Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 10:32

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Dès potron-minet j'étais sur pied. Je sentis avec bonheur que je n'avais rien perdu de mon enthousiasme vital lorsque j'aperçus, après avoir poussé la porte du réduit qui m'était alloué, que la forêt avait conservé son pouvoir de séduction. Je respirai profondément les senteurs subtiles exsudant des résineux, mêlées aux effluves sucrés de l'humus nourricier. Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles*, et dans le bois flottaient les souffles de la nuit.

Sissi m'accueillit.

Je m'attendais à la voir, penaude, déconfite et repentante de m'avoir si lâchement abandonnée. Que nenni. Elle jubilait. N'avait-elle pas rameuté tous ses congénères pour menacer Marie Cratère ?

Une harde hurlante et hardie, hérissée de mâles, défenses acérées, dagues aiguisées pour la circonstance, s'était présentée, telle une armée conquérante, devant la maison qui — Sissi peut en témoigner — fut la proie d'une secousse irraisonnée. Marie en perdit de sa superbe. L'impressionnant envahissement des lieux, la troupe soldatesque qui faisait brusquement irruption, tout laissait supposer un service de transmissions parfaitement organisé par un génie militaire digne de la Grande Armée napoléonienne**. La vieille Marie, assiégée, eut peur. Cette soudaine posture rédhibitoire coupa court à toute riposte. On la fit s'agenouiller et jurer qu'elle me délivrerait sur l'heure. Pas étonnant qu'elle eût oublié de se vanter de cette misérable reddition.

 

Les pouvoirs de Marie étaient donc limités. Je sentis les miens renforcés.

............................................................... 

*Noter l'allitération dans les vers : le son [f]  

"Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles ;
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle ;
Les anges y volaient sans doute obscurément,
Car on voyait passer dans la nuit, par moment,
Quelque chose de bleu qui paraissait une aile."

Victor Hugo, La Légende des siècles, Booz endormi

Extrait

 

**La Grande Armée napoléonienne, c'est UN PLEONASME (pardon pour le pléonasme !) puisque La Grande Armée (avec les majuscules) est unique, c'est celle de Napoléon.

 

NOTES

Dès potron-minet j'étais sur pied

Dès potron-minet, à l'aube. à l'heure où l'on voit le postérieur des chats qui disparaissent. On dit aussi potron-jaquet (ou potron-jacquet, jacquet étant l'écureuil)

 

Les senteurs subtiles exsudant des résineux, mêlées aux effluves sucrés de l'humus nourricier 

Exsuder (de suer) Les résineux exsudent leur résine qui suinte de leur tronc.

mêlées s'accordent avec senteurs

aux effluves sucrés, effluve est masculin

Féminin ou masculin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr + Quiz 4

humus, terre végétale (terreau) provenant des matières organiques en décomposition.

Dérivé > homme

 

Que nenni, que non.

Comment dire non > Non ! Ah ça non ! Mais non ! Non mais ! Pourquoi non ? p'têt ben qu'non. Que nenni !

 

dagues aiguisées pour la circonstance

les dagues, les défenses des sangliers.

 

Marie en perdit de sa superbe

Perdre de sa superbe, perdre son attitude orgueilleuse.

Il est plein de superbe. / Il a perdu de sa superbe, il est devenu humble.

 

L'impressionnant envahissement des lieux

ou l'invasion.

 

Cette soudaine posture rhédibitoire coupas court à toute riposte

Rhédibitoire, qui empêche absolument d'agir à cause d'un défaut. 

 

Pas étonnant qu'elle eût oublié de se vanter de cette misérable reddition

la proposition principale est elliptique de il n'était pas

Il n'était pas étonnant qu'elle eût oublié...

eût oublié,  

> mode subjonctif, le verbe de la principale est impersonnel,

> temps plus-que-parfait, pour la concordance des temps, la principale est à l'imparfait de l'indicatif.

La phrase au présent serait : Il est étonnant qu'elle ait oublié...  (ait oublié, passé du subjonctif)

 

Une reddition, une capitulation.

Se rendre, capituler.

 

Pour en savoir +

*La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style (ou le discours) direct et indirect

**Suite de l'article sur la concordance des temps

 

<< 38 Délires d'une ressuscitée ou c'est tout comme + QUIZ 4 Noms masculins ou féminins? à vous de le dire.

>> 40 Délires remplis de bonnes résolutions

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog