Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 08:33

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

QUIZ 109

À savoir avant de faire le quiz :

 

Les adverbes de manière finissant par -MENT

 

1-Certains dérivent d'un adjectif au féminin : glouton, gloutonne, gloutonnement

fier, fière, fièrement.

 

2-mais les adjectifs au féminin en -aie, -ée, -ie, -ue, perdent leur e final devant -MENT : vraiment, aisément, poliment, éperdument, absolument, ambigument.

-cependant on écrit gaiement, assidûment (assidument), continûment (continument), goulûment (goulument), crûment (crument), dûment (dument), congrûment (congrument), incongrûment (incongrument).

Mots entre parenthèses : Orthographe modifiée en 1990

 

3-Certains adverbes se terminent par ÉMENT plutôt qu'en EMENT comme : immensément, aveuglément, profondément, impunément, commodément, intensément, confusément, opportunément, cochonnément, etc.

Autre curiosité : gentiment.

 

4-Les adjectifs qui se terminent par -ENT et -ANT forment leur adverbe en -EMMENT et -AMMENT (même prononciation : -ament) : prudent, prudemment, constant, constamment.

 

5-Mais on écrit lentement, présentement, véhémentement.

 

6-Certains autres adverbes dérivent d'anciens adjectifs ou d'adverbes ou encore de noms, comme : journellement, grièvement*, traîtreusement, nuitamment, sciemment, bêtement, mêmement, quasiment.

*grièvement : dérivé de grief

 

Trouvez les adverbes en -ment dérivés des mots écrits en rouge

 

Ne voilà-t-il pas qu'après avoir, pendant quasi quarante ans, sué sang et eau à répéter patient les mêmes consignes, à expliquer calme, et imperturbable les mêmes règles, à vouloir incessant et pratique continu travailler assidu pour que mes élèves réussissent évident ! je me retrouve là, à déplorer désespéré leurs résultats net catastrophiques ! Je leur ai pourtant continuel parlé gentil et positif en étant parfait consciente des efforts démesuré considérables que je leur demandais constant. Que pensaient-ils donc secret ? que j'exigeais trop d'eux quand, jour, je leur donnais, imprudent peut-être, 30 exercices extrême difficiles ? que j'agissais aveugle ? que la torture infligée était démesuré au-dessus de leurs pauvres petits moyens intellectuel atrophiés ?

Vrai, je leur ai sempiternel parlé complaisant et congru (c'est-à-dire correct), jamais véhément, toujours grave, jamais superficiel, toujours sincère, jamais traître. Cela n'a apparent pas marché excellent. Je me suis torturée vain. Et j'ai présent envie de laisser définitif de côté mes illusions.

J'ai fait mon devoir, final. Ils n'ont pas profité plein du savoir que je leur dispensais, et c'est sciem... (c'est-à-dire volontaire, en connaissance de cause) qu'ils l'ont refusé.

Ce n'est absolu pas ma faute. Non ! Non ! Je refuse formel de cauchemarder nuit !

 

TEXTE COMPLET

Ne voilà-t-il pas qu'après avoir, pendant quasiment quarante ans, sué sang et eau à répéter patiemment les mêmes consignes, à expliquer calmement, et imperturbablement les mêmes règles, à vouloir incessamment et pratiquement continûment* travailler assidûment* pour que mes élèves réussissent évidemment ! je me retrouve là, à déplorer désespérément leurs résultats nettement catastrophiques ? Je leur ai pourtant continuellement parlé gentiment et positivement en étant parfaitement consciente des efforts démesurément considérables que je leur demandais constamment. Que pensaient-ils donc secrètement ? que j'exigeais trop d'eux quand, journellement, je leur donnais, imprudemment peut-être, 30 exercices extrêmement difficiles ? que j'agissais aveuglément ? que la torture infligée était démesurément au-dessus de leurs pauvres petits moyens intellectuellement atrophiés ?

Vraiment, je leur ai sempiternellement parlé complaisamment, et congrûment* (c'est-à-dire correctement), jamais véhémentement, toujours gravement, jamais superficiellement, toujours sincèrement, jamais traîtreusement*. Cela n'a apparemment pas marché excellemment. Je me suis torturée vainement. Et j'ai présentement envie de laisser définitivement de côté mes illusions.

J'ai fait mon devoir, finalement. Ils n'ont pas profité pleinement du savoir que je leur dispensais, et c'est sciemment (c'est-à-dire volontairement, en connaissance de cause) qu'ils l'ont refusé.

Ce n'est absolument pas ma faute. Non ! Non ! Je refuse formellement de cauchemarder nuitamment !

 

*Note : Les mots marqués d'un astérisque n'ont pas d'accent circonflexe selon la Nouvelle Orthographe (1990)

Voir sur le blog :

> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog