Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 11:33

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

 → Tous les articles du blog

 

Vous me direz que de se sentir à l'aise dans un poste de police n'est pas toujours chose aisée, que l'air assuré dont je ne pouvais me départir, même dans cette situation délicate, aurait pu jouer en ma défaveur, qu'on pouvait suspecter que j'étais le centre d'une affaire dans laquelle j'aurais joué un rôle peu reluisant, que ma frimousse joliette aurait pu fort indisposer un interlocuteur suspicieux ; vous me direz que l'émotion aurait pu me submerger jusqu'à me faire dire des choses que je n'aurais pas dû, que les heures d'attente auraient pu émousser mon calme et ma raison ; vous me direz que j'aurais pu craindre le pire.

Certes vous me diriez tout cela si vous ne saviez pas déjà ce dont je suis capable, chers lecteurs. Mais je crains bien que votre appréhension, quoiqu'elle soit justifiée, ne demeure inutile.

 

Le réduit sans fenêtres où l'on me fit entrer n'avait rien de confortable, si exiguës étaient ses dimensions, si âcre et si irrespirable l'air vicié qui y planait ; quelque innocent qu'on pût être, on se sentait oppressé, confiné, emprisonné avant l'heure, pour ainsi dire, dans cette grenouillère insalubre. Bien que je craignisse qu'il n'advînt mille choses qui eussent pu atteindre mon intégrité, j'étais préparée à faire front et à batailler vaillamment pour me défendre, et pour défendre aussi ceux pour lesquels j'aurais donné toute ma fortune – avais-je seulement un shilling ou un kopeck vaillant ?°

On m'enferma, seule, quelques heures, pour m'épuiser davantage. Mais j'avais ouï autrefois que la patience rendait tolérable ce qu'on ne pouvait empêcher*.

Peut-être allais-je devoir me soumettre à l'épreuve du bertillonnage, ou pire encore, à celle de l'ordalie. J'aspirai à ce qu'on m'épargnât, au bénéfice du doute, comme on le fait d'ordinaire dans les véritables démocraties. Mais je n'étais pas convaincue qu'il en fût ainsi à Utopinambourg.

J'eusse aimé qu'on m'interrogeât hic et nunc.

Plût à Dieu que je ne tombasse point sur un finassier capable d'insupportables finoteries !

...............................................

*La patience rend tolérable ce qu'on ne peut empêcher. Horace, poète latin, 6 décembre 65 av. J.C - 27 novembre 8 av. J.C.

 

NOTES

Titre : On me laissa mijoter

1- cuire à petit feu°

2- Attendre en réfléchissant.

Laisser mijoter quelqu'un, le faire attendre d'une façon bien désagréable.

 

Vous me direz... vous me direz...

L'ANAPHORE

Répétition en début de phrase d'un même mot, d'un même groupe de mots ou d'un même syntagme pour marteler une idée, marquer une obsession, rythmer un discours.

Ajout du 6 mai 2012 : Rappelez-vous M. Hollande lors de sa campagne à la présidentielle : "Moi président... Moi président... " 15 fois, ce n'est pas peu dire !    

 

Vous me direz que... que... que... , je crains que / cependant... /...

LA MÉTALEPSE en rhétorique annonce une réfutation polémique à un ou plusieurs éléments prévisibles.

L'HYPERBOLE développe ici la métalepse en exagérant l'idée afin de la mettre en relief. Voir la note des Délires n°13

 

l'air assuré dont je ne pouvais me départir

Se départir, renoncer, abandonner (une attitude).

Départir, partager, distribuer.

 

l'émotion aurait pu me submerger jusqu'à me faire dire des choses que je n'aurais pas dû

que je n'aurais pas dû (dire) : proposition elliptique du verbe dire

que (antécédent choses) est complément d'objet direct de dire, infinitif élidé.

aurait dû, devoir est un semi auxiliaire

dû : du, dû, due, dus, dues, dut, dût 

voir les semi auxiliaires devoir, aller, venir de, pouvoir etc. note du texte n°43

 

j'étais préparée à batailler vaillammant

je n'avais pas un kopeck vaillant

LE POLYPTOTE

Vaillamment, vaillant un même mot dans une même phrase ne revêtant pas la même forme grammaticale.

Ne pas avoir un sou vaillant°, être à sec, sans le sou.

Être dans la dèche (to be dire straits)

Ah ! Dire Straits !

L'un des plus grands groupes de rock britanniques qui ait vu le jour dans les années 70. Incontournable.

Ah !

Sultans of Swing, The Very Best of Dire Straits...

Money for nothing...

 

si exiguës étaient ses dimensions

Exigu, exigus, exiguë, exiguës.

De même ambigu, ambigus, ambiguë, ambiguës,

aigu, aiguë etc.

Et la ciguë que dut boire Socrate sur l'ordre de Mélétos.

Voir l'orthographe réformée de 1990, le tréma se met sur le u, pas sur le e.

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

on se sentait oppressé dans cette grenouillère

Une grenouillère

1- Lieu marécageux qu'affectionnent les grenouilles.

2- Lieu humide, malsain.

 

allais-je devoir me soumettre à l'épreuve du bertillonnage

Le bertillonnage ou système Bertillon ou anthropométrie judiciaire (1879) est une technique criminologique qui consiste en l'analyse biométrique d'identification à partir de photographies de face et de profil.

Pas politiquement correct du tout !

 

ou pire encore à celle de l'ordalie

L'ordalie ou jugement de Dieu était une preuve en justice qui consistait à faire subir aux plaidants une épreuve à l'issue de laquelle Dieu les faisait apparaître comme coupables ou innocents.

Exemple : On faisait marcher le suspect sur des braises. S'il était brûlé, il était coupable.

 

Hic et nunc, ici et maintenant, sans délai.

Lier les 3 mots hi-kè-tnunk [ ik‿ɛt nɔ̃k ] ou [ ik‿ɛt nœ̃k ]

 

Plût à Dieu que je ne tombasse point sur un finassier capable d'insupportables finoteries

Plût à Dieu, plaise à Dieu - exprime un souhait

Un finassier, une finassière, personne qui finasse, qui emploie des finasseries (des mauvaises finesses)

On dit aussi finasseur et finasseuse.

Un caractère finassier 

Une finoterie, une petite ruse

Finot ne s'écrit plus ainsi, on écrit finaud.  

 

<< 121 Délires où « tout vient à point à qui sait attendre.° »

>> 123 Délires de sbires et consorts - "Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caborgnon, punais."

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog