Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:24

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman, aux trop aimables manières, ne soit pas un hypocrite déguisé, un séducteur retors, un rusé suborneur.

Ma naïveté coutumière m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes d'où je n'étais pas sortie indemne. J'avais été naguère bien échaudée et je me jurais de ne point m'attacher à quiconque se montrerait enjoué et charmeur. Cependant, il m'aurait été bien doux de jouir de la compagnie de Carloman au visage d'ange lors même que je me serais laissé bercer par les douceurs qu'il me susurrait. Je ne cessais de me demander comment il se faisait qu'il débusquât, sous la crasse et les haillons qui me recouvraient, mes moindres appas.

Il va sans dire que l'endroit où nous nous trouvions ne se prêtait en rien aux roucoulades. Et notre préoccupation première aurait dû être de nous demander comment nous viendrions à bout de notre galère.

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies si tant est que ses propos fussent fallacieux comme je le craignais et je le laissai escobarder tout son saoul. Il semblait se divertir fort à faire la chattemite et je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire.

Le badinage n'était-il pas ici hors de saison ?

J'aurais pu lui faire aimablement remarquer que ce n'était ni le moment ni l'heure de batifoler mais je m'en gardai bien, à voir le plaisir évident qu'il y prenait. Tout juste s'il avait conscience de notre position éminemment périlleuse.

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi ; peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât. Je ne savais que penser.

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée. Ce que jamais je ne fus.

Quand une situation est au pire,

il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève...*

...................................................................

*When things are at their worst they have to stop, or else improve to the way things were before.

William Shakespeare, Macbeth

 

NOTES

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman ne soit pas un hypocrite

> Pourvu que locution conjonctive qui exprime une condition avec une nuance de souhait.

 

Ma naïveté m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes

chausse-trape ou chausse-trappe

Sens figuré : piège

précipitée, participe passé employé avec l'auxiliaire avoir, il s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant lui : m' (me élidé) mis pour la narratrice Oli.

 

d'où je n'étais pas sortie indemne

indemne et pas indemme

dilemme et pas dilemne

> Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

 

J'avais été naguère échaudée et je me défendais de m'attacher à quiconque

Naguère, il y a peu, il y a peu de temps

Échaudé, sens figuré : déçu dans une affaire

Proverbes :

Chat échaudé craint l'eau froide.

Chien échaudé ne revient pas en cuisine. Même sens.

> Proverbes animaliers 1ère partie – Retrouvez le nom de l'animal QUIZ 103

 

lors même que je me laissais bercer par les douceurs qu'il me susurrait

Lorsque - Lors même que

Tmèse : Séparation par un ou plusieurs mots des éléments d'une conjonction ou d'une locution conjonctive. Exemple : Lorsque > Lors même que.

Le grammairien Paul Dupré signale : "la tmèse n'est possible qu'à titre d'archaïsme, lorsqu'elle sépare deux éléments aujourd'hui soudés, mais jadis autonomes."

Voir aussi > Lors que, lors même que

Mots soudés, agglutinés : lorsque, puisque, parce que, quoique, sitôt, etc.

Qu'est-ce que l'agglutination ? > L'agglutination

les douceurs qu'il me susurrait

susurrer : chuchoter, murmurer doucement avec une voix légèrement sifflante.

Susurrement, murmure

susurration (littéraire) bruit léger accompagné d'un doux sifflement

> QUIZ Plus de 100 bruits et leurs nuances : bacchanal crépitation stridulation brondissement etc.

 

comment il se faisait qu'il débusquât mes moindres appas.

il débusquât, subjonctif imparfait

des appas, style noble

Cf. Littré : Appas est le pluriel de appât. L'ancienne orthographe était appast ; au pluriel, appasts ou appas. La faute a été de faire de ce mot unique deux mots différents. De là toute sorte d'irrégularités qu'on trouve dans les auteurs ; d'abord la plus forte de toutes, qui est appas au singulier.

La Nouvelle Orthographe donne : appâts au lieu de appas

> Réforme de l'orthographe – Lexique

 

Il semblait se divertir fort à faire la chattemite

la chattemite : Terme familier qui désigne une personne agissant de manière humble et flatteuse dans le but de tromper quelqu'un. De chatte et mite, nom enfantin et populaire de la chatte au Moyen Age. Synonymes : chafouin, doucereux, fourbe, hypocrite, madré, matois, papelard, patelin, retors, roublard, roué, rusé, tartufe, trompeur. Cf. Le Gardien des mots

 

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies.

escobarderie, familier & péjoratif - action, propos hypocrites

 

et je le laissai escobarder tout son saoul/soûl/

Escobarder, parler en escobar (en hypocrite). Utiliser des mots à double sens, des équivoques pour tromper.

Soûl, saoul, adjectif et substantif

Tout son soûl - Littré : Substantivement, avec mon, ton, son, leur : autant qu'on veut, autant que cela est suffisant.

 

je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire

Casser le délire, casser le plan (argot), arrêter une situation agréable.

 

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi

fusse accommodée, verbe s'accommoder au subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé : je me serais accommodée.

 

Peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât

peu s'en fallut, il s'en fallut de peu

> Ne pas confondre : Pour un peu, un peu plus, il s'en faut peu de choses, il s'en faut beaucoup, il ne s'en est fallu guère, il s'en faudrait peu, il s'en faut de beaucoup, de peu...

Primesautier, primesautière, adjectif et substantif. Qui a un caractère spontané, irréfléchi, impulsif.

Comme susurrer, on a la lettre S entre deux voyelles qui se prononce [z].

> Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

m'incommodât, me gênât - subjonctif imparfait

> Valeurs et emplois du subjonctif

 

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée

pimpesouée, terme vieilli qui se dit dans le style familier, en parlant d'une femme qui a des manières précieuses et ridicules.

 

<< 184 Délires au fond de l'abîme

>> 186 Délires dans un univers impitoyable

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog