Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 17:06

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Il n'était plus temps d'en savoir davantage. Il me fallait rentrer au plus vite pour aider Alcmène qui devait m'attendre. Je craignais qu'Amphi ne se fâchât à me voir aussi peu soucieuse d'accomplir mon devoir et qu'il ne gourmandât son épouse pour m'avoir donné tant de liberté.

J'arrivai, essoufflée, priant Alcmène de me pardonner d'avoir laissé passer l'heure.

« Voyons, Oli, dit-elle, quels sont tes dons pour la cuisine. Je compte sur toi pour me donner quelques idées nouvelles, gastronomiques évidemment. »

Je fis le point sur les ingrédients qu'Amphi avait achetés le matin, et je proposai aussitôt un menu à l'appréciation de mon aimable patronne.

J'avais, entre autres, à m'occuper d'une belle pièce de turbot. Non pas de celle d'un gros turbot dont la chair coriace m'eût donné du fil à retordre°, mais plutôt de celle d'un turbot moyen, infiniment plus tendre et savoureuse. Je me félicitai qu'Amphi eût su bien choisir.

 

Comme tu le sais, cher lecteur, il faut au moins un kilo net pour sept ou huit personnes*, j'avisai la quantité requise pour les éventuels clients qui commanderaient ce plat délicat.

Je préparai pour la cuisson le poisson encore entier, le vidai en passant l'index dans un trou de trois centimètres pratiqué à cet effet, juste au niveau de la poche intestinale, coupai un tiers de la queue et le lavai sous l'eau claire à l'extérieur et à l'intérieur.

Tout cela avec un soin, une douceur et un doigté tout particuliers.

Puis je le mis à dégorger deux heures dans une eau très froide additionnée de gros sel. Pourquoi ? me dira-t-on. Pour parfaire la blancheur de la chair et la débarrasser de toute matière sanguinolente.

Mais il ne s'agissait pas maintenant de le mettre à cuire sans l'avoir préparé de sorte que sa jolie silhouette ne subît des dommages, car les yeux du gourmet excitent l'appétit tout aussi bien que ses papilles.

Sur le côté noir du poisson, je fis deux incisions de chaque côté de l'arête, sans la briser, pour garder au poisson sa souplesse. Je bardai la tête d'une ficelle en me servant d'une aiguille et l'amarrai au corps en décrivant un triangle.

Il était l'heure de placer le turbot, le blanc dessus, dans la turbotière, ustensile indispensable qui en respecterait la forme. J'ajoutai le court-bouillon de lait, fait, on peut le deviner, d'eau, de lait et de sel ; il conserverait à la chair toute sa fermeté et de surcroît sa belle blancheur. Et je mis sur feu vif.

Dès le début de l'ébullition, je déplaçai la turbotière sur le coin du fourneau afin d'obtenir un léger et doux frémissement jusqu'au bout de la cuisson. Puis je la retirai du feu.

Je laissai le turbot dans le bouillon chaud jusqu'au moment de servir, sans le faire attendre plus d'une demi-heure.

 

Les clients, au moment opportun, se virent apporter sur leur table le poisson plein de promesses, entouré de pommes vapeur, et de charmants bouquets de persil tout frisottés.

« Vois, leurs narines se mettent à trembler d'intelligence**, me susurra Alcmène à l'oreille. »

On admira. On huma.

Les glandes pourvoyeuses de salive s'activèrent.

On me regarda faire un service impeccable.

J'enlevai d'abord la peau blanche : je fis avec un couteau d'argent une incision tout le long de l'arête. Je découpai en losange les morceaux tout prêts à être saisis par les convives, puis, cette partie du dessus distribuée, j'enlevai prestement l'arête pour diviser à son tour la partie de dessous.

Je servis en outre quelques sauces d'accompagnement, que l'on put choisir tout à loisir selon son goût, une sauce hollandaise, une sauce aux huîtres, une sauce nantua, une sauce à la crème et une sauce aux câpres. Si j'avais eu le temps de les confectionner, j'aurais proposé, en outre, une sauce mousseline et une sauce crevette. La prochaine fois peut-être.

On goûta. C'était succulent.

On fut conquis.

.......................................................................  

* La recette s'inspire de celle que donne Madame E. de Saint-Ange dans son livre de cuisine (1927). Il est toujours réédité.

Je le cite dans l'article :  Les oeufs - Pourquoi choisir d'en manger – Comment les choisir – Comment les conserver – Comment les cuisiner (les oeufs au miroir)  

 

**La gastronomie fait trembler d'intelligence nos narines.

Charles Monselet, 1825-1888. gastronome, épicurien, journaliste.

Chroniqueur, écrivain, il brosse avec verve les portraits de ses contemporains. Il écrit des essais, des romans, des récits fantastiques. Ses fréquentations ? Chateaubriand, Gauthier ; ses admirateurs ? Hugo, Sainte-Beuve, Barbey d'Aurevilly.

L'heureux homme ! Jusqu'à vouloir un enterrement aux truffes.

 

NOTES 

Il n'était plus temps d'en savoir davantage

> Ne pas confondre : davantage, d'avantage  

 

Je craignais qu'il ne gourmandât son épouse

gourmander, réprimander, semoncer, gronder.

verbe au subjonctif imparfait dans une subordonnée qui dépend du verbe craindre.

 > Valeurs et emplois du subjonctif

 

un soin, une douceur et un doigté tout particuliers

> Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

 

la chair coriace m'eût donné du fil à retordre°

eût donné, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme), style soutenu

= aurait donné (1re forme)

donner du fil à retordre°, donner beaucoup de difficultés.

 

de sorte que sa jolie silhouette ne subît des dommages

subît, subjonctif imparfait

> De sorte que, de telle sorte que

 

Le persil plat a beaucoup plus de goût que le frisé, mais le frisé amuse l'œil.

 

On huma, H aspiré, pas de liaison.

Humer, sentir une odeur, aspirer par le nez.

Sens premier, faire pénétrer doucement par la bouche.

Terme d'origine onomatopéique.

 

L'ONOMATOPÉE : terme dont la sonorité rappelle le bruit que désigne le mot. Exemple, clic, toc toc, boum, brrr, clac, floc, cocorico, etc.

Toutes les onomatopées ne sont pas reconnues dans les dictionnaires classiques, et les bandes dessinées s'en donnent à cœur joie !

Voir l'article : Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

 

<< 99 Délires sur la relativité calendaire

>> 101 Délires sur des congratulations plurilingues - L'euphonie, la cacophonie 

 

QUIZ 20

 

Trouvez les personnages réels ou imaginaires dont le nom commence par PI

 

1- Ouvert à toutes les littératures, il donna aux télespectateurs et aux lecteurs passionnés, en les guidant grâce à sa subtile intelligence, les clefs du plaisir pur, celui de la lecture.

 

2- Personnages imaginaires qui portent le même nom, que l'on retrouve dans plusieurs films de 1973 à 2008 et qui conservent certains traits de caractère qui nous enchantent.

Dans :

  • L'Emmerdeur (1973) : Jacques Brel

  • Les Compères (1983) : Pierre Richard

  • Les Fugitifs (1986) : Pierre Richard

  • Le Dîner de cons (1998) : Jacques Villeret, Daniel Hanssens, Dany Boon, Régis Laspalès (versions théâtre 1993, 2007, 2009)

  • Le Placard (2001) : Daniel Auteuil

  • La Doublure (2005) : Gad Elmaleh

L'Emmerdeur (2008) : Patrick Timsit (également sur scène à Paris en 2005-2006)

 

3- 1867-1936. Dramaturge italien, nouvelliste, poète, romancier. Prix Nobel de littérature en 1934. Son oeuvre est une interrogation sur l'incommunicabilité qui existe entre les êtres humains, sur l'absurdité de la vie.

 

4- 1896-1980. Psychologue, biologiste, logicien, épistémologue suisse. On ne peut ignorer ce chercheur si l'on s'intéresse quelque peu à la psychologie de l'enfant dont il a étudié le développement de l'intelligence depuis le stade du nouveau-né.

 

5- 1881-1973. L'artiste protéiforme par excellence, (peintre entre autres) peut-être le plus célèbre. Il crée La Colombe pour le Mouvement de la paix en 1949.

 

6- Un petit chien sorti en 1945 de l'imagination de José Cabrero Arnal qui le dessina pour le journal l'Humanité. Il avait pour dessein de dénoncer les injustices de l'époque, à la sortie de la guerre, où de nombreux Français souffraient de la faim et ne savaient comment se loger.

 

7- Metteur en scène, merveilleux acteur de théâtre et de cinéma, et dont le sourire charmeur n'a pas d'égal. Il faut le revoir, flamboyant, en Comte d'Artois dans Les Rois Maudits de Maurice Druon,1972.

 

8- Personnage triste mais non pas triste personnage de la commedia dell'arte.

 

9- 1879-1953. Peintre, écrivain. Il fut influencé tout d'abord par Alfred Sisley et Camille Pissaro, peintres de l'Ecole de Barbizon. En 1918 il rejoignit le groupe Dada (Tristan Tzara, André Breton)

Son aquarelle Caoutchouc (1909) est l'oeuvre fondatrice de l'art abstrait.

 

10- 1925-... Acteur de cinéma (plus de 50 films). L'un de nos plus fameux comédiens. Il a joué, au théâtre, les plus grands,Shakespeare, Marivaux, Tchekhov, Ibsen, Schnitzler, Guitry, Duras et j'en passe. Il a obtenu de nombreux prix, comme l'Ours d'Argent à Berlin pour Une étrange affaire.

 

11- 1884-1939, D'origine russe. Acteur, metteur en scène de théâtre, animateur du Cartel des Quatre. Père de Sacha, lui aussi comédien et metteur en scène.

 

12- 1930-2008. Auteur dramatique anglais. The Guardian, Le Gardien 1961. Il a écrit aussi des scénarios comme celui deThe Servant, Le messager, de Losey. Prix Nobel de littérature en 2005.

 

13- Marionnette crée par Carlo Collodi, qui eut l'heur de jouer avec Gina Lollobrigida, dans le feuilleton de six épisodes de Comencini en 1972.

 

14- L'un des principaux sculpteurs de la Renaissance française, le sculpteur de Catherine de Médicis. Il travailla le bronze, le bois, la pierre, la terre cuite avec un égal bonheur.

 

15- Procureur romain, préfet de Judée, abandonna Jésus aux mains du Sanhédrin juif et s'en lava symboliquement les mains.

 

16- Tyran d'Athènes évoqué dans le texte Les Délires n°83

 

Réponses ci-dessous

 

Voici les personnages réels ou imaginaires

dont le nom commence par PI

 

1- Pivot Bernard. Ouvert à toutes les littératures, il donna aux lecteurs passionnés, en les guidant grâce à sa subtile intelligence, les clefs du plaisir pur, celui de la lecture.

Journaliste, chroniqueur littéraire, sa figure nous est familière pour avoir crevé l'écran avec ses invités lors de nos soirées à la télévision : Ouvrez les Guillemets 1973, Apostrophes, 1974, Bouillon de culture, 1990, Double je, 2002-2005.

 Merci Monsieur Pivot ! Je vous ai toujours été fidèle.

 

2- Pignon François, personnage que l'on retrouve dans plusieurs films de 1973 à 2008 et qui sait conserver certains traits de caractère qui nous enchantent.

 Les François Pignon

  • L'Emmerdeur (1973) : Jacques Brel

  • Les Compères (1983) : Pierre Richard

  • Les Fugitifs (1986) : Pierre Richard

  • Le Dîner de cons (1998) : Jacques Villeret, Daniel Hanssens, Dany Boon, Régis Laspalès (versions théâtre 1993, 2007, 2009)

  • Le Placard (2001) : Daniel Auteuil

  • La Doublure (2005) : Gad Elmaleh

  • L'Emmerdeur (2008) : Patrick Timsit (également sur scène à Paris en 2005-2006)

 

3- Pirandello Luigi, 1867-1936, dramaturge italien, nouvelliste, poète, romancier. Prix Nobel de littérature en 1934. Son oeuvre est une interrogation sur l'incommunicabilité qui existe entre les êtres humains, sur l'absurdité de la vie. Citons Six personnages en quête d'auteur. Nous avons déjà rencontré cet auteur. dans ce blog.

 

4- Piaget Jean,1896-1980. psychologue, biologiste, logicien, épistémologue suisse. On ne peut ignorer ce chercheur si l'on s'intéresse quelque peu à la psychologie de l'enfant dont il a étudié le développement de l'intelligence depuis le stade du nouveau-né. Il a fortement influencé la formation des enseignants.

Certes, la connaissance des fonctions cognitives de l'enfant a beaucoup évolué aujourd'hui, mais les découvertes de Jean Piaget restent incontournables.

 

5- Picasso, Pablo Ruiz y Picasso,1881-1973. L'artiste protéiforme par excellence, peut-être le plus célèbre. Il crée La Colombe pour le Mouvement de la paix en 1949.

 

6- Pif, un petit chien sorti en 1945 de l'imagination de José Cabrero Arnal qui le dessina pour le journal l'Humanité. Il avait pour dessein de dénoncer les injustices de l'époque, à la sortie de la guerre, où de nombreux Français souffraient de la faim et ne savaient comment se loger.
 

7- Piat Jean, metteur en scène, merveilleux acteur de théâtre et de cinéma, et dont le sourire charmeur n'a pas d'égal. Il faut le revoir, flamboyant, en Comte d'Artois dans Les Rois Maudits de Maurice Druon,1972.

 

8-Pierrot, personnage triste et non pas triste personnage de la Commedia dell'arte.

 

9- Picabia, Francis-Marie Martinez de Picabia,1879-1953, peintre, écrivain. Il fut influencé tout d'abord par Alfred Sisley et Camille Pissaro, peintres de l'Ecole de Barbizon. En 1918 il rejoignit le groupe Dada (Tristan Tzara,André Breton)

Son aquarelle Caoutchouc (1909, M.N.A.M., Paris) est considérée comme l'une des œuvres fondatrices de l'art abstrait.

 

10- Piccoli Michel,1925-... Acteur de cin éma (plus de 50 films) L'un de nos plus fameux comédiens. Au théâtre il a joué les plus grands,Shakespeare, Marivaux, Tchekhov, Ibsen, Schnitzler, Guitry, Duras et j'en passe. Il a obtenu de nombreux prix, comme l'Ours d'Argent à Berlin pour Une étrange affaire.

 

11- Pitoëff Georges,1884-1939, d'origine russe acteur, metteur en scène de théâtre, animateur du Cartel des Quatre. Père de Sacha, lui aussi comédien et metteur en scène.

Le Cartel des quatre est crée en 1927 par quatre metteurs en scène de théâtre, Louis Jouvet, Charles Dullin, Gaston Baty et Georges Pitoëff. Ils demandèrent aux acteurs un jeu plus naturel, et travaillèrent à un renouveau du théâtre.

 

12- Pinter Harold, 1930-2008. Auteur dramatique anglais. The Guardian, Le Gardien1961. Il a écrit aussi des scénarios commeThe Servant, Le messager,de Losey. Prix Nobel de littérature en 2005.

 

13- Pinocchio, marionnette crée par Carlo Collodi, qui eut l'heur de jouer avec Gina Lollobrigida, dans le feuilleton de six épisodes de Comencini en 1972.

 

14- Pilon Germain, l'un des principaux sculpteurs de la Renaissance française, le sculpteur de Catherine de Médicis. Il travailla le bronze, le bois, la pierre, la terre cuite avec un égal bonheur.

 

15- Pilate Ponce, procureur romain, préfet de Judée, abandonna Jésus au Sanhédrin juif et s'en lava symboliquement les mains.

 

16- Pisistrate, tyran d'Athènes, dont les lois étaient pavées de bonnes intentions !

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

<< 99 Délires sur la relativité calendaire

>> 101 Délires sur des congratulations plurilingues - L'euphonie, la cacophonie 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog