Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 16:01

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 C'est alors que Marie Cratère nous invectiva.

« Je vous vois là bien hardies2, femelles, à vous approcher de la pestiférée, de la lépreuse, du suppôt de Satan – des épithètes toutes charmantes dont on m'affuble sans vergogne. Mais peut-être me trompé-je sur vos intentions. Venez-vous pour me caresser dans le sens du poil ou pour m'insulter ostensiblement ? À qui donc ai-je affaire ? »

 

Moi qui, on me connaît, n'avais pas la langue dans ma poche, je ne voulus pas tergiverser, et lui répondis tout de go, en des termes choisis pour lui plaire.

N'avais-je pas appris de Sissi la commère les dons de la vieille qui ne refusait jamais de venir en aide à ses semblables quand ils avaient épuisé les effets inefficaces des remèdes allopathiques. Pour tout dire, j'étais là pour devenir son élève si tant est que la savante recluse voulût bien accepter de m'enseigner les rudiments de son art.

 

« Tout doux, ma belle, me répondit-elle. Quand je t'aurai appris les vertus émollientes, adoucissantes, calmantes, diurétiques, stimulantes, vomitives, aphrodisiaques, dépuratives, fébrifuges, antiseptiques, sudorifiques, astringentes, antispasmodiques, antitussives, toniques, digestives, laxatives et apaisantes des plantes, tu voudras en savoir davantage et me demanderas le nom des vénéneuses.

C'est bien mal me connaître. Prends-moi quelques jours chez toi, n'aie pas peur, je serai docile et silencieuse comme un agneau3. »

 

Marie Cratère mesura les accents de ma sincérité, et consentit à me faire confiance. Elle me proposa sur le champ d'aller cueillir les herbes bénéfiques, par monts et par vaux, en parcourant l'adret et l'ubac des montagnes, de grappiller au creux des vallons, en traversant les vastes prairies parsemées de ronds de sorcières. Et nous nous en allâmes ainsi, côte à côte, à la recherche des végétaux précieux dont on tirerait toute la quintessence.

 

La laie renonça à la course et proposa un somme à ses petits qui s'étaient déjà lovés dans son giron. 

............................................................ 

*1 (titre) - Ho ! vous en voulez trop savoir !

Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, écrivain, moraliste, essayiste, 1715 - 1747.

Il nous a donné aussi la célèbre maxime : 

Pour exécuter de grandes choses, il faut vivre comme si on ne devait jamais mourir.

Cet aimable marquis nous a quittés à l'âge de trente-deux ans en nous laissant de belles pensées.

2-Je vous vois là bien hardies - hardi, h aspiré, pas de liaison. La hardiesse.

3-je serai docile et silencieuse comme un agneau. cf. Le Silence des Agneaux, The Silence of The Lambs, roman de Thomas Harris adapté au cinéma par Jonathan Demme en 1991.

 

NOTES

des épithètes toutes charmantes dont on m'affuble sans vergogne

une épithète substantif féminin

tout adverbe exceptionnellement variable 

Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe variable dans certains cas et substantif

sans vergogne, sans honte

 

Peut-être me trompé-je (ou me trompè-je)

verbe se tromper au présent de l'indicatif, avec le sujet je inversé.  

C'est un peu fort ! m'exclamé-je, /s'exclame-t-il.

Remarque sur l'inversion du sujet je avec un verbe au présent de l'indicatif

me trompé-je / m'exclamé-je

me trompè-je, m'exclamè-je (forme rare) 

Le Conseil supérieur de la langue française a recommandé en 1990 de remplacer é par è. L’Académie admet cette proposition.

Voir l'article eussé-je, eussè-je, fussé, fussè-je, fût-ce, fussent-ils...

 

Venez-vous pour me caresser dans le sens du poil ou pour m'insulter ostensiblement ?

Ostensible, que l'on montre ouvertement

 

À qui donc ai-je affaire ?

Voir l'article > Avoir affaire ou avoir à faire ? Les affaires, une affaire de coeur, j'en fais mon affaire, je lui ai fait son affaire, une ténébreuse affaire, faire le bizness... 

 

quand ils avaient épuisé les effets inefficaces des remèdes allopathiques

Allopathie, médecine classique (différente de l'homéopathie et des médecines douces)

 

j'étais là pour devenir son élève si tant est que la savante recluse voulût bien accepter de m'enseigner

ou

si tant est qu'elle voulait bien accepter...

Si tant est que, locution conjonctive qui exprime une supposition mais elle est douteuse.  

Subjonctif ou indicatif après si tant est que 

 Voir l'article > Si  

 

par monts et par vaux, en parcourant l'adret et l'ubac des montagnes, à grappiller au creux des vallons

Par monts et par vaux. Vaux ou vals pluriels de val. 

L'adret et l'ubac, le versant au soleil et celui de l'autre côté. 

Grappiller, cueillir de petites choses (vient de grappe).

 

des végétaux précieux dont on tirerait toute la quintessence.

La quintessence, principe essentiel d'une substance.

 

ses petits qui s'étaient déjà lovés dans son giron

Se lover, s'enrouler sur soi-même.  

Le serpent se love.

lover, ployer en rond.

Lover un câcle.

 

L'ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS

DES VERBES PRONOMINAUX

 

 A- Les participes passés des verbes pronominaux de sens réfléchi et ceux de sens réciproque suivent la même règle d'accord que les verbes conjugués avec l'auxiliaire AVOIR, ils s'accordent avec le COD (le complément d'objet direct) s'il y a un COD et s'il est placé avant.

 

1-Pronominaux de sens réfléchi

 Les petits s'étaient lovés dans son giron.

Ils avaient lové qui ? se qui est le pronom réfléchi représentant les petits. (eux-mêmes)

Elle s'est piquée. Elle a piqué qui ? se (elle-même)

Elle s'était regardée dans la glace.

Elle avait regardé qui ? se (elle-même)

 

2- Pronominaux de sens réciproque

Paul et Virginie se sont tant aimés (l'un l'autre).

 Paul a aimé Virginie et Virginie a aimé Paul.

Nous nous sommes regardés avec un air entendu.

Je l'ai regardé et elle m'a regardée.  

Nous nous sommes regardées. (si nous est féminin)

 

ATTENTION !

Elle s'est piqué le doigt.

COD placé après, pas d'accord.

Ils se sont donné des coups. Idem.

Scarlett et Rhett se sont parlé, ils se sont souri, ils se sont causé, ils se sont menti.

Pas d'accord.

Se n'est pas un COD mais un COI, un complément d'objet indirect.  

Scarlett a parlé à Rhett et Rhett a parlé à Scarlett donc pas d'accord.

 

SE SUCCÉDER

Ils se sont succédé de père en fils. SE est COI

 

B- L'accord des participes passés des verbes pronominaux se fait AVEC LE SUJET lorsque ce sont des verbes pronominaux subjectifs.

-soit essentiellement pronominaux, ils n'ont aucun sens sans le SE.

s'emparer,  s'esclaffer, s'escrimer, se gargariser, se gausser, s'insurger etc.

Les ennemis se sont emparés de la forteresse.

 

-soit des verbes pronominaux dont le SE fait partie intégrante du verbe, ces verbes qui ne sont ni réfléchis ni réciproques parce que le sujet ne fait pas l'action sur lui-même mais qui existent dans un autre sens en tant que verbe non pronominal comme s'apercevoir, se douter, se taire, se plaindre, se prévaloir, etc.

 Elle s'est doutée de quelque chose, elle s'est aperçue de son erreur, ils se sont rendus à l'évidence, nous nous sommes piqués au jeu, etc. 

 

C- Les verbes pronominaux de sens passif s'accordent avec le sujet.

Les pommes se sont bien vendues cette année.

Elles ont été bien vendues, on les a bien vendues.

 

D- Cas particuliers

Certaines locutions verbales pronominales n'ont jamais l'accord du participe passé.

 Ex : se faire mal, se faire tort, se faire justice, se rendre compte, se donner rendez-vous...

Elle ne s'est rendu compte de rien.

Ils se sont donné rendez-vous.

> Les compléments d'objet directs sont placés après le participe passé.

 

ATTENTION. Les participes passés de se plaire(à), se déplaire (à), se complaire (à), se rire (de), se jouer (de), sont invariables.

Ils se sont joué de nous. Elles s'étaient ri de vous. Elle s'est plu à me faire enrager. 

 

Pour en savoir plus, lire les articles :

>L'accord des participes passés

>Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ? QUIZ 32 sur l'accord des participes passés des verbes pronominaux - Cas particuliers.

>QUIZ 26 sur l'accord des participes passés 

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés
 

<< 16 Délires sur la recherche intempestive d'un havre -"Nous ne sommes pas nés seulement de notre mère. La terre aussi est notre mère*"

>> 18 Délires sur une cueillette aromatique et médicinale. Écrire les nombres sans fautes

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog