Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 04:26

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

« La peste soit de l'avarice et des [avaricieuses]*! » m'exclamai-je intérieurement dans une tournure moliéresque.

 

Mon regard fit le tour de la pièce misérablement meublée, empoussiérée, encrassée même. Assurément, Marie Cratère thésaurisait, ne dépensant pas un sou pour améliorer son confort, et de plus, elle ne savait manier ni le chiffon ni le balai.

« Elle est pleine aux as°, et si elle croit pouvoir m'amadouer jusqu'à ce que je devienne docile... et femme de ménage de surcroît, elle peut toujours aller se faire voir. »

Mes pensées frisèrent la grossièreté. N'allais-je pas sortir de mes gonds°?

« Voyons voir, continuai-je, si je puis tirer d'elle quelque chose qui enrichisse mon savoir-faire sinon mon savoir-vivre. Nous verrons bien laquelle de nous est la plus futée. La coquine, la maligne. Mais elle me ferait perdre mon sang-froid, ma parole ! »

Je sentis mes joues en feu.

« Tu sembles bien fiévreuse ma fille. Il est temps que je te donne les moyens de te soigner », déclara impérativement la vieille femme.

« J'ai tort, me dis-je, je me suis laissé emporter. Il me faut apprendre à la connaître avant de la juger. »

 

Je frissonnai soudain au souvenir fulgurant de la mise en garde que l'on peut méditer chez Matthieu l'évangéliste : Ne jugez point, afin de n'être pas jugés, car on vous jugera comme vous avez jugé, et l'on se servira pour vous de la mesure dont vous mesurez les autres.

Ma propre sagesse me stupéfia. Mais je n'eus pas le temps de m'endormir sur mes lauriers°.

« Va me quérir des fagots et prépare un bon feu ! Nous accommoderons les herbes comme je te l'ai promis puis je te montrerai comment il faut faire bouillir, rôtir, mijoter, rissoler, mitonner, bouillotter, frire, et revenir les viandes et les légumes afin que la cuisine soit un régal. Allez ! Ne traîne pas. Remue-toi ! »

« Mazette ! Une herborisatrice doublée d'un maître queux ! Il me faut voir cela, m'étonnai-je en mon for intérieur. »

 

Je me demandai s'il fallait vraiment que j'aliénasse ma liberté pour un plat qui se mange froid°... ou chaud, c'est selon. Je décidai de m'instruire malgré tout. Il faut saisir la balle au bond°. On n'apprend jamais assez.

 

........................................................................................

*Le riche avare est semblable à un âne qui mange de la paille.

Proverbe algérien

**La peste soit de l'avarice et des avaricieux.

Vous aurez reconnu les paroles de La Flèche qui peste contre Harpagon, dans l'Avare de Molière

 

L'AVARE. Acte 1, scène 3.

LA FLECHE - Je dis que la peste soit de l'avarice et des avaricieux.

HARPAGON - De qui veux-tu parler ?

LA FLECHE - Des avaricieux.

HARPAGON - Et qui sont-ils, ces avaricieux ?

LA FLECHE - Des vilains et des ladres.

 

NOTES

Titre : Délires d'une Marie bien chiche

Chiche, avare, cupide, radin, pingre.

Archaïque : avaricieux, ladre, fesse-mathieu (des fesse-mathieux).  

Dictionnaire universel de Furetière - 1690

volume 2 page 14

"On appelle fesse-mathieu un homme qui prête à gros intérêts, et qu'on ne veut pas nommer ouvertement usurier. C'est un fesse-mathieu, MOLIERE. C'est un terme qu'on a dit par corruption, au lieu de dire, Il fait le St. Matthieu, ou ce que Saint Matthieu faisait avant sa convertion : car on tient qu'il étoit (était) alors usurier."

Voir pince-maille et grippe-sou dans les notes du texte : 164 Délires aux larmes de crocodile « Pleurez , pleurez mes yeux et fondez-vous en eau. »

 

Elle est pleine aux as

être plein aux as, être riche - L'expression vient du poker.

 

N'allais-je pas sortir de mes gonds ?

Sortir de ses gonds. Comme une porte en colère. Du jamais vu !

être hors de soi, s'emporter

 

je me suis laissé emporter.

Laissé, participe passé suivi d'un infinitif : invariable.

Voir : L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Elle s'est fait ou faite / Ils se sont laissé ou laissés...

 

une herborisatrice doublée d'un maître queux

Un herborisateur ou une herborisatrice herborise, en cueillant et en étudiant les plantes. Un herboriste les vend.

Un maître queux (pas de féminin), un (chef) cuisinier.

Littré : Grand queux de France, nom d'un officier de la maison du roi qui commandait à tous les officiers de la cuisine et de la bouche.

 

La coquine, la maligne

Un coquin, une personne peu fréquentable, un gredin, un fripon, une canaille.

Roué, rusé, qui agit dans son intérêt.

ADJECTIFS AYANT UN FEMININ IRREGULIER

malin, maligne (le Malin est un autre nom du Diable),

bénin, bénigne,

hébreu, hébraïque (hébraïque peut-être aussi du masculin)),

muscat, muscade,

absous, absoute et dissous, dissoute,

coi, coite,

favori, favorite,

tiers, tierce (une tierce personne).

> Adjectifs et participes passés qui ont un féminin irrégulier – QUIZ 107

 

je n'eus pas le temps de m'endormir sur mes lauriers

S'endormir sur ses lauriers°.

Ne plus faire d'efforts après avoir été vainqueur, après avoir réussi quelque chose.

 

quelque chose qui enrichisse mon savoir-faire

EMPLOI DU SUBJONCTIF DANS UNE RELATIVE

quand la subordonnée comporte une idée de conséquence.

Je m'appliquerai à vous faire un remède qui vous guérisse.

Voir l'article sur le subjonctif

 

ma propre sagesse me stupéfia

Stupéfier, engourdir, paralyser, inhiber.

Une drogue qui stupéfie. (des stupéfiants)

Sens plus courant, étonner, sidérer, effarer, consterner.  

Votre attitude désinvolte me stupéfie.

Stupéfié, part. passé.

J'étais stupéfiée par ce spectacle ahurissant.

Stupéfait, adjectif, sidéré, médusé, étonné, ébahi, éberlué, jusqu'à être incapable de réagir.  

Elle se déshabilla, il fut stupéfait.

Voir stupéfaire dans l'article sur les défectifs

 

Il me faut voir cela, m'étonnai-je en mon for intérieur

HOMONYMES FOR, FORT, FORS, FORE.

Le for intérieur, le siège de la conscience qui pèse le bien et le mal.

Fort, forte, adjectif qualificatif.  

Tu es très fort.

Fort, adverbe de manière, très, extrêmement, excessivement, beaucoup, de façon exagérée.  

Tu y vas fort. C'est un peu fort. Elle est fort jolie.

Vous chantiez, j'en suis fort aise. / Eh bien, dansez maintenant. (La Fontaine)

Fors, sauf, excepté, hormis.  

Tout est perdu fors l'honneur ! s'écria François 1er, défait par les armées de Charles Quint à Pavie en 1525.

Fore, du verbe forer.‪‫

 

Proverbe. La vengeance est un plat qui se mange froid.

 

<< 22 Délires éthiques-"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

>> 24 Délires d'une cuisinière assassine - *Tant va pot à l'eve que brise.°

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog