Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 17:39

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Il y a bien longtemps que je suis dans cette chambre. Trois jours, quatre jours, une éternité. J'ai crié des heures durant et ma gorge est meurtrie. Je n'ai plus de force. Je gis sur mon lit de douleur, écartelée, pieds et poings liés. Une odeur âcre et pestilentielle me donne des spasmes, mais je n'ai rien à vomir. Il ne faut pas que je m'endorme. Je guette chaque craquement autour de la maison. Qu'un promeneur passe, si je geins, il m'entendra, il viendra à mon secours. Je scrute le bruissement incessant des frondaisons. Parfois, des oiseaux lancent leurs cris. L'un d'eux, audacieux, s'est posé sur le rebord de la fenêtre ouverte et me regarde. Je ne sais pas son nom. Que n'ai-je appris à connaître le nom des oiseaux ! Sauve-moi oiseau ! Il s'est envolé, libre.

Je commence à délirer.

La soif me ronge le corps. Je songe aux torturés qui ont perdu l'espoir, à tous les torturés de par le vaste monde, aux milliards d'hommes qui meurent d'avoir faim.

Très jeune, d'aussi loin que je me souvienne, à l'âge où les enfants ne savent pas qu'on peut mourir, j'ai eu le sentiment que la mort viendrait tôt ou tard me chercher, un jour. Où que je sois, elle me trouverait. Il n'y a pas de cache. Loin de m'effrayer, elle m'apparaissait comme un fait ordinaire de la vie. Pourquoi en avoir peur ? On le sait bien, ce n'est pas d'elle qu'on a peur, c'est de l'idée qu'on s'en fait. Quand elle est là, on n'a plus le temps d'avoir aucun sentiment pour elle, c'en est fait de soi. La mort elle-même n'est rien. À quoi sert d'imaginer des choses après elle ? La seule chose qui devrait compter, c'est d'être en paix avec soi-même.

Mais je ne suis pas en paix. Qu'ai-je fait, mon Dieu ? Qu'ai-je fait ?

 

Combien de temps vais-je attendre encore ? Et pourquoi attendrais-je ? Je sais qu'on peut rester des semaines sans manger et sans boire. Les organes vitaux se nourrissent alors des tissus musculaires et graisseux jusqu'à ce que seule la peau recouvre l'os. Je sais que certains anorexiques vivent sans nourriture et hibernent dans le sommeil et l'immobilité. Je sais que quelques Bienheureux ne se sont nourris que de prières et d'hosties. Je sais tout cela, mais ce que je sais aussi, c'est que je vais mourir.

Seigneur, accorde-moi la grâce de l'inédie !

 

Je vais mourir ? Je refuse d'y croire encore. Que quelqu'un surgisse à l'instant, venu de nulle part, et j'ai toutes les chances de réchapper au pire. Je refuse de pécher contre l'Espérance ! Que m'aurait donc appris ma mère qui tant de fois a prié avec moi lorsque j'étais enfant ?

Maman, ma pauvre maman ! Que de souffrances te réserve l'avenir !

 

Est-il possible que j'aie été aussi bête ? J'ai toujours pensé que la bêtise en ce monde n'avait pas de limite et je me suis toujours moquée de ceux qui en portaient les stigmates. Orgueilleuse que j'étais ! Je suis tombée dans son piège !

..........................................................................................................................

Un jour s'est passé encore. Les mots qui me viennent à présent puisent leur ressort dans le désespoir le plus profond. La fin arrive. Je sens déjà ses miasmes putrides. Mon corps ne cesse de manger mon corps, roide et desséché. Et toutes ces mouches dans la chambre ! Elles se promènent sur ma peau dénudée et je ne sens plus leur piqûre. Elles savent qu'il viendra bientôt, le temps d'y pondre, et des légions de larves bientôt m'habiteront. Je leur parle, je les insulte, mais je n'ai plus la force de souffler pour qu'elles s'envolent en tourbillons nombreux. Sans états d'âme, elles me gravissent et volettent au-dessus du festin annoncé.

 

La vie pourtant m'avait tout donné. Il m'aurait suffi d'être sage et raisonnable.

Que ne l'ai-je été ?

La passion m'a surprise et prise dans sa toile. Voilà que je n'étais plus qu'une chair ardente, avide de sensations sans nom. Recherche de caresses délicates à chaque fois inventées. Jouissance éperdue frôlant l'inaccessible. Mon amant, mon unique ! Tantôt tu m'accordais, j'accompagnais tes chants, tantôt tu me brûlais, j'étais ton hérétique, tantôt tu m'emmenais sur la vague incertaine et nous voguions comblés au gré de nos envies. Ah ! Quels délices de nous réciter des vers en nous pâmant.! Et nos deux âmes nues savaient n'en faire qu'une.

Plaisirs toujours croissant, toujours nouveaux, toujours inassouvis. Adieu.!

..........................................................................................................................

Hier... que dis-je, il y a un mois peut-être, c'était déjà l'été et tu m'as amenée dans cette maison ancestrale, loin de tout, loin du regard ombreux des hommes, pour nous ébattre sans contraintes aucunes, impatients de désir, libérés de tout, sans crainte de repentir. Quel fantasme t'a pris de me lier avec le chanvre mortel ? Fou ! Tu as donné libre cours à ton imagination enfantine pour rendre nos ébats plus ludiques encore. Voilà que je deviens une victime innocente qu'il faut à tout prix délivrer de son piège. Soudain tu m'apparais, lumineux, vêtu de ton costume de Superman ! Frissons ! Tu gravis l'armoire séculaire comme si sauter de là-haut était un fait héroïque. Fantaisie grotesque d'un fougueux cavalier voulant enfourcher sa monture docile ! Imprudent ! Le toit de l'armoire vermoulue s'est affaissé soudain. Te voilà prisonnier dans le vieux meuble clos. Tu frappes. Tu hurles, les deux jambes cassées. Le verrou des battants fermé de l'extérieur est solide. Tu as beau tempêter et t'escrimer, c'est en vain. La grosse clef de fer, imperturbable, me nargue. Pas de main secourable pour la tourner. Tu te plains, tu gémis, un jour et une nuit. Ton sang s'est perdu et s'est tari. Il y a bien longtemps que tu ne parles plus. Et moi, l'enchaînée, la crucifiée, je vais bientôt me taire, mais avant de mourir que de tourments encore. Mes pensées se pressent et me cognent la tête.

..........................................................................................................................

Après la révolte, l'espoir et la résignation, j'attends, j'attends. Je me souviens de mauvais rêves que je faisais enfant, la tête peuplée de contes, tous horribles et cruels. Ma mère me disait : « Quand tu as peur, ma chère enfant, pense très fort à moi et dis : Maman, aide-moi ! » Elle entrait dans mon rêve, volait à mon secours. Mes terreurs s'apaisaient. Toutes les mamans devraient savoir cela.

Maman, aide-moi ! Aide-moi ! Pourquoi ne sens-tu pas que j'ai besoin de toi ?

 

Je n'ai plus faim ni soif. Mes paupières sont collées. Ma bouche sèche est grande ouverte. Je ne souffre plus. Bientôt, je ne penserai plus.

..........................................................................................................................

Je sens qu'on me soulève, qu'on me prend dans les bras. Est-ce un ange, Seigneur, qui m'emporte vers toi ?

 

 

CONTES, NOUVELLES, POÈMES ET RÉCITS DE MAMIEHIOU

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article

commentaires

Marie-Carline 15/01/2017 19:37

Quel talent !!! J'adore vous lire...

mamiehiou.over-blog.com 15/01/2017 20:22

Ah, comme c'est gentil Marie-Carline !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • LE BLOG DE MAMIEHIOU -  La langue française telle qu'on l'aime   De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées,  des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog