Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:30

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Suite de : 114 Délires cervantesques

 

Je fermai le livre hâtivement. N'avais-je pas vu et senti avec une acuité démesurément exacerbée ce qu'on suppose qui se passe dans l'imagination débridée de lecteurs passionnés ? La frayeur, qui m'avait saisie alors, avait égalé les pires frayeurs ressenties devant les dangers bien réels ceux-là, qui n'avaient pas épargné ma pauvre existence. Je ne pus me résoudre à fréquenter plus longtemps cet hidalgo1 capable de tout.

Néanmoins je ne voulus pas en rester là. La séduction qu'exerçaient sur moi tous ces livres alignés me retint de vouloir abandonner ce lieu sur le champ, et je ne pus m'empêcher de désirer ardemment réitérer une expérience aussi étonnante.

Il me fallait choisir une histoire qui conviendrait à ma position présente, celle de la jeune fille énamourée que j'étais.

 

Quels personnages plus attachants, plus bouleversants, pourrait-on rencontrer en ce monde, que les deux jeunes amants Roméo et Juliette ? Quelle tragédie, sublime et inégalée, a jamais aussi violemment déchiré le cœur d'un être sensible ?

Shakespeare2 s'offrait à moi tout entier, et je choisis, parmi son œuvre, le texte aimé. 

 

J'ouvris le livre avec précaution, sans connaître le moment de l'histoire qui allait s'offrir à mes yeux, et je me mis à frissonner de tout mon être.

 

Un tombeau majesteux s'éleva lentement tout autour de moi et m'enserra tel un écrin glacé. Des sarcophages sculptés dans le marbre de Carrare le peuplaient, surmontés de gisants hiératiques et graves. Dans l'un d'eux découvert, Juliette, pâle et froide regardait, par delà ses yeux clos, l'avenir incertain. Ne l'avait-on pas étendue ici dedans comme morte, pour qu'elle pût échapper à un mariage impossible, la loi de Dieu la liant en secret à jamais à son Roméo ? Que n'avait-il été là pour l'arracher à ce supplice ?

Elle attendait.

L'effet de la potion qui faisait de son sommeil un sommeil semblable à la mort elle-même, allait dans un moment se dissiper.

Je m'approchai de la jeune épousée pour admirer sa beauté. Le caveau en était tout illuminé3

 

Il arrivait enfin dans Vérone endeuillé. L'avait-on prévenu, ce cher amour, que Juliette, pour lui, avait surmonté l'insupportable mensonge, qu'elle avait pris le risque d'avaler le philtre qui l'endormirait jusqu'à son retour et de se réveiller seule dans l'effrayante sépulture ?

 

Mais déjà le voilà qui pénétre en cette crypte lugubre. Il croit Juliette morte. Nul n'a pu l'avertir du stratagème. Seigneur ! Que saisit-il ? Une fiole qu'il veut vider de son contenu mortel !

Je ne puis supporter de voir son désespoir. Je me précipite et veux l'empêcher de se nuire. Je crie ! Comment lui faire savoir que sa Juliette va se réveiller ?

« Don't do that, dear Romeo, She is not dead. Please believe me. Don't do that ! »4

Je m'agrippe à ses vêtements. Je veux lui arracher le poison. Mais puis-je changer le destin d'un si bouleversant amant ? N'avais-je pas naguère tenté l'impossible avec Don Quichotte ? En vain !

Roméo est tout près de moi, si réel, si vivant que je sens la chaleur de son souffle.

C'en est fait de lui. Il boit le funeste breuvage et, posant ses lèvres sur celles de sa bien-aimée, prononce ces mots avec douceur :

« Thus with a kiss I die. »

(« C'est ainsi que dans un baiser je meurs »)

 

Quelle douleur plus impétueuse aurait pu me saisir en cet ultime instant ?

......................................................................................

1-Cet hidalgo. Il s'agit de Don Quichotte que nous avons rencontré dans le texte des Délires n°114

 

2-William Shakespeare est né probablement le 26 avril 1564 à Stradford-upon-Avon en Angleterre, et y est mort le 23 avril 1616. Il est l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains du monde.

 

3-cf. Roméo et Juliette Acte V scène III

 « ...her beauty makes

This vault a feasting presence full of light »

 

4- « Don't do that, dear Romeo, She is not dead. Please believe me. Don't do that ! *» Ne fais pas cela cher Romeo. Elle n'est pas morte. Je t'en prie, crois-moi. Ne fais pas cela ! (Paroles d'Oli)

 

NOTES

ma position présente, celle de la jeune fille énamourée que j'étais

Énamourée, amoureuse.

N'oublions pas qu'Oli est amoureuse d'Alcofribas !

 

Ne l'avait-on pas étendue ici dedans comme morte.

Cf. Littré. Ici se joint avec d'autres adverbes. Ici dessous...

 

Un tombeau majestueux m'enserra tel un écrin glacé

Enserrer, inhumer, ensevelir, enterrer.

 

<< 114 Délires cervantesques

<< 115 Intermède - Desocupado lector, lector carisimo, lector suave, lector prudente

>> 117 Délires de Cadavres Exquis*-"Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

 

Savez-vous que William Shakespeare et Miguel de Cervantes, s'ils sont morts à la même date, ne sont pas morts le même jour ?

 

EXPLICATION

La date du 23 avril 1616 a existé dans deux calendriers différents, le calendrier julien et le calendrier grégorien, le nôtre aujourd'hui.

 

Le calendrier julien (de Jules César) a remplacé le calendrier romain en – 45. Il a été lui-même remplacé par le calendrier grégorien élaboré par des scientifiques et qui tient son nom du Pape Grégoire XIII. Il avait pour but de corriger le calendrier julien en lui ajoutant des années bissextiles.

Tous les pays n'ont pas adopté le calendrier grégorien en même temps et ce remplacement s'est fait du XVIème siècle au XXème siècle. Les pays qui s'alignaient sur Rome furent les premiers, les pays protestants suivirent, puis d'autres.

 

Le calendrier grégorien commence en l'An I, l'Anno Domini, qui marque le début de l'ère chrétienne. Il est appliqué le 15 octobre 1582 et l'on supprime 10 jours par rapport au calendrier julien, du 4 octobre 1582 au 15 octobre 1582.

 

Cela explique que la date de la mort de Shakespeare est la même que celle de Cervantes, tout en n'étant pas le même jour, l'une se trouvant dans le calendrier julien (l'Angleterre anglicane n'a pas adopté tout de suite le calendrier grégorien) l'autre dans le calendrier grégorien.

Mais dites-moi, lequel est donc mort avant l'autre ?

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog