Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 11:04

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

La langue française s'est modifiée au cours des siècles à coups de réformes. Cela ne s'est pas fait sans mal ; les propositions pour simplifier la langue ont été nombreuses, acceptées puis délaissées maintes fois.

On n'écrit plus comme on le faisait dans les siècles passés et bon nombre de textes ont une graphie si peu semblable à celle d'aujourd'hui, qu'il est (presque) devenu difficile de les lire.

Ainsi commence le prologue du Pantagruel de Rabelais (1530)

Tres illustres et tres chevaleureux champions gentilz hommes et aultres, qui voluntiers vous adonnez à toutes gentillesses et honnestetez, vous avez na gueres veu, leu, et sceu les grandes et inestimables chronicques de l’enorme geant Gargantua, et comme vrays fideles les avez creues tout ainsi qu'en texte de Bible ou du sainct Evangile, et y avez maintefoys passé vostre temps avecques les honorables dames et damoyselles, leur en faisans beaulx et longs narrez, alors que estiez hors de propos : dont estes bien dignes de grande louange.

 

On pourra parcourir les avancées et les reculs, les audaces et les atermoiements qui ont jalonné les siècles dans des réformes visant à simplifier la langue.

Et encore aujourd'hui la réforme de 1990 pourtant imposée dans les écoles primaires est loin de faire l'unanimité, attachés que sont les Français à la langue telle qu'ils l'ont toujours pratiquée.

>> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

On lira avec intérêt l'article Historique de l'orthographe française et de ses réformes (voir l'extrait ci-dessous)

Site : rocbo.lautre.net/orthog/historique.html

J'en reproduis ici, surlignés en jaune, quelques moments remarquables.

1529, Geoffroy Tory introduit les accents, la cédille et l’apostrophe dans la graphie du français. Son zèle pour la langue française entrait dans les vues de François Ier, qui lui accorda le titre d'imprimeur du roi en 1529, et le fit admettre comme libraire de l'université de Paris en 1532.

1538, Création par François 1er de l'Imprimerie du Roy.

1539, « Ordonnance de Villers-Cotterêts » prise par le Roi François Ier imposant l'usage du français dans les actes officiels et de justice.

1620, J. Godard : La Langue françoise (suppression des s muets remplacés par des accents circonflexes, défense du t euphonique, suppression de lettres étymologiques, distinction en/an)

1635, Fondation par Louis XIII et Richelieu de l'Académie Française

1647, Vaugelas, dans les Remarques sur la langue française, définit le bon et bel usage comme « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps »

1663, Corneille : Avis au lecteur (Corneille préconise les lettres « ramistes » et la distinction entre « l'e simple, l'é aigu et l'è grave »)

1835, dans la sixième édition du Dictionnaire, l’Académie se trouve investie d’une responsabilité « qu’elle n’avait jamais eue […] : les imprimeurs, en particulier, firent de l’orthographe du Dictionnaire de 1835 […] l’étalon suprême du français écrit, erreur dont encore à l’heure actuelle, nous payons doublement les frais, par le mauvais choix de l’étalon, et par le principe même d’un étalon en la matière. » in Nina Catach, 2001
Les lettres dites grecques qui avaient été réduites au XVIIIe siècle, sont réintroduites dans cette sixième édition. On écrit donc par exemple : anthropophage, diphthongue, rhythme. Importantes modifications en orthographe grammaticale, adoption des lettres « ramistes », de la graphie « voltairienne » en ai (« avais », au lieu de « avois »), rajout du t dans les pluriels en ant (« enfants » au lieu d'« enfans ») ; mais position conservatrice sur les lettres étymologiques)

1901, on publie les nouvelles décisions de tolérance de l’Académie avec le commentaire : « L’arrêté du 31 juillet 1900 est rapporté. ». Les décisions prises par l ‘Académie visent entre autres l’accord du participe passé : l’arrêté de 1900 préconisait que le participe conjugué avec avoir restait invariable ; l’arrêté de 1901 n’acceptait plus cette liberté et dans le rapport de l’Académie on pouvait lire :
«
modifier la règle de l’accord des participes, c’est porter l’atteinte la plus grave à la littérature française toute entière ; c’est reléguer d’un seul coup dans l’archaïsme tous les poètes qui ont écrit jusqu’à ce jour. » En conséquence, l’Académie empêche pratiquement aux élèves d’apprendre les nouvelles graphies : l’arrêté de 1901 ne dit pas comment les graphies en question devraient être enseignées ; les enseignant(e)s sont seulement informé(e)s par une circulaire des tolérances à appliquer lors des examens.

1935, 8e édition du Dictionnaire de l'Académie (traditionaliste)

1945, E. et O. Bled : 1re édition des Cours d'orthographe (Règles strictes et listes d'exceptions)

1977, R. Haby : arrêté ministériel sur les « tolérances grammaticales ou orthographiques » aux examens et aux concours

1989, Le Monde publie le Manifeste des Dix, un appel pour « Moderniser l’écriture du français ». Les Dix sont dix linguistes, membres de AIROE ou liés à ce groupe.
Le magazine Lire lance une enquête sous le titre « Faut-il réformer l’orthographe ? ». Des 900 réponses obtenues, 70% des interrogés considèrent l’orthographe française comme difficile, 86% adhèrent à l’opinion qu’elle est un art, 78% voient dans l’orthographe «
un des charmes de la langue française ».
1989, Une démarche est entamée par le Premier Ministre Michel Rocard : il charge le Conseil supérieur de la langue française de rédiger des propositions de réforme concernant les thèmes suivants : le trait d’union, le pluriel des mots composés, le circonflexe, le participe passé des verbes pronominaux, diverses anomalies.

1990, les propositions sont discutées avec la commission du Dictionnaire de l’Académie. En mai, le projet est soumis à l’Académie française qui l’approuve à l’unanimité. C’est donc la première fois qu’une réforme de l’orthographe élaborée à l’extérieur de l’Académie française est acceptée de celle-ci.

1991 L'Académie - La 9e édition de son Dictionnaire procède à une révision graphique en fonction des rectifications en cours.

.

Sur le site Le temps des instituteurs

> www.le-temps-des-instituteurs.fr/ens-francais-orthographe.html

En 1562, Pierre de la Ramée, dit Ramus réussit à faire passer dans l'usage la distinction du i et du j, du u et du v.

Les lettres j et v sont dites ramistes.

 

Des obstacles encore aujourd'hui. (Wikipédia) :
En 2011, l'enseignement de l'orthographe réformée continue de poser problème. Les livres d'enseignement sont principalement rédigés avec l'ancienne orthographe, ce qui constitue un obstacle majeur.
Les livres scolaires utilisent principalement l'orthographe traditionnelle, ce qui est considéré comme un frein à l'enseignement de l'orthographe réformée. Les éditeurs indiquent surtout qu'ils refusent de jouer le rôle de pionniers de la réforme en l'absence d'action en ce sens du gouvernement. L'adhésion des enseignants eux-mêmes à la réforme n'est pas évidente.
> Consulter en ligne la liste des mots rectifiés établie par le Réseau pour la nouvelle orthographe du français.

Liste donnée sur RENOUVO

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

oooooooooooooooooooooooooooooooooo

Dictionnaire historique de la Langue Française par Alain Rey

Dictionnaire Historique de la langue française

Alain Rey - 2011 - 14833 pages

Depuis 1901 aucun projet de réforme de l'orthographe n'a abouti, non seulement à cause des immenses difficultés pratiques, mais aussi par conservatisme (l'Académie en a donné un exemple en 1987 en renonçant à des simplifications et harmonisations pourtant nécessaires et très modérées, avant de cautionner en 1990 un projet d'aménagement lui aussi très modéré et cependant mal accueilli.

ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Sur Wikisource, on peut lire :

Rectifications orthographiques du français

Réforme de 1718

La réforme de l’orthographe française de 1718 correspond à la publication de la deuxième édition du Dictionnaire de l’Académie française. L’édition de 1718 apporta peu de changements à l’orthographe

Par exemple :

  • éploré au lieu de esploré

  • sirop au lieu de syrop

  • noircissure au lieu de noircisseure.

 

Réforme orthographique française de 1740

La réforme de l’orthographe française de 1740 correspond à la publication de la deuxième édition du Dictionnaire de l’Académie française. L’édition de 1740 apporta beaucoup de changement à l’orthographe. Près de cinq mille mots ont changé de graphie

Modifications

Le s muet qui n'est pas à la fin d'un mot est remplacé par l’accent circonflexe sur la voyelle le précédant (ou parfois l’accent aigu pour le e, selon la prononciation de la voyelle). Ces circonflexes correspondent généralement à la modification du son de la voyelle causée par le s muet. Par exemple :

  • accroître et non accroistre

  • albâtre et non albastre

  • apôtre et non apostre

  • âpre et non aspre

  • bâtard et non bastard

  • bêtise et non bestise

  • château et non chasteau

  • chrétien et non chrestien

  • école et non escole

Certaines consonnes muettes d'origine étymologique/historique sont effacées. Par exemple :

  • avocat et non advocat

  • bienfaiteur et non bienfaicteur

  • toujours et non tousjours

Certains y sont remplacés par un i. Par exemple :

  • ceci, celui-ci, etc., et non cecy, celui-cy

  • toi, moi et non toy, moy

  • gai et non gay

  • joie et non joye

  • abîme et non abysme

Autres :

  • zigzag et non ziczac

 

Réforme orthographique française de 1878

Modifications

  1. Le tréma sur e est remplacé par des accents graves ou aigu. Par exemple poëte et poëme s’écriront poète et poème. Le tréma a survécu dans certains noms propres, comme Noël, et noms communs, comme foëne (aussi écrit foène).

  2. L’accent aigu est ajouté dans plusieurs mots comme fac-similé ou alléluia.

  3. Certaines graphies avec é, conformément à l’ancienne prononciation, sont remplacées par è, notamment devant g : collége, Liége, siége ; mais aussi avénement ou dans la conjugaison du verbe abréger : j’abrége. Cet usage est resté dans la forme invertie de la 1e personne du singulier de l’indicatif présent : aimé-je, puissé-je ; ou dans le mot événement.

  4. Les groupes de lettres étymologiquement grecs comme chth et phth sont simplifiés en cht et pht, par exemple : aphthe, diphthongue, deviennent aphte et diphtongue.

  5. Certains y étymologiques sont remplacés par i, par exemple : asyle, anévrysme, abyme deviennent asile, anévrisme, abîme.

  6. Le e muet interne dans certains noms communs et adverbes en -ement peuvent être ajoutés ou supprimés, par exemple : maniement ou manîment, remerciement ou remercîment, éternuement ou éternûment, etc. mais pas dans vraiment, gentiment, hardiment, etc.

  7. Treize nouveaux mots composés sont introduits avec contre-, comme contrefort, contresens ou contrepoison, et cinq autres avec entre-, comme entrecôte ou entresol.

Liste de mots rectifiés

  • alléluia ← alleluia

  • aphte ← aphthe

  • collège ← collége

  • contrefort

  • contresens

  • contrepoison

  • diphtongue ← diphthongue

  • entrecôte

  • entresol

  • fac-similé ← fac-simile

  • gypaète ← gypaëte

  • Liège ← Liége

  • phtore ← phthore

  • poète ← poëte

  • poème ← poëme

  • siège ← siége

 

Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905. (Wikisource)

Orthographe française Wikipédia

 

On se reportera, dans ce blog à :

Une petite histoire de la Langue Française racontée par Mamiehiou

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog