Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:33

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre où le chaos faisait loi. C'était à qui s'imposait avec sa force particulière et les brutes dominaient sans conteste. La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel. Les faibles étaient vite écrasés, anéantis, parfois occis sans états d'âme. Nul tribunal pour juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui. C'était comme si les malfrats sans vergogne, les voyous de tous acabits, les truands invétérés, les chenapans éhontés, les gredins sans moralité, sans compter les vauriens, les fripouilles, ni les infâmes canailles doublées de crapules débauchées, bref, la lie de la société s'était donné, ici, rendez-vous. Toute une truandaille de misérables sans principes faisait régner la terreur. Et là, parmi eux, des innocents terrorisés n'avaient qu'à se taire et à obéir. C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes ; résignés, ils s'en acquittaient de mauvaise grâce, sans rechigner, sans gémir sur leur injuste condition et cependant sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté.

Elle apparaîtrait soudainement au bout du tunnel que ces pauvres esclaves creusaient sans relâche depuis des décennies, depuis des siècles peut-être. On avait bien tenté de creuser sporadiquement des cheminées pour remonter à la surface afin de voir si l'on était toujours sur la terre d'Utopinambourg ; les amères déceptions s'enchaînaient sans repos.

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir, elle continuait, courbant l'échine, à charrier incessamment des tonnes de gravats au fur et à mesure de son avancée souterraine. Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

Néanmoins on mourait peu si l'on n'était pas récalcitrant ni battu à mort.

Quelques émissaires triés sur le volet° sortaient, à la nuit tombée, pour rendre visite à Marie Cratère qui, avec une générosité qu'on ne lui connaissait guère, leur prodiguait ses mixtures bien faites pour maintenir en vie tout ce petit monde composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux*. Je compris alors que les visiteurs qui s'invitaient chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse sur les moins robustes. N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille qui étaient restés pour moi un mystère ?

Ainsi donc ne pouvais-je rester plus longtemps dans ce lieu où je me disais que je m'étais fourvoyée noirement et je résolus de m'en évader sans plus attendre.

...............................................

*[ce petit monde] composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux. Anatole France, Le Lys rouge,1894

 

NOTES

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre

J'eus tôt fait, j'eus vite fait

cet antre, substantif masculin, sens figuré - ici, lieu sordide

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet - Quiz

 

les brutes dominaient sans conteste

sans conteste, incontestablement, indiscutablement.

 

La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel

la moindre, superlatif relatif de petit

la moindre dissension, la plus petite discorde causée par une diversité d'intérêt, Littré.

un pugilat exponentiel, une bagarre à coups de poings qui grossissait à chaque minute.

 

Les faibles étaient parfois occis sans états d'âme

occire, tuer - vieux verbe défectif

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui

un violateur, celui qui viole les droits, les lois, les traités, etc. Littré

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

 

les malfrats

argot et populaire - les malfaiteurs

 

sans vergogne - éhontés

sans aucune honte de ce qu'ils faisaient

 

Les voyous de tous acabits

de tous les acabits, de tout acabit.

 

les chenapans

de l'allemand schnapp Hahn - de schnappen, attraper, et Hahn, coq.

 

les infâmes canailles doublées de crapules débauchées

Doublées, qui sont aussi et en même temps des crapules débauchées

 

Toute une truandaille de misérables

Truandaille, synonymes truanderie, canaillerie. Gens méprisables. Littré

 

C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes

c'étaient eux

> C'est ou ce sont ? C'était ou c'étaient ? Ce sera ou ce seront ? Etc

les basses besognes un travail matériellement ou moralement ignoble, sordide.

 

sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté

recouvrer, rentrer en possession de ce qu'on a perdu Littré

On recouvre la liberté, la vue, l'ouïe, etc.

 

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir

> la gent, les gens, gentil, gentillesse, Gente Dame, un gentilhomme etc.

Bien que locution conjonctive suivie du subjonctif

[elle] se jurât subjonctif imparfait

 

Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

égrotant, littéraire – souffrant d'une maladie permanente

innommables : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

 

les visiteurs qui venaient le soir chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse

faire ribote, boire et manger avec excès.

Il était en ribote, il était ivre.

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes

 

N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille

les reliefs, généralement au pluriel, mais le singulier se dit aussi - ce qui reste d'un repas, d'un mets.

Dans > 29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange

une gargotaille, mets de mauvaise qualité.

 

Dans ce lieu où je m'étais fourvoyée noirement

où je m'étais égarée

noirement, rare, littéraire > Hapax - de façon inquiétante

 

<< 185 Délires d'un badin qui semble avoir perdu le sens des réalités

>> 187 Délires sans issue

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog