Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 17:43

SIC

ACCUEIL

 

SIC - Cf. Le Littré (1863-77)

adverbe

latin signifiant ainsi. On le met quelquefois à la marge d'un écrit, ou, entre parenthèses*, dans le cours d'un texte, à la fin d'une citation, pour indiquer que l'original est bien tel qu'on le donne, avec la faute ou l'étrangeté qu'on peut remarquer, et qui, sans cette précaution, pourrait être attribuée à une faute de copie ou d'impression.

 

 

*Plus couramment aujourd'hui entre crochets et le plus souvent en italique : [sic].

Sic : tel quel, littéralement dans le texte.

 

Qui pourrait jurer qu'il n'a jamais fait d'erreur dans ses écrits ? Qu'il prenne alors garde aux [sic] !

La vigilance est de rigueur, incarnée par ceux qui, le regard aiguisé, marquent du sceau impitoyable de celui-qui-ne-laisse-rien-passer, en ajoutant un [sic] dans le texte incriminé, pour bien montrer que l'auteur s'est rendu coupable de lèse-orthographe ou autre délit bien peu pardonnable.

Ce qui suit, ce sont de courts passages littéraires ou non qui donnent quelques erreurs épinglées [sic].

Je me suis amusée à les reproduire ici. Ils valent leur pesant de [sic].

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Science et non-violence - Lanza del Vasto

Troisième Conférence du 19 octobre 1977
Le Chemin de sortie
Traduction Yann Forget, 1993

 

Voyez-vous, chers amis, nous, en France, un pays surdéveloppé, où il n’y a pas la moindre pauvreté [sic], où tous sont en sécurité, habillés, protégés, où il y a surabondance de toute chose, nous avons créé un ashram gandhien avec en son centre, le rouet à laine, qui est rond et a la forme du soleil, pour extraire le fil de la libération. Nous l’avons mis là, et il fonctionne très bien. Des jeunes gens qui pourraient être professeurs à l’université ou faire de la politique, viennent, travaillent avec leurs mains, se marient, ont des enfants et les élèvent. Et les gens viennent nous voir. Il voient que nous sommes heureux, et même très heureux, que nous n’avons pas de problèmes. Tout le monde a du dessert

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

La Nation aux Gardes-françaises 1789

Jacques Louis Vialla

 

Sans eux, ils trouveraient la mort dans les objets destinés à fomenter leur existence, et peut-être même en cet instant, plusieurs d’entr’eux portent dans leurs entrailles, renferment dans leur sein malheureux une substance homicide, un feu dévorant, dont l’explosition [sic] tardive, mais plus affreuse, sera le terme de leur vie, le poison… l’idée seule en fait frémir.
Pour perdre un ennemi, n’est-il pas d’autres traits ?
La trahison n’est pas d’un cœur noble et français.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Hémorragie d'or ou bras cassé - René Creve

Monde, huitième année, n°338
(30 mai 1935)

 

Un grand quotidien a diagnostiqué une hémorragie d’or. Le comité de salut économique a glapi à la superfiscalité [sic], la fédération nationale des contribuables a écrit au président du Conseil :

Il faut supprimer l’initiative des parlementaires en matière de dépense…
Il faut décider.
Il faut commander.

Tiens, déjà ! (note de mamiehiou)

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

L’Homme sans visage - Paul d’Ivoi romancier français,

pseudonyme de Paul Deleutre (1856 – 1915)

 

Enfin, la recommandation faite aux agents de pousser le zèle même jusqu’à la gaffe [sic] et la promesse d’une prime extraordinaire : quatre mille livres (cent mille francs), démontre que la pièce dérobée a une importance capitale.

« De plus, j’ai appris que, par le nouveau sans fil, une longue communication en chiffre diplomatique avait été faite au gouvernement français.

« L’enquête au Ministère n’a rien révélé. Un highlander de garde a cru se souvenir que l’un des ouvriers, occupés en ce moment au ravalement de la façade, était entré dans l’intérieur par une fenêtre laissée entr’ouverte ; mais cet homme n’a disparu qu’un instant, puis a repris place sur le panneau qu’à l’aide d’un système de cordages et de poulies, ces artisans font mouvoir le long des façades qu’ils nettoient.

« La nuit venant de bonne heure en cette saison, les travailleurs avaient quitté le Ministère lors du retour de M. le Premier.

« Or, ici, on est absolument fermé. Vous savez le mutisme de nos hommes d’État, lorsqu’ils sont décidés à garder le silence. On n’en tirera rien.

 

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Les Trente-sept Médaillonnets du Parnasse contemporain

Le Nain Jaune, 1866 - Jules Barbey d’Aurevilly

 

M. Stéphane Mallarmé est certainement de tout ce volume du Par­nasse contemporain, le contemporain le plus surprenant, et pour les ama­teurs de haute-bouffonnerie, le plus inespéré. Original ? Non — pas plus que les autres ! mais dans la violence de l’imitation, transcendant ! Il a évidem­ment pour générateur M. Baudelaire, mais l’effréné Baudelaire n’est qu’une perruque d’Académie, correcte, peignée, ratissée, en comparaison de ce pou­lain sauvage, à tout crin, échevelé, emmêlé, dont la bouche [...] est fiévreuse d’ardeur et d’azur bleu vorace [sic] et, qui a positivement le tintouin de l’azur, car, par l’azur, ce Baudelaire ténébreux et enragé, plus ténébreux que l’autre noir Baudelaire, touche à M. Victor Hugo et s’en va criant dans les steppes vides de ses vers fous :


Je suis hanté. L’azur, l’azur, l’azur !

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Les bassins à cupule - Recensement B

 

Site de Cierzac

Notes : le site est dans la vallée du Né, affluent de la Charente. Le premier bassin était situé sous une voûte (comme à Port-des-Barques). Le second était creusé dans le roc, et « crépi du même enduit ocreux que le Pont-du-Gard » [sic]. Du coté du Né, deux conduits de tuiles, l'un partant du fond du bassin, l'autre à mi-hauteur, se dirigeaient vers le Né et était visible sur plusieurs mètres.

Bibliographie : Dumontet-Origène, Bulletin de la société d'histoire et d'archéologie de Charente-Maritime, 1932, p CXXXI

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Le Surréalisme au service de la révolution n°3 (déc. 1931)

René Crevel

 

DU GÉNÉRAL AU MARÉCHAL

« Jamais, dit-il, je n’ai cessé de maudire les guerres entre Européens, véritables guerres civiles, destructrices, alors que les luttes que comporte l’action coloniale [sic] sont des luttes constructives pacifiantes et civilisatrices.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

La Nature : Revue des sciences

Maxime Hélène (1844–1925)

 

« Le funiculaire de Belleville à Paris »
(vol. 18, no 905, 4 octobre 1890, pp. 283–286)

Voici de longues années que nos voisins d’outre-Atlantique usent, et très largement, de lignes à traction par câble. Melbourne, Saint-Louis, New-York possèdent chacune une quarantaine de kilomètres de chemins semblables. Philadelphie en possède 25, Chicago 18. San-Francisco a inauguré récemment un funilaire [sic] qui n’a pas moins de 32 kilomètres de parcours !

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Les Orientales 1829 - Victor Hugo

LUI

 

Puis, empereur puissant, dont la tête s'incline,

Gouvernant un combat du haut de la colline,

Promettant une étoile à ses soldats joyeux,

Faisant signe aux canons qui vomissent les flammes,

De son âme à la guerre armant [sic] cent mille âmes,

Grave et serein, avec un éclair dans les yeux.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

À travers la jungle politique et littéraire 1930

Victor Méric

 

Joyeusetés électorales

J'avais lutté pour la libération de cet homme [André Marty] avec le désintéressement le plus absolu, donnant mon temps et ma peine sans compter. Je puis certifier que j'étais au centre même de la bataille et que je dirigeais les opérations. En guise de reconnaissance, Marty me fit savoir que, pendant « qu'il offrait sa poitrine à la mitraille [sic], je faisais la noce dans les boîtes de nuit de Montmartre ». Et allez donc !

Il me fallut aviser ce martyr — qui n'en avait pas l' « r » — que dans mes pires débordements, je ne dépassais jamais le Lion de Belfort.

Mais quelle noble attitude, hein ! Et ça ne faisait que commencer. Mes amis et moi, nous allions en voir d'autres.


 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Grands névropathes - Augustin Cabanès (1862-1928)

 

La Fontaine

Le Roi le reçut avec une bonté dont, malgré sa distraction, il fut forcé de s’apercevoir [sic].

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Grands névropathes – Cabanès

 

Baudelaire

Au bruit que je fis en m’approchant, le chat releva la tête, exprima sa colère par quelques jurons [sic] et tout en agitant la queue comme un serpent décapité, il quitta le coussin et disparut sous un meuble…

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Grands névropathes – Cabanès

 

Victor Hugo mégalomane et spirite

La table avait parfois des accès de colère ; pour lui avoir parlé avec irrévérence, Auguste Vacquerie s’attira un jour des insultes [sic], et ne fut tranquille qu’après avoir obtenu son pardon.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Paolo (Vers Inédits) – Emile Zola (1840 – 1902)

 

Certes, le pauvre enfant fut [sic] mort, si son amante
Eut [sic] su qu'il était là, dans l'ombre palpitant ;

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Charles Rinn (1849 – 1917)

Un mystérieux enlèvement

 

Pourtant, on n’arrêta personne. Pourquoi ? Mollesse et négligence de la gendarmerie, écrira le Préfet. Mauvaises instructions des autorités civiles, dira Liébert, et surmenage d’un personnel militaire trop restreint : « La gendarmerie est partout sur pied, ce qui fait qu’elle est sur les dents » [sic]. Là, comme ici, l’on prenait ou l’on affectait de prendre l’effet pour la cause. Le mal, Fouché ne s’y trompa pas, était dans l’antagonisme des uns et des autres. Leurs rivalités les condamnaient à une impuissance que la négociation de Blois allait mettre dans tout son jour.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Les Excentricités du langage - 1865

Lorédan Larchey

 

PANA, PANAILLEUX : « Vieux pana se dit d’un homme avare, laid et âgé, qui se laisse difficilement ruiner par les lorettes. Les panas s’emploient dans le Dictionnaire de la Curiosité comme exemple de tessons, de loques, de débris de toutes sortes, et ceux qui les vendent sont des panailleux. » — Champfleury. — Pana est une forme de panné. — Panailleux viendrait plutôt du vieux mot penaille : guenille.

 

PANADE : Sans consistance. — Allusion à la soupe de ce nom. — « Notre gouvernement est joliment panade ! » — Ricard.

Panade : Chose sans valeur (Vidocq). — De Panne.

 

PANAMA : Chapeau tressé avec des joncs que nos fabriques vont chercher à Panama. — « J’ai dû chanter contre la crinoline et m’égayer aux frais du panama. » — J. Choux. — De 1858 à 1860, le panama fut à la mode. Une société dite des Moyabambines se forma pour l’exploiter, ce qu’il faut savoir pour comprendre cet exemple : « Que de coquins coiffés de moyambines [sic]. » — Id.

 

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente

Émile Coué

(Autrefois : De la suggestion et de ses applications) 1926

 

Tandis que, habituellement, on s’autosuggère [sic] inconsciemment, il suffit de s’autosuggérer consciemment et le procédé consiste en ceci : d’abord, bien peser avec sa raison les choses qui doivent faire l’objet de l’autosuggestion et, selon que celle-ci répond oui ou non, se répéter plusieurs fois, sans penser à autre chose : « Ceci vient ou ceci se passe ; ceci sera ou ne sera pas, etc. », et si l’inconscient accepte cette suggestion, s’il s’autosuggère, on voit là ou les choses se réalisent de point en point.

 

 vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

J'ai puisé ces extraits de textes sur le site de Wikisource La Bibiothèque Libre. Vous pouvez les y retrouver.

 

ACCUEIL

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog