Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:40

LES DÉLIRES Tous les épisodes

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Lorsque l'addition me fut apportée, je dis le plus simplement du monde que je n'avais pas un sou vaillant° et je priai mon interlocutrice effarée de trouver une solution à cette situation imprévue.

Ses yeux exorbités roulèrent de droite et de gauche. Elle me fit signe de ne pas me faire remarquer en me demandant de parler tout bas, et la plus gênée des deux n'était pas celle à qui l'on aurait pensé.

« D'où sortez-vous ? » me demanda ma charmante hôtesse, car je la considérais comme telle jusqu'alors. « On pourra se goberger... se goinfrer... et partir sans payer quand les poules auront des dents° », hoqueta-t-elle. « Êtes-vous donc tombée de la dernière averse°, ou bien voulez-vous mourir à tout prix ? »

Je pensai qu'elle plaisantait, à user de cette manière impertinente de s'adresser à moi, mais son air n'avait rien à voir avec celui d'une joyeuse luronne.

« Mourir de faim, c'est ce qui m'attendait, lui répondis-je le plus innocemment du monde. Ma foi, pour honorer mon dû, improvisai-je, je vous propose mes services, si vous le voulez bien.

Parlez bas, je vous prie, ou vous risquez l'Amende.

Une amende ? Je n'ai rien.

Je parle de l'Amende qui ne fait pas de quartiers°, l'Amende que tous ici craignent — et moi la première — l'Amende qui réduit le condamné en bouillie, pauvre insensée.

Ma parole, vous déparlez ? fis-je irrévérencieusement. »

 

NOTES

l'addition me fut apportée.

Le participe passé employé avec l'auxiliaire être s'accorde avec le sujet

Le temps est le passé simple.

Ici c'est la voix passive.

Voix active : On m'apporta l'addition.

>>L'accord des participes passés - QUIZ 26

 

Ne pas avoir (un) sou vaillant, ne pas avoir d'argent ni de biens.

Littré : Vaillant est un participe archaïque de valoir. Aussi au XVIIIe siècle on hésitait entre avoir vaillant et avoir valant ; la province disait valant ; Paris disait vaillant. C'est Paris qui l'a emporté.

 

ses yeux exorbités roulèrent de droite et de gauche

Rappel. Mots commençant par EX ou EXH

Voir la note du texte 9

de droite et de gauche, de tous côtés

 

la plus gênée des deux n'était pas celle à qui l'on aurait pensé

Gêner, elle est gênée, la gêne, à ne pas confondre avec le gène du génotype. Question d'accents !


Quand les poules auront des dents pour ainsi dire, jamais.

Quando gli asini voleranno, quand les ânes voleront, disent les Italiens.

Cuando las ranas crien pelos, quand les grenouilles auront des poils, disent les Espagnols.

Wanneer de kalveren op het ijs dansen, quand les veaux danseront sur la glace, disent les Néerlandais.

When pigs might fly, quand les cochons pourront voler, disent les Anglosaxons.

Wenn die Esel lateinisch reden, quand les ânes parleront latin, disent les Allemands.

Et les autres, que disent-ils donc ? 

 

êtes-vous tombée de la dernière averse ?

Ne pas être tombé de la dernière pluie°, avoir de l'expérience.

 

pour honorer mon dû, je vous propose mes services

son dû - Voir : Ne pas confondre : du, dû, dus, due, dues, dut et dût

 

Ma foi ! Homophones

Une fois, j'ai eu mal au foie. Comme j'ai foi en la médecine, j'ai couru voir mon médecin à FOIX.

"Foi d'honnête homme, je vous apprends que vous avez un cancer du foie ! me dit-il. Vous tremblez ? Par ma foi, vous avez les foies !”

(Bof !)

On va me dire que j'ai oublié de parler de FOY et de SAINTE-FOY. C'est fait.

 

Ne pas faire de quartier°, être impitoyable.

 

Ma parole, vous déparlez ! fis-je irrévérencieusement

Déparler, dire n'importe quoi.

Une figure de style - LE POLYPTOTE est la répétition d'un terme de même racine dans une même phrase. 

Irrévérencieusement voir le préfixe IN (qui devient IR, IL, IM) note du texte 4

 

<< 56 Délires autour d'un acte de grivèlerie + QUIZ 11 Que de douceurs pour flatter notre gourmandise ! Savez-vous d'où elles viennent ?

>> 58 Délires sur une punition pour le moins sévère + À propos du nom des lettres

> Retour au début de l'article

QUIZ N°12

 

 CULTURE ?... VOUS AVEZ DIT CULTURE ? (2e série) 

QUIZ N°5 Complétez les citations 1re série

 

Complétez les citations, pour beaucoup, poétiques,

tellement poétiques...

 

1-Ce toit tranquille où marchent les colombes,

      Entre les pins palpite, entre les tombes ;

      Midi le juste y compose de feux

      La mer, la mer,...

2-Sur mes cahiers d'écolier

      Sur mon pupitre et les arbres

      Sur le sable et sur la neige

      J'écris..

3-Les maux ne savent seuls venir ;

      Tout ce qui pouvait m'advenir

      Est advenu.

      Que sont les amis devenus, 

      Que j'avais de si près tenus

      Et tant aimés ?

      Je crois qu'ils sont trop clairsemés :

      Ils ne furent pas...

4-Le temps a laissié son manteau

      De vent de froidure et de pluye,

      Et s'est vestu de broderye,...

5-Dictes moy, n'en quel pays,

      Est Flora, la Belle Romaine,

      Archipiades, ne Thaïs,

      Qui fut sa cousine germaine.

      Echo partant quand bruyt on maine

     Dessus rivière ou sus estan,

      Qui beauté ot trop plus qu'humaine,

      Mais où sont...

6-Pour tout homme le premier pays est sa patrie, et le second,...

7-La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier ...

8-L'habitude est une...

9-Hâte-toi...

10-L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais...

11-Borné dans sa nature, infini dans ses voeux,

      L'homme est un dieu tombé, qui...

12-L'humanité marche à reculons vers l'avenir, les yeux...

13-Ah ! Qu'il est doux de ne rien faire

      Quand...

14-Savoir par coeur n'est pas...

15-Le silence éternel de ces espaces infinis...

16-Vos femmes sont pour vous une terre labourée ; allez comme vous voudrez à...

17-Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain ;

      Cueillez dès aujourd'hui...

18-Mais si l'on veut les séparer

      Le coudrier meurt promptement,

      Le chèvrefeuille mêmement,

      Belle amie, ainsi est de nous :

      Ni vous sans moi,...

19-On n'est jamais si bien servi ...

20-Quand les bougies sont éteintes, toutes les femmes...

21-Le bon sens est la chose au monde...

22-Où il y a de la vie, il y a ...

23-Le style est...

24-L'homme est la mesure de...

25-Tous pour un...

26-Vanités des vanités, tout...

27-Sur les ailes du Temps, la tristesse...

28-Travailler, c'est ...

29-Arbeit macht...

30-La vérité, l'âpre...

31-Quand vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, même improbable...

32-Aime et fais ce...

33-Légère et court-vêtue, elle allait à grands pas,

      Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

     Cotillon simple...

34-Booz ne savait pas qu'une femme était là ;

      Et Ruth ne savait pas ce que Dieu voulait d'elle.

      Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles ;

      Les souffles de la nuit...

35-Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,

      Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.

      Meuse adieu : j'ai déjà commencé ma partance

      En des pays nouveaux...

36-Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

      Ou comme cestuy-là qui conquit la toison

      Et puis est retourné plein d'usage et raison

      Vivre entre ses parents...

37-Qu'un ami véritable est une douce chose !

      Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;

      Il vous épargne la pudeur de les découvrir vous-même ;

      Un son, un rien, tout lui fait peur

      Quand il s'agit de...

38-Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,

      Chagrin d'amour...

39-On est laid à Nanterre,

      C'est la faute à Voltaire,

      Et bête à Palaiseau,

      C'est...

40-Je me presse de rire de tout de peur d'être obligé...

41-Ne vous mettez pas en souci du lendemain, car le lendemain aura souci de lui-même ; à chaque jour...

42-Le journalisme mène à tout à condition...

43-Selon que vous serez puissants ou misérables,

      Les jugements de cour vous rendront...

44-Je vis de bonne soupe et non de...

45-Entre deux mots, il faut choisir le moindre. Paul Valéry.

46-A noir, E blanc, I rouge, U vert,...

47-Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir...

48-La fille de Minos...

49-Soldats ! Droit au...

50-Tirez le rideau, la farce...

51-Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre...

52-J'aime les nuages... Les nuages qui passent... là-bas... là-bas...

53-Honni soit qui...

54-Que l'importance soit dans ton regard, non dans...

55-Ne remettez-pas au lendemain ce que...

56-La plus perdue de toutes les journées est celle où...

57-Il faut rire avant d'être heureux de peur de mourir...

58-Poète prends ton luth, et...

59-Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire,

      J'ai vu tous les soleils y venir se mirer,

      S'y jeter à mourir tous les désespérés,

      Tes yeux sont si profonds que...

60-Mon enfant, ma soeur,

      Songe à la douceur

       D'aller là-bas vivre ensemble !

      Aimer à loisir,

      Aimer et mourir

      Au pays qui te ressemble !

    Les soleils mouillés

      De ces ciels brouillés

      Pour mon esprit ont des charmes

      Si mystérieux

      De tes traîtres yeux,

      Brillant à travers leurs larmes. 

 

      Là, tout n'est qu'ordre et beauté,

      Calme...

 

Avant de regarder les citations complètes,

faites le QUIZ ci-dessus.

Retour au début de l'article

 

Voici les citations complétées :

 

1-Ce toit tranquille où marchent les colombes,

      Entre les pins palpite, entre les tombes ;

      Midi le juste y compose de feux

      La mer, la mer, toujours recommencée.

Paul Valéry, Le Cimetière marin.

2-Sur mes cahiers d'écolier

      Sur mon pupitre et les arbres

      Sur le sable et sur la neige

      J'écris ton nom.

Paul Eluard, Liberté.

3-Les maux ne savent seuls venir ;

      Tout ce qui pouvait m'advenir

      Est advenu.

      Que sont les amis devenus,

      Que j'avais de si près tenus

      Et tant aimés ?

      Je crois qu'ils sont trop clairsemés :

      Ils ne furent pas bien semés, 

      Point n'ont levé.

Rutebeuf, La complainte.

 4-Le temps a laissié son manteau

      De vent de froidure et de pluye,

      Et s'est vestu de broderye,

      De soleil raiant cler et beau.

Charles d'Orléans, Rondel.

5-Dictes moy, n'en quel pays,

      Est Flora, la Belle Romaine,

      Archipiades, ne Thaïs,

      Qui fut sa cousine germaine.

      Echo partant quand bruyt on maine

      Dessus rivière ou sus estan,

      Qui beauté ot trop plus qu'humaine,

      Mais où sont les neiges d'antan?

François Villon, Ballade des Dames du temps jadis.

6-Pour tout homme le premier pays est sa patrie, et le second, c'est la France.

Thomas Jefferson

7-La guerre ! C'est une chose trop grave pour la confier à des militaires. Georges Clémenceau

8-L'habitude est une seconde nature.

Augustin d'Hippone > Saint-Augustin, Contre Julien.

9-Hâte-toi lentement !

Auguste, cité par Suétone, Vies des douze César.

10-L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais c'est un roseau pensant. Blaise Pascal.

11-Borné dans sa nature, infini dans ses voeux,

      L'homme est un dieu tombé, qui se souvient des cieux.

Lamartine, Premières Méditations poétiques.

12-L'humanité marche à reculons vers l'avenir, les yeux tournés vers le passé.

Gugliemo Ferrero

13-Ah ! Qu'il est doux de ne rien faire

      Quand tout s'agite autour de nous.

Barbier et Carre, Galatée.

14-Savoir par coeur n'est pas savoir.

Michel de Montaigne, Essais.

15-Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.

Pascal, Pensées.

16-Vos femmes sont pour vous une terre labourée ; allez comme vous voudrez à votre labourage.

Mahomet, Le Coran.

17-Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain ;

      Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Ronsard, Sonnets pour Hélène, À Hélène.

18-Mais si l'on veut les séparer

      Le coudrier meurt promptement,

      Le chèvrefeuille mêmement,

      Belle amie, ainsi est de nous :

      Ni vous sans moi, ni moi sans vous.

Marie de France, Lai du Chèvrefeuille. (Il s'agit de Tristan et d'Iseut)

19-On n'est jamais si bien servi que par soi-même.  

Charles-Guillaume Étienne, Brueis et Palaprat.

20-Quand les bougies sont éteintes, toutes les femmes sont jolies.

Plutarque, Préceptes conjugaux.

21-Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée.

Descartes, Discours de la méthode.

22-Où il y a de la vie, il y a de l'espoir.

Miguel de Cervantes, Don Quichotte.

23-Le style est l'homme même.

Georges-Louis Leclerc de Buffon, Discours sur le style.

24-L'homme est la mesure de toute chose.

Protagoras d'Abdère

25-Tous pour un. Un pour tous.

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires.

26-Vanités des vanités, tout est vanité.

Ancien Testament, L'Ecclésiaste.

27-Sur les ailes du Temps, la tristesse s'envole.

La Fontaine, La Jeune Veuve.

28-Travailler, c'est prier.

Devise des moines bénédictins

29-Arbeit macht frei.

Lu à l'entrée des camps de concentration.

30-La vérité, l'âpre vérité.

Danton

31-Quand vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, même improbable, doit être la vérité.

Sir Arthur Conan Doyle, Le Signe Des Quatre.

32-Aime et fais ce que tu veux.

Augustin d'Hippone > Saint-Augustin

33-Légère et court-vêtue, elle allait à grands pas,

      Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

      Cotillon simple et souliers plats.

La Fontaine, La Laitière et le Pot au lait.

34-Booz ne savait pas qu'une femme était là ;

      Et Ruth ne savait pas ce que Dieu voulait d'elle.

      Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles ;

      Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

Victor Hugo, Booz endormi.

35-Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,

     Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.

      Meuse adieu : j'ai déjà commencé ma partance

      En des pays nouveaux où tu ne coules pas.

Charles Péguy, Adieux à la Meuse. (Jeanne d'Arc quitte son village.)

36-Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

      Ou comme cestuy-là qui conquit la toison

      Et puis est retourné plein d'usage et raison

      Vivre entre ses parents le reste de son âge.

Joachim Du Bellay, Sonnet.

37-Qu'un ami véritable est une douce chose !

      Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;

      Il vous épargne la pudeur de les découvrir vous-même ;

      Un son, un rien, tout lui fait peur

     Quand il s'agit de ce qu'il aime.

La Fontaine, Les Deux Amis.

38-Plaisir d'amour ne dure qu'un moment,

      Chagrin d'amour dure toute la vie.

Florian et Martini.

39-On est laid à Nanterre,

      C'est la faute à Voltaire,

      Et bête à Palaiseau, 

      C'est la faute à Rousseau.

Victor Hugo, Les Misérables, La Chanson de Gavroche.

40-Je me presse de rire de tout de peur d'être obligé d'en pleurer.

Beaumarchais, Le Barbier de Séville.

41-Ne vous mettez pas en souci du lendemain, car le lendemain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine.

Nouveau Testament, Matthieu, VI, 34.

42-Le journalisme mène à tout à condition d'en sortir.

Attribué à Jules Janin

43-Selon que vous serez puissants ou misérables,

      Les jugements de cour vous rendront blancs ou noirs.

La Fontaine, Les animaux malades de la peste.

44-Je vis de bonne soupe et non de beau langage. Molière, Les Femmes savantes.

45-Entre deux mots, il faut choisir le moindre.

Paul Valéry

46-A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles.

Arthur Rimbaud, Poésies, Voyelles.

47-Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïta l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.

Nouveau Testament, Matthieu VI, 24.

48-La fille de Minos et de Pasiphæ.

Jean Racine, Phèdre.

49-Soldats ! Droit au coeur !

Maréchal Ney commandant son peloton d'exécution.

50-Tirez le rideau, la farce est jouée.

Rabelais, dernier mot avant sa mort.

51-Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé.

Blaise Pascal, Pensées.

52-J'aime les nuages... Les nuages qui passent... là-bas... là-bas...Les merveilleux nuages.

Baudelaire, le Spleen de Paris.

53-Honni soit qui mal y pense !

Edouard III (devise de la Jarretière)

54-Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée.

Gide, Les Nourritures Terrestres.

55-Ne remettez-pas au lendemain ce que vous pouvez faire le jour même.

Benjamin Franklin, Maximes du pauvre Richard.

56-La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort, Maximes et Pensées.

57-Il faut rire avant d'être heureux de peur de mourir sans avoir ri.

Jean de La Bruyère, Les Caractères.

58-Poète prends ton luth, et me donne un baiser.

Alfred de Musset, La Nuit De Mai.

59-Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire,

      J'ai vu tous les soleils y venir se mirer,

      S'y jeter à mourir tous les désespérés,

      Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire.

Louis Aragon, Les yeux d'Elsa.

60-Mon enfant, ma soeur,

      Songe à la douceur

      D'aller là-bas vivre ensemble !

      Aimer à loisir,

      Aimer et mourir

      Au pays qui te ressemble ! 

     Les soleils mouillés

      De ces ciels brouillés 

      Pour mon esprit ont des charmes

      Si mystérieux

      De tes traîtres yeux,

      Brillant à travers leurs larmes.

 

      Là, tout n'est qu'ordre et beauté,

      Calme luxe et volupté.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Invitation au Voyage.

   

Cher lecteur, j'espère que vous avez pris beaucoup de plaisir à lire ou à relire quelques-uns de nos grands auteurs.

 

LES QUIZ

LES DÉLIRES

ACCUEIL

QUIZ N°5 Complétez les citations 1re série

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog