Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 18:57

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

 → Tous les articles du blog

 

« Oli K », répondis-je bravement au petit homme au front maigre et à l'oeil cave qui me dévisageait impudemment. »

Il était entré brusquement, le bitos de bizingue sur le chef, m'intimant de décliner mon identité.

Un greffier balourd l'accompagnait qui s'installa à une table autre que la nôtre, s'apprêtant à noter scrupuleusement le moindre mot qui résonnerait à ses oreilles.

« Oliga gobbent ? [Oli K comment ?] voulut savoir mon interrogateur que j'entendais frappé de blésité.

K est mon patronyme, précisai-je, comme Monsieur K dans Le Château2.

L'homme eut un haut le coeur.

« Vous avez d'honorables aggoindanzes au Zâdeau ? s'inquiéta-t-il ? Un brodecdeur beud-êdre ?  »

[Vous avez d'honorables accointances au Château ?Un protecteur peut-être ?

Je compris que l'allusion que je venais de faire au personnage du roman de Kafka2, histoire de donner le change, était tombé à plat. Le petit inspecteur illettré ne connaissait rien qui sortît de ses préoccupations utopinambourgeoises. Il pensa que je parlais du Château3 qui se dressait là-haut sur la pointe de la falaise et qui faisait trembler tout un chacun à sa seule évocation.

Je ne me laissai pas prendre au dépourvu et saisis la balle au bond°.

L'effroi que je lisais maintenant dans les yeux de mon inquisiteur était tel que j'aurais pu, je crois, lui raconter n'importe quelle sornette, il m'aurait crue en tremblant.

Un blaps porte-malheur se promenait benoîtement près de sa main. Il l'écrasa d'un coup sec.

« Pourrais-je savoir votre nom ? demandai-je, pour l'incommoder davantage.

Garat, me répondit-il désarmé. Aveg un ZÉ cobbe Garabel, précisa-t-il. »

[Carat, avec un C comme caramel]

 

Il se muait ainsi en interrogé, mais sentant que j'allais prendre le dessus dans cette étrange situation, il se ressaisit aussitôt.

« Ze vous ai bosé ude guesdion, badeboiselle GA. Rébondez-y. »

 

Je pensai que révéler la relation que j'avais eue avec Pro4 ne me porterait pas préjudice, bien au contraire. C'était la chose à tenter dans cette position qui menaçait de tourner au vinaigre°. Je ne devais en aucun cas perdre pied et renoncer à l'avantage que je venais d'acquérir dans ce jeu de bras de fer psychologique.

Le scribe papelard nous lançait des regards de biais et tapait sans s'arrêter, même lorsque nous demeurions silencieux, à croire qu'il consignait chacune de nos mimiques, chacun de nos gestes, chacune de nos émotions, et cela sans état d'âme. Carat s'appliquait pour ne donner que la meilleure image de lui-même jusqu'à en perdre son naturel. 

« Je suis la protégée de monsieur Pro.

Dodre zous-gouverdeur ? Bonzieur Bro ! s''exclama Carat. »

[Notre sous-gouverneur ?]

 

J'avais fait mouche°. J'observai un instant Carat qui ne semblait pas se sortir indemne de cette situation. Il se transforma en un clin d'oeil en un doux agneau.

« Badeboiselle Ga, s'excusa-t-il en se levant, ze zuis désolé gu'on vous ait vait zubir audant de dragazzeries. Vous êdes libre.

Je n'en ai jamais douté. Je suis venue ici pour un simple renseignement : je voudrais savoir ce qui s'est passé aujourd'hui à l'auberge " À la bonne chère".

Désolé, zedde guezdion-là d'est bas de bon rezort.

[cette question-là n'est pas de mon ressort]

Ne craignez-vous donc pas que j'en réfère aux autorités ? Me faire subir une attente aussi longue est indigne de votre administration ! »

 

Je prenais tous les risques en me dressant audacieusement contre le pouvoir policier. Tout autre que moi, en des circonstances semblables, se fût tenu coi. Mais l'aplomb dont je faisais preuve me renforçait dans ma position. On craignait que je ne me plaignisse à la hiérarchie.

Dans son coin, le tabellion papillotait, rivé sur sa machine à écrire, tout secoué de soubresauts qui entraînaient un tremblotement des chairs flaccides de son visage.

Carat rétablit son couvre-chef et me raccompagna avec déférence jusqu'à la porte. Je l'entendis qui murmurait à un collègue ébahi : 

« Bévie-doi de la donzelle. Elle est vidaude. Bieux vaudrait l'envoyer au grad ! »  

[Méfie-toi de la donzelle, elle est finaude. Mieux vaudrait l'envoyer au grat !]

...................................................................

Titre -Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais.

Souvenirs de la Marquise de Créquy

Le recueil des "Souvenirs de la Marquise de Créquy" sont de la plume de Maurice Cousin de Courchamp. Ce sont de banals souvenirs sous le règne de Louis XV, racontés d'une façon délicieusement pittoresque.

Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Madame de Maintenon, Madame D'Urfé, le Comte de Saint-Germain, le Comte de Cagliostro, Casanova, le Chevalier de Saint-George y défilent pour notre plus grand plaisir.

À lire sur google Books Souvenirs de la Marquise de Créquy

 

2-Le Château, Das Schloss, roman inachevé de Franz Kafka (1926) 

Le personnage K est un arpenteur qui tente en vain d'entrer en relation avec les fonctionnaires du Château où règne une bureaucratie qui a coupé tout contact avec les villageois, ses administrés. L'atmosphère y est sombre et fantasmagorique.

 

3-Si vous voulez en savoir plus sur le lugubre Château d'Utopinambourg, le château de notre histoire, reportez-vous aux textes n°7980 – etc.

 

4-Si vous voulez faire la connaissance de monsieur Pro, à moins que vous ne le connaissiez déjà, rencontrez-le dans les textes n°81- 82 - 83 - 84- 85 - etc

 

NOTES

Titre Délires de sbires et consorts

► Un sbire, de l'italien sbirro, un policier, en Italie (vient de la couleur rousse du costume).

Un homme de main au service d'un pouvoir oppressif.

► Et consorts, le T ne se prononce pas, le S ne se lie pas avec le mot suivant.

Désigne ceux qui ont un intérêt commun dans une affaire (en droit).

Par extension, ceux qui font partie d'une même cabale, d'une même association, qui se livrent à des manoeuvres secrètes.

 

le bitos de bizingue sur le chef

le chapeau de travers sur la tête

► Un bitos, en argot, un chapeau, un couvre-chef 

de bizingue, locution adverbiale, expression familière non connue de la plupart des dictionnaires, de travers, de guingois. Cf. Littré

 

Un greffier balourd l'accompagnait qui s'installa à une table

► Il y a disjonction entre l'antécédent greffier et la proposition subordonnée relative qui s'installa à une table.

L'HYPERBATE  est une figure de style qui consiste à séparer deux mots normalement assemblés en intercalant un ou plusieurs autres mots. La phrase en est de ce fait comme prolongée. 

Balourd, balourde, adjectif

Un balourd, personne grossière et stupide.

Un gros balourd, une grosse balourde.

Une balourdise, c'est une chose qui est faite ou dite par quelqu'un qui agit comme un balourd.

 

frappé de blésité

La blésité, vice de prononciation qui consiste à substituer une consonne faible à une plus forte, comme le z au s, le d au t, etc : lorsque, par exemple, on prononce zerme, zèvre, au lieu de germe, chèvre. 

 

K est mon patronyme précisai-je

► Le patronyme, le nom de famille.

► On sait que notre héroïne Oli, amnésique, n'a aucune idée de qui est sa famille, et qu'elle s'est, elle-même, forgé une identité.

► L'ALLUSION LITTÉRAIRE, mot ou expression qui fait allusion par analogie à une chose connue : un événement, un personnage, un ouvrage littéraire.

► cf. Ici, Monsieur K.

Rappel. Majuscule ou minuscule ? Voir la note de l'article Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc. ? Comment abréger ces mots

 

Saisir la balle au bond°, saisir rapidement une opportunité de peur de la laisser passer.

 

Un blaps porte-malheur se promenait benoîtement près de sa main

► genre de coléoptère fort nuisible qui habite les endroits sombres et humides des maisons.

► Benoîtement, hypocritement, en faisant mine de rien.

 

le scribe papelard nous lançait des regards de biais

Papelard, benoît, faux-dévot, hypocrite.

 

Tourner au vinaigre°, mal tourner, tourner à la dispute.

 

Faire mouche°, atteindre son but avec précision.

 

le tabellion papillotait

Le greffier, le scribe, le tabellion

Un tabellion, aujourd'hui, par plaisanterie, un notaire.

Ici employé dans le sens d'officier public ayant une fonction subalterne, un plumitif, un scribouillard.

► Papilloter, cligner des yeux qui ne peuvent se fixer à cause d'un mouvement involontaire.

 

des soubresauts qui entraînaient un tremblotement des chairs flaccides de son visage

► La flaccidité, état d'une chose flasque qui fléchit sous la pression.

► Tremblotement, trembloter / papilloter

Rappel des verbes finissant par OTER ou OTTER, voir la note du texte n°20

voir aussi l'orthographe réformée, verbes en OTER et OTTER

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

méfie-toi de la donzelle, elle est finaude

La donzelle, terme méprisant que l'on emploie pour désigner une femme ou une fille.

 

mieux vaudrait l'envoyer au grat

Le grat, lieu où les poules grattent.

Je l'ai envoyée au grat°, je l'ai envoyée promener

 

<< 122 Délires où l'on me laissa mijoter encore et encore

>> 124 Délires des plus funestes + Le roi Candaule

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog