Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 06:32

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

M'étant rassasiée, je vis plus clair dans cette situation qui pourrait paraître inextricable au lecteur lambda qui d'aventure se trouverait parmi vous, chers lecteurs.

Je rassemblai mes pensées et me promis, d'un commun accord avec mes cellules grises — celles-là mêmes qui avaient coutume de me mettre des bâtons dans les roues°—  que je ne m'en laisserais point conter.

Nonobstant les efforts que je faisais pour lutter contre l'écœurement qui contractait mon diaphragme, à chaque mot que vomissait mon interlocutrice  abhorrée, je parvenais à garder un visage lisse et tranquille. Il jaillissait de la bouche de la mégère des légions de crapauds et de serpents, comme ce phénomène apparaît dans certains contes que vous connaissez à coup sûr.

Mais comme il était impossible qu'elle pût à l'avenir m'effrayer davantage que dans la situation où elle m'avait mise, à savoir dans l'abîme où elle m'avait jetée, il en résultait que je me sentais devenue comme imperméable à toute agression, même à la plus intolérable, et la cuirasse qui me protégeait dorénavant me rendit mon naturel d'autrefois, puisque j'étais guérie, libérée à tout jamais de mes peurs.

 

Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient [folle]. Mais s'ils se montraient à moi ce qu'ils sont, peut-être les croirais-je fous aussi.*

Et je ne prétends pas vous en remontrer.

 

Ainsi donc décidai-je une fois pour toutes que j'épaterais mon adversaire en paraissant me plier à tous ses caprices.

........................................................................................ 

*Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient  fou. Mais s'ils se montraient à moi ce qu'ils sont, peut-être les croirais-je fous aussi.*

Je ne peux vraiment pas donner tort à l'auteur de cette pensée qui traduit l'évidence, je cite Benjamin Constant.

Le monde est plein de cinglés qui s'ignorent. Et de vaniteux. Ce qui est bien pire. Quelle misère !

 

NOTES

situation qui pourrait bien paraître inextricable au lecteur lambda

lambda, 11e lettre grecque, elle est devenue le L chez les Romains.

le terme lambda désigne quelque chose de banal.

un lecteur lambda, un lecteur ordinaire 

un citoyen lambda, un quidam, monsieur tout le monde...

 

Celles-là mêmes qui avaient coutume de me mettre des bâtons dans les roues° 

Celles-là même, celles même, même celles

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même, ici même, là même, par là même, aujourd'hui même... QUIZ 64

Mettre des bâtons dans les roues. Empêcher ou retarder une affaire. mettre des obstacles pour qu'elle ne se réalise pas facilement.

 

nonobstant les efforts que je faisais pour lutter

nonobstant, préposition ou adverbe

ici : malgré, voir > Nonobstant, ce nonobstant, nonobstant que.

 

à chaque mot que vomissait mon interlocutrice abhorrée

abhorrer, détester, abominer, haïr.

 

des légions de crapauds et de serpents

Ils sont légion (pas de S), ils sont nombreux.

Un grand nombre, une multitude, une cohorte.

Des légions de démons.

 

la situation où elle m'avait mise

Le participe passé mise s'accorde avec ME élidé (M') COD placé avant lui.

l'abîme où elle m'avait jetée

Même chose.

Voir > Règles de l'accord des participes passés 

L'accord des participes passés + Quiz 26 

 

Il était impossible qu'elle pût m'effrayer

Subjonctif dans la subordonnée quand la principale est : Il est possible, impossible...  Ici, subjonctif imparfait.

Voir l'article : Valeurs et emplois du subjonctif

 

Je ne prétends pas vous en remontrer

En remontrer à quelqu'un, c'est se croire supérieur à lui.

 

Je me promis que je ne m'en laisserais point conter

LE FUTUR DU PASSE (pour la concordance des temps) 

Présent : Je décide que j'épaterai mon adversaire (futur puisque le verbe de la principale est au présent)

Passé : Je décidai que je l'épaterais (conditionnel présent, autrement dit futur du passé puisque la principale est au passé)

Présent :Je me promets que je ne m'en laisserai point conter.

Passé : Je me promis que je ne m'en laisserais point conter.

*La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style (ou le discours) direct et indirect  

**Suite de l'article sur la concordance des temps

***La concordance des temps - Exercices d'application - Quiz 44

Les modes et les temps - Ne pas les confondre - Le conditionnel est-il un mode ?

 

<< 36 Délires de la pauvre enfant que je suis, près de mourir d'inanition -La faim justifie les moyens*

>> 38 Délires d'une ressuscitée ou c'est tout comme

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog