Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 17:30

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

J'étais entourée d'un monde de traîne-misère affichant guenilles et mâchoires démeublées. Ces infortunés avaient perdu tout souci de civilité et, pour avoir souffert mille maux, manifestaient une rancœur mordicante. Amers étaient leurs propos sibyllins, bégayés le plus souvent.

Ils étaient si nombreux que je ne retrouvai pas Alcmène et je tâchai de m'introduire le plus discrètement possible dans la horde qui se dirigeait lentement vers le gouffre.

Il fallut descendre périlleusement dans l'antre obscur en s'accrochant à des échelles de fortune, craignant à chaque pas de perdre pied, s'écorchant à la paroi rocheuse. Quelques rares flambeaux supportant des flammes tremblotantes, brandons enduits de résine, fumelaient dans l'atmosphère empuantie.

Je me sentais accablée, obnubilée par une sensation cenesthésique qui m'ôtait toute aptitude à réfléchir, une impression confuse de malaise que j'avais de mon corps.

Soudain, je sentis mon pied glisser. Je voulus me retenir et m'agriffai désespérément aux aspérités de la roche. Je craignis pour ma vie. N'allais-je pas tomber sur le malheureux qui était sur le degré au-dessous de moi ? N'allais-je pas l'entraîner dans ma chute inéluctable ? Au moment de lâcher, je ne pus retenir un cri. Je sentis alors qu'on m'empoignait une jambe, suffisamment fermement pour m'éviter de choir, et je pus sitôt recouvrer mon assiette. Je penchai la tête pour apercevoir celui qui venait de m'agripper avec tant d'efficacité ; et je distinguai, sous mes pieds, un tout jeune homme au visage crasseux qu'on eût dit pénombré, et qui me souriait. Je doutai qu'il eût entendu mon merci à peine marmotté.

 

Une chaleur subite envahit tout mon être, une douceur que seule peut procurer la compassion qu'on devine dans le regard d'autrui.

 

Notes

Titre : Délires tout empreints d'angoisse

empreints (littéraire) marqués par l'angoisse.

Participe passé du verbe empreindre

tout, adverbe

> Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe variable dans certains cas et substantif

 

un monde de traîne-misère affichant guenilles et mâchoires démeublées

un monde de gueusaille, de miséreux vêtus de loques, de sans-dents.

 

pour avoir souffert mille maux

parce qu'ils avaient souffert mille maux

Expression de la cause - La préposition pour est suivie d'un infinitif passé (avoir souffert)

 

leurs propos sibyllins

sibyllins, mystérieux, hermétiques, difficiles à comprendre, comme ceux de la sibylle, ceux des oracles.

 

Ils manifestaient une rancœur mordicante

mordicant, âcre, picotant, corrosif ; au figuré, acerbe

 

obnubilée par une sensation cenesthésique ou coenesthésique

Oli est privée de lucidité, hypnotisée par une sensation qui l'envahit.

Cénesthésie - Terme de physiologie. L'espèce de sentiment vague que nous avons de notre être, indépendamment du concours des sens. Littré

 

Quelques rares flambeaux fumelaient

fumeler (hapax), dégager de la fumée.

> Hapax, mots-valises, mots fantômes et autres mots étranges

 

Je m'agriffai désespérément

s'agriffer, s'accrocher avec ses griffes, ses ongles.

 

le malheureux qui était sur le degré au-dessous de moi

au-dessous de, locution prépositive.

au-dessous, adverbe.

Y a-t-il un trait d'union ou pas ? Au delà ou au-delà ? Par delà ou par-delà ? AU ou PAR ou EN etc. + deçà, delà, devant, derrière, avant, arrière, dessus, dessous, dedans, dehors, haut, bas

 

je pus sitôt recouvrer mon assiette

sitôt, à l'instant même, aussitôt.

recouvrer (littéraire) récupérer ce qui était perdu, recouvrer la vue, la santé, la liberté...

l'assiette, manière de se poser, d'être posé. Littré

 

Un visage crasseux qu'on eût dit pénombré

pénombré, néologisme rare : orné d'une pénombre

qu'on eût dit, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

qu'on aurait dit

 

Je doutai qu'il eût entendu mon merci à peine marmotté.

Douter que est suivi du subjonctif

qu'il eût entendu subjonctif plus-que-parfait

Douter que, se douter que / Je doute que, nul doute que, il n'est pas douteux que

marmotter, parler confusément entre ses dents. Littré

 

Une chaleur subite envahit tout mon être

subit, subite : adjectif, brusque, soudain, soudaine.

Ne pas confondre avec le participe passé de subir : subi, subie

Voyez les épreuves qu'elle a subies.

 

<< 182 Délires sur un retour à Utopinambourg

>> 184 Délires au fond de l'abîme

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Mathilde 08/04/2016 17:55

Parviendront-ils jamais au-delà du miroir ?

mamiehiou.over-blog.com 08/04/2016 17:56

Un jour peut-être, si Dieu leur prête vie.

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog