Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 20:42

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Je craignis que, aussitôt que manifesté, mon empressement à suivre Alcofribas ne me portât préjudice. Qu'avais-je à lui témoigner tant d'inclination ? Je le connaissais encore si peu ! Ne m'étais-je pas promis de garder les distances nécessaires afin qu'il ne se fît pas beaucoup d'illusions sur les sentiments que je lui portais ? Et voilà que je me surprenais à laisser éclater mon enthousiasme à la première suggestion qu'il me faisait ! Je ne me pardonnerais pas de si tôt de lui avoir montré ainsi le plaisir que j'éprouvais d'être en sa compagnie.

 

Il est vrai qu'on veut aimer l'objet qu'on aime, c'est la spontanéité du vouloir.*

Mais le voulais-je vraiment ou plutôt voulais-je m'en défendre ? C'est le dilemme douloureux qui me déchirait le cœur.

Éprouverais-je un jour assez de confiance et de sérénité pour me donner tout entière à une personne digne d'être aimée ?

Ce fut avec ces sentiments tourmentés que je me laissai conduire à la bibliothèque dont Alcofribas m'avait laissé entendre qu'elle renfermait des ressorts énigmatiques.

 

Prétatou, la queue entre les jambes, voyait d'un mauvais œil que je me laissasse embarquer dans des péripéties dont je ne connaissais ni les tenants ni les aboutissants, d'autant plus que je lui enjoignis de ne point pénétrer dans ce lieu, mais plutôt de m'attendre sagement à l'entrée. Il craignait de ne pouvoir m'aider à sortir des griffes de prédateurs éventuels et il sentit cruellement son impuissance à me venir en aide.

 

« Tu sais combien je te suis dévoué, petite Oli, grogna-t-il. Et voilà que tu m'empêches de te venir en aide si d'aventure un prédateur sortait ses griffes. Qu'es-tu venue te fourrer dans cette galère ? »

.................................................................

*Il est vrai qu'on veut aimer l'objet qu'on aime, c'est la spontanéité du vouloir.

Fénélon, François de Salignac de La Mothe Fénelon

 

NOTES

Je craignis que, aussitôt que manifesté, mon empressement à suivre Alcofribas ne me portât préjudice.

Aussitôt que manifesté, proposition adverbiale averbale.

Averbal : sans verbe.

Voir les articles :

> Valeurs et emplois du subjonctif

craindre, verbe exprimant un sentiment est suivi du subjonctif

> NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je (ne) - avant que je (ne) - je crains que tu (ne) - j'empêche que tu (ne) - je m'attends à ce que tu (ne) - je ne nie pas que tu (ne)...

a : préfixe privatif = sans

amnésie, amoral, anonyme, aphasique, apolitique, asexué, asymétrique, athée...

Les autres préfixes privatifs

in qui devient im, il ou ir voir la note du texte Les Délires n°4

anti, antiviral, antipodes...

dé, dés, démotivé, désorganisé...

 

C'est le dilemme douloureux qui me déchirait le coeur

Un dilemme et non pas un dilemne.

Mots contenant MN voir la note du texte n°47

 

je lui enjoignis de ne point pénétrer dans ce lieu

Enjoindre, ordonner, imposer.

On enjoint à quelqu'un de faire quelque chose.

On enjoint quelqu'un de faire quelque chose.

On enjoint quelqu'un à faire quelque chose.

Les trois constructions se pratiquent mais seule la première est correcte.

 

<< 109 Délires de bibliolâtre

>> 111 Délires hitchcockiens - QUIZ 22 - Mots contenant l'élément phobie

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog