Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 18:01

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Et l'intermède cessa, faute de contestataires*.

Avant de s'en aller, le sergent prévaricateur jeta un regard circulaire pour s'assurer qu'aucun regard désapprobateur n'était dirigé sur lui.

Il savoura l'instant.

Tous s'efforçaient d'affecter un air indifférent comme si rien ne s'était passé. Ils n'en pensaient pas moins.

Je ressentis dans l'air des transmissions télépathiques ondulatoires nées d'une frustration commune intenable. La vibration émise était néfaste et électrisait mes chakras. L'atmosphère était empuantie tant on transpirait.

Les fonctionnaires de l'état se dirigèrent lentement vers la sortie, non sans oublier de rebrancher les caméras qui n'avaient pas transmis leurs agissements coupables. À peine s'était-on aperçu qu'ils les avaient aveuglées tantôt, si forte avait été la surprise occasionnée par leur arrivée intempestive.

Ils disparurent enfin.

L'air vicié gonfla les poitrines qui avaient trop longtemps retenu leur souffle. L'appétit était coupé.

Alcmène continua de sangloter quelques instants en prenant soin de ne pas gâter de ses larmes les plats qu'elle servait, puis elle se calma.

L'incident était clos. 

........................................................................... 

*"Et le combat cessa, faute de combattants", le Cid, Corneille.

 

NOTES

le sergent prévaricateur jeta un regard circulaire

prévaricateur, corrompu, se dit par exemple d'un fonctionnaire coupable d'un grave manquement dans sa fonction.

 

la vibration émise électrisait mes chakras

Chakra (du sanskrit) canal d'énergie du corps humain.

 

ils les avaient aveuglées tantôt [les caméras]

♦ aveuglées, rendues aveugles.

aveuglées, participe passé employé avec avoir, s'accorde avec  le complément d'objet direct les placé avant lui, qui remplace caméras. 

♦ tantôt (vieilli) ici dans un passé récent, c'est-à-dire, quand les policiers sont arrivés.

Tantôt peut être employé aussi pour un futur proche (bientôt).

 

L'incident était clos

clore et clôturer 

clore, vieux, ou littéraire le plus souvent. Mettre un terme, boucher, fermer.

L'incident est clos. La séance est close.

Verbe défectif, l'imparfait de l'indicatif et le passé simple n'existent pas, ni l'imparfait du subjonctif.

INDICATIF Prés. Je clos, tu clos, il clôt, ils closent, pas de nous/vous.

Futur, je clorai etc.

SUBJONCTIF présent. Que je close etc

CONDITIONNEL présent. Je clorais

PARTICIPES passé clos, présent, closant. 

Clôturer, fermer, enclore.  

clôturer un compte, clôturer un champ, enclore un terrain.

Un clos, un enclos, une clôture.

Et déclore

Ne pensez-vous pas aussitôt à l'Ode à Cassandre de Pierre de Ronsard ?

 

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait déclose

Sa robe de pourpre au Soleil

A point perdu cette vêprée,

Les plis de sa robe pourprée,

Et son teint au vôtre pareil.

 

Las ! voyez comme en peu d'espace,

Mignonne, elle a dessus la place

Las ! las ses beautés laissé choir !

Ô vraiment marâtre Nature,

Puisqu'une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir !

 

Cueillez, cueillez votre jeunesse :

Comme à cette fleur la vieillesse

Fera ternir votre beauté.

 

(dans le texte de Ronsard, desclose, vesprée, vostre, beautez, cheoir, vrayment, marastre, puis que)

Déclore ne s'emploie qu'à l'infinitif et au participe passé déclos, déclose.

Déclore un terrain, un champ, en enlever la clôture.

Et aussi dans le sens désuet que nous venons de rencontrer chez Ronsard : ouvrir.

Voir l'article :

> Les verbes défectifs. Pour peu qu'il vous en chaille !

> Confusions : Débattre (de, sur ?) se rappeler (de ?) clore ou clôturer, qu'est-ce qui lui (le ?) prend ? Aller (au, chez) quid (de, sur ?) battre froid (à ?) contredire (à ?) c'est, ce sont...

 

<< 64 Délires qui n'admettent aucune échappatoire

>> 66 Délires après le choc

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog