Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 09:31

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)


J'ai lu sur le blog Le Garde-mots d'Alain Horvilleur, une définition de l'écriture automatique que pratiquaient les Surréalistes et que chacun peut pratiquer à sa guise.

Procédé qui consiste à écrire au fil de la voix intérieure, sans contrôle de l’esprit, encore moins de la pensée. Cet abandon aux mystères de l’inspiration, au cours duquel les mots  se présentent d’eux-mêmes, produit des textes poétiques et très souvent surprenants.  Il s’agit de laisser courir sa plume, au fil de l'improbable, sans s'arrêter, pour mieux se réjouir ensuite du résultat. Le style, authentique et qui a sa propre cohérence, n’est pas maîtrisé. Le hasard, l’inconscient, l’inspiration sont ses maîtres.


Dans le premier Manifeste du surréalisme (1924), André Breton présente ainsi l'écriture automatique :
Faites-vous apporter de quoi écrire, après vous être établi en un lieu aussi favorable que possible à la concentration de votre esprit sur lui-même. Placez-vous dans l'état le plus passif, ou réceptif, que vous pourrez. Faites abstraction de votre génie, de vos talents et de ceux de tous les autres. Dites-vous bien que la littérature est un des plus tristes chemins qui mènent à tout. Écrivez vite sans sujet préconçu, assez vite pour ne pas retenir et ne pas être tenté de vous relire. La première phrase viendra toute seule, tant il est vrai qu'à chaque seconde il est une phrase étrangère à notre pensée consciente qui ne demande qu'à s'extérioriser. Il est assez difficile de se prononcer sur le cas de la phrase suivante ; elle participe sans doute à la fois de notre activité consciente et de l'autre, si l'on admet que le fait d'avoir écrit la première entraîne un minimum de perception. Peu doit vous importer, d'ailleurs ; c'est en cela que réside, pour la plus grande part, l'intérêt du jeu surréaliste. Toujours est-il que la ponctuation s'oppose sans doute à la continuité absolue de la coulée qui nous occupe, bien qu'elle paraisse aussi nécessaire que la distribution des nœuds sur une corde vivante. Continuez autant qu'il vous plaira. Fiez-vous au caractère inépuisable du murmure. Si le silence menace de s'établir pour peu que vous ayez commis une faute : une faute, peut-on dire, d'inattention, rompez sans hésiter avec une ligne claire. A la suite du mot dont l'origine vous semble suspecte, posez une lettre quelconque, la lettre l, et ramenez l'arbitraire en imposant cette lettre pour initiale au mot qui suivra.

 

Je m'en vais, de ce pas, écrire au fil de mes pensées :

Je n'ai plus rien à dire ou plutôt si. Quand je ferme les yeux, je ne peux plus écrire sur mon ordinateur, c'est fâcheux. Alors il me faut bien les rouvrir si je veux continuer. J'ai corrigé des fautes sur un texte de quelqu'un que j'aime bien. Je ne sais pas comment il va le prendre. Mais c'est dommage que tant de gens ne fassent pas attention à ce qu'ils écrivent. Je suis outrée, non, plutôt attristée de voir qu'il y a tant de fautes sur les réseaux sociaux. C'est comme si les gens s'en donnaient à coeur joie d'écrire n'importe quoi. Une question me taraude. Pourquoi tant de fautes ? Alors que la plupart de ceux que je lis sont allés en classe au moins jusqu'en 5e ou pire, jusqu'en 3e. Les professeurs sont-ils à ce point incapables d'obtenir un résultat convenable ? Les élèves sont-ils incapables de fixer ce qu'on leur inculque, une fois pour toutes. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Mais quoi ? Je comprends qu'il y ait certains individus qui soient victimes de dysorthographie. Mais ils ne sont pas légion. Je crains qu'il n'y ait pas de solution. Et pire encore : lorsqu'on voit les réformes bientôt applicables dans l'apprentissage du français, au collège, je crains que, bientôt, la langue française ne soit écrite phonétiquement. On sait qu'il faut toute une vie pour écrire sans aucune faute, sans tomber dans des pièges dont on ne se doute pas. C'est ça la gageure ; la Nouvelle orthographe propose gageüre pour montrer comment il faut prononcer u et non pas eu. Voilà encore quelque chose qui va compliquer l'écriture du français. Et pourtant il faut bien réformer la langue quelquefois, malgré les réticences. Que serait-elle si elle ressemblait au français de Rabelais ? Il est certes savoureux mais il faut le plus souvent un lexique explicatif pour en comprendre toutes les nuances, toute la saveur. Et même Montaigne qu'on devrait prononcer Montagne, et qui est plus proche de nous. On s'arrache les cheveux à le lire dans son texte intégral si l'on n'a pas fait de philologie ; il y a toujours ici et là des expressions qui sont hermétiques pour le commun des mortels - que je suis - et si l'on veut tout comprendre de lui, il faut aller lire les petites notes qu'un linguiste, qui a pitié de nous, a bien voulu ajouter, pour nous éclairer. J'ai fait divers articles traitant des réformes du français et, comme j'ai un petit-fils qui apprend à lire, je mesure, et sa mère aussi, la difficulté qu'il y a à apprendre que le g de gi et de gui ne se prononce pas de la même façon, idem pour ca et ci. Et je ne vais pas ici faire la liste de tout ce qui fait obstacle à la fluidité de la lecture d'un petit bout-de-chou.

 

Voilà. Je pourrais continuer à écrire des heures, mais je m'en voudrais de lasser mes lecteurs.

Allez, c'est à vous maintenant !

 

Article connexe : Les Papillons Surréalistes dans les notes du texte : 117 Délires de Cadavres Exquis*- "Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog