Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 07:28

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Au plus fort de mon désarroi, au plus profond de ma désespérance, il advint qu'un éclair minuscule, infime, microscopique, en un mot d'un riquiqui pas possible, illuminât mon hippocampe un instant assoupi — je signale que l'hippocampe n'est pas ici le petit poisson vertical que l'on connaît et dont la représentation vient de surgir devant vos yeux, cheval à demi ichtyoïde que l'on ne rencontre que rarement, mais, présentement, la circonvolution cérébrale qui me sert à stocker en mémoire.

 

Je n'étais pas seule sur terre, je pouvais compter sur quelqu'un, sur le seul être qui m'eût jamais témoigné une attention affectueuse, le seul qui m'eût vraiment écoutée dans mes instants les plus pénibles, les situations les plus inextricables où naissaient les questions les plus embrouillées, les plus embarrassantes, les plus obscures et les plus ardues, traduites dans les formules les plus absconses (abstruses, si vous voulez). Et que dire des solutions ? La tête me tourne à tel point que je ne puis réfléchir davantage. Il me semble que je me liquéfie. Je vacille. Je ne suis plus qu'une ombre, l'ombre d'un doute*. Et cependant, tandis que je doute, je sais que j'existe*. Embrassant le doute hyperbolique cartésien telle une consolation fugace, je m'imprègne de l'évidence, cogito ergo sum*.

 

L'espace étouffant de mon cachot tournoie comme un carrousel. Je m'effondre soudain sur le sol humide et glacé.  

.........................................................  

*cogito ergo sum le cogito de Descartes : je pense, donc je suis. 

 

**L'ombre d'un doute, Shadow of a doubt d'Alfred Hitchkock, 1943.   

 

NOTES 

Au plus profond de ma désespérance,

désespérance, sentiment de quelqu'un qui a perdu toute confiance dans la vie, toute espérance, au sens religieux du terme.

 

Il advint qu'un éclair minuscule illuminât

il advint, il arriva

qu'un éclair illuminât : le verbe est au subjonctif imparfait.

> Valeurs et emplois du subjonctif :

 

d'un riquiqui pas possible

riquiqui, familier, pour : tout petit. On le prononce avec une nuance de moquerie. 

Il m'a offert un bouquet bien riquiqui.

 

cheval à demi ichtyoïde, qui ressemble à moitié au poisson.

 

traduites par les formules les plus absconses, les plus abstruses

abscons, abstrus, difficile à comprendre.

 

L'EXPRESSION DE LA CONSEQUENCE

La tête me tourne à tel point que je ne puis réfléchir davantage.

Si la subordonnée contient la conséquence, la principale contient forcément la cause (et vice versa)

Dans les propositions subordonnées consécutives introduites par les locutions conjonctives : de (telle sorte) que, de (telle) façon que, à tel point que, au point que, tant (...) que, tellement (…) que, si... que, trop/assez/trop peu/suffisamment (…) pour que, après les verbes impersonnels il faut, il suffit... pour que, si bien que, après une proposition interrogative... pour que, sans que, ou la conjonction que.

Il était malade de sorte qu'il ne sortait plus de chez lui, et c'était tant pis pour lui !

Elle a agi avec moi de telle façon que je n'irai plus la voir, la cruelle.

Il avait neigé à tel point que qu'on ne distinguait même pas les ours blancs.

Elle avait tant de peine que je ne pouvais la consoler, la pauvre cocufiée.

Vous m'avez fait assez de mal pour que je ne puisse vous pardonner, petit péteux.

Il suffisait de lui parler pour qu'elle se fâchât, l'irascible.

Il se trouvait bien à l'aise chez moi, si bien qu'il est resté, hélas !

Mais que t'ai-je donc dit pour que tu te mettes en colère ?

Elle avait mal agi sans qu'on en sût rien.  

Sois discrète, qu'il n'en sache rien.

> Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

La proposition subordonnée de conséquence suit en général la principale, mais elle peut la précéder ou bien la couper.

Pour qu'il arrive le premier, il lui faudrait se remuer un peu plus.

Il te suffit, pour que je t'aime, d'être tendre avec moi, eh oui !

Des conjonctions ou locutions conjonctives gouvernent le subjonctif. Repérez-les dans les exemples ci-dessus.

La conséquence dans une RELATIVE  voir la note du texte 23

 

EXPRESSIONS MARQUANT LA CONSEQUENCE

par conséquent, en conséquence, c'est pourquoi, c'est la raison pour laquelle, partant (littéraire), ainsi, aussi, donc.

Plus d'amour, partant, plus de joie. (La Fontaine)

Vous m'avez menti, aussi vais-je vous quitter.

 

> Exercice grammatical en guise de jeu : Variations sur des phrases 1-Tu m'as menti, je ne suis pas restée. 2-Tu m'as menti, je suis restée.

 

Embrassant le doute hyperbolique cartésien telle une consolation fugace, je m'imprègne de l'évidence, cogito ergo sum*.

tel peut s'accorder avec l'un ou l'autre terme de la comparaison : le doute > tel, ou une consolation > telle. Il est d'usage de le faire accorder avec le terme qui suit.

 

<< 33 Délires sur les"orages désirés"- J'ai pris un purgatif et je suis allé.

>> 35 Délires inattendus à l'adresse d'une compagne fidèle -" Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel.*"

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog