Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 17:07

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Lorsque je relevai la tête, Alcmène, qui n'en croyait pas ses oreilles, me prit pour une folle à entendre mon jargon canin dont elle ne comprit pas un traître mot. Elle poussa un hurlement retentissant qui résonna à faire se fissurer quelques briques disjointes.

 

Un monsieur, l'air courroucé, apparut, et demanda après son épouse. Mon interlocutrice interloquée, car c'était elle, s'était effondrée et, pantelante, prononçait présentement des paroles incompréhensibles.

Il m'interrogea cavalièrement. Mais je n'eus pas le temps de répondre. La jeune Alcmène avait repris ses esprits et marmottait : « Ce n'est rien, ce n'est rien. Amphi, ne t'occupe pas de moi. »

 

Quelques clients épars avaient regardé la scène sans sourciller, car il n'est pas de bon ton de s'étonner. Et cet incident serait passé inaperçu si je ne m'étais émue du drame que vivait cette chère Alcmène qui semblait se faire beaucoup de souci pour moi.

Je venais d'apprendre, de la gueule même de Prétatou, qu'on n'enfreignait pas les règles impunément à Utopinambourg, et que le moindre manquement était passible de la sentence ultime.

 

«  Mais dans quel monde me suis-je fourvoyée ? pensai-je.  

Mais dans quel monde t'es-tu fourvoyée ! s'exclama Prétatou en écho. »

 

Je ne sus dire comment je me trouvais là, dans cette contrée inhospitalière et par quel moyen j'avais franchi, ce que d'aucuns appelaient La Frontière.

J'attendrais le moment propice où je pourrais interroger Alcmène qui m'éclairerait quand elle aurait recouvré son assiette.

 

Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié.* 

........................... 

*Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié.

Anatole France, prosateur magnifique, qu'on aurait presque oublié et qui mérite tellement qu'on évoque sa pensée !

 

NOTES

Elle me prit pour une folle à entendre mon jargon canin.

Jargon, langage propre à un groupe - langage difficile à comprendre - langage sibyllin, abscons, abstrus, amphigourique...

charabia, baragouin, galimatias. 

le jargon des médecins, des mathématiciens, des spécialistes de toutes sortes.

Voir l'article : Champ lexical - Champ sémantique - Niveau de langue - Registre de langue - style soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire - Archaïsmes

 

Un monsieur, l'air courroucé, demanda après son épouse.

l'air courroucé, l'air en colère.

le courroux, littéraire pour la colère.

Demander après quelqu'un, rechercher la présence de quelqu'un ou désirer voir quelqu'un pour un entretien.

 

Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle ?

Les règles sont difficiles parfois sujettes à discussion.

On met la majuscule quand on s'adresse à quelqu'un et que l'on veut marquer une certaine déférence.

Merci, Monsieur Jacques.

Dans les autres cas, on ne met pas la majuscule.

J'ai envoyé mes hommages à madame Hiou.

Quand on s'adresse à une personne par écrit, on met la majuscule.Madame, Mademoiselle, Monsieur.

Quand on rapporte des paroles, on écrit la minuscule encore que l'on trouve souvent la majuscule si l'on marque une déférence et si le mot n'est pas suivi d'un nom propre.

Cher Monsieur, si vous voulez honorer votre correspondant. 

Cher monsieur est plus neutre.

Quand on parle de quelqu'un on peut dire. J'ai parlé à madame Pinsec ce matin ou bien, j'ai rencontré Mademoiselle Husson,au choix.

Il est d'usage courant d'abréger en M. Mme, Mlle MM. Mmes, Mlles devant le nom.

Mais dans un texte de bonne facture, on n'abrège pas monsieur, madame, mademoiselle.

Quand il constitue un titre, on met la majuscule : Monsieur le Président, Madame Mère, Monsieur le Comte.

On emploie la minuscule dans une circulaire, une lettre etc.

Veuillez agréer, monsieur, mes sincères salutations.

Mais il est de plus en plus courant de mettre la majuscule dans ces cas-là. Histoire de se montrer déférent.

Avec un nom commun, une minuscule. C'est un grand monsieur, un petit monsieur, un vilain monsieur, un gentil monsieur !

Un monsieur apparut...

Quand on s'adresse à la troisième personne à son interlocuteur, les avis sont partagés.

Soit

J'ai l'honneur de souhaiter un bon voyage à Monsieur. 

 soit

à monsieur

Pour en savoir +

Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc.? Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

...........................

Amphi diminutif d'Amphitryon

Dans cette histoire, c'est le mari d'Alcmène.  

Un amphitryon, nom commun. Hôte chez qui l'on est invité à manger.

 aussi je pris très tranquillement place à la droite de mon amphitryon, et, doué d'un excellent appétit, je fis honneur à toute cette bonne chère. — Edgar Poe, traduction de Charles Baudelaire.

Ne pas confondre les homophones : (adjectif) cher, (adverbe) cher, (substantifs) la chère, la chair, la chaire, la cheire.

 

Amphitryon et Alcmène, personnages mythologiques.

On sait que le divin Zeus, voulant séduire Alcmène, l'innocente mortelle, profite de l'absence du roi Amphitryon, le mari. Facile, puisqu'il a pris l'apparence du bien-aimé ! Pour la petite histoire, Hélios, le dieu du Soleil ne se lèvera pas pendant trois jours pour laisser le temps à leurs ébats. De leur union naîtra le demi-dieu Héraklès (l'Hercule romain).

Voir les œuvres d'Homère, Plaute, Molière, Giraudoux.

 

Alcmène marmottait

marmonnait

Verbes en OTER, OTTER

Voir sur Mots et sons : études grapho-phonétiques

> https://sites.google.com/site/motsetsons/verbes-en--otter

Il existe (ou existait) 28 verbes en -otter.

La réforme de 1990 par souci de cohérence avec les 90 verbes en -oter préconise de supprimer un t... sauf pour les verbes qui sont de la famille d'un mot en -otte.- (Ajoutons cette incohérence : un fayot (= celui qui fait du zèle pour se faire bien voir), une fayotte [Petit Larousse illustré] et le verbe fayoter.)

elle semblait se faire beaucoup de souci pour moi

Un souci, PAS DE S au singulier, des soucis.

 

ce que d'aucuns appelaient La Frontière.

d'aucuns, certains.

Voir : aucun, aucuns, aucune, aucunes, d'aucuns

   

J'attendrais le moment propice où je pourrais interroger Alcmène qui m'éclairerait quand elle aurait recouvré son assiette. 

J'attendrais... je pourrais interroger... qui m'éclairerait... futur du passé

... quand elle aurait recouvré son assiette. futur antérieur du passé

Les verbes de cette phrase ne sont pas au conditionnel, il n'y a pas de condition.

Si le récit était au présent, Oli penserait : "J'attendrai... où je pourrai... qui m'éclairera... quand elle aura recouvré...

Les verbes sont alors conjugués au futur et au futur antérieur.

Voir l'article : Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? Le futur (antérieur) du passé - Le futur (antérieur) hypothétique - Exercice d'application

quand elle aurait recouvré son assiette. Pas recouvrir, ni retrouver !

Recouvrer. Voir l'article : Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

son assiette, son état normal

ne pas être dans son assiette, ne pas être dans son état normal.

 

<< 58 Délires sur une punition pour le moins sévère + À propos du nom des lettres

>> 60 Délires salvateurs - Celui qui sauve une vie sauve le monde entier

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog