Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:58

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

À quoi eût servi de vitupérer contre le destin ? Tout, ici-bas, portait à croire que rétablir l'ordre dans ce monde bouleversé n'était plus possible. Mais l'on sait que bon nombre de révolutions passées, plus sanglantes qu'on ne puisse l'imaginer, ont éclaté, se sont paroxysées, puis, grâce à quelques hommes, plus déterminés et plus écoutés que les autres ont été étouffées, et se sont éteintes enfin, à coups de belles paroles ou de moyens que la morale réprouve.

Ainsi donc ont été renversées les règles établies par des gouvernements illégitimes, arbitraires et tyranniques.

Il ne s'agissait pas aujourd'hui d'une révolutionnette - loin de là - mais plutôt d'un souffle de vie qui devait faire sauter le joug subi depuis trop longtemps. Une clairvoyance, peu à peu, s'était insinuée dans les consciences. Peu préparées à l'esprit critique, elles s'étaient laissé berner, endoctriner, enfermer dans un modèle dont elles n'avaient pas la moindre idée. Tout avait été minutieusement combiné pour que nul ne soupçonnât qu'il était captif d'une pensée unique.

Toujours prête à vouloir le bonheur de mes semblables, je me déterminai à entrer dans l'action la plus téméraire, la plus improbable, celle qui devait changer la violence en douceur, l'inconséquence en raison, la révolte en paix, bref, la haine en amour.

Mais je me ravisai bientôt et songeai au pouvoir qui me faisait défaut. Qui étais-je pour former un voeu qui me sembla impossible dès l'instant qu'il embrasa mon imagination ? J'eusse volontiers fait l'éloge de ma folie* pour me convaincre que tout était réalisable si tant est qu'on eût la foi dans ses convictions.

Je me positionnai alors à la vue d'un grand nombre au milieu de la grande place d'Utopinambourg* que j'aurais bien appelée agora pour la circonstance.

"Il faut que je me bouscule les neurones !" m'écriai-je devant le désastre ambiant. J'enfonçai une porte ouverte en me chantonnant une rengaine appropriée à la situation : Tous les problèmes ont une solution... All problems have a solution... Für jedes Problem gibt es eine Lösung... Todos los problemas tienen solución... Una soluzione per tutti i problemi... soluție, la problemele... solução para os problemas... oplossing voor alle problemen... rozwiązania trudności... wszystkich problemów... løsning på de problemer... megoldás, problémák...

Se bousculaient les mots porteurs d'espoir. Je n'inventais rien. Ils avaient déjà fait leurs preuves en matière de problèmes résolus.

Me vint alors l'idée, que d'aucuns jugeraient saugrenue, de me hisser sur le beffroi déserté par les guetteurs qui avaient fui tous les risques inhérents à la situation du moment. Et me voilà, brandissant le drapeau blanc de la paix et chantant à tue-tête, telle une Sans-Culotte inspirée : « Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, Le peuple en ce jour sans cesse répète, Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, Malgré les mutins tout réussira. »

 

Il eût suffi d'une poignée d'hommes de bonne volonté, meneurs s'il en fut, capables de canaliser la fureur de tous les enragés et leur dessiller les yeux sur la vanité de leurs actions délétères.

Il eût fallu Sept Sages pour mettre de l'ordre dans le désordre, du calme dans l'agitation, de la vérité dans l'ignorance.

Vous l'aurez compris, je tâchais de rameuter, vaille que vaille, ceux qui me suivraient dans cette entreprise difficile. Je n'étais pas une inconnue dans ma cité. Ils étaient nombreux ceux qui m'avaient choisie pour guide lorsque je professais dans mon École, l'École de la bienséance*, là où je leur avais enseigné la politesse, les bonnes manières et tout l'art de se comporter du mieux qui soit avec ses semblables.

Bravant l'agitation et le tumulte, j'étais décidée à tout pour qu'ils se ralliassent à moi.

Alors que je m'apprêtais à haranguer la foule, un frêle guignard se posa sur mon épaule.

......................................................................

* L'Éloge de la folie (1508) par Érasme de Rotterdam, Desiderius Erasmus

* Retour en arrière : Oli arrive à Utopinambourg > 53 Délires d'une ville, la nuit

 

Notes

À quoi eût servi de vitupérer contre le destin ?

eût servi : subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel > aurait servi

Vitupérer, protester vivement

 

bon nombre de révolutions passées [...] se sont paroxysées,

Paroxyser (se), s'exacerber jusqu'à son paroxysme, son degré extrême

 

Me vint alors l'idée de me hisser sur le beffroi

Littré - Beffroi : 1-Tour dans laquelle est une cloche prête à sonner l'alarme. 2-La cloche même.

 

Il eût suffi d'une poignée d'hommes de bonne volonté, meneurs s'il en fut,

il eût suffi, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel - il aurait suffi

s'il en est, s'il en existe - s'il en fut, passé simple.

 

leur dessiller les yeux sur la vanité de leurs actions délétères.

leur ouvrir des yeux, leur faire prendre conscience

Délétère – Littré : Fig. Qui cause corruption et mal moral.

ÉTYMOLOGIE- Terme dérivé du verbe grec signifiant détruire.

 

Il eût fallu Sept Sages pour mettre de l'ordre dans le désordre

Les Sept Sages, en référence aux Sages grecs.

LES SEPT SAGES - Encyclopædia Universalis

 

la grande place d'Utopinambourg que j'aurais bien appelée agora

Dans la Grèce antique, l'agora désigne la place publique où se rassemblait les citoyens qui débattaient des questions sociales, politiques et mercantiles de la cité.

Le forum dans l'antiquité romaine.

 

Bravant l'agitation et le tumulte, j'étais prête à tout pour qu'ils se ralliassent à moi.

Le tumulte de la foule

Plus de 100 bruits et leurs nuances : bacchanal crépitation stridulation brondissement etc.

ils se ralliassent, se rallier au subjonctif imparfait.

 

un frêle guignard se posa sur mon épaule

Littré : Le guignard est appelé par quelques-uns petit pluvier ; il est en effet d'une taille inférieure à celle du pluvier doré, et n'a guère que huit pouces et demi de longueur, [Buffon, Oiseaux. t. XV, p. 136]

D'après Ménage, cet oiseau a été ainsi appelé d'un nommé Jean Guignard, bourgeois de Chartres, lequel, le premier, en reconnut la délicatesse en 1542.

 

*L'École de la bienséance à retrouver dans les articles :

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - "La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage"

134 Délires d'Oli et de Lio – L'anagramme – Le chiasme

135 Délires pédagogiques

QUIZ 25 Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table

137 Délires sur la guérison souhaitable et programmée de ceux qui n'hésitent pas à manquer gravement à la bienséance. L'École des Hommes

 

<< 187 Délires sans issue

>> 189 Délires d'une harangue qui fit long feu

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog