Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 07:53

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

La confiance que j'avais dans le genre humain était telle que, crédule sans être simplette, je m'en serais remise à la pire démone sans m'apercevoir un instant du danger. Ce qui comptait pour moi, c'était qu'on me parlât gentiment, qu'on m'apprît des choses que je ne connaissais point encore ; et ainsi étais-je aveuglée par mon inconscience juvénile jusqu'à me reposer tout entière sur celui ou celle dont la prodigalité me comblait.

 

Après avoir ingurgité une épaisse macrabouillasse* bien faite pour me restaurer, moi qui avais payé de ma personne, je suivis Marie Cratère jusqu'à l'appentis exigu qui jouxtait la misérable chaumière. Un bric-à-brac à faire peur ne m'émut en rien, j'en avais vu d'autres, et je me sentis prête à me coucher sur le grabat peu ragoûtant qui recouvrait la majeure partie de l'espace minuscule. La fatigue me fit m'effondrer de toute ma hauteur, jusqu'à me faire oublier Souci, Sou, Ci et Sissi, auxquels je ne souhaitai pas bonne nuit.

 

À peine avais-je abaissé les paupières que je ne pouvais plus retenir, comme un marin amène les voiles en rentrant au port, qu'un grattement suspect me fit dresser l'oreille, et c'est tout endormie que je soulevai péniblement la planche qui servait de porte pour me trouver nez à groin avec celle qui n'avait pas renoncé à mon amitié. Je me souvins alors que j'avais négligé ma fidèle Sissi et je marmonnai en rechignant quelques bribes inintelligibles pour faire mes excuses, ce qui souligna ma faute plus qu'elle ne l'effaça. Après tout, je n'avais pas de comptes à rendre à cette grosse bête qui me suivait en tous lieux et qui, je le sentais bien, n'allait pas me lâcher si vite. Sissi s'aperçut du dérangement qu'elle occasionnait, mais elle fut tout émotionnée d'entendre que j'avais quelque déférence pour elle. Elle comptait bien sur l'avenir pour rattraper la douce amitié qu'elle avait cru un instant perdue. Le lendemain serait un autre jour**. Elle aviserait selon la tournure que prendraient les événements. Et, tandis qu'elle se morfondait, je voguais, recroquevillée sur ma paillasse, dans l'espace enchanté où me berçait Morphée.

 

La nouvelle lune, toujours fidèle à l'ordre cosmologique, avait escamoté sa face lumineuse. On n'y voyait goutte. Une chouette égarée ne chuinta pas.

....................................................  

*Macrabouillasse, mot du poète haïtien Frankétienne.

 

**There's always tomorrow, Demain est un autre jour. Dernière phrase du film de Victor Fleming Gone with the wind, Autant en emporte le vent (1939) d'après le roman de Margaret  Mitchell.

 

NOTES

crédule sans être simplette, je m'en serais remise à la pire démone

Crédule, qui croit facilement ce qu'on lui raconte.

Crédible, qu'il est tout à fait possible de croire.

Simplette, plus que naïve, comme le nain Simplet.

Le démon, la démone, démoniaque. 

 

Ce qui comptait pour moi, c'était qu'on me parlât gentiment, qu'on m'apprît des choses que je ne connaissais point encore...

parlât, apprît, subjonctif imparfait


jusqu'à me reposer tout entière

tout est ici un adverbe

Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe variable dans certains cas et substantif

 

aveuglée par mon inconscience juvénile

juvénile, qui se rapporte à la jeunesse.

 

celle dont la prodigalité me comblait

prodigalité, qualité de celui qui est prodigue, généreux, mais aussi, qui dépense trop.  

L'Enfant Prodigue (parabole évangélique) a dilapidé sa part d'héritage qu'il avait réclamée à son père. Celui-ci lui pardonne et fête son retour. Merveilleux exemple de l'amour paternel, reflet de l'amour divin, selon les chrétiens.

 

l'appentis exigu qui jouxtait la misérable chaumière

exigu, exiguë

jouxter, être attenant, proche.

 

je me sentis prête à me coucher sur le grabat

un grabat, un lit misérable (de grabataire / malade)

 

À peine avais-je abaissé les paupières que je ne pouvais plus retenir, comme un marin amène les voiles en rentrant au port

Une figure de style, LA COMPARAISON.

 

cette grosse bête qui me suivait en tous lieux

Homonymes - lieu lieue...

Un lieu (des lieux) un endroit. 

Une lieue (des lieues) 4 kilomètres, ancienne mesure. 

Une lieue marine, 4 milles marins. 20 000 lieues sous les mers, roman de Jules Verne.

Le lieu (les lieus) le colin, poisson.

 

Elle fut tout émotionnée

tout adverbe invariable sauf exception

> Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe variable dans certains cas et substantif

ÉMOTIONNER & ÉMOUVOIR

Émotionner, émotionné, familier, implique un choc, une perturbation.

Émouvoir, ému, moins démonstratif qu'émotionner. Se rapporte à quelque chose qui touche le coeur, qui rend triste.

 

j'avais quelque déférence pour elle

une certaine déférence

déférence, attitude qui marque le respect.

 

l'espace enchanté où me berçait Morphée

Morphée, dieu du sommeil, fils d'Hypnos, lui-même frère de Thanatos, voir note du texte 1.

 

La nouvelle lune, toujours fidèle à l'ordre cosmologique, avait escamoté sa face lumineuse.

C'est une LAPALISSADE !

Figure de style qui vaut ce qu'elle vaut !

La nouvelle lune est sombre, invisible ; la face que voient les Terriens n'est pas éclairée par le soleil, contrairement à la pleine lune qu'on voit tout entière. Entre les deux, des croissants de lune qui croissent ou décroissent. Si le croissant de lune a la forme d'un D, elle croît, s'il a la forme d'un C, elle décroît (moyen mnémotechnique = pour s'en souvenir). D'où l'affirmation : "La lune est une menteuse".

Cf.   Le film Se souvenir des belles choses.

 

On n'y voyait goutte, on n'y voyait pas.

Ne... goutte, adverbe de négation

voir >Je ne marche pas, je ne vois point, je ne mange mie, je ne bois goutte

Ne pas oublier le N' qui accompagne l'adverbe de négation. On ne l'entend pas précisément et on peut le confondre avec la liaison qui suit le ON.  

On n'y / on y, même son.

 

<< 20 Délires d'une laie toute laide à force d'être jalouse –"Jealousy is a green-eyed monster."

>> 22 Délires éthiques -"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog