Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:39

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Délires à ne pas mettre sous les yeux des enfants

qui ne sont pas psychologiquement prêts

à affronter des images

particulièrement traumatisantes,

encore que l'on sache bien

que les contes pour enfants

 sont pour le moins terrifiants,

et que nos chers petits

en tirent une jouissance libératrice1...

si celle-ci ne développe pas leur perversité.

 

À côté de ce paysage fantomatique, une autre toile, son pendant, non moins impressionnante que la première, donnait le spectacle d'une lande battue par les vents. Une végétation rabougrie se frayait un passage entre les cailloux infertiles. Le ciel ténébreux et tourmenté prenait la majeure partie de la scène, comme pour étouffer celui qui la regardait. On s'attendait à voir surgir on ne sait d'où, dans ce décor digne de Macbeth2, ses sorcières inquiétantes.

 Double, double toil and trouble ;

 Fire burn, and cauldron bubble.

Mais le plus terrible était une bête immonde qui, au tiers du tableau, se dressait, effrayante, et qui me regardait, dardant ses yeux de feu, les lèvres retroussées, prête à mordre cruellement qui s'aventurerait dans ce no man's land improbable. On eût dit le Chien des Baskerville3 ou bien la Bête du Gévaudan4, monstre hideux égaré là, vision cauchemardesque bien faite pour ébranler les esprits les plus aguerris.

 

Je ne pouvais détacher mon regard de ces paysages insensés, je haletais à perdre le souffle dans l'air vicié, lorsque, soudainement, Marie m'entraîna dans la pièce voisine. Je compris alors que j'allais parcourir des salles en enfilade et je me demandai par quel tour de magie la maison était devenue soudain aussi vaste.

................................................................ 

1-Lire La Psychanalyse des contes de Bruno Bettelheim.

2-Macbeth pièce de William Shakespeare, 1606

Acte IV, scène I

On entend les sorcières, jeteuses de sort :

Double, double toil and trouble ;
Fire burn, and caldron bubble.

(Double double peine et ennui

Le feu brûle, le chaudron boullonne)

Repris dans le film Harry Potter à écouter sur You Tube

Double Trouble [Harry Potter Film] + Lyrics  

 3-Le chien des Baskerville, roman de Conan Doyle.

4-La bête du Gévaudan a hanté ce pays auvergnat entre 1765 et 1768. Cet animal monstrueux, devenu mythique, aurait dévoré cinquante personnes.

 

 

NOTES

à côté de ce paysage fantomatique

Fantomatique a perdu l'accent circonflexe de fantôme

> L'accent circonflexe – Mettons-le seulement là où il faut - cru, crû, idolâtre, psychiatre, écolâtre, gaîment, absolument, ambigument, fantomatique, tempétueux... + Quiz 58

 

une autre toile, son pendant

Un objet à son pendant, quand le deuxième objet lui est semblable, ou qu'il a un caractère qui lui ressemble. On peut les disposer symétriquement pour donner un effet. Deux vases, deux potiches, deux tableaux etc.

 

mais le plus terrible était une bête immonde

immonde, répugnante, épouvantable, qui inspire le dégoût et l'horreur.

 

dardant ses yeux de feu

Un dard était une arme pointue que l'on lançait, c'est aussi l'aiguillon de certains insectes. 

Le soleil darde ses rayons.

Haineuse, je dardais mes yeux sur lui.

 

On eût dit le chien des Baskerville ou la Bête du Gévaudan

eût dit, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

on aurait dit

> Valeurs et emplois du subjonctif

 

monstre hideux égaré là

monstre hideux, pas de liaison (disjonction) car le H est aspiré, la hideur.

> La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

vision cauchemardesque bien faite pour ébranler les esprits les plus aguerris

Un cauchemar (sans D), cauchemarder, cauchemardesque.

Aguerri, endurci, capable d'affronter les pires dangers.

 

je haletai à perdre le souffle dans l'air vicié

l'air irrespirable parce que pollué.

 

j'allais parcourir des salles en enfilade

en enfilade, qui se suivent à la file.

 

mais le plus terrible était une bête immonde

pour ébranler les esprits les plus aguerris

L'EXPRESSION DE LA COMPARAISON

Comparatif de supériorité, d'infériorité, d'égalité. On utilise les adverbes : plus, moins, aussi, autant (… que...)

Ils modifient

+le sens de l'adjectif qualificatif (plus joli)  

+de l'adverbe (aussi loin)

+du verbe. (Tu chantes moins).

Paul est costaud mais mon frère l'est beaucoup plus (que lui).

Je travaille beaucoup mais tu travailles autant (que moi)

Superlatif relatif : le plus, le moins. Je suis la moins bête de toutes.

Superlatif absolu avec les adverbes : très, fort, etc. Il parle très haut.

Comparatifs et superlatifs irréguliers : Bien, (le) mieux / Mal, (le) pire, (le) pis / Petit, (le) moindre. Beaucoup (le) plus. Peu (le) moins.

Marie s'exprime mal, mais toi, c'est bien pire. (= bien pis)

Je n'ai pas fait la moindre faute (la plus petite faute).

Parfois, le superlatif peut être employé comme nom.

Le mieux est l'ennemi du bien. Le pire reste à venir.

La subordonnée circonstancielle de comparaison est introduite par les conjonctions de subordination ou les locutions conjonctives comme

+plus (...) que

+moins (...) que

+aussi (...) que

+tel que

Tu en as fait plus que moi. (subordonnée elliptique, tu en as fait plus que j'en ai fait.)

Elle est belle comme le jour (comme le jour est beau).

Elle est moins intelligente que je le croyais.

Ils ne sont pas tels que je me les imaginais.

Pour en savoir + > Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

Lire la remarque n°3 sur les subordonnées corrélatives comparatives dans l'article Remarques

Deux indépendantes parallèles.

Plus il est aimable avec moi, plus il m'énerve.

Moins tu parles, mieux je me porte.

Groupes nominaux parallèles.  

Telle mère, telle fille.

 

<< 29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange -"Le Soleil noir de la Mélancolie"

>> 31 Délires sur la suite de la visite singulière -" Mourrai-je tant de fois sans sortir de la vie ?"

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog