Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 18:39

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Un Romain à la toge immaculée et en caliges cloutées brandit la main pour me saluer. Tout juste si je n'étais pas troublée, à voir son allure altière. L'accompagnait une vénus (Vénus) callipyge  dont le péplos dorien se balançait, suggestif, à chaque pas. Elle me fit des gracieusetés.

Sa jumelle, en stola aux longues manches sur sa tunica intima qui se laissait deviner, se tenait un peu en arrière et lançait des œillades à un Grec en chlamyde légère dont l'ample étoffe était retenue par une précieuse fibule en oméga.

Un autre qui lui ressemblait comme un frère* était drapé d'un palladium hellène, un himation dont la longue bande de tissu reposait cérémonieusement sur le bras gauche.

Plus loin, un Berbère en gandoura devisait aimablement avec un Touareg dont le chèche indigo, trônant en pièce montée sur le chef, devait bien faire au moins huit mètres de long, mais semblait n'avoir aucun poids, tant la nuque était musclée et se mouvait avec grâce. Une majesté royale pour un homme au sang bleu.

Un Bédouin s'efforçait de rétablir son keffieh (kéfié) de guingois pour que l'emblème palestinien ne perdît pas de sa grandeur.

Un groupe d'hommes et de femmes en djellabas discutaient bruyamment de choses inédites qu'un Coréen en dobok n'approuvait pas, à voir sa mine déconfite. Il faisait des gestes cabalistiques à un Mexicain dont le regard torride lançait des éclairs de dessous son grand sombrero.

Je ne vous parlerai pas du boxeur birman, le sarong noué en triangle autour de la taille, que personne ne menaça jamais, tant la couleur de son grade impressionnait.

Tout ce monde bariolé s'affairait.

Je les avais servis. Ils m'avaient poliment remerciée, et il me restait de leurs couleurs plein la tête.

 

Lorsque je fus près de m'endormir enfin, je sursautai, je tombai dans un puits sans fond. C'est alors que surgit, devant mes yeux égarés, un Maasaï (Masaï) en shuka, le visage peint d'ocre et la bouche écarlate d'où s'écoulait quelques gouttes du sang d'une vache vampirisée.

Je frissonnais, mais ce n'était qu'un songe. J'avais sombré.

.................................................

*Un autre, qui lui ressemblait comme un frère... 

Il me vient en mémoire La Nuit de Décembre d'Alfred de Musset

 

Du temps que j'étais écolier,

Je restais un soir à veiller

Dans notre salle solitaire.

Devant ma table vint s'asseoir

Un pauvre enfant vêtu de noir

Qui me ressemblait comme un frère.

NOTES

Titre, Délires morphiques

Morphique, voir la note du texte précédent sur Morphée et Somnus

On tire la morphine des sels morphiques.

Morphinisme, morphinique, le morphinisme n'a rien à envier à l'alcoolisme.

Des médicaments morphiniques, antidouleur. 

 

des caliges (féminin) des sandales des soldats romains.

 

Le salut romain : la main levée.

Morituri te salutant ! Ceux qui vont mourir te saluent. Salut des gladiateurs à César dans l'arène, avant le combat.

 

une vénus callipyge  

qui a de belles fesses ou qui a de grosses fesses

La Vénus Callipyge, statue au musée archéologique national de Naples.

Type de statue grecque qui représente Aphrodite (Vénus) soulevant son péplos pour regarder ses fesses par dessus son épaule.

Jean de La Fontaine tira un conte de l'histoire des deux soeurs qui voulaient savoir laquelle des deux avait les plus belles fesses, et George Brassens mit Vénus aux-belles-fesses en chanson.

 

Le péplos, la tunique de la femme romaine.

Dorien, le style de la tunique.

 

Elle me fit des gracieusetés

Gracieusetés, marques d'une politesse charmante, d'une civilité affectueuse.

Gracieux du latin gracios, bon, bienveillant (Sa Gracieuse Majesté) - souriant

adverbe gracieusement

gracioso, en musique

Grâce, du latin gratia, aide de Dieu – gracier, rendre grâce, faire grâce à un condamné.

De tous ces mots, seul grâce a l'accent circonflexe.

> L'accent circonflexe – Mettons-le seulement là où il faut - cru, crû, idolâtre, psychiatre, écolâtre, gaîment, absolument, ambigument, fantomatique, tempétueux... + Quiz 58

 

La stola vêtement féminin des Romaines qui se porte sur la tunica intima.

 

La tunica intima, les dessous chics de l'époque.

 

La chlamyde grecque manteau d'une seule pièce.

 

Une fibule en oméga, agrafe qui sert à fixer les extrémités du vêtement.

 

Le palladium nom latin du vêtement grec, ou l'himation, drapé autour du corps, le costume national.

 

La gandoura, tunique berbère

 

le chèche indigo, trônant en pièce montée sur le chef 

Un chèche de Touareg, turban de 4 à 8 mètres.

sur le chef, sur la tête.

 

Les hommes au sang bleu

Cette expression vient de la couleur indigo de leur chèche, de leurs vêtements.

 

Les Bédouins (Irak, Jordanie, Syrie) portent le keffieh (ou kéfié) qui est devenu l'emblème des Palestiniens, à l'origine, c'était un couvre-chef paysan.

 

djellaba ou jilbab, longue robe, vêtement arabo-musulman pour les hommes et les femmes.

 

Le dobok coréen (vêtement de la Voie) blanc à ceinture noire, vêtement pour l'entraînement du corps.

 

Des gestes cabalistiques, mystérieux.

 

Le longyi ou sarong birman est noué en triangle autour de la taille, il sert de serviette, de ceinture, de couvre-chef. En occident il se porte sur le short. Sa couleur est spécifique de la boxe birmane et marque le grade.

 

Lorsque je fus près de m'endormir enfin

Près de, prêt à -

Ne pas confondre : sortir, assortir, ressortir intrans. ou trans. indirect- quelquefois, quelques fois – davantage, d'avantage – bientôt, bien tôt – sitôt, si tôt - près de, prêt à

 

Le Maasaï ou Masaï appartient à une ethnie du Kénya. Les Masaïs se nourrissaient principalement de viande et boivent le sang des vaches en faisant une incision dans leur cuir.

Aujourd'hui les Masaï se sédentarisent. La sécheresse ne permet plus aux troupeaux d'avoir assez d'herbe pour se nourrir.

 

MAJUSCULE OU MINUSCULE ?

Un boxeur birman, un Mexicain, un dobok coréen, un Romain, le keffieh d'un Bédouin irakien, syrien ou jordanien.

Les noms des habitants d'un pays, d'une région, d'une ville prennent une majuscule, les adjectifs, une minuscule. En anglais, on a des majuscules dans tous les cas.

 

Je tombai dans un puits sans fond.

Quand on s'endort, cette sensation vient de la perte du tonus musculaire.

Un puits >

Les noms au singulier finissant par -S (ds, ts, cs, ps, rs, ns, ls, etc.)

 

<< 67 Délires qui surgissent inopinément au terme d'une journée d'enfer + Nos trois cerveaux

>> 69 Délires dans un drôle de pays de cocagne

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog