Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 16:22

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Je m'en fus.

Lorsque je sortis à l'air libre, je me félicitai de m'être évadée de la situation où j'étais près de m'engluer, Il s'en était fallu de peu qu'Alcofribas ne se mît à furibonder ; il s'était retenu de justesse et il avait enfin cessé de m'importuner, redoutant de paraître outrageusement entreprenant envers moi aux yeux de Louf.

Je n'étais pas fâchée que Louf eût été le témoin de cette scène éprouvante. Il serait toujours à même de se rappeler l'empressement pathologique dont Alcofribas avait fait preuve à mon égard, s'il reprenait à ce lamentable amoureux éconduit l'envie de jouer l'érotomane.

Bien que ces dernières heures m'eussent mise maintes fois à l'épreuve de la patience, je n'avais nulle envie de tomber folle. Je me considérai.

Dans tout ce qui était MOI et faisait MOI en cette minute, il n'était rien qui ne fût héroïque.1

 

Un doux serein automnal me rafraîchit. Un penchement de tête me fit recevoir comme une bénédiction les infimes gouttelettes en plein visage. Je fermai les yeux et me dis : « Voilà qu'il me faut maintenant reprendre en main° mon destin. »

Ne dit-on pas qu'il n'est que d'entreprendre pour réussir2?

 

Il n'était plus question de rentrer à l'auberge qui appartenait d'ores et déjà à celui qu'assurément j'aurais bien honni, mais il me fallait rester prudente et je décidai de le chasser de mes pensées, pour aller de l'avant.

La nature exerça à ce moment précis sa tyrannie. Il me fallait d'urgence avaler quelque chose. Comme je n'avais que quelques piécettes en poche et que je ne voulais pas réitérer l'expérience que j'avais eue le soir de mon arrivée à Utopinambourg3 — pour rien au monde je n'aurais mendigoter quoi que ce fût — je décidai de me contenter de quelques soupettes trempées dans un bouillon qu'on me servit dans une gargote. Je quémandai des os et des reliefs pour Prétatou. Il les dévora allègrement après que je l'eus récupéré.

 

L'heure était tardive. Nous nous réfugiâmes dans la cache de la défunte Alcmène pour y passer la nuit4.

................................................................

1-Dans tout ce qui était MOI et faisait MOI en cette minute, il n'était rien qui ne fût héroïque.

Cf. Dans tout ce qui était LUI et faisait LUI en cette minute, il n'était rien qui ne fût admirable. Montherlant

2-Il n'est que d'entreprendre pour réussir.

Exil de Cicéron, Desfontaines.

3-Le soir de mon arrivée à Utopinambourg où je me rends coupable de grivèlerie, voir Les Délires n°55, n°56 et suivants.

4-La cache secrète et insonorisée pour échapper à Big Brother, voir les Délires n°70, n°71 et suivants.

Pour info sur Big Brother, voir Les Délires n°63

 

NOTES

Je m'en fus, je m'en allai. Il s'en fut, il s'en alla, etc.

J'allai / je fus. être pouvait autrefois remplacer aller.

On le rencontre encore aujourd'hui dans des tournures littéraires au passé simple ou au subjonctif passé.

Je fus lui rendre visite (= j'allai lui rendre visite) ;

Je m'en fus lui annoncer la bonne nouvelle.

 

Il s'en était fallu de peu qu'Alcofribas ne se mît à furibonder.

Il ne s'en était fallu guère qu'il ne se mît à furibonder.

Il s'en fallait peu que, il s'en faudrait peu que, + subjonctif + ne explétif

Il s'en faut peu de choses que cela n'aille (Dictionnaire de l'Académie)

Peu s'en fallut que je ne vinsse (Littré)

Il s'en faut beaucoup...(pas de NE)

Il s'en faut de peu, il s'en faut de beaucoup (différence en quantité) Littré

ex : Il s'en faut de peu que le verre ne soit plein / Il s'en faut de beaucoup que le verre soit plein.

Attention, évitez le barbarisme :

Il s'en est guère fallu qu'il se casse la margoulette.

voir Les barbarismes (phrase n°35)

Furibonder, faire le furibond.

Une personne furibonde, sujette à la fureur.

Un geste furibond.

 

s'il lui reprenait l'envie de jouer l'érotomane

Érotomanie, maladie psychotique délirante. L'érotomane croit qu'il est aimé d'une personne et ne veut pas en démordre même s'il a tous les éléments qui prouvent le contraire. La violence que peut atteindre ce sentiment, cette pulsion, pousse parfois à des actes répréhensibles, voire meurtriers, celui ou celle qui en est atteint.

Les phases de l'érotomanie sont la phase d'espoir où l'on attend que l'être aimé se déclare, la phase de dépit où se manifestent agressivité et dépression, la phase de rancune qui peut mener au pire.

On rencontre des personnages érotomanes dans les films :

Anna M., Liaison Fatale, Un Frisson dans la Nuit, L'Histoire d'Adèle H, pour ne citer qu'eux.

 

Je n'avais nulle envie de tomber folle

Tomber suivi d'un adjectif attribut implique une action brusque ou un coup du sort.

On emploie le plus souvent ce verbe dans les expressions tomber amoureux, tomber malade mais on le rencontre maintenant dans tomber enceinte, tomber paralysé, tomber aveugle.

La littérature nous donne à lire tomber boiteux, tomber paralytique, tomber faible, tomber veuve, tomber bête et je me donne la liberté d'écrire ici tomber folle.

 

Je me considérai.

Se considérer :

Se regarder, s'examiner, s'estimer, se juger comme un personnage.

Narcisse se considère dans l'eau de la rivière et tombe amoureux de son reflet.

Je ne me considère pas comme l'amie d'Alcofribas, ce malotru !

S'estimer l'un l'autre

Ces deux amis-là se considéraient.

Être pesé, pris en considération..

Dans certaines circonstances, le moindre détail se considère.

 

Un doux serein automnal me rafraîchit. Un penchement de tête me fit recevoir les fines gouttelettes

Le serein est une humidité fine qui tombe après le coucher du soleil, ordinairement pendant la saison chaude et sans qu'il y ait de nuages au ciel.

Le penchement, action de rendre penchant, des penchements de tête. État d'un corps qui penche.

 

Voilà qu'il me faut maintenant prendre en main mon destin

Prendre en main, se charger d'une affaire soi-même et la diriger seul.

 

celui qu'assurément j'aurais bien honni

Honnir, faire honte à quelqu'un, blâmer en faisant honte.

 

pour rien au monde je n'aurais mendigoter quoi que ce fût

Mendigoter, quêter comme un mendiant.

quoi que

 

quelques soupettes trempées dans un bouillon qu'on me servit dans une gargote

Une soupette, une petite tranche de pain. Diminutif de soupe

Une gargote, petit restaurant où l'on donne à manger à bas prix.

 

je quémandai des os et des reliefs pour Prétatou

Quémander, mendier, solliciter les gens jusqu'à les importuner.

Des reliefs, ce qui reste d'un repas sur la table.

 

après que je l'eus récupéré

Après que

toujours l'indicatif après la locution conjonctive après que, ici le passé antérieur.

 

Formes disjointes de l'attribut

Dans tout ce qui était MOI et faisait MOI en cette minute, il n'était rien qui ne fût héroïque.

Je suis moi et vous êtes vous, ne vous en déplaise !

Dans la plupart des cas on trouve les formes disjointes de l'attribut après les expressions c'est ou si j'étais.

Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous. (cf. Barbara)

Est-ce votre dernier mot ? Oui, ce l'est.

Si j'étais vous, (si j'étais de vous, si j'étais que de vous) je ne sourcillerais même pas à la lecture de toutes ces explications grammaticales que je me fais un plaisir de vous donner !

Si j'étais toi (vous, lui, elle...), si j'étais que toi, si j'étais de toi, si j'étais que de toi

On lira utilement l'article p. 301 sur le site de La grammaire FLE... research.jyu.fi/grfle/301.html

 

<< 127 Délires touchants d'une pauvre dupée + Les distinctions de la phrase interrogative

>> 129 Délires sur la folie du consumérisme + « Prêt à jeter » l'obsolescence programmée

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog