Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 18:25

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Je restai prostrée pendant trois jours, attendant mon heure. C'est le temps maximal pendant lequel on peut subsister sans avoir de quoi ni se sustenter, ni boire. Marie devait bien le savoir puisqu'elle se décida, à ce moment crucial, et au-delà duquel toute tentative de retour en arrière eût été vaine, à ouvrir la porte pour me libérer. Oui, vous avez bien lu, chers lecteurs, me libérer.

 

Épicure n'a-t-il pas dit que le plaisir est l'absence de souffrance ? C'est vrai, j'en témoigne. Et plus on a souffert, plus le plaisir est grand quand cesse la douleur.

En outre, si toujours du plaisir n'est pas du plaisir**, à cette minute même, je n'en avais cure. C'en était le summum.

Surtout lorsque je m'assis devant une table garnie de mets que les gourmets les plus exigeants n'eussent pu imaginer, et qui embaumaient, de leur délicat arôme et de leur fumet grisant, l'air que je respirais.

Je respirais, loin de l'abîme infect, nauséabond, pestilentiel et répugnant que je venais de quitter, enfin.

 

Marie allait faire son cinéma° pour me reconquérir, sans aucun doute, mais je ne serais pas dupe, et je ne tomberais pas, une fois de plus, dans ses rets. J'étais bien décidée à me conformer à ses exigences, ou tout au moins à le lui faire croire.

À malin, malin et demi°. Il fallait bien qu'elle trouvât plus futée qu'elle.

 

Je ne pipai mot et m'attablai comme si ce fût chose toute naturelle et que j'eusse, en un instant, repris mes habitudes de fille de la maison. Marie m'observait, attentive, du coin de l'oeil, et le rictus ignoble de sa bouche se contractait par instants en un spasme effrayant.

Je ne pouvais lui faire aucun reproche : la prudence me tenaillait. De quoi aurait-elle été capable encore si je m'étais révoltée ? Par ses agissements inqualifiables, elle m'avait fait comprendre que toute rébellion de ma part me plongerait dans un monde sans retour.

 

   « C'en est fait de sa désobéissance », pensa ma tortionnaire, mon bourreau inflexible. « Je la tiens à ma merci. »

..................................................................................  

*La faim justifie les moyens, mais on a rarement les moyens quand on a faim.

Jacques Sternberg, Dictionnaire des idées revues.

Proverbe. La fin justifie les moyens.

On utilise des moyens condamnables si le but à atteindre est noble.

 cf.  "À l'extrême, la fin, c'est-à-dire la réalisation même du projet, s'efface devant les moyens : la fin justifie les moyens et tous les moyens sont bons, c'est la réussite à tout prix, sans scrupule, voire au dépens d'autrui. André Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus, 1995

 

 **Toujours du plaisir n'est pas du plaisir.

Une maxime de Voltaire.

   

NOTES

Titre : mourir d'inanition, mourir de faim.

 

C'est le temps maximal pendant lequel on peut subsister

Maximal ou maximum ?

+Maximal (e-es, maximaux) est un adjectif. 

La peine maximale.

+Maximum est un nom. Pluriel, des maximums ou des maxima.

Le maximum de plaisir.

Idem pour minimal et minimum.

 

on peut subsister sans avoir de quoi se sustenter

Se sustenter, se nourrir.

 

Je n'en avais cure

Je ne m'en souciais pas, cela ne me préoccupait pas.

 

c'en était le summum

Le summum du plaisir,  le plus haut point.


une table garnie de mets que les gourmets les plus exigeants n'eussent pu imaginer

exigeant adjectif verbal

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, en fatiguant fatigant – en convainquant convaincant – en émergeant émergent – en résidant résident...

n'eussent pu imaginer, subjonctif plus-que parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme)

> n'auraient pu imaginer

 

ce moment crucial, et au-delà duquel toute tentative de retour en arrière eût été vaine

eût conditionnel passé 2e forme, aurait été vaine.

au-delà, au delà, en arrière...

QUELQUES ADVERBES ET PRÉPOSITIONS DE LIEU

(ou locutions adverbiales et prépositives)

Rappel, la préposition est suivie du complément circonstanciel de lieu.

Noter les traits d'union :

sur, sous, dessus, dessous, ici, là,

par-dessus, par-dessous, par-ci, par- là, par-delà,

au-dessus (de), au-dessous,

là-dessus, là-dessous, là-dedans, là-haut, là-bas,

 de ci de là, ci-dessus, ci-dessous,

au-delà ou au delà (de)

au-delà, contraire : en deçà =de ce côté-ci,  

de dedans,  de dessus, de dessous, de dehors

en dedans (de), en dessus, en dessous, en dehors,

en avant, en arrière,

etc.

AUTRES

Un pardessus, des dessous chics, le dessus du panier,

sens dessus dessous (= tout en désordre..)

Voir : Y a-t-il un trait d'union ou pas ? Au delà ou au-delà ? Par delà ou par-delà ? AU ou PAR ou EN etc. + deçà, delà, devant, derrière, avant, arrière, dessus, dessous, dedans, dehors, haut, bas.

 

À malin, malin et demi°

proverbe : On trouve toujours plus rusé que soi.

 

Je ne pouvais lui faire aucun reproche : la prudence me tenaillait

UN SIGNE DE PONCTUATION - LES DEUX POINTS

On les emploie pour annoncer :

+ une énumération.

+ des paroles, avant d'ouvrir les guillemets.

+ une explication 

 

MERCI

 Remerciements

Merci Patron !

Mille mercis !

Voir : Peut-on dire : merci, remercier, féliciter, complimenter, savoir gré + de, pour, sur ?

Je la tiens à ma merci, en mon pouvoir.

Au Moyen Âge, les serfs étaient corvéables et taillables à merci. (ils devaient la corvée et la taille à leur seigneur)

Pitié, miséricorde (vieux)

Vous êtes sans merci.

Frères humains qui après nous vivez

N'ayez les coeurs contre nous endurciz,

Car, se pitié de nous pauvres avez,

Dieu en aura plus tost de vous merciz.

   François Villon, La Ballade des pendus.

Pour en savoir + sur Villon

Petite histoire de la Langue Française – Chapitre 8 - LE MOYEN FRANÇAIS DU XIVe AU XVIe SIÈCLE – 1re PARTIE : Les misères de la France - L'évolution de la langue - Villon 

 

<< 35 Délires inattendus à l'adresse d'une compagne fidèle -" Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel.*"

>> 37 Délires d'une rescapée -"Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient folle."

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog