Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 19:13

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Que savais-je de ma beauté ? La seule chose que je connaissais de mon visage était le reflet frissonnant dans le ruisseau lorsque je me penchais pour y boire. Je n'avais jamais joué les Narcisse. Mais cette remarque de Marie m'alla droit au coeur.

La beauté est une promesse de bonheur.**

Je me berçai brièvement d'un voeu qui me fit rêver d'une autre vie.

Marie reprit la parole : « Et maintenant mon enfant, écoute l'histoire édifiante de Madame de Saint-Ange. »

Je n'oubliais pas qu'elle venait de me faire subir des choses épouvantables, et la voilà qui, maintenant, se gargarisait de douceurs à mon endroit. Croyait-elle un instant que j'allais lui pardonner ? 

Je dus me plier à son bon vouloir.

Après que nous nous fûmes installées dans de profonds fauteuils, un peu usagés à mon goût, les ressorts fatigués blessant méchamment les parties sensibles de notre anatomie, de la mienne sans conteste, Marie prit l'air grave des conteurs et commença. 

Blottie là, à croupetons, immobile, je regardais de biais Marie Cratère, pour ne pas devoir soutenir son regard de front ; la perspective gauchie que j'avais d'elle, exacerbait ses yeux exorbités.

....................................................................

*Titre : La beauté est dans les yeux de celui qui regarde. Beauty is in the eye of the beholder. Oscar Wilde

**La beauté est une promesse de bonheur.  Stendhal.

 

NOTES

Je n'avais jamais joué les Narcisse

Narcisse (mythologie grecque), jeune homme que la légende dit être tombé amoureux de son propre reflet dans une fontaine. Cet amour impossible le fera mourir de désespoir.

À cet endroit même où il trépasse, pousse la fleur qui porte son nom.

 

Je me berçai brièvement d'un voeu

Bref, brève, brièvement, en bref, Bref !

Pépin, dit Le Bref, parce qu'il était petit, si différent de son fils Charlemagne.

►  un voeu,des voeux, voir le pluriel des noms qui se terminent en EU,  ŒU, AU.

> Les noms qui se terminent par au, aux, aus, eau, eaux, eu, eux, eus, oeu, oeux, ou, oux, ous

 

blessant méchamment les parties sensibles de notre anatomie, de la mienne sans conteste

► notre anatomie, ici, notre corps.

sans conteste, incontestablement, assurément.

 

Blottie là, à croupetons, immobile,

Se tenir à croupetons, se tenir accroupi.

 

Après que nous nous fûmes installées dans de profonds fauteuil, Marie prit un air grave...

 RAPPEL. On a l'indicatif après APRES QUE, pas le subjonctif  

Ici, c'est le passé antérieur. > Après que

 

la perspective gauchie que j'avais d'elle,

Gauchi (de gauchir) déformé, tordu.

 

exacerbait ses yeux exobités

Exacerbait (exagérait), exorbités (hors de leur orbite).

Voir les mots en EX, EXH, note du texte 9

 

LES AUXILIAIRES ET LES SEMI AUXILIAIRES

Je n'avais jamais joué les Narcisse.

Après que nous nous fûmes installés...

Elle venait de me faire subir des choses...

J'allais pardonner.

Je dus me plier à son bon vouloir.

 

LES DEUX AUXILIAIRES AVOIR ET ÊTRE

 

1- Ils servent à conjuguer les verbes aux temps composés. 

Les verbes qui se conjuguent avec avoir sont les plus nombreux.

J'ai fait du grabuge. (passé composé)

Nous avions pris la poudre d'escampette. (plus-que-parfait)

Elle eût rué dans les brancards si elle eût pu le faire. (conditionnel passé 2e forme – subjonctif plus-que-parfait)

Quand tu auras gagné au loto tu pourras me faire signe. (futur antérieur)

Quelques verbes se conjuguent avec être (aller, venir, tomber, mourir, etc.)

Ils sont venus pour nous embêter.

Tu serais donc allé à Vierzon ?

Il est mort sans s'en apercevoir.

Il sera tombé dans la bassine d'eau bouillante.

Les verbes pronominaux se conjuguent avec être.

Il se sera moqué de mon gros pif, c'est sûr.

Ils se seraient emparés de mes atouts.

Elles se sont fait prendre.

> le participe passé FAIT suivi d'un infinitif est invariable.

 

2- L'auxiliaire être sert à former la voix passive.

Elle a été punie par son professeur.

Voix active : Son professeur l'a punie.

Nous serons chassés comme des malpropres.

Voix active : On nous chassera comme des malpropres.

 

LES SEMI-AUXILIAIRES

 

Le semi-auxiliaire est un verbe qui perd son sens ou une partie de son sens. Il se combine à un autre verbe qui le suit.

Exemple le verbe et le semi-auxiliaire ALLER :

Le verbe aller : Je vais à mon bureau. J'y vais.

Le semi-auxiliaire : Je vais partir. Je suis sur le point de partir.

 

Parmi les semi-auxiliaires, on peut distinguer :

Les semi-auxiliaires de temps

un futur proche : aller, être sur le point de, devoir.

Je vais partir, le taxi doit venir me chercher.

un passé récent : venir de.

Elle vient (juste) de se faire enlever !

 

Les semi-auxiliaires de mode

pouvoir : possibilité, souhait, probabilité, autorisation.

Peut-il soulever cette enclume ? Est-il assez fort ?

Puissé-je te revoir un jour ! J'aimerais te revoir demain.

Il se peut qu'elle me cède enfin. Elle me cèdera peut-être.

Puis-je vous aider ? M'autorisez-vous à vous aider ?

devoir, obligation, probabilité, concession.

On doit aider son prochain.

Tu dois obéir aux ordres.

Il a dû me laisser quelque chose. Peut-être m'a-t-il laissé un kopek.

Dussé-je attendre mille ans, je ne t'oublierai pas. Même si je devais t'attendre...

> Eussé-je, eussè-je, j'eusse, fussé-je, fussè-je, je fusse, dussé-je, dussè-je, eût-il, fût-il, dût-il, fût-ce, fussent-ils, parlé-je...

 

Les semi-auxiliaires d'aspect

Début de l'action : commencer à ou de, se mettre à.

Tu commences à me plaire.

Il se mit à parler avec enthousiasme.

Durée de l'action (aspect duratif) : être en train de

Mais qu'est-ce que tu es en train de faire ?

Fin de l'action (aspect conclusif) : finir de, cesser de

A-t-elle fini de dire des bêtises ?

Cesse donc de te plaindre !

 

AUTRES

Aller

Va voir ailleurs si j'y suis !

Va me chercher des gâteaux !

Faire OU se faire

Fais-toi couper les cheveux, Antoine.

D'accord, je les ferai couper, demain peut-être.

Vouloir

Tu veux sucer ces sucres d'orge ?

Paraître – sembler

Il paraît être plus bête qu'il ne l'est en réalité.

Il semble jouer mieux que vous.

 

Article connexe : Vous hésitez entre l'auxiliaire être et l'auxiliaire avoir ?

 

<< 42 Délires sur les prémices d'une révélation -"What and Why and When and How and Where and Who"

>> 44 Délires en abyme* (Un conte dans le conte) Le bal de Madame de Saint-Ange

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog