Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:17

ACCUEIL

Parlons québécois avec Kevin Félix Polesello.

 

>> 50 must-know phrases

for diehard fans of Québécois French

Quelques exemples :

Ça fait un boutte que j’apprends le français québécois.

Tu me niaises-tu?

You kidding me ! Tu te fiches de moi !

Je veux pas péter ta balloune, mais tu vas sûrement pas gagner.

I don't want to burst your bubble... Je ne veux pas te décevoir (faire éclater ta bulle)

Ça te tente-tu?

As-tu une blonde?

J’ai pogné un nid-de-poule sur la route.

J’ai oublié de barrer la porte.

Etc.

Et prenons garde aux "faux-amis".

>> http://frenchtogether.com/quebecois-differences/ … … …

Par exemple, faites attention quand vous dites "les gosses" au Québec !

Les gosses

Gosse seems like a pretty straightforward word, right? Well, it would have been if the Québécois hadn’t gone and given another meaning to it!

In France, a gosse is simply a child. But, in Québec, les gosses are those two things hanging between a guy’s legs.1

You’ll probably want to avoid asking a father in Québec how his gosses are doing or what their names are! You can use the word enfants instead.

Don’t worry, though. Even if you make a linguistic blunder, the Québécois will only love you all the more for it.2

NOTES > 1-En France, un gosse est simplement un enfant.

Mais au Québec, ce sont ces deux choses suspendues entre les jambes d'un garçon.

2-Ne vous inquiétez pas.

Même si vous faites une gaffe linguistique, les Québécois ne vous en aimeront que davantage.

 

Un grand bonjour à nos cousins du Québec !

 

Le 24 mai 2014, un Québécois fait un commentaire qui jette le doute sur l'article de M. Polesello dont il est question ici. Vous pouvez lire le commentaire de ce monsieur dont le pseudo est "Indignation".

J'aimerais avoir d'autres avis des habitants du Québec.

Le 26 juin M. Félix Polesello répond à M. Indignation.

Lire les commentaires qui complètent à merveille mon article.

ACCUEIL

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Vincent 12/01/2015 22:31

Bonjour,

je viens de découvrir votre blog et je m'amuse beaucoup ... Je suis un français de "France" et j'avoue que vos expressions me décoiffent.
L'accent québécois est compliqué à décrypter également pour moi. Je suis allé dernièrement à un concert de Miss Lynda et quand elle se met à parler vite de québécois, ouch, dur à suivre ...
J'ai un autre exemple. Ce sketch d'Edouard Baer se finit par un juron en québécois que je ne comprends pas ... Et vue la réaction du public, je me dis que ce serait intéressant de le comprendre. Pourriez vous me donner la traduction SVP ?
La vidéo de trouve là : https://www.youtube.com/watch?v=g6rKiencFms

Merci !

mamiehiou 13/01/2015 11:56

Je suis ravie que mon blog vous amuse et je vous remercie de me l'écrire.
Cependant je ne vous serai d'aucun secours pour la traduction du québécois, n'ayant pas de dictionnaire français-québécois québécois-français.
Vous pouvez jeter un coup d'oeil aux articles de Monsieur Kevin Félix Polesello auquel je me réfère. Peut-être trouverez-vous ce que vous cherchez.
Bonne journée !

Mlle Traductrice 27/06/2014 00:08

Je suis Québécoise de souche (comme on dit) et traductrice, la langue c’est mon métier. Je dois dire que M. Indignation n’a pas de quoi être indigné par les propos de M. Posello. Certes, beaucoup des expressions relevées dans cet article sont de niveau de langue courante, voire familière. Beaucoup de choses que l’on dit entre amis et en famille, mais qu’on ne dirait pas à son patron ou qu’on n’écrirait pas dans le cadre de son travail ni même dans une dissertation à l’école. Les niveaux de langue existent dans toutes les langues, les Français utilisent beaucoup le verlan qui ne s’utilise presque pas au Québec (mais cela pourrait changer puisqu’il y a une forte vague d’immigration provenant de France en ce moment). Les Québécois ont quant à eux le joual, que les colorés personnages de l’auteur Michel Tremblay illustrent très bien. La langue est en constante évolution et il est faux de dire que tout ce qu’un Québécois dit peut être compris partout dans le monde, et cela va de soi pour tous les francophones qu’ils soient Français, Belges, Sénégalais, Maliens, Marocains et j’en passe. Chaque pays francophone et même région d’un pays peut avoir ses propres régionalismes, il y a des Français du nord qui ne comprennent pas les expressions des Français du sud, comme les Gaspésiens ne sont pas toujours compris des Montréalais. C’est ce qui crée la diversité et la beauté d’une langue. C’est ce qui la rend bien vivante.

Mon conjoint est Irlandais et je trouve que le blogue de M. Posello est très bien conçu. Il y a trop peu de ressources pour les personnes qui désirent apprendre le français québécois, les méthodes d’apprentissage étant souvent conçues en France. Tous les francophones ont la même base, la même grammaire, mais le vocabulaire et l’usage de certains mots changent d’une région à une autre. L’écart géographique y est aussi pour beaucoup. Contrairement à ce que Thierry Ardisson pense, les Québécois ne parlent pas le même français qu’au XVIIIe siècle, mais il est vrai de dire que certaines expressions sont restées d’usage ici. C’est le cas du verbe « s’abrier » qui veut dire « se couvrir, s’habiller chaudement » et est encore de nos jours d’usage courant au Québec, alors qu’en France, il s’agit de vieux français. Même chose pour l’exemple dans l’article « barrer la porte » qui veut dire « verrouiller », à l’époque on fermait les portes avec des barres, l’expression est restée malgré l’invention du verrou, mais détrompez-vous, nous utilisons aussi « verrouiller », cela dépend.

Pour répondre à Catherine de la Russie, « niaiser » a plusieurs définitions, dont celle qu’elle a décrite. Dans le contexte de l’expression « Tu me niaises-tu », niaiser prend le sens de « faire marcher »/« prendre quelqu’un pour un con ». C’est de la langue courante et la phrase fétiche de ma sœur quand elle croit que je veux la berner, la faire marcher. Or, ce n’est pas quelque chose que je dirais à ma patronne si elle m’annonçait quelque chose que je crois faux.

Dans la section des faux amis, il faut aussi ajouter foufounes, bourré, suçon et sucette, pour ne nommer que ceux-là. Au Québec ce n’est pas une foufoune, mais des foufounes et cela veut dire les fesses dans un langage plutôt enfantin. Un Québécois bourré n’est pas ivre, mais il a beaucoup trop mangé. Ce qui est pour nous un suçon est une sucette pour les Français et vice-versa. À noter que la définition québécoise de gosse fera son entrée dans le Petit Robert 2015.

Si vous êtes un amoureux de la langue française et que vous voulez en savoir plus sur le français québécois, je vous conseille de suivre le blogue de M. Posello. C’est très bien fait, il y a même souvent des vidéos tirées d’émissions de télé, ce qui permet d’apprendre du nouveau vocabulaire, mais aussi de s’habituer à l’accent. Car oui, nous avons un accent, mais les Français aussi en ont un, tout le monde en a un!

mamiehiou 27/06/2014 15:15

Sachez que l'accent québécois est très apprécié par beaucoup de Français qui le trouvent plaisant, comme ils trouvent plaisant l'accent marseillais ou celui du sud-ouest. Les Parisiens ont aussi un accent - ils croient le plus souvent que c'est l'accent français de référence (quelle erreur !) - accent qui n'est pas très beau quand il est appuyé. Je suis moi-même de Saint-Etienne où l'on parle gaga (de moins en moins d'ailleurs) et bon nombre de gens trouvent cet accent horrible. C'est l'accent de mon enfance, l'accent de ma mère qui résonnait si affectueusement à mon oreille.
Un grand merci pour toutes les précisions que vous donnez ici.

Kevin Felix Polesello / OffQc 26/06/2014 22:43

J'ai un deuxième commentaire à faire si vous permettez.

Après relecture du commentaire, ce n'est pas tant qu'il trouve inexacts les exemples d'usage, mais plutôt qu'il les trouve abominables.

Si tel est le cas, c'est de l'ignorance tout court. Malheureusement ce sentiment est bien présent chez certains Québécois.

mamiehiou 27/06/2014 20:38

J'aime faire partager ce que je trouve intéressant comme le sont vos articles sur votre langue. Merci à vous.

Felix Polesello 27/06/2014 19:41

Ce n'est pas grave!

Merci bien d'avoir publié mes commentaires et un grand merci de m'avoir cité sur votre site.

mamiehiou 27/06/2014 15:43

Sentiment présent pas seulement chez les Québécois !
Pardonnez-moi, monsieur Polesello, je viens de m'apercevoir que j'ai mal orthographié votre nom. Je ne vous ai pas appelé Portobello, ni Pollozollo, mais Posello, ce qui n'est pas mieux ("Mouais... genre !" comme vous dites dans un certain article)

Kevin Felix Polesello / OffQc 26/06/2014 20:03

Bonjour! Je suis l'auteur du blogue dont il est question ici.

Je dois avouer que je ne partage pas du tout l'avis d'Indignation. Les exemples que je mets sur mon blogue sont toujours des exemples très exacts de la langue parlée au Québec. Je vous assure que je n'ai absolument rien inventé. Le commentaire d'Indignation me laisse complètement perplexe, pour ne pas dire consterné.

Les exemples que je mets sur mon blogue sont généralement des citations provenant de textes rédigés par des Québécois et d'émissions de télévision québécoises. Je m'efforce de décrire aussi fidèlement que possible la langue familière du Québec.

Tout ce qui est écrit sur mon blogue est vérifiable. Le commentaire d'Indignation ne fait que jeter des doutes là où il ne devrait pas y en avoir. C'est dommage.

mamiehiou 27/06/2014 14:56

Bonjour !
Je suis très contente que vous ayez pris la peine de répondre aux commentaires de cet article. Votre blog (blogue) me plaît beaucoup. On y puise des expressions québécoises qu'on ne trouve nulle part ailleurs et j'avais bien compris qu'il s'agissait, pour beaucoup, de phrases relevant de la langue familière, ce qui fait tout le charme et l'intérêt de vos articles.
Je regrette sincèrement que M. Indignation s'indigne à leur lecture et n'en goûte pas toute la saveur.
Merci pour cette mise au point nécessaire à quelques-uns de nos lecteurs bégueules qui ne semblent supporter que la langue châtiée.
Je me suis amusée aussi moi-même à écrire ici des articles sur l'argot.
Avec mes cordiales salutations,
Mamiehiou

Indignation 25/05/2014 01:14

Je vis au Québec, je suis québécois. Je ne partage rien de l'embrouillamini de langue que vous décrivez ici. Le seul français légitime, que l'on entend ou qu'on lit au Québec est compris par toute la francophonie

mamiehiou 27/06/2014 15:57

Merci Hélène de rappeler ici que le français, parlé dans le vaste monde, nous est un bien commun.

Hélène 26/06/2014 21:33

Mamiehiou,
Je trouve que M. Indignation est "un peu vite su'l piton!". Je lis de temps en temps le blog de KP Posello et jamais je n'y ai lu quelque chose que je n'ai jamais entendu après 40 ans de vie au Québec (j'en ai 42...). Le français québécois, suisse, belge, sénégalais ou français, lorsqu'il est de la rue, finit toujours par se comprendre dans toute la francophonie. Un minimum d'effort, s'il vous plaît.

mamiehiou 25/05/2014 13:29

Monsieur, je suis désolée de vous avoir heurté en publiant mon article. Je ne suis moi-même pas québécoise et je n'ai eu aucun moyen de vérifier si monsieur Kevin Félix Posello, à l'article duquel je me réfère a donné des informations fiables sur le québécois ou bien s'il a écrit "un embrouillamini". Comment pouvais-je savoir si ce qu'il décrit est faux.
Je sais que bon nombre d'articles sur la toile comporte des erreurs, peut-être suis-je tombée bêtement dans un piège, sans le vouloir.
Vous avez peut-être compris que j'aime la langue française et que je voudrais pouvoir la connaître - et la faire connaître - telle qu'elle se pratique dans tous les coins du monde. Le québécois m'intéresse tout autant que le français parlé en France. Et j'ai trop de respect et d'admiration pour les Québécois qui luttent courageusement pour sauvegarder et défendre leur langue pour dire des choses qui ne sont pas conformes avec la réalité.
Si votre "indignation" doit se diriger contre quelqu'un, c'est sûrement contre monsieur Kevin Félix Posello. Si vous pouviez le contacter comme vous venez de le faire avec moi, je serais ravie de savoir quelle serait sa réponse, si tant est qu'il vous en donne une.
Je mets, à la fin de cet article qui donne lieu à controverse, une note pour en avertir les lecteurs.
Je serais tout à fait ravie que vous puissiez interroger un linguiste québécois pour qu'il me donne son avis.

Catherine de la Russie 03/04/2014 19:10

et bien je niese c'est a dire je ne fais rien maintenant et cette questionne je ne comprends pas vraiment )) Tu me niaises-tu?

mamiehiou 05/04/2014 08:31

Merci pour cette précision. Peut-être un Québécois de souche tranchera-t-il la question.
Je vous souhaite de poursuivre agréablement votre promenade dans mon blog ! Bonne journée !

Catherine de la Russie 04/04/2014 20:30

Bonjour! Non je ne suis pas quebecoise ) je suis russe mais mon ami francais habite Quebec ) alors je lui ai pose la questionne a propose de Tu me niaises-tu? et il m'a repondu qu'il n'a pas jamais entedu parler ) mais peut-etre parce que cette tournure est plus moderne que lui )))

mamiehiou 03/04/2014 19:20

Vous êtes québécoise, Catherine de la Russie ?
J'ai relevé cette phrase sur le site de Félix Posello que je mets en lien avec mon article. Pensez-vous qu'il soit inapproprié ?

Les caprices de Cachou 03/04/2014 17:45

Petite anecdote :
Mon copain a dû résider pendant quelques semaines au Québec pour son boulot. Il prend vite ses petites habitudes, et en particulier, celle d'aller prendre son petit-déjeuner dans un café pas très loin de son hôtel. Et tout naturellement lie connaissance avec la serveuse.
Jusqu'au jour où elle vient droit vers lui avant qu'il n'ait fini son café : "tu m'chauffes ?".
Lui, grand gaillard assez timide, pour ne pas dire très timide, rougit, s'étouffe, bredouille ... : "M'enfin ? Mais non ... Oh ... Mais ... " et s'enfuit à toutes jambes, honteux du malentendu.
Il est revenu le soir avec un bouquet de fleurs. "Tu me chauffes", là-bas, ça veut juste dire "tu m'emmènes dans sa voiture ? tu fais le chauffeur, quoi .....". Ces ex-collègues s'en souviennent encore, paraît-il ...

mamiehiou 03/04/2014 17:54

Je vous remercie pour cette anecdote vraiment très savoureuse !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog