Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 08:14

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Textes d'auteurs à retrouver dans la catégorie > Florilège - La pensée des autres

 

 

Il est des magazines LIRE qu'on a de la peine à oublier

tant il renferment de trésors.

Introduction  > Le magazine LIRE - Le rêve d'un classement

 > Les magazines LIRE de 2005 à 2014 

> Les magazines LIRE de 2015

En vert, quelques réflexions de Mamiehiou

1983

N° 98 novembre 1983

Hélène Carrère d'Encausse, Vincenot, Weyergans, Marie France Garaud, Richelieu...

Sottises et vérités sur la Chine par Simon Leys

"La Chine, pour moi, n'est pas une profession, mais un choix de vie." S. Leys

Extrait

[...]Pierre Rykmans, c'est aussi Simon Leys. Et Simon Leys (dont la force de conviction a laissé quelques traces lors d'un passage à Apostrophe*), c'est la première voix ayant osé avec Les habits neufs du président Mao ( Champ libre) transpercer le mur de l'idolâtrie et de l'imbécillité coupable érigé devant la tragique réalité chinoise. En plein délire maoiste de l'Occident, il clame, d'abord dans un silence total puis sous les calomnies, ce que les dirigeants actuels de la Chine reconnaissent eux-mêmes, en partie : la soi-disant Révolution Culturelle dont la nouveauté la plus radicale reste encore d'avoir apporté une variante inédite dans l'ordre de la coercition totalitaire fut un gigantesque massacre au sens propre comme au sens figuré. Maniant tour à tour l'analyse précise et la polémique avec un style aux pointes cinglantes dans la lignée de nos classiques, Simon Leys va poursuivre dans Ombres chinoises (Laffont), Images brisées (Laffont) et, tout récemment, La Forêt en feu (Hermann) une entreprise d'hygiène qu'il qualifie de modeste témoignage en vue de rétablir des évidences, mais qui justifie plutôt le jugement de Jean-François Revel, voyant dans son oeuvre celle d'un "observateur, historien, penseur et écrivain chez qui la science et la clairvoyance se mêlent merveilleusement à l'indignation et à la satire".

*Extrait du passage de Simon Leys à Apostrophe "Les intellectuels face à l'histoire du communisme" :

VIDÉO : Polémique sur le plateau avec Maria Antonietta Macciocchi, sinologue.

[Dans une étude inédite que Simon Leys vient de terminer sur George Orwell, dont le vrai nom était Eric Blair, on trouve cette observation d'un critique : "Quand un écrivain choisit un autre nom pour son moi qui écrit, il fait bien plus qu'inventer un pseudonyme : il nomme, et dans un sens il crée, son identité imaginaire"]

En marge de l'entretien de Simon Leys avec Pierre Boncenne, on peut lire les "sottises", entre autres, du Parti Communiste, de Simone de Beauvoir, de François Mitterrand, de Jules Roy, d'Alain Peyrefitte, de Roger Garaudy, de Pierre-Jean Rémy, de Roland Barthes, Maria Antonietta Macciocchi, Philippe Sollers, Julia Kristeva...

Je relève ci-dessous les "sottises" de François Mitterrand et d'Alain Peyrefitte.

François Mitterrand

François Mitterrand qui visite la Chine en 1961 en ramène un livre intitulé La Chine au défi (Julliard). Le destin de l'équipe dirigeante lui inspire cette prédiction bien imprudente : "Quand Mao disparaîtra, la succession sera assurée. La révolution chinoise ne ressemble pas à ces complots montés autour d'un personnage prestigieux, ambitieux et qui se juge indispensable."

Alain Peyrefitte

Quelques années après Jules Roy, Alain Peyrefitte, auteur du bestseller Quand la Chine s'éveillera, reprendra et développera la thématique de la Chine, pays radicalement différent. Et il dira notamment : "Les libertés ? Les Chinois n'en ressentent pas la privation, parce qu'ils ne les ont jamais pratiquées."

1985

N°112 janvier 1985

Mes voeux choisis pour 1985 à vous tous, 664000 lecteurs de LIRE, et mes remerciements pour votre fidélité. Bernard Pivot

Les carnets de Bernard Pivot

1985, année des premiers championnats d'orthographe. Loin de moi l'idée que ce concours national de la dictée sera l'événement le plus important des mois à venir, mais il en sera l'une des manifestations culturelles les plus originales et les plus divertissantes. La défense du français tel qu'on doit l'écrire est une grande cause et y participer procurera, j'en suis persuadé, des émotions de qualité. […]

Les 20 meilleurs livres de l'année

1-Matisse par Pierre Schneider

2-L'amant par Marguerite Duras,

Prix Goncourt, bien sûr. Meilleur texte de littérature de l'année, sans aucun doute

3-L'insoutenable légèreté de l'être par Milan Kundera

4-Voix dans la nuit par Frédéric Prokosch

5- 45 ans de dessins par Ronald Searle

6-Néropolis par Hubert Monteilhet

7- Le silence du corps par Guido Ceronetti

8- Avec mon meilleur souvenir par Françoise Sagan

9- les mouvements de mode expliqués aux parents par H. Obalk

10-Tchekhov par Henri Troyat

après Dostoïevski, Pouchkine, Lermontov, Tolstoï et Gogol, Anton Tchekhov est le 6e géant de la littérature russe que notre prolixe académicien passe au crible de son regard exercé de biographe. Un extrait dans LIRE n° 111, décembre 1984.

11- la mort volontaire au Japon par Maurice Pinguet

12 – Rimbaud en Abyssinie par Alain Borer

Un Sieur Rimbaud se disant négociant par Alain Borer

13- L'enfant chat de Béatrix Beck

14- La place par Annie Ernaux

15- Souvenirs de Pologne par Witold Gombrowicz

16- Amoureuse Colette par Geneviève Dormann

17- Confession véridique d'un terroriste albinos par Breyten Breytenbach

18- La recluse par Jacques Doyon

19- Alexis de Tocqueville 1805-1859 par André Jardin

20- Le sourire du chat par François Maspéro

Extrait : Victor Hugo par Alain Decaux

Début 1830, tout Paris attend la « première » d'Hernani, la nouvelle pièce de Victor Hugo. Les tribus romantiques sont prêtes à affronter les classiques. Mais la bataille promet d'être rude...

25 février 1830. Impossible de ne pas s'émouvoir en lisant les lignes que Théophile Gautier a écrites quelques mois avant sa mort, alors qu'il luttait contre l'affreuse maladie qui allait l'emporter : « Cette date reste écrite dans le fond de notre passé en caractères flamboyants : la date de la première représentation d'Hernani . Cette date décida de notre vie. »

Extraits :

L'enfant, le sang et l'espoir par Buchet et Chastel

La France contre la France par Anne-Marie et Jean Mauduit

La double vie de Salvador Dali par Pierre Ajame

la mort volontaire au Japon par Maurice Pinguet

Les animaux ont une histoire par Robert Delort

La gloire de Dina par Michel del Castillo

Poésie : les partis-pris de Jean-François Revel. Une anthologie de la poésie française que Jean-François Revel n'a pas voulu concevoir comme un musée mais comme une collection particulière.

 

  Charles Baudelaire (1821-1867)

 Moesta et errabunda

Dis-moi, ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l'immonde cité,
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
Dis-moi, ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe ?

La mer, la vaste mer, console nos labeurs !
Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse
Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,
De cette fonction sublime de berceuse ?
La mer, la vaste mer, console nos labeurs !

Emporte-moi, wagon ! enlève-moi, frégate !
Loin ! loin ! ici la boue est faite de nos pleurs !
- Est-il vrai que parfois le triste coeur d'Agathe
Dise : Loin des remords, des crimes, des douleurs,
Emporte-moi, wagon, enlève-moi, frégate ?

Comme vous êtes loin, paradis parfumé,
Où sous un clair azur tout n'est qu'amour et joie,
Où tout ce que l'on aime est digne d'être aimé,
Où dans la volupté pure le coeur se noie !
Comme vous êtes loin, paradis parfumé !

Mais le vert paradis des amours enfantines,
Les courses, les chansons, les baisers, les bouquets,
Les violons vibrant derrière les collines,
Avec les brocs de vin, le soir, dans les bosquets,
- Mais le vert paradis des amours enfantines,

L'innocent paradis, plein de plaisirs furtifs,
Est-il déjà plus loin que l'Inde et que la Chine ?
Peut-on le rappeler avec des cris plaintifs,
Et l'animer encor d'une voix argentine,
L'innocent paradis plein de plaisirs furtifs ?

 

 Pierre de Ronsard  (1524-1585)

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence
Quand je m'épris de vous, ma Sinope cruelle ;
Seize ans estoyent la fleur de vostre âge nouvelle,
Et vostre teint sentoit encore son enfance.

Vous aviez d'une infante encor la contenance,
La parolle, et les pas ; vostre bouche estoit belle,
Votre front et vos mains dignes d'une Immortelle,
Et vostre oeil, qui me fait trespasser quand j'y pense.

Amour, qui ce jour-là si grandes beautez vit,
Dans un marbre, en mon coeur d'un trait les escrivit ;
Et si pour le jourd'huy vos beautez si parfaites

Ne sont comme autresfois, je n'en suis moins ravy,
Car je n'ay pas égard à cela que vous estes,
Mais au doux souvenir des beautez que je vis.

N°113 février 1985

Enquête et portraits

Ces acteurs qui savent aussi écrire – Simone Signoret, Dirk Bogarde, Leslie Caron, Marie-France Pisier, Odette Joyeux, Peter Ustinov, Micheline Boudet, Nicole Calfan, Sam Shepard, Woody Allen, Roland Dubillard.

Au peigne fin par André Rollin : Portrait du joueur par Philippe Sollers

Extraits

Lincoln par Stephen B. Oates

Le grand fumeur et sa passion par Odile Lesourne

Le miroir qui revient par Alain Robbe-Grillet

En 1961, le pape du nouveau roman sort indemne d'une catastrophe aérienne. Il n'échappera pas à l'esprit polémique de critiques l'accusant d'avoir raconté cet accident dans le style le plus classique.

« Je n'ai jamais parlé d'autre chose que de moi. Comme c'était de l'intérieur, on ne s'en est guère aperçu. »

Premiers éveils de l'homme par Louis-René Nougier

Anatomie du pouvoir par J. K. Galbraith

Méchant par Jean-Marc Roberts

L'arbre et le fruit par Jacques Gélis

Pour un nouveau-né, le choix d'un prénom marque le véritable acte de naissance. L'histoire montre que cette décision correspond souvent à des traditions ou à des modes et très peu au hasard.

Document : Petits noms et grandes personnes

Léon Schwarzenberg et Léo Malet parlent de leur prénom : Léon. L'un l'aime, l'autre pas et le trouve même, comme Gaston, un peu con.

Articles connexes dans ce blog

La naissance de Victor Hugo - Deux noms prédestinés : Victor et Hugo par Alexandre Dumas

& Le nom de famille – Le prénom – Le surnom – Le pseudonyme

N°114 mars 1985

Vous écrivez ? Comment vous faire publier. Les manuscrits, les éditeurs, les droits d'auteur, les pièges... et nos conseils pratiques.

Interview Georges Dumézil

Mondialement connu pour ses études sur les indo-européens qui ont révolutionné l'histoire des religions et des sociétés anciennes, Georges Dumézil continue, à 87 ans, ses recherches. Pierre Assouline lui a demandé de retracer son extraordinaire itinéraire intellectuel.

G. D.- « Je souhaiterais vivre cent ans de plus pour voir ce que deviendra la science mais pas une minute de plus pour voir ce que deviendra l'histoire dont je n'attends rien. »

« Un seul homme au monde parle la langue oubykh. Ce paysan turc, que j'ai fait invité au Collège de France, est devenu mon collègue »

«  Ma seule raison de vivre, c'est de réfléchir et de comprendre. Quand je ne pourrai plus, je souhaite qu'on m'aide à partir. »

Ces merveilleux livres-objets et leurs drôles d'éditeurs

Des livres à lire, à voir et à toucher. Conçus par des artisans-éditeurs passionnés du papier et de la typographie.

Au peigne fin par André Rollin : Le septième ciel par Jacques Lanzmann

Extraits

Moi, ta mère par Christiane Collange

Droit de réponse à l'un de ses fils : Moi, ton fils

Les Français et l'ancien régime par Pierre Goubert & Daniel Roche

Les meilleurs amis du monde par Raymond Castans

Le cerveau binaire par David Ritchie

Brummel par Jacques Langlade

Hommes et femmes par Annie Leclerc

Fortitude par Larry Collins

Lire document : La leçon de dessin du professeur Frédérique

Divertissement loufoque d' André Frédérique

Le Tour du Monde en 25 questions par Betty der Andreassian

Je vous en donne quelques-unes :

2-Ce peintre qui, avec Velasquez et Goya domine la peinture espagnole, n'est pourtant pas né en Espagne. Quel est son nom et d'où est-il ?

3- En 1835, Alexandre Dumas fait, sous un nom d'emprunt un voyage qui, quelques années après, donnera naissance à l'un de ses livres où excelle le plus son talent d'observateur et son génie de conteur mais qui restera pendant plus d'un siècle ignoré par le public. Quel est le titre de ce livre récemment republié ?

5-Vous vous embarquez pour une traversée sur la mer Egée. A quel dieu vous en remettre ?

9-Le naufrage du Saint-Géran sur les côtes de l'Ile de France inspira un ouvrage. Lequel ?

25- Qu'appelle-t-on Colonnes d'Hercule ?

Réponses

2-Le Greco est né près de Candie (Heraklion) en Crête

3-Alexandre Dumas – qui s'est vu refuser son sauf-conduit – se rendra sous le nom du peintre Guichard à Naples où il résidera. Le titre de son livre, le Corricolo, est le nom d'une voiture tirée pas deux chevaux – des chevaux morts ! C'est, en fait, le lien idéal entre les différents épisodes, les lieux et les époques dans ce portrait en mouvement de Naples.

5-A Poseidon (Neptune), fils de Cronos et frère de Zeus et de Pluton. Il a mauvais caractère et passe son temps à se disputer l'Attique avec Athéna !

9-L'Ile de France (l'Ile Maurice) fut le témoin du naufrage du Saint-Géran. Cette tragédie allait inspirer à Bernard de Saint-Pierre son roman Paul et Virginie, l'histoire de deux enfants qui ont grandi ensemble sous les palmiers de l'Ile de France, qui s'aiment et sont séparés. Virginie, partie en France, décide de revenir. Mais le Saint-Géran dans lequel elle rejoint l'île fait naufrage. Elle périt sous les yeux de Paul qui l'attend sur le rivage. Il meurt de chagrin...

25-Les Colonnes d'Hercule, c'est le détroit de Gibraltar. [...]

N°115 avril 1985

La culture des jeunes par Hector Obalk

Comment mieux connaître la culture des jeunes ? Qu'ont-ils appris au juste ? Quelle forme de sensibilité manifestent-ils ?

Il est communément admis que la civilisation a commencé il y a plus de cinq mille ans avec l'invention de l'écriture. Pour les jeunes, on peut parier qu'elle commence dans les années trente ; avec le début du parlant. Et on peut même dire qu'avant 1925 , le passé sombre pour eux dans la préhistoire des siècles sans images ou plutôt sans cinéma. Renaissance, Moyen Âge, XVIIIe siècle se confondent dès lors, dans une sorte d'ailleurs indistinct. » [...]

Note de Mamiehiou.- Je ne suis pas sûre qu'aujourd'hui, en 2015, les choses aient bien changé. Peut-être sont-elles pires ; l'enseignement de l'histoire a laissé peu de traces dans les mémoires de nos jeunes d'aujourd'hui. Ceux qui ont moins de quarante ans, si tant est qu'ils ne se soient jamais intéressés à l'histoire après leurs années lycée, sont souvent incapables de se remémorer l'ordre chronologique des mouvements historiques et ne sauraient pas placer le nom des grands personnages sur la ligne du temps.

Au peigne fin par André Rollin : La Pompéi par René-Victor Pilhes

Extraits

Machiavel par Giuseppe Prezzolini

suivi de Machiavel vu par Maurice Merleau-Ponty, Jean Giono et Raymond Aron.

La Cité de la joie par Dominique Lapierre

Au nom de la loi par Guy Thomas

Le propre et le sale par George Vigarello

L'Elysée de Mitterrand par Michel Schifres & Michel Sarazin

La planète vivante par David Attenborough et Jean Dorst

Retrouvailles, une nouvelle de Vladimir Nabokov extraite de Détails d'un coucher de soleil

Jeux (extrait) A partir de 3 définitions proposées, on demande de retrouver le sens de : nosophobie, éreuthophobie, photophobie, agoraphobie.

N°116 mai 1985

Gouverner sans écrire, impossible. Les livres des hommes politiques de la Ve République. Style. Intérêt. Impact. Enquête de Pierre Assouline avec la participation de Pierre Boncenne

Cinquante hommes politiques sont passés au crible.

Les auteurs ont donné une notation à leur style.

*** style remarquable ; impact exceptionnel ; intérêt historique.

** Style original ; impact marquant ; intérêt indiscutable.

*Style correct ; impact honorable ; intérêt documentaire.

° style inexistant et livre-magnétophone ; impact restreint, intérêt à peine circonstanciel.

Comme on pouvait s'y attendre, Charles de Gaulle frise l'excellence : ***style remarquable ; ***impact exceptionnel ; ***intérêt historique.

Edgar Faure le suit de près : ** Style original ; **impact marquant  ; ***intérêt historique

« J'ai du génie, mais je ne suis par sûr qu'il soit nécessaire » E. F.

François Mitterrand ***,**,**, évidemment.

Michel Jobert n'est pas mal non plus :***,**,**

Alain Peyrefitte : **,***,**

Je ne reproduis pas ici le nom des politiques qui ont des °.

Ils ont dû bien souffrir quand ce numéro de LIRE est paru.

Alain Duhamel, Le Complexe d'Astérix

Si les hommes politiques français affectionnent d'être présentés comme auteurs, les intellectuels, eux, ne sont pas les derniers à prendre parti de façon péremptoire. Mais la dictature idéologique des maîtres-penseurs touche peut-être à sa fin

Au peigne fin par André Rollin : Les rats par Bernard Franck

Une interview d'Antoine de Gaudemar : Claude Michelet

« La vie Parisienne ne m'a jamais manqué. Être loin, c'est ce qui fait ma force, mon indépendance. Je resterai chez moi, en Corrèze. » Les Promesses du ciel et de la terre.

Extraits

Croquis de mémoire par Jean Cau

Une enfance irlandaise, Sean o'Casey

Edmond et Jules Goncourt, Wanda Bannour

Jules était de huit ans le cadet d'Edmond. Mais dans le monde, comme dans leur fameux journal, ils furent deux frères inséparables.

« Juledmond » reste un cas étonnant de génie androgyne.

Lire Documents : Frères et sœurs en littérature

Un monde à part Gustaw Herling

Lire doc. : Un manuscrit à part

La légende Bloodsmoor, Joyce Carol Oates

Scènes de la grande pauvreté, Sylvie Péju

   N°117 juin 1985

Enquête : les écrivains pour ou contre la photographie

Au peigne fin par André Rollin : De Guerre lasse par Françoise Sagan

F. Sagan - De temps en temps, ça m'arrive de me dire : « Oh flûte, quelle idée d'être devenu adulte ! Qu'est-ce que j'ai appris ? Quelle barbe ! J'aimerais être irresponsable, être cachée sous les jupes de ma mère. J'ai envie d'herbe fraîche, j'ai envie de ma mère, de mon père. D'avoir dix ans et de n'être au courant de rien.

Extraits

L'Université peut mieux faire par Henri Tezenas du Moncel

Louis XVI par Evelyne Lever

Lire document : Marcel Jullian défend Louis XVI

Chasseurs de têtes par Didier Pourquery

Le lumineux destin d'Alexandra David-Neel par Jean Chalon

Septembre 1923. À 55 ans, Alexandra David-Neel sera la première femme occidentale à pénétrer à Lhassa, la ville thibétaine interdite aux étrangers.

Lire doc. : Deux aventurières sur les traces d'Alexandra David-Neel, E. Coquet et A.F. Dauteville.

Les Trois-chênes par Maurice Denuzière

La vérité du ministre par A.A. Diallo

Comment Umberto Eco a écrit Au nom de la Rose

Avec Au nom de la Rose, roman policier historique bourré de clins d'oeil culturels et constamment drôle, Umberto Eco a acquis une audience internationale. En sa diabolique compagnie et celle des moines, des millions de lecteurs ont vécu dans une abbaye bénédictine durant une semaine de l'An de grâce 1327. Aujourd'hui dans une apostille Au nom de la rose, Umberto Eco raconte comment et pourquoi lui, un philosophe sémiologue, a pu écrire un livre devenu un best-seller (bientôt adapté à l'écran par Jean-Jacques Annaud). Une très subtile réflexion éclairant des mystères et donnant des clefs. Mais ne livrant pas, bien sûr, les recettes du succès, aussi impénétrables que les lois du Seigneur.

U. Eco - J'ai écrit un roman parce que l'envie m'en est venue. Je pense que c'est une raison suffisante pour se mettre à raconter. L'homme est un animal fabulateur par nature. J'ai commencé à écrire en mars 1978, mû par une idée séminale. J'avais envie d'empoisonner un moine.

Interview de Pierre Boncenne : William Boyd

Sous les allures séduisantes d'étudiant décontracté, le jeune auteur anglais de Comme neige au soleil cache un métier de romancier hors du commun.

W. B.- En faisant des recherches pour ce roman, je me suis rendu compte qu'à l'époque, en 1914, la presse en Angleterre, sauf The Times, était considérée comme quelque chose de pourri que l'on ne respectait pas. Le métier de journaliste était aussi déprécié que celui de comédienne. C'était un mot presque péjoratif. [...] Mais c'est évident, si j'avais déclaré à mon père, un médecin, mon ambition de devenir écrivain, sans doute aurais-je obtenu le même résultat. D'être un artiste dans une famille écossaise où il y a plutôt des médecins, des dentistes, des ingénieurs, cela paraît encore maintenant assez bizarre.

Jeux de Bernard Laygues [extrait]

Accord : Chaque écrivain, chaque historien, chaque sociologue /a fait/ont fait/ rêver.

Solution : a fait

N°118 juillet & 119 août 1985

Des auteurs très pratiques et très curieux

André Marchand, Daniel Picon, Michel Marin, Daniel Puiboube, Christian Pessey, Pierre Bourge & Jean Lacroux, Michèle et Jean-Claude Lamontagne, Odile Vedier, Paule Vani alias Madame Truc, Henri Limousin, Philippe de Wailly, Jean Bedel.

Au peigne fin par André Rollin : Maria par Cavanna

Cavanna : un nom symbole. Celui d'une génération, celle qui rime avec dérision. Celle de Hara Kiri et de Charlie-Hebdo. Cavanna, ça rime aussi avec saga : celle des Ritals, celle des Russkoffs. Aujourd'hui Maria est, comme l'écrit Cavanna lui-même, le résultat d'un défi. Étonnant !

Cavanna.- Je m'amuse, je fais de la politique fiction ! Comme actuellement tout le monde a la certitude que la gauche va être battue, j'écris le contraire. Par esprit de contradiction ! C'est aussi un souhait de coeur...

Page 48 A propos des femmes : « L'odeur de parfumerie les entoure d'une muraille anti-érotique. »

Extraits

Le grand massacre des chats par Robert Darnton

Conférences de Jorge Luis Borges

Les Indiens par Trévor Fishlock

Le sport à tout prix par le Docteur Henry Salomon

« Rien ne sert de courir... » Alors que jogging ou marathon sont devenus de vraies intuitutions, un cardiologue américain dénonce le mythe de l'exercice physique. Un conseil : Rangez vos survêtements !

Lire document Michel Jazy, La pratique du jogging

En écoutant Cézanne, Degas, Renoir par Ambroise Vollard

Lire document Charles Sorlier

Requiem pour la vie par Léon Schwarzenberg

Le vent du soir par Jean d'Ormesson

Le nouveau roman de Jean d'Ormesson inaugure une saga en trois volets. Si ce roman-fleuve a peu de chance de détrôner Jules Romains et ses Hommes de bonne volonté (27 volumes) dans le livre des records, c'est tout de même à la lecture d 'une superproduction que nous convie l'académicien.

Le vent du soir.- La fête nationale Paraguayenne tombait dans une dizaine de jours. Avec un peu d'embarras, le colonel informa Leurs Excellences que le président les recevrait à cette occasion. Et qu'il aurait à ses côtés mademoiselle Asunción élevée au rang enviable de compagne officielle. Pour marquer cette exaltation un protocole particulier était institué auquel Leurs Excellences étaient instamment invitées à se plier.

[…] passant ensuite devant le trône où siégerait la première dame du pays, ils lui baiseraient le pied en signe d'hommage.

Un silence consterné accueillit la communication du colonel-instructeur. Il dura plusieurs secondes, une dizaine peut-être, ou une vingtaine. Elles parurent une éternité. Il fut rompu bientôt par une tempête de murmures, d'exclamations et d'interpellations.

C'était une mesure inouïe, inacceptable, un ultimatum, un chantage, une provocation inadmissible, une humiliation sans précédent, une déclaration de guerre aux nations civilisées.

Messieurs... disait le colonel, messieurs...

Unbearable ! hurlait le ministre des États-Unis, dont le père s'était battu aux côtés de Washington. Un défi aux droits de l'homme et de la démocratie...

Inacceptable ! renchérissait le Consul de France, jamais depuis 1789 et des immortels principes...

Um Gottes Willen ! éructait le Consul de Prusse. Unerträglich... Unbeschämt...

Per la Madonna ! fulminait l'Italien.

Messieurs... disait le colonel, messieurs...

Extraits

Une enfance à l'eau bénite par Denise Bombardier

Joseph Kessel ou sur la piste du lion par Yves Courrière

Notes sur les manières du temps par Renaud Camus

Journal de Samuel Pepys

Dans la cage de l'ours par Jacques Abouchar

Kant intime par Borowski/Jachmann/Wasianski

Empire du soleil par J.G. Ballard

Lire document : La bombe atomique m'a sauvé la vie

Les dessous de la ville par Francis Masse

 

N°120 septembre 1985

Les 10 ans de Lire

Modiano, Levi-Strauss, San-Antonio, Le Clézio, F. Giroud, Char, Vargas,Llosa, Duby, Gerber, Dormann, B. Clavel, Vautrin, Tardieu, Dutourd, Dux, Nourrissier, le Roy Ladurie, Schwarzenberg, Simon Leys, Decaux, Ionesco, Zinoviev, Averty, Carrère d'Encausse, etc conseils à un jeune homme qui veut devenir écrivain, par François Nourricier et Robert Laffont

Lire vous offre dix variations autour du chiffre 10

Un vieux proverbe anglais dit qu'une femme est un ange à 10 ans, une sainte à 15, un démon à 40, une sorcière à 80. Ange à 10 ans, soit. Au bel âge le beau chiffre. Sacré, magique depuis toujours : ni les maléfices du 13, ni la chevalerie du 12, ni les mystères troubles du 7, mais la rondeur pleine et paisible du 0 soudée au fer de lance du 1. Sancho Pança et Don Quichotte enfin réconciliés. Dix, c'est la base numérique la plus répandue dans toutes les nations : parce que, partout, l'espèce humaine possède les mêmes appendices ongulés et articulés qui lui permettent de compter non seulement jusqu'à 10, mais même jusqu'à 100000[...] A.J.

Dix conseils à un jeune homme qui veut devenir écrivain, par François Nourricier

Ne vous hâtez pas, ne lambinez pas non plus. Dix-huit ans, c'est tôt ; trente-cinq ans, c'est tard[...]

Assurez vios arrières, Je vous suggère de ne pas tarabuster les éditeurs avant d'avoir écrit deux textes[...]

Ayez un métier. N'espérez pas vivre bientôt ni longtemps de votre plume[...]

Lisez ! Beaucoup de livres et pas trop de journaux. C'est dans les oeuvres des autres et du passé que vous apprendrez votre métier, pas dans les échos[...]

Ne soyez pas à la mode. Soyez éclectique. Soyez naturel[...]

Sachez l'orthographe, la grammaire, la syntaxe comme le savaient les instituteurs et les profs d'il y a cinquante ans[...]

Il n'y a pas d'écrivains sans style. forgez-le vôtre[...]

Ayez de l'hygiène. Bon sommeil. Sexualité joyeuse. Pas d'alcoolisme. Peu de café. Très peu d'amphétamines. Longues marches[...]

Que votre vie privée le soit vraiment[...]

Dix commandements de l'amour courtois, par George Duby

Dix dates de la démocratie française, par Alain Decaux

1748- Montesquieu publie l'Esprit des lois [...]

1751- Publication du premier volume de l'Encyclopédie. Cette immense entreprise voulue par Diderot et d'Alembert avait pour but d'établir "un tableau général des efforts de l'esprit humain dans tous les genres et dans tous les siècles" [...]

1789, 2 octobre- Vote par l'Assemblée Constutuante de la Déclaration des droits de l'homme [...]

1793- Vote de la Constitution de 1793 qui introduit pour la première fosi en France le suffrage universel. Malheureusement, cette constitution n'entrera jamais en application [...]

1830, juillet- Les Trois Glorieuses, en chassant du pouvoir la branche aînée des Bourbons et en lui substituant Louis-Philippe d'Orléans ne se contentent pas de changer la personne du chef d'état. En fait, c'est une nouvelle façon de penser qui accède au pouvoir [...]

1848, 2 mars- [...] le gouvernement adopte à l'unanimité le principe du suffrage universel "direct, sans la moindre condition de cens" [...]

1860- Napoléon III jette les fondements de l'Empire libéral. [Il] va peu à peu transformer un régime dictatorial en une monarchie parlementaire [...]

1875- Constitution de la IIIe République [...] séparation des pouvoirs, deux assemblées dont l'une est élue au suffrage universel [...]

1944, 21 avril- En accordant le droit de vote aux femmes, le Général De Gaulle établit en France pour la première fois un suffrage universel véritable. [...]

1958- Constitution de la Ve République[...] [Elle] représente le couronnement de l'édifice démocratique français.

Dix mots préférés de 10 personnalités (G. Dormann, Pierre Perret, Ionesco,etc.)

Jean-Christophe Averty- C'est tout réfléchi. Après "je" et "moi", que peut-il y voir d'autre que le "merdre" du père Ubu ? Ce mot devrait être le premier prononcé en naissant et le dernier en mourant. Tout le reste est une immense chasse d'eau [...]

Dix monstrueux calembours de San-Antonio commentés par Frédéric Dard lui-même

L'Arabie, c'est où, dites ?- Le mariage est soit une corne d'abondance, soit une abondance de cornes.- Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu hais.- Quand je rencontre un fantôme, je lui fous la main occulte.- Il faut battre le frère quand il est chauve.-Dieu merci, pareil aux sans-culottes, j'ai plus d'une corde à monarque.[...]

Dix heures entre deux trains, une nouvelle de Alain Gerber

Dix romans devenus dix chefs-d'oeuvre au cinéma, par Claude Jean-Philippe

Les films :Faust de Murnau, La chienne de Jean Renoir, Autant en emporte le vent de David O Selznick, Le Raisins de la colère de John Ford, Le journal d'un curé de campagne de Robert Bresson, Les enfants terribles de Jean-Pierre Melville, Madame De de Max Ophuls, Le Mépris de Jean-Luc Godard, Charulata de Satiajit Ray, Deux anglaises et le continent de François Truffaut [...]

Ah, Claude-Jean Philippe ! Il a enchanté mes vendredis soirs avec les merveilleux films qu'il choisissait et commentait à l'émission "Ciné-Club" sur Antenne 2 de 1971 à 1996.

Dix disques, les meilleurs de ma discothèque, par Pierre-Jean Rémy

Dix écrivains-artistes : une exposition jamais vue

Dix livres événements de la rentrée.

N°121 octobre 1985

Un superbe article :

Enquête Un Français prix Nobel ? Notre enquête à Stockholm, 21 ans depuis le refus de la récompense par Jean-Paul Sartre, un Français obtiendra-t-il enfin le Prix Nobel de Littérature ? Mais qui sont les jurés Nobel ? A quels critères correspondent leur choix ?Pierre Assouline, sur place à Stockholm, a mené l'enquête, rapportant beaucoup de confidences […]

Six nobelisables français : René Char, Nathalie Sarraute, Leopold Sedar Senghor, Claude Simon, Michel Tournier, Marguerite Yourcenar.

 .................................

Une réflexion de François Mauriac consignée dans son BLOC-NOTES 

 L'année 1985 réunit "tous les fastes commémoratifs" sur Victor Hugo, mort en 1885, en oubliant Vaugelas et le quatrième centenaire de sa naissance (1685) et Ronsard, mort la même année.

À ce propos, François Mauriac écrit :

Dimanche 13 octobre 1985. Un élève de classe terminale à qui son père demande quels poèmes on lui a donnés à lire et à apprendre par coeur au lycée répond : "Un poème de Ponge." Le père insiste : et Hugo ? Vigny ? Lamartine ? Baudelaire ? Verlaine ? Rimbaud ? Non. Ceux-là, l'étudiant ne les connaît pas. Son bagage poétique se réduit à un poème de Ponge. Et comme le père, atterré, s'enquiert de l'impression que lui a fait ce poème, le jeune homme hausse les épaules : "Bof, c'est pas évident." L'anecdote, que je garantis authentique, m'a été rapportée ce matin.

Ainsi, cinq ou six siècles de poésie française sont tranquillement passés sous silence, dans un établissement français d'éducation, par des enseignants pour qui il n'existe qu'un poète contemporain inconnu du grand public. Je ne me prononce pas sur l'oeuvre de Monsieur Ponge, que je n'ignore pas mais que je n'ai pas beaucoup pratiquée. Je ne doute pas qu'elle présente un intérêt capital pour certains esprits. Mais est-il juste, est-il raisonnable, de ne donner à nos enfants que cette chiche manne, quand on pourrait les nourrir de nos poètes classiques et romantiques passés et modernes, et Villon à Apollinaire ?

Si c'est ainsi que certains professeurs conçoivent l'enseignement de la littérature, alors, oui, commémorons Victor Hugo avec faste du 1er janvier au 31 décembre pour compenser !

Cher Jean-Pierre Chevènement, vous qui avez, pour notre joie, réintroduit l'orthographe, l'éducation civique, l'émulation et la Marseillaise dans nos écoles, couronnez votre oeuvre en y réintroduisant aussi la vraie poésie, celle qui émeut ou enthousiasme, et qui ne se contente pas de décrire un cageot ou une cucurbitacée. Contraignez des maîtres prétentieux à suivre les programmes littéraires que vous avez établis, et où figurent, j'imagine, Ronsard et Baudelaire, Villon et Hugo. Le meilleur moyen d'honorer les poètes n'est pas de célébrer leurs anniversaires, mais de les maintenir vivants en faisant bruire, sur les lèvres de nos enfants, ce murmure immémorial de la poésie, qui est comme une première appoche du divin, en nous, et hors de nous.

Ce texte sera repris dans l'article du 28 novembre 2015 :

>>L'enseignement du français n'est plus ce qu'il était. Money Drop, Le Cid, Mauriac.

 

Au peigne fin : Dara par Patrick Besson

Besson, l'enfant prodige ? En 1974, premier roman à 17 ans : succès immédiat. A Paris, à la radio, son innocence insolente fait des étincelles. Aujourd'hui, à 29 ans, avec Dara (Seuil), son neuvième titre, il grandit, tout à coup, en écrivant « son livre » : le roman sur (de) sa mère, l'immigrée yougoslave. Drôle et grave, Tortueux et joyeux. Encore une réussite ! .-André Rollin

Extrait : Ce que je sais du XXe siècle par Pierre Daix

Lire documents Guernica revu et corrigé

Extrait : L'univers ambidextre par Martin Gardner

Pourquoi l'humanité a-t-elle privilégié la main droite ? Et savez-vous pourquoi les gauchers, même s'ils dominent au tennis, souffrent dans mille détails de la vie quotidienne ? Droite/gauche : la cohabitation est vraiment impossible.

Le livre.-L'univers ambidextre est consacré aux miroirs et aux paradoxes de l'espace-temps. « Pourquoi notre miroir inverse-t-il la droite et la gauche et non le haut et le bas ? » commence par se demander l'auteur, et cette question banale déclenche en cascade une série d'autres questions sur les symétries de l'univers, l'art et les nombres, l'origine de la vie, la quatrième dimension, les antiparticules, la science du temps ou les mondes inversés. Un voyage surprenant où ne manquent même pas quelques auteurs familiers comme William Blake, Lewis Carroll, James Joyce ou Italo Calvino.

Extrait : Citizen Hughes par Michael Drosnin

Aviateur milliardaire et playboy de Hollywood, Howard Hughes s'installe un jour au dernier étage d'un hôtel de Las Vegas. Il n'en sortira jamais plus. Drogué, maniaque, mégalomane, entouré de mormons, il rêvait d'acheter... l'Amérique.

Extrait : La vie quotidienne en Nouvelle-Calédonie par Jacqueline Senes

9 mai 1864. Le premier contingent d'« ouvriers de la transportation » débarque sur le « Caillou » du Pacifique. Du simple délinquant au dangereux criminel, l'intégration des bagnards ne se fera pas sans douleur. On en ressent aujourd'hui encore les effets.

Extrait : La Piscine. Les services secrets français 1944-1984 par Roger Faligot et Pascal Krop

Extrait : Un homme d'influence, Sigmund Warburg par Jacques Attali

Extrait : La Chasse à l'ours par Lucien Bodard

Interview : Jean Guitton

A 84 ans, Le philosophe chrétien retrace son itinéraire exceptionnel.

Jean Guitton :

« Paul VI m'a dit : « Soignez-vous car il est plus difficile de trouver un successeur à un philosophe qu'à un pape. »

« Heidegger devant moi, avec gentillesse, a traité Sartre de petit coquin. »-J. G.

« J'ai voulu soustraire Louis Althusser du châtiment. Je l'aimais. J'ai agi comme si j'étais son père. »

« Marthe Robin était une stigmatisée qui a vécu trente ans sans se nourrir. J'y crois. J'en suis sûr. »

N°122 novembre 1985

Enquête : Les intellectuels, le sida et la vérité

A partir d'une enquête sur le décès de Michel Foucault, LIRE a essayé de comprendre comment le sida peut remettre en cause la notion de vérité, y compris chez ceux qui en sont les garants : les intellectuels. Plus généralement, l'histoire montre que la maladie, surtout épidémique, engendre une sorte de mythologie dont les écrivains restent à la fois juges et responsables. Une enquête de Pierre Boncenne et Pierre Assouline.

Au peigne fin : Hector Bianciotti

Chaque mois, André Rollin traque les moindres détails d'un roman et demande à l'auteur de les justifier. ce mois-ci : Sans la miséricorde du Christ.

Interview : Michel Serres

Ce philosophe issu de l'Ecole navale a navigué entre les théories de la communication et Tintin, la thermodynamique et La Fontaine. Le voici maintenant parti pour l'exploration des Cinq sens (titre de son dernier ouvrage), célébrant aussi la couleur d'une tapisserie que le bouquet d'un grand vin. Interview réalisée par Alain Jaubert.

Extraits

Julien Green : le langage et son double

Notre langue maternelle est liée à une culture et à une patrie. Né à Paris de parents américains, l'auteur de Un voyageur sur la terre raconte son expérience , celle d'un "étranger" français et anglais.

Claude Duneton Petit Louis dit Louis XIV

Petit Louis - futur Louis XIV - a deux ans. Choyé par sa mère Anne d'Autriche et ses suivantes, le jeune dauphin, un soir, est terrifié par une forme blanche.

Pourtant ce n'était que Louis XIII, son père.

Woody Allen Au-delà du langage - Par Robert Benayoun

Il y a Dieu, Shakespeare et ... lui. Mais au commencement de la légende de Woody, il y a des gags verbaux et une fabuleuse fascination pour les mots.

Extrait : Disons qu'un auteur qui peut utiliser en une courte phrase très incidente « Esquimau qui chante Night and day pendant six mois de suite », un « peintre pop qui tente de se couper l'oreille au rasoir électrique », une « synagogue convertie en disco et peuplée de rabbins topless privés de yarmoulkas », un « poisson rouge qui chante I got rythm », un « médecin qui pratique la chirurgie à cœur ouvert par retour du courrier », ou une « ménagère qui tricote un poulet » et qui « avale une surdose de jetons de Mah Jong » atteint de façon directement assimilable pour un large auditoire à la suprématie des maîtres aphoristes, Forneret, Lichtenberg, La Rochefoucauld revu par Ducasse, en même temps qu'il rejoint la verve folle d'un Benjamin Péret ou d'un Tex Avery.

Jean Lacouture : De Gaulle, le politique

Le général était aussi un homme de plume. Il l'a prouvé pendant sa traversée du désert, en consacrant sa retraite provisoire à la rédaction de ses Mémoires de guerre dont le succès fut phénoménal.

Italo Calvino : Palomar

Un monsieur sympathique et fou de savoir qui décide de "regarder les choses du dehors" avec le personnage de Palomar qui lui ressemble comme un frère. Calvino nous a laissé, avant de partir, un merveilleux cadeau.

Michel Déon : Voyage pour Vancouver

Parmi les souvenirs inoubliables de Michel Déon, sa rencontre avec Coco Chanel qui lui disait : "Qu'est-ce qu'ils doivent penser ces imbéciles d'un homme de votre âge qui déjeune avec une vieille dame parée comme une châsse !"

 

1990

N°182 novembre 1990

Numéro consacré à la réforme de l'orthographe, qualifiée parfois de réformette.

En titre sur la première de couverture, on peut lire :

À qui profite la réforme de l'orthographe ?

Une question quelque peu provocatrice à laquelle Lire s'efforce de répondre.

Aux enfants ?

Aux instituteurs ?

Au syndicat national des instituteurs ?

À la société des agrégés ?

Aux informaticiens qui rêvaient de soulager les claviers des ordinateurs d'un certain nombre de touches ?

Aux étudiants étrangers ?

On est peu convaincus de l'utilité de cette réforme quand on lit les réponses de LIRE à toutes ces questions

Une pseudo réponse en guise de boutade :

"Au-delà des intentions affichées, les véritables bénéficiaires ne seraient-ils pas Michel Rocard et Maurice Druon ?"

Il s'ensuit une liste de pour et de contre cette réforme qui donnent à penser.

J'en relèverai un contre qui vous fendra le coeur à le lire, et qui vous arrachera des larmes, j'en suis sûre :

"La suppression de l'accent circonflexe défigure l'image que nous avons de certains mots comme abîme, goût, brûler. Ces mots, tels qu'ils sont font partie de notre patrimoine. les mots sont un langage pour l'oeil autant que pour l'oreille."

Et aussi

Ellroy, Nourricier, Rinaldi, Duneton

Les écrivains du bac Rimbaud

Voir sur ce blog les articles :

> La réforme de l'orthographe – L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

> Orthographe traditionnelle et nouvelle orthographe QUIZ

 

1995

N° 239 octobre 1995

Lire a vingt ans !

Le dossier - Bernard Pivot se souvient de la création du journal - Qu'est-ce qu'ils écrivaient à 20 ans ? Que feront-ils dans 20 ans ? 20 ans d'événements littéraires - 20 dates clefs de Lire, etc.

Extrait Intellectuels et passions françaises J-F Sirinelli

Racines d'un écrivain Jean Carrère (Achigan)

L'univers d'un écrivain Jérome Charyn (Le Geek de New York)

L'entretien Michel del Castillo (Mon frère l'Idiot)

"Ces derniers temps, en France, on parle très mal du style ; On confond le style avec le bien écrire. Or, le bien-écrire, c'est le normalisé, la langue canonique. Le style, c'est trouver une musique personnelle telle que le lecteur le reconnaît immédiatememt. La voix de Céline, ce n'est pas seulement les points de suspension, c'est le triturage de l'argot, l'invention des néologismes. Le style de Gide, c'est le chant d'une pureté à la limite de la préciosité – j'appelle ça du remue-ménage de hanches. Dostoïevski, lui, a une voix populaire, petit-russien, très proche du langage parlé et de ce fait proche du langage feuilletonnesque. Il a besoin de se mettre dans des situations d'urgence, d'où le style catastrophique, haletant, de celui qui écrit contre la mort."

Référendum de Lire : les 20 meilleurs titres élus par la rédaction au cours de ces 20 dernières années (1975-1995)

1 Le nom de la Rose - Umberto Eco 50%

2 L'écriture ou la vie – Jorge Semprun 27%

3 Moon Palace – Paul Auster 12%

4 Le choix de Sophie William Styron 11%

5 Le journal d'Hannah – Louis Lambrichs 5%

6 Les Météores – Michel Tournier 2%

7 Les hauteurs béantes – Alexandre Zinoviev 2 %

8 Mars Fritz – Zorn 2%

9 Le chant du bourreau – Norman Mailer 2%

10 Matisse - Pierre Schneider 2%

11 La créature – John Fowles 2%

12 Avant mémoire – Jean Delay 1%

13 Le concert - Ismail Kadaré 1%

14 Donatien Alphonse François, Marquis de Sade – Maurice Lever 1%

Où sont les 6 derniers ? La page était-elle trop petite ?

Les livres, extraits et critiques : Gilles Lapouge ( L'incendie de Copenhague) A. B. Yehoshua (Shiva) Dominique Fernandez (La Perle et le Croissant) Paul Valéry (Monsieur Teste)

PHOTO DE FAMILLE SOUS LA PLUIE. Une grande photo est jointe au magazine. On peut y voir Bernard Pivot entouré de 88 écrivains (dont un intrus)

Note de Mamiehiou : J'ai beaucoup d'émotion à les voir là, tous assemblés.

AJOUT  Voir la photo dans le tweet de Julien Bisson du > 2 avril 2015

20 dessins pour une première de couverture de Lire pour ses 20 ans : Page blanche à WIAZ HONORE LEMAN PANCHO CABU TIGNOUS CHARB FOISSY WOLINSKI SINE PETILLON MAJA BARRIGUE MATJE CARON BENOIT GEKKE CARDON AVOINE RISS

2003

N° 312 février 2003

Enquête Règlement de comptes chez les intellectuels.

Les carnets de Pierre Assouline

"On dirait que les gens n'arrivent plus à se parler. Ce qui est d'autant plus fâcheux qu'ils existent par le verbe. Il semble que l'on assiste à une brutalisation de leurs rapports. Le phénomène n'est ni nouveau ni propre à ce milieu mais il n'y a pas de circonstances atténuantes."

Et aussi Magris, Grangé, Fuentes, Makine, Reza, Barthes, Boswell, Desplechin, Charyn...

Entretiens Jean-Claude Milner : Existe-t-il une vie intellectuelle en France ? & Claudio Magris

L'univers d'un écrivain Marie Desplechin

Extrait Makine, Tsypkin, Miquel, Peter Brook, Boswell

Peut-on abolir le hasard (L'Emergence de la probabilité)

Echenoz, virtuose du séisme de la collision et de la chute en tout genre (Au Piano)

Peter Brook (Oublier le temps) Génèse du Mahâbhârata

N° 313 mars 2003

Enquête Les romanciers ont-ils tous les droits ?

Dossier Patricia Cornwell démasque Jack l'éventreur

"Il est tout à fait inexact d'affirmer que Walter Sickert a cessé de tuer. D'après des documents rares et anciens, de nombreux indices attestent l'existence de plusieurs autres meurtres qui auraient été commis par Jack l'Eventreur"

Extraits Philippe Paulet – Kirty Gunn – Maurice Lever (Beaumarchais) –

Jean Bacon – Patricia Cornwell

L'univers d'un écrivain François Nourricier

"J'ai toujours été fasciné par la mort, alors pour une fois qu'elle était là."

N° 316 juin 2003

Spécial Des romans pour l'été

Les Carnets de Pierre Assouline

"Il faudrait être sourd, analphabète et Pakistanais pour ignorer que Bernard-Henri Levy vient de publier chez Grasset un gros livre intitulé Qui a tué David Pearl ? [...]

Pour ce qui est de la mise en scène de soi, Tolstoï aurait pu leur donner des leçons à tous. C'est l'un des enseignements du passionnant documentaire que Frédéric Mitterrand vient de consacrer aux derniers instants du maître. [...]

 La Délivrance de Tolstoï

> http://boutique.arte.tv/f6063-delivrance_de_tolstoi

Entretien avec Daniel Pennac (Le dictateur et le hamac)

"Je cherche à me fausser compagnie."

Extraits

La lumière des polders, Alain Bertrand

la mauvaise nouvelle d'abord, Sibylle Berg,

Saint-Petersbourg, sous la direction de Lorraine de Meaux,

Mort d'un personnage, Jean Giono,

La république du Tour de France, Jean-Luc Boeuf & Yves Léonard

et aussi Kundera, Yourcenar...

Elisabeth Badinter Ne tuons pas l'homme

Entretien avec Philippe Djian (Frictions)

N° 318 septembre 2003

Ce qui est tendance en librairie [...] le sexe perd du terrain, la guerre et l'entreprise en gagnent.

Extraits

Défaut d'origine, Oliver Rohe

La nostalgie de l'Ange, Alice Sebold

Passions de femmes (au temps de la reine Margot), Robert Muchembled

Morts imaginaires, Michel Schneider

L'étrange histoire de Peter Schemihl, Adelbert von Chamisso

Entretien Patrick Rambaud (l'absent)

Cet ancien nègre s'est pris de passion pour Napoléon qui lui valut le Prix Goncourt en 1997. Cette fois, il raconte son séjour à l'île d'Elbe.

L'univers d'un écrivain Lydie Salvayre (Passage à l'ennemie)

Entretiens et conférences de George Perec.

Considéré à ses débuts en 1965 comme un potache surdoué, Georges Perec accédera au statut de grand écrivain en 1978 avec La vie mode d'emploi. Il meurt en 1981.

Pour en savoir +, voir : Georges Perec, Entretiens et conférences - Mireille Ribière

N° 319 octobre 2003

Modiano "On est prisonnier des hasards de sa naissance"

Entretien avec Laurence Liban

L.Liban-Dans la vie il n'y a pas que le hasard. Il y a le désir, la volonté.

Modiano-Mais il y a une constante. C'est le regard que vous portez sur les choses. Vous savez, on est condamné à écrire toujours la même chose. J'ai souvent le sentiment que les gens de ma génération ont une infirmité par rapport à ceux de la génération précédente : notre pouvoir de concentration s'est affaibli. La génération précédente est parvenue à faire une oeuvre globale, une sorte de cathédrale. Je pense à Proust ou à Lawrence Durrell et à son Quatuor d'Alexandrie. Ces gens vivaient dans un monde où l'on pouvait se concentrer davantage, tandis que pour les gens de ma génération, c'est fragmentaire. On arrive peut-être à faire un truc global, mais avec des fragments, si vous voulez...

N° 320 novembre 2003

Trois livres sur la guerre en Irak

Dossier le Goncourt a 100 ans

La Stratégie de l'andouillette

Les récalés du Goncourt

Petits miracles du Goncourt

Le Goncourt m'a tué

Le Goncourt vu de l'étranger

Ne parlons pas de corruption

Extrait Un siècle de Goncourt de Olivier Boura

Entretien Marcel Rufo et Boris Cyrulnik

Cyrulnik : "Cela ne m'ennuie pas que les psys prennent la parole. Il n'y a pas si longtemps encore, elle était réservée aux militaires, aux prêtres et aux industriels. L'écriture du moi est une preuve de démocratie. Dans un pays totalitaire, il n'y a pas de moi. Il n'y a que la personnalité imposée par ceux qui gouvernent. Alors, si les psys prennent la parole, c'est un très bon signe culturel."

> Rufo et Cyrulnik à bâtons rompus - L'Express

Extraits

Ma vie parmi les ombres - Richard Millet

L'île anonyme - Yi Munyol

Voir 1er nov. 2003 : Extrait : L'île anonyme - Lire - L'Express

Vivre pour la raconter - Gabriel Garcia Marquez

Vivre pour la raconter - L'Express

Récits de la Kolyma – Variam Chalamov

L'univers d'un écrivain Bernard Clavel

 

LireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLire

  Voir > Introduction - Le magazine LIRE - Le rêve d'un classement

  > Les magazines LIRE de 2005 à 2014

 > Les magazines LIRE de 2015 

Cet article est en chantier. Je vais m'appliquer à le compléter. Note de Mamiehiou

 

Retour au début de l'article

ACCUEIL

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article

commentaires

Claudine Cottencin 26/04/2015 17:00

Bonjour Mamiehiou,

Merci de me faire découvrir tant d'auteurs qui sont une source inépuisable de lectures.
Grâce à vous l'envie de lire reste intacte, même si je lis moins aujourd'hui que je ne lisais hier ;
quand j'explique à mes petites que mon premier gros livre de lecture était le dictionnaire, elles
sourient.

Une belle soirée pour vous,
avec mes meilleures et amicales pensées.

Claudine

mamiehiou.over-blog.com 26/04/2015 17:29

Vous me faites penser à mon premier PETIT LAROUSSE. Je regardais les planches glacées des tableaux de peintres fameux. Je les connaissais par coeur. Et quand je rencontre aujourd'hui un de ces tableaux que j'ai admirés, je pense à mon PETIT LAROUSSE.
Merci Claudine !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog