Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 11:29

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Utopinambourg se soulevait et les clameurs enflèrent. On cria à la guerre civile. La situation me sembla désespérée lorsque les belligérants commencèrent à mettre la ville à sac. On entendit les vitrines voler en éclats, les voitures explosèrent, les pavés furent arrachés des chaussées et dressés en barricades. Méprisée désormais et huée, la police débordée recevait des coups que jamais elle n't pu concevoir. Les vociférations prenaient des sonorités jusqu'alors inouïes, des accents venus d'anciens pays de la terre entière. L’occitan, le gascon, le guipuscoan, le navarro-labourdin, le sanskrit, le vieux norrois, le féroïen, le norvégien nynorsk (landsmål) et le norvégien bokmål (riksmål), le gutnisk, le fingalien, le bas-francique, le brabançon, l'apulien, l'afrikaans, le thiois, le brandebourgeois, le francique ripuaire, le haut-alémanique, le gotique, l'anglo-normand, l'amharique, l'araméen, l'apaneca, l'arapaho, l'araucan, l'atikamekw, l'azéri, le bambara, le cachoube, et croyez-moi, j'en passe langues de tous les continents, langues mortes ou peut-être encore vivantes dans quelques coins qu'on a depuis longtemps oubliés.

 

Chacun criait sous l'émotion dans sa langue natale. On eût cru vivre en la Tour de Babel revenue du fond des âges.

Comment était-il possible que cette population cette populace, oserais-je dire si policée sous la férule tyrannique d'un gouvernement toujours à l'affût du moindre manquement, se fût si soudainement soulevée comme un seul homme ! Voulant s'affranchir du joug qui l'avait opprimée depuis des siècles, elle allait s'émanciper sans avoir conscience qu'elle aurait peut-être beaucoup à perdre dans cette entreprise périlleuse.

Les échauffourées se prolongèrent plusieurs jours, puis s'épuisèrent. On commença à manquer de tout.

Commencèrent alors à se faire entendre les plaintes des affamés et, tout en vrac, les lamentations, les gémissements, les pleurs et les soupirs. S'évanouirent les manières affectées qu'arboraient si bien les bourgeoises naguère endimanchées, corsetées de lames de baleine, au port superbe, arborant un air supérieur. Elles avaient cessé de fréquenter les atourneuses, les couturières et les modistes. Les cousettes furent les premières à chômer.

 

Du haut de sa colline le Château semblait épargné. Bien qu'il y eût pénurie de tout, on pouvait percevoir, par delà les ajours et les meurtrières, des lumières colorées accompagnées de musiques endiablées. On faisait la ribouldingue, on s'encanaillait, insensible aux malheurs du peuple. C'est bien là que les Princes dépensaient à gogo les impôts qu'on leur avait si chèrement payés.

........................................................................

NOTES

Titre : Délires qui tournent à la chienlit

La chienlit ou le chienlit : Le général de Gaulle a popularisé le mot au moment des troubles de mai 1968

"La réforme, oui ; la chienlit, non."

Chienlit, prononcer chiantlit – étymologiquement chie-en-lit

Action, manifestation désordonnée, tumultueuse et répugnante (Cnrtl)

 

les belligérants commencèrent à mettre la ville à sac

Les belligérants, ceux qui sont en guerre.

Mettre à sac : piller, dévaster, saccager.

 

la police débordée recevait des coups que jamais elle n'eût pu concevoir

eût pu subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

> que jamais elle n'aurait pu concevoir

 

Les vociférations prenaient des sonorités jusqu'alors inouïes

Inouï - Littré : 1-Qu'on n'a pas ouï. 2-Dont on n'a jamais ouï parler. 3-Si extraordinaire, que jusque-là on n'avait ouï parler de rien de semblable.

 

On eût cru vivre en la Tour de Babel

On eût cru vivre > On aurait cru vivre

On peut lire dans le livre de la Genèse de la Bible le mythe de la Tour de Babel (Babylone) – Il fut un temps où tous les hommes ne parlaient qu'une même langue. Ils péchèrent par orgueil en voulant construire une tour pour atteindre le ciel. Dieu les punit en introduisant la confusion des langues.

« Tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots. Comme les hommes se déplaçaient à l’orient, ils trouvèrent une vallée au pays de Shinéar et ils s’y établirent. Ils se dirent l’un à l’autre : Allons ! Faisons des briques et cuisons-les au feu ! La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent : Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre ! Or Yahvé descendit pour voir la ville et la tour que les hommes avaient bâties. Et Yahvé dit : Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises ! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Allons ! Descendons ! Et là, confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres. Yahvé les dispersa de là sur toute la face de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi la nomma-t-on Babel, car c’est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la terre et c’est de là qu’il les dispersa sur toute la face de la terre ». (Genèse, 11, La Bible de Jérusalem)

 

les bourgeoises naguère endimanchées, corsetées de lames de baleine

naguère, il y a peu, il y a peu de temps.

Une lame de baleine, d'acier, etc. sert à faire tenir droit le devant d'un corset, d'un corsage de robe. (synonyme : un busc qui a donné le mot buste)

 

Elles avaient cessé de fréquenter les atourneuses

Atourneuse – Littré : Femme qui faisait métier de coiffer, de parer, de louer des pierreries.

 

Les cousettes furent les premières à chômer.

Cousette, jeune ouvrière dans la couture.

 

on pouvait percevoir, par delà les ajours et les meurtrières

Ajour, petite ouverture laissant passer le jour, une petite fenêtre.

Meurtrière, dans un château fort, ouverture étroite d'où l'on peut tirer sur l'ennemi.

 

Bien qu'il y eût pénurie de tout

On emploie le subjonctif après la locution conjonctive Bien que

 

On faisait la ribouldingue

faire la ribouldingue, faire la noce.

Ribouldingue, débauche, beuverie, fête, ribote, bombe, bringue, java, noce, nouba.

 

C'est bien là que les Princes dépensaient à gogo les impôts qu'on leur avait si chèrement payés

les Princes : Les Princes qui nous gouvernent, ceux qui sont à la tête de l'état, qu'ils soient rois, présidents, premiers ministres, etc.

À gogo, sans restriction

<< 189 Délires d'une harangue qui fit long feu

>> 191 Délires engendrés par de misérables tribuns

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • LE BLOG DE MAMIEHIOU -  La langue française telle qu'on l'aime   De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées,  des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog