Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 16:41

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Les poèmes de mamiehiou

Le vers en écho

Littré : Terme de littérature. Sorte de vers dont la dernière syllabe se répète et ajoute au sens qu'elle complète ; cette dernière syllabe répétée est comptée comme un vers.

 

Ma chère enfant tu es venue,

Nue,

Pauvre, affamée comme jamais ;

Mais

Tu fus accueillie, réchauffée.

Fée

De mes journées que tu remplis !

Lis

Dans mon regard tous les éclairs

Clairs

Que tu ravives comme flamme ;

Lame

Déferlante qu'Amour apporte,

Porte

L'ivresse de la joie céleste !

Leste,

Tu l'es comme l'oiseau bleuté.

Tes

Gracieux appas me conviennent.

Vienne

Ton corps exquis que j'y demeure !

Heures

Bénies, tendres, paradisiaques.

Ah ! Que

Mon coeur était plein d'espérance

En ce

Moment heureux que j'attendais

Dès

Lors que ce jour je t'ai connue,

Nue

Félicité m'est advenue.

Mamiehiou

Mythologie grecque

Écho était une belle nymphette à qui Zeus demanda un jour un service. Elle devait distraire Héra, l'épouse jalouse du dieu, pour que cette dernière ne vît pas que son volage de mari fuguait et la trompait éhontément.

Pauvre Écho ! Elle ne put accomplir sa tâche ; Héra qui était finaude éventa l'affaire et fit éclater sa rage.

Zeus punit Écho : désormais, elle ne parlerait plus que la dernière.

Un jour, la belle enfant tomba amoureuse de Narcisse. On le connaît bien celui-là, il n'aimait personne plus que lui-même depuis le jour où il vit son reflet ; mais il aurait bien aimé aussi Écho s'il ne l'avait jugée stupide à répéter inlassablement ce qu'il disait. Pas de dialogue possible ! Il la repoussa.

Pauvre Écho ! Elle se retira dans une grotte et dépérit, dépérit, à tel point qu'il ne lui resta que la voix. D'aucuns racontent qu'elle devint une source et que ses os se transformèrent en pierre.

Pan cependant s'éprit d'elle et l'éparpilla sur la terre pour devenir l'écho.

 

Écho n'est plus un son qui dans l'air retentisse,

C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse.

[ Boileau, L'art poétique]

 

Voir sur Wikisource : La chasse du Burgrave de Victor Hugo

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Chasse_du_burgrave

 

Extrait

Archers, mes compagnons de fêtes,
Faites
Votre épieu lisse et vos cornets
Nets.

« Nous ferons ce soir une chère
Chère ;
Vous n’y recevrez, maître-queux,
Qu’eux.

« En chasse, amis ! je vous invite.
Vite !
En chasse ! allons courre les cerfs,
Serfs ! »


Il part, et madame Isabelle,
Belle,
Dit gaiement du haut des remparts :
« Pars ! »

Tous les chasseurs sont dans la plaine,
Pleine
D’ardents seigneurs, de sénéchaux
Chauds.
 
Ce ne sont que baillis et prêtres,
Reîtres
Qui savent traquer à pas lourds
L’ours,

Dames en brillants équipages,
Pages,
Fauconniers, clercs, et peu bénins
Nains.

En chasse ! — Le maître en personne
Sonne.
Fuyez ! voici les paladins,
Daims.

Il n’est pour vous comte d’empire
Pire
Que le vieux burgrave Alexis
Six !

[...] 

Les poèmes de mamiehiou

> Pour les poètes en herbe : Versification. Comment compter les syllabes d'un vers

 

Note sur le vocabulaire : "Tes gracieux appas me conviennent"

Vous hésitez entre appas et appâts ?

Cf. Littré [extraits] :

appât

nm (a-pâ ; le t ne se lie pas ; au pl. l's se lie comme dans appas)

1 Terme de chasse ou de pêche. Pâture pour attirer et prendre le gibier ou le poisson. Aux appâts d'un hameçon perfide, J'amorce en badinant le poisson trop avide. [Boileau, Epîtres]

2 Ce qui attire. Quand une fois on a trouvé le moyen de prendre la multitude par l'appât de la liberté. [Bossuet, Oraisons funèbres]

appas

nm pl. (a-pâ ; l's se lie)

1 Les beautés qui dans une femme excitent le désir. Cette ardeur que j'ai pour ses appas, Bérénice en mon sein l'a jadis allumée. [Racine, Bérénice]

2 En parlant des choses, attraits. Arbres épais, et vous, prés émaillés, La beauté dont l'hiver vous avait dépouillés, Par le printemps vous est rendue ; Vous reprenez tous vos appas. [Molière, La princesse d'Élide]

REMARQUE

Appas est le pluriel de appât. L'ancienne orthographe était appast ; au pluriel, appasts ou appas. La faute a été de faire de ce mot unique deux mots différents. De là toute sorte d'irrégularités qu'on trouve dans les auteurs ; d'abord la plus forte de toutes, qui est appas au singulier. Qui dort en sûreté sur un pareil appas, Et le plaint, ce galant, des soins qu'il ne prend pas. [Molière, L'école des femmes] Puis appas dit pour appâts ; mais ceci n'est qu'une affaire d'orthographe. Enfin l'emploi de appas pour exprimer les attraits qu'un homme peut avoir : Le seul remède aujourd'hui à apporter à la confusion serait d'assigner à appas, substantif pluriel, le sens spécial de beautés qui attirent ; puis, cela fait, de ne voir aucune différence entre appas et appâts, au pluriel, pour signifier ce qui amorce, ce qui charme, ce qui attire ; fusion qui, ne faisant que rétablir la réalité du fait, aurait l'avantage d'ôter l'apparence d'irrégularité au cas où nos bons auteurs ont dit appas ce que nous disons aujourd'hui appâts.

 

Voir aussi sur le site du Cnrtl > APPÂT § B & C 

La Nouvelle Orthographe (1990) donne appâts, au lieu d’appas.

> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

> Retour au début de l'article

Les poèmes de mamiehiou

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article

commentaires

Evelyne Guyader-Debrabant 10/04/2014 18:17

Je ne connaissais pas du tout ce style de vers... Merci ! ;-)

mamiehiou 12/04/2014 07:25

Je suis contente de savoir que j'apprends parfois quelque chose à mes lecteurs, et à vous en particulier !
Cordialement.

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog