut-on dire, d'inattention, rompez sans hésiter avec une ligne claire. A la suite du mot dont l'origine vous semble suspecte, posez une lettre quelconque, la lettre l, et ramenez l'arbitraire en imposant cette lettre pour initiale au mot qui suivra.

 

Je m'en vais, de ce pas, écrire au fil de mes pensées :

Je n'ai plus rien à dire ou plutôt si. Quand je ferme les yeux, je ne peux plus écrire sur mon ordinateur, c'est fâcheux. Alors il me faut bien les rouvrir si je veux continuer. J'ai corrigé des fautes sur un texte de quelqu'un que j'aime bien. Je ne sais pas comment il va le prendre. Mais c'est dommage que tant de gens ne fassent pas attention à ce qu'ils écrivent. Je suis outrée, non, plutôt attristée de voir qu'il y a tant de fautes sur les réseaux sociaux. C'est comme si les gens s'en donnaient à coeur joie d'écrire n'importe quoi. Une question me taraude. Pourquoi tant de fautes ? Alors que la plupart de ceux que je lis sont allés en classe au moins jusqu'en 5e ou pire, jusqu'en 3e. Les professeurs sont-ils à ce point incapables d'obtenir un résultat convenable ? Les élèves sont-ils incapables de fixer ce qu'on leur inculque, une fois pour toutes. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Mais quoi ? Je comprends qu'il y ait certains individus qui soient victimes de dysorthographie. Mais ils ne sont pas légion. Je crains qu'il n'y ait pas de solution. Et pire encore : lorsqu'on voit les réformes bientôt applicables dans l'apprentissage du français, au collège, je crains que, bientôt, la langue française ne soit écrite phonétiquement. On sait qu'il faut toute une vie pour écrire sans aucune faute, sans tomber dans des pièges dont on ne se doute pas. C'est ça la gageure ; la Nouvelle orthographe propose gageüre pour montrer comment il faut prononcer u et non pas eu. Voilà encore quelque chose qui va compliquer l'écriture du français. Et pourtant il faut bien réformer la langue quelquefois, malgré les réticences. Que serait-elle si elle ressemblait au français de Rabelais ? Il est certes savoureux mais il faut le plus souvent un lexique explicatif pour en comprendre toutes les nuances, toute la saveur. Et même Montaigne qu'on devrait prononcer Montagne, et qui est plus proche de nous. On s'arrache les cheveux à le lire dans son texte intégral si l'on n'a pas fait de philologie ; il y a toujours ici et là des expressions qui sont hermétiques pour le commun des mortels - que je suis - et si l'on veut tout comprendre de lui, il faut aller lire les petites notes qu'un linguiste, qui a pitié de nous, a bien voulu ajouter, pour nous éclairer. J'ai fait divers articles traitant des réformes du français et, comme j'ai un petit-fils qui apprend à lire, je mesure, et sa mère aussi, la difficulté qu'il y a à apprendre que le g de gi et de gui ne se prononce pas de la même façon, idem pour ca et ci. Et je ne vais pas ici faire la liste de tout ce qui fait obstacle à la fluidité de la lecture d'un petit bout-de-chou.

 

Voilà. Je pourrais continuer à écrire des heures, mais je m'en voudrais de lasser mes lecteurs.

Allez, c'est à vous maintenant !

 

Article connexe : Les Papillons Surréalistes dans les notes du texte : 117 Délires de Cadavres Exquis*- "Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 08:44

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

J'avais un cancer très avancé qui me menaçait de me grignoter toute. À petit feu.

Mon chirurgien m'a dit : "Il faut vous opérer, mais je vous préviens, il y a des risques."

Et il m'a demandé de signer que j'accepte l'opération en en connaissant les aléas.

J'ai signé.

Me voilà sur le billard.

Je ne vois rien, je n'entends rien, je ne sens rien.

Et je meurs.

J'ai gâché les quelques jours qui me restaient à vivre.

J'apprends ici-haut que mon chirurgien était une buse et que bon nombre de patients sont morts sous lui. Il avait le bistouri aléatoire.

On n'échappe pas à son destin.

 

Notes

Micronouvelle, micro-fiction, short-short story ou microconte.

Un aléa, un risque.

Le billard (argot), la table d'opération.

Une buse (familier), un imbécile.

Un bistouri et pas un scalpel.

> http://fr.wikipedia.org/wiki/Scalpel

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:24

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman, aux trop aimables manières, ne soit pas un hypocrite déguisé, un séducteur retors, un rusé suborneur.

Ma naïveté coutumière m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes d'où je n'étais pas sortie indemne. J'avais été naguère bien échaudée et je me jurais de ne point m'attacher à quiconque se montrerait enjoué et charmeur. Cependant, il m'aurait été bien doux de jouir de la compagnie de Carloman au visage d'ange lors même que je me serais laissé bercer par les douceurs qu'il me susurrait. Je ne cessais de me demander comment il se faisait qu'il débusquât, sous la crasse et les haillons qui me recouvraient, mes moindres appas.

Il va sans dire que l'endroit où nous nous trouvions ne se prêtait en rien aux roucoulades. Et notre préoccupation première aurait dû être de nous demander comment nous viendrions à bout de notre galère.

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies si tant est que ses propos fussent fallacieux comme je le craignais et je le laissai escobarder tout son saoul. Il semblait se divertir fort à faire la chattemite et je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire.

Le badinage n'était-il pas ici hors de saison ?

J'aurais pu lui faire aimablement remarquer que ce n'était ni le moment ni l'heure de batifoler mais je m'en gardai bien, à voir le plaisir évident qu'il y prenait. Tout juste s'il avait conscience de notre position éminemment périlleuse.

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi ; peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât. Je ne savais que penser.

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée. Ce que jamais je ne fus.

Quand une situation est au pire,

il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève...*

...................................................................

*When things are at their worst they have to stop, or else improve to the way things were before.

William Shakespeare, Macbeth

 

NOTES

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman ne soit pas un hypocrite

> Pourvu que locution conjonctive qui exprime une condition avec une nuance de souhait.

 

Ma naïveté m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes

chausse-trape ou chausse-trappe

Sens figuré : piège

précipitée, participe passé employé avec l'auxiliaire avoir, il s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant lui : m' (me élidé) mis pour la narratrice Oli.

 

d'où je n'étais pas sortie indemne

indemne et pas indemme

dilemme et pas dilemne

> Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

J'avais été naguère échaudée et je me défendais de m'attacher à quiconque

Naguère, il y a peu, il y a peu de temps

Échaudé, sens figuré : déçu dans une affaire

Proverbes :

Chat échaudé craint l'eau froide.

Chien échaudé ne revient pas en cuisine. Même sens.

> Proverbes animaliers 1ère partie – Retrouvez le nom de l'animal QUIZ 103

 

lors même que je me laissais bercer par les douceurs qu'il me susurrait

Lorsque - Lors même que

Tmèse : Séparation par un ou plusieurs mots des éléments d'une conjonction ou d'une locution conjonctive. Exemple : Lorsque > Lors même que.

Le grammairien Paul Dupré signale : "la tmèse n'est possible qu'à titre d'archaïsme, lorsqu'elle sépare deux éléments aujourd'hui soudés, mais jadis autonomes."

Voir aussi > Lors que, lors même que

Mots soudés, agglutinés : lorsque, puisque, parce que, quoique, sitôt, etc.

Qu'est-ce que l'agglutination ? > L'agglutination

les douceurs qu'il me susurrait

susurrer : chuchoter, murmurer doucement avec une voix légèrement sifflante.

Susurrement, murmure

susurration (littéraire) bruit léger accompagné d'un doux sifflement

> QUIZ Plus de 100 bruits et leurs nuances : bacchanal crépitation stridulation brondissement etc.

 

comment il se faisait qu'il débusquât mes moindres appas.

il débusquât, subjonctif imparfait

des appas, style noble

Cf. Littré : Appas est le pluriel de appât. L'ancienne orthographe était appast ; au pluriel, appasts ou appas. La faute a été de faire de ce mot unique deux mots différents. De là toute sorte d'irrégularités qu'on trouve dans les auteurs ; d'abord la plus forte de toutes, qui est appas au singulier.

La Nouvelle Orthographe donne : appâts au lieu de appas

> Réforme de l'orthographe – Lexique

 

Il semblait se divertir fort à faire la chattemite

la chattemite : Terme familier qui désigne une personne agissant de manière humble et flatteuse dans le but de tromper quelqu'un. De chatte et mite, nom enfantin et populaire de la chatte au Moyen Age. Synonymes : chafouin, doucereux, fourbe, hypocrite, madré, matois, papelard, patelin, retors, roublard, roué, rusé, tartufe, trompeur. Cf. Le Gardien des mots

 

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies.

escobarderie, familier & péjoratif - action, propos hypocrites

 

et je le laissai escobarder tout son saoul/soûl/

Escobarder, parler en escobar (en hypocrite). Utiliser des mots à double sens, des équivoques pour tromper.

Soûl, saoul, adjectif et substantif

Tout son soûl - Littré : Substantivement, avec mon, ton, son, leur : autant qu'on veut, autant que cela est suffisant.

 

je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire

Casser le délire, casser le plan (argot), arrêter une situation agréable.

 

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi

fusse accommodée, verbe s'accommoder au subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé : je me serais accommodée.

 

Peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât

peu s'en fallut, il s'en fallut de peu

> Ne pas confondre : Pour un peu, un peu plus, il s'en faut peu de choses, il s'en faut beaucoup, il ne s'en est fallu guère, il s'en faudrait peu, il s'en faut de beaucoup, de peu...

Primesautier, primesautière, adjectif et substantif. Qui a un caractère spontané, irréfléchi, impulsif.

Comme susurrer, on a la lettre S entre deux voyelles qui se prononce [z].

> Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

m'incommodât, me gênât - subjonctif imparfait

> Valeurs et emplois du subjonctif

 

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée

pimpesouée, terme vieilli qui se dit dans le style familier, en parlant d'une femme qui a des manières précieuses et ridicules.

 

<< 184 Délires au fond de l'abîme

>> 186 Délires dans un univers impitoyable

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog 

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:01

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

QUIZ 120

 

Choisissez dans la 2e colonne du tableau les termes qui conviennent pour compléter les phrases de la 1re colonne.

La correction suit tous les trois tableaux.. Elle est surlignée en bleu.

Pour en savoir plus, cliquez sur les mots de la 2e colonne en lien

avec le Cnrtl > Lexicographie.

Certains mots ont plusieurs acceptions.

1

Le professeur n'était pas maître de ses élèves. Quel ...... dans sa classe !

tapage

La foule se pressait en ...... pour acclamer ses champions.

chahut

On a fait un tel ...... autour de cette histoire. C'était indécent.

tintamarre

Le ...... dans les fan-zones quand un but était marqué !

tumulte

 

2

Notre sommeil était perturbé par la ...... de la fête qui parvenait jusqu'à nous.

chanson

C'est toujours la même ....... Cesse de ressasser !

explosion

Je remarquais, terrifiée, la ...... de sa respiration.

crépitation

Le bruit de la fête fut dominé par une ...... qui mit tout le monde en fuite.

rumeur

 

3

Je freinai brusquement et j'entendis clairement un ...... de pneus sur l'asphalte

carillon

Nous étions essorillés par le ...... des bombes alentour.

bacchanal

Big Ben, il va sans dire, a un ...... reconnaissable entre tous.

crissement

Notre réunion entre amis devint à ce point orgiaque qu'il se fit un grand .......

éclatement

 

1

Le professeur n'était pas maître de ses élèves. Quel chahut dans sa classe !

tapage

La foule se pressait en tumulte pour acclamer ses champions.

chahut

On a fait un tel tapage autour de cette histoire. C'était indécent.

tintamarre

Le tintamarre dans les fan-zones quand un but était marqué !

tumulte

 

2

Notre sommeil était perturbé par la rumeur de la fête qui parvenait jusqu'à nous.

chanson

C'est toujours la même chanson. Cesse de ressasser !

explosion

Je remarquais, terrifiée, la crépitation de sa respiration.

crépitation

Le bruit de la fête fut dominé par une explosion qui mit tout le monde en fuite.

rumeur

 

3

Je freinai brusquement et j'entendis clairement un crissement de pneus sur l'asphalte.

carillon

Nous étions essorillés par l'éclatement des bombes qui pleuvaient alentour.

bacchanal

Big Ben, je vous assure, a un carillon reconnaissable entre tous.

crissement

Notre réunion entre amis devint à ce point orgiaque qu'il se fit un grand bacchanal.

éclatement

 

4

Les musiciens étaient mauvais et je supportais mal la ...... dont ils nous gratifiaient.

voix

Les troupes soldatesques défilaient en .......

stridulation

La cigale dit à la fourmi : "Laissez-vous charmer par ma ...... et cessez de vous moquer de moi."

fanfare

Des éclats de...... dans la pièce voisine me tirèrent brusquement de mon sommeil.

cacophonie

 

5

Le feu d'artifice se termina par une ...... assourdissante.

clameur

Le pauvre comédien raté ne put que fuir sous les ...... de l'auditoire.

déflagration

De l'immeuble en feu s'élevait une ...... effrayante.

pétarade

Je lui dis un mot de trop et il me répondit par une ...... de colère.

huée

 

6

On s'inquiétait que le/la ...... aigu de l'air enflât dans les tuyaux du vieux poële.

sonnerie

La chasse était ouverte. Un/une ...... nous fit sursauter.

brondissement

Les enfants s'amusaient à jeter du sel sur les braises pour entendre un/une .......

détonation

Il était l'heure de sortir. Le/la ...... avait retenti.

décrépitation

 

4

Les musiciens étaient mauvais et je supportais mal la cacophonie dont ils nous gratifiaient.

voix

Les troupes soldatesques défilaient en fanfare.

stridulation

La cigale dit à la fourmi : "Laissez-vous charmer par ma stridulation et cessez de vous moquer de moi."

fanfare

Des éclats de voix dans la pièce voisine me tirèrent brusquement de mon sommeil.

cacophonie

 

5

Le feu d'artifice se termina par une pétarade assourdissante.

clameur

Le pauvre comédien raté ne put que fuir sous les huées de l'auditoire.

déflagration

De l'immeuble en feu s'élevait une clameur effrayante.

pétarade

Je lui dis un mot de trop et il me répondit par une déflagration de colère.

huée

 

6

On s'inquiétait que le brondissement aigu de l'air enflât dans les tuyaux du vieux poële.

sonnerie

La chasse était ouverte. Une détonation nous fit sursauter.

brondissement

Les enfants s'amusaient à jeter du sel sur les braises pour entendre une décrépitation.

détonation

Il était l'heure de sortir. La sonnerie avait retenti.

décrépitation

 

7

Je ne suis pas d'accord avec lui. Je vais faire un/une ...... du diable.

canonnade

Chaque jour donnait lieu à un/une ...... sans fin. C'était l'enfer.

jacasserie

Était-il possible qu'il fussent sous le feu du/de la ......?

chamaille

vieux, littéraire

Telles des pies, elles se livraient à des ...... sans fin.

pétard

 

8

Il lâchait des ...... tout en douceur et l'air en était empuanti.

bourdonnement

Je ne puis me débarrasser de mes acouphènes qui sont un/une ...... incessant.

murmure

Je n'oubierai jamais le/la ...... de tes lèvres.

chuchotis

Il nous fallait taire nos ...... au risque de nous faire gronder.

vesse (féminin)

rare, familier, vx

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le ...... de la brise sur les feuilles.

susurrement

Les oiseaux arrivaient et l'on percevait le ...... de leurs ailes.

chuchotement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour percer nos .......

friselis frisselis

J'aimais les doux ...... de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

7

Je ne suis pas d'accord avec lui. Je vais faire un pétard du diable.

canonnade

Chaque jour donnait lieu à une chamaille sans fin. C'était l'enfer.

jacasserie

Était-il possible qu'il fussent sous le feu de la canonnade ?

chamaille

vieux, littéraire

Telles des pies, elles se livraient à des jacasseries sans fin.

pétard

 

8

Il lâchait des vesses tout en douceur et l'air en était empuanti.

bourdonnement

Je ne puis me débarrasser de mes acouphènes qui sont un bourdonnement incessant.

murmure

Je n'oubierai jamais le murmure de tes lèvres.

chuchotis

Il nous fallait taire nos chuchotis au risque de nous faire gronder.

vesse

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le friselis de la brise sur les feuilles.

susurrement

Les oiseaux arrivaient et l'on percevait le bruissement de leurs ailes.

chuchotement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour percer nos chuchotements.

friselis frisselis

J'aimais les doux susurrements de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

10

J'en ai assez de vos chamailleries qui font un ...... de tous les diables !

fracas

Les tramways qui passent sous ma fenêtre font un de ces ...... !

cri

"Qu'est-ce que c'est que ce ...... ? ― J'ai fait tomber la pile d'assiettes !"

potin

Elle poussa un ......d'épouvante lorsqu'elle rencontra le loup-garou.

vacarme

 

11

Silence, les garçons ! Vous faites un tel ...... qu'on ne s'entend plus

boucan

Le ...... de son violon me causait une véritable horripilation.

raffut

Vous n'êtes donc pas incommodés par le ...... que vous faites tous les soirs ? Moi si !

grondement

Le ...... du tonnerre me fait frémir à chaque fois que je l'entends.

crincrin

 

12

Notre voisine pointilleuse ne va jamais supporter le ...... qu'on fait.

ronflement

Il semblait qu'un ...... rebelle refusait de répéter exactement ce que je criais. Bizarre.

charivari

Le ...... hoquetant du moteur m'inquiète. Arrêtons-nous.

barouf

argot, familier

Le mariage mal assorti a suscité un beau ...... sur la place du village.

écho

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le friselis ou le bruissement de la brise sur les feuilles.

susurrement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour entendre nos chuchotements.

chuchotement

Je m'allongeais sous mon arbre pour jouir du bruissement des frondaisons.

friselis frisselis

Tu aimais me susurrer des douceurs de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

 

10

J'en ai assez de vos chamailleries qui font un potin de tous les diables !

fracas

Les tramways qui passent sous ma fenêtre font un de ces vacarmes !

cri

"Qu'est-ce que c'est que ce fracas ? ― J'ai fait tomber la pile d'assiettes !"

potin

Elle poussa un cri d'épouvante lorsqu'elle rencontra le loup-garou.

vacarme

 

11

Silence, les garçons ! Vous faites un tel raffut qu'on ne s'entend plus

boucan

Le crincrin de son violon me causait une véritable horripilation.

raffut

Vous n'êtes donc pas incommodés par le boucan que vous faites tous les soirs ? Moi si !

grondement

Le grondement du tonnerre me fait frémir à chaque fois que je l'entends.

crincrin

 

12

Notre voisine pointilleuse ne va jamais supporter le barouf qu'on fait.

ronflement

Il semblait qu'un écho rebelle refusait de répéter exactement ce que je criais. Bizarre.

charivari

Le ronflement hoquetant du moteur m'inquiète. Arrêtons-nous.

barouf

argot, familier

Le mariage mal assorti a suscité un beau charivari sur la place du village.

écho

 

13

Quand M. et Mme Smith se disputaient, ça faisait du ......, je ne vous dis pas !

grabuge

familier

L'échauffourée se mua en véritable ....... Les policiers n'en pouvaient mais.

bastringue

populaire

Le ...... de mon chat m'apaise et me fait baisser ma pression artérielle quand je l'entends.

hurlement

C'était pitié d'entendre les ...... des torturés.

ronron

 

14

Le ...... des trompettes attira mon attention. Que célèbre-t-on ? demandai-je.

chambard

familier

Mon ventre s'exprime en ....... C'est parfois très gênant.

borborygme

Ces musiciens sont devenus fous. Quel ............ ils font !

coup

Passe-moi le brigadier que je frappe les trois ....... La pièce va commencer.

hourvari

 

15

Parfois je n'entends plus les ...... de mon coeur. J'ai besoin d'un stimulateur cardiaque.

ramdam

populaire

On a prévu de faire du ......, ce soir, au cabaret.

ton

Arrêtez ce ...... ou j'appelle la police. Vous avez vu l'heure ?

battement

Baisse d'un ......, s'il te plaît. Je suis ta mère.

bousin bouzin trivial, vieilli

 

13

Quand M. et Mme Smith se disputaient, ça faisait du bastringue, je ne vous dis pas !

grabuge

familier

L'échauffourée se mua en véritable grabuge. Les policiers n'en pouvaient mais.

bastringue

populaire

Le ronron de mon chat m'apaise et me fait baisser ma pression artérielle.

hurlement

C'était pitié d'entendre les hurlements des torturés.

ronron

 

14

Le hourvari des trompettes attira mon attention. Que célèbre-t-on ? demandai-je.

chambard

familier

Mon ventre s'exprime en borborygmes. C'est parfois très gênant.

borborygme

Ces musiciens sont devenus fous. Quel chambard ils font !

coup

Passe-moi le brigadier que je frappe les trois coups. La pièce va commencer.

hourvari

 

15

Parfois je n'entends plus les battements de mon coeur. J'ai besoin d'un stimulateur cardiaque.

ramdam

populaire

On a prévu de faire du bousin, ce soir, au cabaret.

ton

Arrêtez ce ramdam ou j'appelle la police. Vous avez vu l'heure ?

battement

Baisse d'un ton, s'il te plaît. Je suis ta mère.

bousin bouzin

trivial, vieilli

 

16

On n'entend rien. Monte le .......

ronronnement

Il réagissait immédiatement à mon ...... de doigts.

râle râlement

Le ...... du moribond ne s'arrêtera-t-il donc jamais ?

son

Le ...... régulier de l'avion apaisait mes craintes.

claquement

 

17

Mais que se passe-t-il soudain sur la place ? On ne s'entend plus. Quel ...... !

grésillement

J'entends un ...... dans la cuisine. Tu fais des frites ?

bordel

argot, vulgaire

Écoute le ...... des feuilles de nos arbres. C'est lugubre.

brouhaha

J'aime le ...... joyeux de mes invités.

froissement

 

 

18

Le ...... du tambour annonce que le crieur s'apprête à nous lire des avis municipaux.

Frou-frou

froufroutement

Peut-on imaginer la sensation délicieuse que me procure le ...... des robes ?

pétillement

Quand le ...... du champagne nous rend gais, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

retentissement

Chaque matin, j'écoutais avec angoisse le ...... de ses pas.

roulement

 

16

On n'entend rien. Monte le son.

ronronnement

Il réagissait immédiatement à mon claquement de doigts.

râle râlement

Le râle du moribond ne s'arrêtera-t-il donc jamais ?

son

Le ronronnement régulier de l'avion apaisait mes craintes.

claquement

 

17

Mais que se passe-t-il soudain sur la place ? On ne s'entend plus. Quel bordel !

grésillement

J'entends un grésillement dans la cuisine. Tu fais des frites ?

bordel

argot, vulgaire

Écoute le froissement des feuilles de nos arbres. C'est lugubre.

brouhaha

J'aime le brouhaha joyeux de mes invités.

froissement

 

18

Un roulement de tambour annonce que le crieur s'apprête à nous lire des avis municipaux.

Frou-frou

froufroutement

Peut-on imaginer la sensation délicieuse que me procure le frou-frou des robes ?

pétillement

Quand le pétillement du champagne nous rend gai, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

retentissement

Chaque matin, j'écoutais avec angoisse le retentissement de ses pas

roulement

 

19

Tout ce ...... depuis hier ! J'ai une tête comme une citrouille. Vivement le repos !

souffle

Le ...... des mouches m'a empêchée de fermer l'oeil.

babil

J'aime le ...... de mon bébé.

tintouin

familier

La nuit, elle guettait avec bonheur le ...... de son amoureux.

vrombissement

 

20

Le ...... de l'arbitre retentit et brisa l'élan des joueurs.

foin

populaire

Ah, ces gosses ! Ils font un tel ...... qu'ils vont faire pleurer le plus petit.

cornage

Comme c'est brouillé ! Il y a plein de ...... sur la ligne.

parasites

Vous serez affectés au ...... et vous nous avertirez quand vous verrez l'ennemi approcher.

sifflet

 

21

Un ...... coquin me fit tourner la tête. M'était-il adressé ?

gargouillement gargouillis

Quel désordre ! Quel ...... à Gauche ! Je crains qu'ils n'en viennent aux insultes.

bazar

La gouttière près de ma fenêtre ne cesse de faire des ...... quand il pleut.

boulevari

Peut-on supporter un ...... pareil ? Oh, hé, oh ! doucement les basses !

sifflement

 

19

Tout ce tintouin depuis hier ! J'ai une tête comme une citrouille. Vivement le repos !

souffle

Le vrombissement des mouches m'a empêchée de fermer l'oeil.

babil

J'aime le babil de mon bébé.

tintouin familier

La nuit, elle guettait avec bonheur le souffle de son amoureux.

vrombissement

 

20

Le sifflet de l'arbitre retentit et brisa l'élan des joueurs.

foin populaire

Ah, ces gosses ! Ils font un tel foin qu'ils vont faire pleurer le plus petit !

cornage

Comme c'est brouillé ! Il y a plein de parasites sur la ligne.

parasites

Vous serez affectés au cornage et vous nous avertirez quand vous verrez l'ennemi approcher.

sifflet

 

21

Un sifflement coquin me fit tourner la tête. M'était-il adressé ?

gargouillement gargouillis

Quel désordre ! Quel boulevari à gauche ! Je crains qu'ils n'en viennent aux insultes.

bazar

La gouttière près de ma fenêtre ne cesse de faire des gargouillis quand il pleut.

boulevari

Peut-on supporter un bazar pareil ? Oh, hé, oh ! doucement les basses !

sifflement

 

22

Je ne supporte plus le ...... de mes portes. "Jacques, fais quelque chose !"

chuintement

Je ne puis éviter les ............ du plancher quand je marche.

clapotis

Le silence de la nuit me permettait de percevoir les ...... des oiseaux nocturnes.

craquement

Allongée sur le sable, je me laissai bercer par le ...... des vagues.

grincement

 

23

Le ...... de la Savoyarde, la plus grosse cloche de France, m'émeut jusqu'aux larmes. Celui du Bourdon de Notre-Dame aussi.

crépitement

La pluie s'annonce par son ...... sur mes vitres.

tintement

Le ...... nerveux et continu de tes doigts sur la table, traduit, chez toi, une grande nervosité. Serait-ce un toc ?

déclic

Tu ne prendras pas la photo si tu n'appuies pas sur le bouton du ......, pauvre niais !

tapement

 

24

Mon petit-fils éclate de rire quand il fait un ....... "Mamie, j'ai pété !" s'exclame-t-il, radieux.

clapotage

Qu'est-ce donc que ce ...... de clefs ? On veut entrer chez moi ?

clappement

Cesse ce ...... de langue, s'il te plaît. Cela m'exaspère.

Cliquetis

Vieux et rare :

Cliquètement/ cliquettement

"Vous souffrez d'un ...... gastrique, lui dit son médecin. ― C'est grave, docteur ? "

prout

familier

 

22

Je ne supporte plus le grincement de mes portes. "Jacques, fais quelque chose !"

chuintement

Je ne puis éviter les craquements du plancher quand je marche.

clapotis

Le silence de la nuit me permettait de percevoir le chuintement des oiseaux nocturnes.

craquement

Allongée sur le sable, je me laissai bercer par le clapotis des vagues.

grincement

 

23

Le tintement de la Savoyarde, la plus grosse cloche de France, m'émeut jusqu'aux larmes. Celui du Bourdon de Notre-Dame aussi.

crépitement

La pluie s'annonce par son crépitement sur mes vitres.

tintement

Le tapement nerveux et continu de tes doigts sur la table traduit, chez toi, une grande nervosité. Serait-ce un toc ?

déclic

Tu ne prendras pas la photo si tu n'appuies pas sur le bouton du déclic, pauvre niais !

tapement

 

24

Mon petit-fils éclate de rire quand il fait un prout. "Mamie, j'ai pété !" s'exclame-t-il, radieux.

clapotage

Qu'est-ce donc que ce cliquetis de clefs ? On veut entrer chez moi ?

clappement

Cesse ce clappement de langue, s'il te plaît. Cela m'exaspère.

Cliquetis

cliquètement rare

"Vous souffrez d'un clapotage gastrique, lui dit son médecin. ― C'est grave, docteur ? "

prout familier

 

25

On cria ...... sur le baudet. Et le baudet, c'était moi. J'étais pourtant bien innocent.

tam-tam

J'arrivai à la foire et j'y rencontrai là tout un/une ...... de gens et de choses disparates.

haro

On ne l'entendait s'exprimer qu'en ...... qui traduisaient ses émotions.

tohu-bohu

Le/la ...... se répandit, portant son message dans la jungle épaisse.

onomatopée

 

26

"Alors, s'enquit mon chirurgien après m'avoir opérée, dites-moi, avez-vous fait des ...... ?"

craquètement

Le ...... des cigognes m'annoncent qu'elles ont bâti leur nid tout près de chez moi.

rafale

Des tirs en ...... épouvantèrent l'avant-garde de l'armée.

vent gaz

En ce début de printemps, j'étais charmée par le ...... des petits oiseaux.

pépiement

 

27

Le printemps m'offre sans compter les roucoulades de la gent ailée.

grognement

grommellement

Le tic-tac de la pendule me rappelle incessamment que je me rapproche de ma fin.

Trille

.................

cocorico coquerico

Tes grognements continus d'insatisfaction m'insupportent. Souris donc quelquefois !

roucoulement roucoulade

J'entends qui me réveillent le matin les trilles des merles et les cocoricos des coqs. La campagne heureuse, quoi !

tic-tac

tic tac

 

25

On cria haro sur le baudet. Et le baudet, c'était moi. J'étais pourtant bien innocent.

tam-tam

J'arrivai à la foire et j'y rencontrai là tout un tohu-bohu de gens et de choses disparates.

haro

On ne l'entendait s'exprimer qu'en onomatopées qui traduisaient ses émotions.

tohu-bohu

Le tam-tam se répandit, portant son message dans la jungle épaisse.

onomatopée

 

26

"Alors, s'enquit mon chirurgien après m'avoir opérée, dites-moi, avez-vous fait des vents ?"

craquètement

Le craquètement des cigognes m'annoncent qu'elles ont bâti leur nid tout près de chez moi.

rafale

Des tirs en rafales épouvantèrent l'avant-garde de l'armée.

vent gaz

En ce début de printemps, j'étais charmée par le pépiement des petits oiseaux.

pépiement

 

27

Le printemps m'offre sans compter les roucoulades/roucoulements de la gent ailée.

grognement ou

grommellement

Le tic-tac de la pendule me rappelle incessamment que je me rapproche de ma fin.

Trille

.................

cocorico

coquerico

Tes grognements/grommellements continus d'insatisfaction m'insupportent. Souris donc quelquefois !

roucoulement roucoulade

J'entends qui me réveillent le matin les trilles des merles et les cocoricos/coquericos des coqs. La campagne heureuse, quoi !

tic-tac

tic tac

>> RETOUR au début de l'article

Si vous voulez connaître ou revoir les cris des animaux,

lisez : Délires pour un bestiaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog