Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 18:24

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

QUIZ 108

 

Redoublez les consonnes marquées en rouge s'il y a lieu.

Si vous n'êtes vraiment pas sûr de vous, lisez attentivement les règles dans l'article :

>> Les mots commençant par AB et ABB, AC et ACC, AD et ADD, AF et AFF, AG et AGG, AL et ALL, AM et AMM, AN et ANN, etc.

 

1-Si je continuais à écouter tes propos aberrants, tu m'abêtirais. Sache que j'ai été près d'être frapée d'apoplexie à entendre ton alocution sur les aligators.

2-Quel balot tu fais ! Tu es caennais et, bien qu'abé, tu ne sais pas que l'église Saint-Étienne est une ancienne abatiale de l'Abaye aux Hommes.

3-Je le hais, je le déteste, je l'abhorre. Et cet olibrius ne s'est pas aperçu que je ne l'aimais pas.

4-J'adore respirer les fleurs de l'acacia. Leur parfum ineffable m'enivre. J'en rafole !

5-Un faux acrobate a voulu escalader la Tour Eiffel et il a sucombé sous l'effort. Chute efrayante ! Les spectateurs qui l'aplaudissaient n'ont pas aprécié. Pourquoi ces abrutis sont-ils tout abasourdis ?

6-Quel caractère acariâtre ! Elle n'acordera jamais sa main à personne. Qui l'acepterait d'ailleurs ?

7-Les acariens m'ont gratouillé l'épiderme toute la nuit. Ils s'acrochent à moi comme des sangsues, les malpropres !

8-Je te le dis sans acrimonie* : "Tu as oublié de me régler l'acompte que tu me dois. Acours et aporte ton chéquier ilico."

*aigreur, méchanceté

9-Mais pourquoi diable t'acapares-tu tous mes parapluies africains ?

10-La moto a glissé sur les agrumes renversés sur la route. L'agriculteur agresse l'acidenté qui gît à terre.

11-La situation s'agrave. Les badauds aglutinés devant le lieu de l'acident empêchent les pompiers d'aprocher. Atitude inommable !

12-Aléché par le fromage imangeable du corbeau, le renard alangui alonge désespérément la patte.

13- Alunissez Teriens ! Et aclimatez-vous à votre environement irespirable.

14-Je te suplie d'arêter de débiter tes balivernes* et tes calembredaines*. L'anisette que tu as bue t'a alourdi l'esprit.

*propos extravagants

15-Lucette voulait avaler de l'amoniac comme (en/an)tidote contre l'amonite phaloïde qu'elle avait mangée. Ma pauvre Lucette !

16-Pour son aniversaire, je lui ofrirai un anelet d'or qu'elle passera à son anulaire.

17-C'est avec alégresse que j'ai raconté combien je m'étais (en/an)tichée d'une (en/an)tilope.

18-Avez-vous (en/an)ticipé votre avenir jusqu'à imaginer me sucéder ?

29-Le sucès vous aveugle et les aplaudissements ne vous sufisent plus.

30-Vous vous boursouflez, ma chère. Ne savez-vous pas que les lampes alogènes peuvent agir comme des alergènes ?

31-Il faut l'asister, le pauvre chéri, et s'asurer que, ce soir, il rentre bien à l'asile. Ne l'a-t-on pas l'autre jour ramené, le visage marbré d'echymoses ?

32-Quelle bi(s/z))arrerie que de le voir si désireux d'être honoré alors qu'il n'est pas honorable ! Je supose que son cerveau est atrophié.

33-"Gare à vous !" vociféra-t-il, "ou je vous garote."

J'eusse bien voulu voir qu'il me garotât, le maraud !

34-Un galopin m'a dit mes quatre vérités au vu et au su de tous. Quel déshoneur ! Quel oprobre* !

*profonde honte

35-Il m'a ofert des pommes véreuses. Je ne peux plus le suporter.

36-Vérifie la souflerie de la climatisation et rafistole le ventilateur. L'atmosphère devient sufocante.

37-Mes graminées n'ont pas poussé ; j'ai oublié de les aroser. Nous n'aurons ni blé, ni riz ni maïs. Qui vient d'ânoner que j'étais sote ?

38-J'ai donné à mon éléphant une barique d'eau à boire. Il a bari. J'aurais parié qu'il était acro*.

*apocope

39-Je me suis décidée à vendre sur le Bon Coin - une bonne adresse - ce qui encombre mon espace vital : mon chariot, ma charette, ma cariole, ma charue et même mon carosse. Et j'ai tout ba(s/z)ardé. Bonne opération !

40-Et maintenant, sans atermoyer*, je m'en vais faire une balade apéritive**. Je l'ai bien mérité.

*remettre à plus tard

**qui stimule l'appétit

CORRECTION

1-Si je continuais à écouter tes propos aberrants, tu m'abêtirais. Sache que j'ai été près d'être frappée d'apoplexie à entendre ton allocution sur les alligators.

2-Quel ballot tu fais ! Tu es caennais et, bien qu'abbé, tu ne sais pas que L'église Saint-Étienne est une ancienne abbatiale de l'Abbaye aux Hommes ?

3-Je le hais, je le déteste, je l'abhorre. Et cet olibrius ne s'est pas aperçu que je ne l'aimais pas.

4-J'adore respirer les fleurs de l'acacia. Leur parfum ineffable m'enivre ! J'en raffole !

5-Un faux acrobate a voulu escalader la Tour Eiffel et il a succombé sous l'effort. Chute effrayante ! Les spectateurs qui l'applaudissaient n'ont pas apprécié. Pourquoi donc ces abrutis sont-ils tout abasourdis ?

6-Quel caractère acariâtre ! Elle n'accordera jamais sa main à personne. Qui l'accepterait d'ailleurs ?

7-Les acariens m'ont gratouillé* l'épiderme toute la nuit. Ils s'accrochent à moi comme des sangsues. Immondes et écoeurantes créatures !

*gratouillé ou grattouillé

8-Je te le dis sans acrimonie* : "Tu as oublié de me régler l'acompte que tu me dois. Accours et apporte ton chéquier illico."

*aigreur, méchanceté

9-Mais pourquoi diable t'accapares-tu tous mes parapluies africains ?

10-La moto a glissé sur les agrumes renversés sur la route. L'agriculteur agresse l'accidenté qui gît à terre.

11-La situation s'aggrave. Les badauds agglutinés devant le lieu de l'accident empêchent les pompiers d'approcher. Attitude innommable !

12-Alléché par le fromage immangeable du corbeau, le renard alangui allonge désespérément la patte.

13- Alunissez Terriens ! Et acclimatez-vous à votre environnement irrespirable.

14-Je te suplie d'arêter de débiter tes balivernes et tes calembredaines*. L'anisette que tu as bue t'a alourdi l'esprit.

*propos extravagants

15-Lucette voulait avaler de l'ammoniac comme antidote contre l'ammonite phalloïde qu'elle avait mangée. Pauvre Lucette !

16-Pour son anniversaire, je lui offrirai un annelet d'or qu'elle passera à son annulaire.

17-C'est avec allégresse que j'ai raconté combien je m'étais entichée d'une anope.

18-Avez-vous anticipé votre avenir jusqu'à imaginer me succéder ?

29-Le succès vous aveugle et les applaudissements ne vous suffisent plus.

30-Vous vous boursouflez*, ma chère. Ne savez-vous pas que les lampes allogènes peuvent agir comme des allergènes ?

*ou boursoufflez : nouvelle orthographe de 1990

31-Il faut l'assister, le pauvre chéri, et s'assurer que, ce soir, il rentre bien à l'asile. Ne l'a-t-on pas l'autre jour ramené, le visage marbré d'ecchymoses ?

32-Quelle bizarrerie que de le voir si désireux d'être honoré alors qu'il n'est pas honorable ! Je suppose que son cerveau est atrophié.

33-"Gare à vous !" vociféra-t-il, "ou je vous garrote."

J'eusse bien voulu voir qu'il me garrotât, le maraud !

34-Un galopin m'a dit mes quatre vérités au vu et au su de tous. Quel déshonneur ! Quel opprobre* !

*profonde honte

35-Il m'a offert des pommes véreuses. Je ne peux plus le supporter.

36-Vérifie la soufflerie de la climatisation et rafistole le ventilateur. L'atmosphère devient suffocante.

37-Mes graminées n'ont pas poussé ; j'ai oublié de les arroser. Nous n'aurons ni blé, ni riz ni maïs. Qui vient d'ânoner que j'étais sotte ?

38-J'ai donné à mon éléphant une barrique d'eau à boire. Il a barri. J'aurais parié qu'il était accro*.

apocope : accro pour accroché

39-Je me suis décidée à vendre sur le Bon Coin, une bonne adresse, ce qui encombre mon espace vital : mon chariot, ma charrette, ma carriole, ma charrue et même mon carosse. J'ai tout bazardé. Le croiriez-vous ?

40-Et maintenant, sans atermoyer*, je m'en vais faire une balade apéritive**. Je l'ai bien mérité.

*atermoyer : remettre à plus tard

**apéritif, apéritive : qui stimule l'appétit

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Sarah Reinhardt 05/10/2015 19:26

Pour trouver facilement les erreurs d'orthographe, de grammaire et de style dans les textes en français je conseille: http://www.correctiononline.fr/

mamiehiou 17/08/2016 08:28

Bonjour Sarah !
Je suis revenue sur le site que vous m'aviez signalé le 5 octobre 2015 et je remarque que la faute (acquiert pour acquière) a été corrigée.
Mais la correction de l''exemple qu'ils donnent n'est pas convaincante !

mamiehiou.over-blog.com 06/10/2015 16:13

Bonjour Sarah !
Il est louable de vouloir venir en aide à ceux qui galèrent en orthographe et l'on croit parfois bien faire en leur donnant des trucs pour corriger leurs fautes.
Permettez-moi de douter fortement qu'une correction automatique puisse vraiment être efficace en sachant faire une distinction entre un accord juste ou erroné, l'emploi d'un mode ou d'un autre, etc.
Je lis sur le site :
"Bienvenue à CorrectionOnline.fr, un outil créé pour trouver les erreurs d'orthographe, de grammaire et de style dans les textes en français. Ce service est gratuit et ne requière pas d'inscription."
UNE FAUTE que leur pseudo correcteur n'a pas su corriger : requière, subjonctif présent au lieu de requiert indicatif présent.
Cette faute, de la part des créateurs du site, leur enlève tout crédit.
Votre commentaire éclairera peut-être quelques utilisateurs qui n'utiliseront pas ce site et c'est en cela que votre conseil a été bien utile.
Merci Sarah

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog