Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 06:03

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

« Suis-moi, me dit-elle en adoptant un air entendu. »

Son œil gauche cligna. Peut-être le plus ardent.

C'est alors qu'elle ouvrit des portes derrière lesquelles je découvris, à ma grande stupéfaction, des salles dont je ne soupçonnais pas l'existence.

 

La première ne pouvait être qu'un repaire de brigands.

Mes jambes flageolèrent.

J'entrai.

Il planait dans la pénombre une vapeur âcre, comme si l'on eût respiré l'opium dans l'antre enfumé d'un bouge. L'air, aux volutes un instant dérangées par ma venue, faisait comme se mouvoir les objets alentour. Des lits crasseux où l'on devinait que des corps s'étaient naguère étendus, s'allongeaient à même le sol. Si elles n'avaient été d'une solidité jamais démentie, de vastes tables de chêne graisseuses, patinées par l'âge, auraient crouler sous le poids de la multitude de bouteilles, de flasques, de pichets, de godets et de carafes qui miroitaient obscurément, prêts à s'entrechoquer comme s'il y avait du tangage.

 

Un grand tableau de Turner* qui s'étalait sur le mur capta mon regard. Il représentait, dans une confusion surnaturelle propre à l'artiste, des brouillards mêlés aux ténèbres, des tempêtes fusionnant avec les mers déchaînées, des vents impétueux tourbillonnant dans l'espace impénétrable, des soleils noirs** s'enroulant sur eux-mêmes, et l'on croyait percevoir des grondements dans le ciel lourd qui pesait comme un couvercle*** et celui des flots démontés. On y devinait un bateau près de s'engloutir, et, longeant son flanc éventré, un cachalot perdu — ou était-ce un rorqual ? — étalait sa masse sombre et semblait empalé sur un mât brisé.

.............................................................

*Joseph Mallord William Turner (1775-1851) peintre britannique considéré comme le précurseur de l'impressionnisme.

 

**El Desdichado
Gérard de Nerval, 1808 – 1855

 

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus ?... Lusignan ou Biron ?
Mon front est rouge encor du baiser de la Reine ;
J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron :
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la Sainte et les cris de la Fée.

 

L'ALLIANCE DE MOTS OU OXYMORE

"Les soleils noirs de la mélancolie."

Voir la note des Délires n°10

 

***LA COMPARAISON.

"Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle..."

Charles Baudelaire.

 

NOTES

Suis-moi, me dit-elle, en adoptant un air entendu.

d'un air entendu, comme si Oli était de connivence, complice en somme

Les différentes natures de EN

EN peut être une PREPOSITION

-préposition devant un gérondif … en adoptant un air entendu.

-préposition de lieu, en Europe, en France, en Auvergne.

On dit aussi en Avignon, en Arles... (Les Provençaux le disent pour les villes de Provence)

Mais à Paris, à Arras...

Devant les îles, en Haïti, en Islande, en Crète, en Corse...

Mais à Chypre, à la Réunion...

-devant la matière, en laine, en corne...

-dans le sens de dans. Il tourne comme un ours en cage. Il est en cavale.

-devant un état, en colère, en nage, en pleurs, en deuil.

-dans le sens de sur. Il est mis en croix, en bière.

-suivi de plus ou moins + adjectif invariable.  

C'est la même histoire, mais en plus beau.

EN, PRONOM PERSONNEL

-voir la note du texte 28

Barbara aime beaucoup Brest. Elle en apprécie l'animation, même quand il pleut. (l'animation de Brest)

Barbara de Jacques Prévert extrait

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie

EN, ADVERBE DE LIEU

-peut remplacer un complément de lieu.

Je viens d'Istanbul, mais si, j'en viens !

EN, dans quelques expressions.

en fait, en l'occurrence, en être (être homosexuel), de fleur en fleur, un arbre en fleurs, clés en main, être en faute, d'heure en heure.

 

il planait dans la pénombre une vapeur âcre

Âcre, cuisant, brûlant, -l'âcreté.

 

dans l'antre enfumé d'un bouge

un bouge, un café peu recommandable malpropre et obscur, mal famé, un boui-boui.

 

des corps s'étaient naguère étendus

JADIS & NAGUÈRE

Jadis, il y a très longtemps. Naguère, il y a peu.


des lits crasseux s'allongeaient à même le sol

S'allonger, 2L.

LES MOTS COMMENÇANT PAR AL N'ONT PAS TOUJOURS 2L

Allaiter, alléger, allier, allouer, allumer... + leurs dérivés

MAIS aligner, alanguir, aliter, alourdir, aluner (imprégner d'alun), alunir (atterrir sur la lune)... + leurs dérivés.

 

une multitude de bouteilles, de flasques,

Une flasque, un flacon plat qu'on peut mettre dans la poche.

 

un cachalot perdu, ou était-ce un rorqual,

mammifères marins.

Moby Dick ou le cachalot de Herman Melville, un fleuron de la littérature mondiale.

 

<< 28 Délires sur un départ annoncé -"Il faut beaucoup de hardiesse pour oser être soi."

>> 30 Délires à ne pas mettre sous les yeux des enfants -"Double, double toil and trouble"

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog