Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 18:24

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Ce disant, nous nous chuchotâmes au revoir, espérant que l'avenir nous réunirait de nouveau. Nous nous retînmes de nous serrer dans les bras l'une de l'autre pour ne donner à voir aucun signe d'aucune sorte aux yeux alentour.

Je m'enfuis en catimini et retournai pressément sur mes pas, échappant tout juste à l'attention des hommes oryctères qui retournaient creuser leur galerie souterraine.

Prétatou n'était pas loin, à l'affût de me voir revenir. Il avança mollement vers moi, l'air chagrin.

"Cher Prétatou, que t'arrive-t-il ? Tu me sembles t'être bien cotonisé. As-tu cru me perdre ?"

Mais rien ne sortit de la gueule de mon chien d'ordinaire si loquace. Je ne m'aventurai pas à lui dire quoi que ce fût sur son aphasie que je n'aurais su blâmer ― Plût à Dieu qu'elle ne fût que temporaire !  car je ne voulais en aucun cas froisser son ego. Ne l'avais-je pas laissé là, à ronger son frein, sans qu'il sût de quoi il retournait. Peut-être avait-il imaginé que j'étais partie sans retour.

"Nous rentrons à Utopinambourg", lui dis-je.

Je sursautai comme il me répondit : "Enfin !"

Nous traversâmes sans embûches l'obscure forêt inhospitalière*, que nous connaissions comme notre poche. Que de lieues y avions-nous déjà parcourues !

 

Je ne retrouvai pas la Cité telle que je l'avais laissée.

Le bruit qui courait avait enflé : on n'était pas libre dans ce coin du monde ; et personne ne semblait expliquer les disparitions mystérieuses.

Quelques Utopinambourgeois déchaînés jusqu'à l'hystérie avaient essayé de forcer les frontières qui s'étaient révélées comme les murs d'une prison invisibles, inattingibles ; le mystère s'épaississait. On en vint à croiser dans les rues des gens au comportement somnambulesque, hagards et stupéfiés, perdus, incapables de retrouver leur chemin. Le nombre des harangueurs s'était décuplé, et résonnaient de toutes parts les mots d'Isma** : "rationalisma, impérialisma, nihilisma, anarchisma, machiavelisma, amoralisma, fétichisma..." Le souffle de la révolution emportait les plus fidèles hier à l'ordre établi. Seuls quelques traditionalistes, mainteneurs de la Règle tentaient de juguler les débordements. D'autres, pétrifiés, béaient de stupeur. Divaguaient çà et là des hommes et des femmes contus, hurlant et gémissant. Quel charivari !

Et comme il en est ainsi lors des périodes troublées, on assassinait à tout va, qui le représentant de l'autorité, qui le donneur de leçon, qui son voisin, qui son frère même. Qui eût dit que la Cité naguère opulente et policée décherrait ainsi ?

Je me précipitai vers l'école où j'avais enseigné tout ce qu'il fallait savoir pour vivre en bonne intelligence avec les autres, leçons qui semblaient, à l'évidence, ne pas avoir porté de fruits.***

J'éclatai en sanglots. Le bâtiment était rasé et les fumerolles qui s'élevaient de la place où, il y a peu, il se dressait si fièrement, témoignaient du désastre.

Je pensai à Lio, mon alter ego. Avait-elle échappé aux flammes ? Où la retrouverais-je ?

J'aurais bien voulu me faire entendre et crier : "Ah çà, allez-vous cesser de vous entretuer, vauriens, scélérats, assassineurs, égorgeurs sans foi ni loi !" Mais ma voix se serait perdue et je n'aurais pas donné cher de ma peau.

De guerre lasse, je décidai de quitter cet enfer et de rebrousser chemin.

..............................................

*La forêt obscure, la selva oscura. Dante La Divine Comédie

Durante degli Alighieri (Durante, le prénom, syncopé en Dante)

La selva oscura, voir la note du texte 158 Délires sur de froides retrouvailles dans la forêt obscure

**"rationalisma, impérialisma, nihilisma, anarchisma, machiavelisma, amoralisma, fétichisma..."

Retrouver les harangueurs dans l'article : 180 Délires sur la conquête de la liberté

***QUIZ 25 Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table

 

NOTES

Nous nous retînmes de nous serrer dans les bras.

retînmes, passé simple de retenir.

> Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

 

l'avenir nous réunirait de nouveau

Ne pas confondre À NOUVEAU et DE NOUVEAU

DE NOUVEAU, Locution adverbiale, une fois de plus, encore une fois, derechef.

À NOUVEAU, Locution adverbiale, pour la seconde fois, de façon complètement différente. L'Académie

 

je retournai pressément sur mes pas

pressément, dans le dictionnaire du Moyen français : d'une manière pressante.

Le terme est désuet.

 

Je m'enfuis en catimini

en cachette, sans se faire voir

Littré.- Étymologie : catamini a signifié les menstrues des femmes

Les femmes cachant avec soin cet état, catamini, ou par altération catimini, a pu prendre le sens de cachette, mystère [...]

Lu sur le site Le garde-mots :

Étymologie : soit du grec katamênia, menstrues, règles, lui-même pluriel substantivé de katamênios, de chaque mois -  du fait que, traditionnellement, les femmes cachent avec soin leur état à ce sujet ; soit du picard catte-mini, chatteminette, avec la même idée d’hypocrisie que chattemite.
Synonymes : à la dérobée, à la sourdine, à l’insu de, à huis clos, à muche-pot (en se cachant, synonyme : musse-pot), clandestinement, dans l'ombre, discrètement, à titre privé, en cachette, en catifaillons (sans bruit), en catimuchon (en se cachant), clandestinement, dans sa barbe, de manière confidentielle, en contrebande, en douce, en secret, en sourdine, en sous-main, en tapinois, furtivement,  incognito, in petto, par en-dessous, sans tambour ni trompette, sournoisement, sous cape, sous le manteau,  sous la table, subrepticement.

Chattemite :

C'était un chat vivant comme un dévot ermite,
Un Chat faisant la chattemite,
Un saint homme de Chat, bien fourré, gros et gras,
Arbitre expert sur tous les cas.

Jean de la Fontaine, Le chat, la belette et le petit lapin

 

des hommes oryctères qui retournaient creuser leur galerie souterraine

oryctère, terme de zoologie. Qui creuse la terre. Insectes oryctères.

 

Il avança mollement vers moi, l'air chagrin.

L'air triste, mélancolique.

 

Tu me sembles t'être bien cotonisé

se cotoniser Littré.- Néologisme. Devenir semblable à du coton, devenir mou, sans ressort.

 

son aphasie que je n'aurais su blâmer

aphasie, les fonctions du langage sont atteintes. Prétatou ne peut plus parler.

 

Ronger son frein

L'Académie : Retenir son dépit, son ressentiment en soi-même et n'en laisser rien éclater au-dehors.

 

Que de lieues y avions-nous déjà parcourues !

Une lieue, environ quatre kilomètres.

parcourues : le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant lui : lieues.

 

les murs d'une prison, invisibles, inattingibles

inattingibles, littéraire pour inatteignables, que l'on ne peut atteindre.

 

D'autres, pétrifiés, béaient de stupeur.

béer, regarder bouche ouverte, en proie à un sentiment, ici la stupeur.

 

des hommes et des femmes contus

contus du verbe contondre (défectif rare) contusionnés, qui ont reçu des coups.

Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Quel charivari !

bruit discordant et tumultueux. Littré

 

Qui eût dit que la Cité naguère opulente et policée décherrait ainsi ?

opulent, prospère, riche.

Policée, disciplinée. N'oublions pas qu'elle devait suivre la Règle à la lettre.

Qui aurait dit que la Cité décherrait ainsi ?

Décherrait ou déchoirait, conditionnel présent de déchoir, verbe défectif.

déchoir, se dégrader, Littré : Tomber dans un état inférieur à celui où l'on était.

 

tout ce qu'il fallait savoir pour vivre en bonne intelligence avec les autres

Cours qui fut donné par Oli et Lio : Test sur la politesse et le savoir-vivre

 

où, il y a peu, il se dressait si fièrement

il y a peu, il y a peu de temps, naguère.

 

Je n'aurais pas donné cher de ma peau

cher, adverbe.

Ne pas confondre les homophones : (adjectif) cher, (adverbe) cher, substantifs) la chère, la chair, la chaire, la cheire.

 

De guerre lasse, je décidai de quitter cet enfer

de guerre lasse

Autrefois on prononçait le S de las comme dans hélas.

Dictionnaire étymologique de la langue française par Léon Clédat (1914)

Page 332

LAS, latin lassum. Dérivés : lassitude lasser, d'où délasser, délassement, inlassable. L'interjection Hélas contient l'adjectif las au sens ancien de malheureux.

Dans l'expression De guerre lasse, lasse est toujours au féminin.

Il semblerait qu'on ait confondu l'adjectif las au masculin avec lasse au féminin.

Las de la guerre.

Littré : Fig. Faire quelque chose de guerre lasse, le faire après avoir longtemps résisté. Je lui ai cédé de guerre lasse.

> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

 

<< 181 Délires sur la marche à suivre - Quand la poire est mûre il faut qu'elle tombe.

>> 183 Délires tout empreints d'angoisse

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog