Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 15:40

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

« Tu sembles n'avoir aucune idée sur notre gouvernement, commença mon Alcmène encore tout émotionnée. »

J'étais touchée qu'elle eût abandonné le voussoiement, ce qui me donna à penser qu'elle voulait que nous fussions proches. Proches jusqu'à quel point ?

« Ne m'as-tu pas déjà dit que j'étais tombée de la dernière averse ? lui répondis-je en souriant. 

Écoute, m'assura-t-elle avec le plus grand sérieux. Sache, qu'à notre tête, une matriarche a tous les pouvoirs. » 

 

Je ne m'en étonnai nullement. Pourquoi cela m'eût-il semblé étrange ?  

Alcmène suspendait ses phrases comme si j'eusse dû réagir à chacune d'elles.  

« Elle a pour nom Marisa-Loup de Saint-Ange, continua-t-elle. Ne m'as-tu pas laissée entendre que tu l'avais vue chez Marie Cratère ?

  J'éclatai de rire.

Marisa-Loup ! Une matriarche ? Le mot est plaisant ! Est-ce un titre ou un sobriquet ? »


Prétatou me rappela à l'ordre et me fit comprendre, par le truchement d'un aboiement qui n'admettait pas de réplique, que la raillerie était hors de saison. L'heure était grave.

 

« Comment dois-je prendre tes propos ? m'invectiva mon interlocutrice qui sembla soudain d'une susceptibilité exacerbée. Puis-je continuer à te parler sans entendre tes sarcasmes ? As-tu décidé de m'interrompre à chaque fois que quelque chose te semble bizarre ? Dans ces conditions, nous ne pourrons pas nous entendre et tu ne sauras rien ! J'avais cru que tu étais impatiente de savoir ce que j'avais à te dire. Je me suis trompée. Restons-en là ! 

Pardonne-moi Alcmène. Je t'en prie. Je suis prête à apprendre la grille de lecture de ce monde qui m'est encore inconnu, et à m'appliquer à le déchiffrer sous ta dictée. Je n'ai pas voulu me moquer, je te le jure. Je te promets qu'à l'avenir je t'écouterai avec tout le sérieux que tu exiges. Mais comprends-moi. Marisa-Loup ne peut être à mes yeux une matriarche. Elle a tout juste trente ans ! 

C'est ce que tu crois. Il faut, dès à présent, que ta grille de lecture comporte un logiciel lié aux âges.»

 

C'est alors qu'il me revint en mémoire les propos étranges de Marie Cratère auxquels je n'avais accordé aucun crédit. Ne m'avait-elle pas dit qu'elle avait, jadis, fréquenté Paracelse ?

..............................................................................

 

 NOTES

Titre : Délires à décrypter

Décrypter, décoder, déchiffrer.

 

mon Alcmène tout émotionnée

 ♦ L'adverbe tout n'est pas toujours invariable.

> Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif 

♦ Émotionner et Émouvoir, voir la note du texte 21

 

J'étais touchée qu'elle eût abandonné le voussoiement, ce qui me donna à penser qu'elle voulait que nous fussions proches.

eût abandonné, subjonctif plus-que-parfait 

Le voussoiement, le vouvoiement.

Voussoyer, vouvoyer.

Voir la conjugaison des verbes en YER, texte 5
♦ que nous fussions poches, subjonctif imparfait

> Valeurs et emplois du subjonctif 

 

Ne m'as-tu pas déjà dit que j'étais tombée de la dernière averse

allusion à la réflexion d'Alcmène, voir le texte 57

"On pourra se goberger... se goinfrer... et partir sans payer quand les poules auront des dents°, hoqueta-t-elle. Êtes-vous donc tombée de la dernière averse°, ou bien voulez-vous mourir à tout prix ? "

 

Matriarche, patriarche, personne à la tête d'un groupe.

Cela implique que la matriache ait un certain âge.


pourquoi cela m'eût-il semblé étrange ? 

subjonctif plus-que parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme)
pourquoi cela m'aurait-il semblé étrange ? (1re forme)


comme si j'eusse dû réagir

♦  Comme si

♦  Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

et QUIZ 65 - Texte à trous "Du coeur et de l'ardeur d'apprendre"

 

Un sobriquet, surnom familier, pas toujours apprécié par la personne ainsi nommée qui pense qu'on se moque d'elle.

 

une susceptibilité exacerbée, mots commençant par EX, EXH, voir la note du texte 9

 

Un truchement, un interprète, un porte-parole, un intermédiaire qui traduit des pensées et des sentiments.

 

C'est hors de saison, c'est déplacé.

 

les propos étranges de Marie Cratère auxquels je n'avais accordé aucun crédit.

accorder du crédit à quelqu'un ou à quelque chose, le croire.

le participe passé accordé ne s'accorde pas, pas de complément d'objet direct placé avant lui

Voir L'accord des participes passés - QUIZ 26

 

Paracelce, médecin alchimiste de la Renaissance, voir la note du texte 16

 

<< 72 Délires qui mettent la patience à rude épreuve + 000 Délires qui soulèvent un coin du voile - Une parenthèse autobiographique sur laquelle vous pouvez faire l'impasse

 >> 74 Délires kafkaïens* - QUIZ 15 Trouvez les hommes et les femmes célèbres dont le nom commence par PA

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Clément 17/05/2015 11:23

A propos de vouvoiement, je vous propose ce texte de Marc Escayrol. Bonne lecture!

RENCONTRE


- Nous nous tutoyons ou nous nous vouvoyons?
- Tutoyons-nous; vous vouvoyez souvent?
- Je tutoie comme je vouvoie
- Moi, je me tue à tutoyer, mais tout me voue à vouvoyer
- Vous nous voyez nous vouvoyer?
- Nous voirons; je veux dire, nous verrons
- Tout à fait, toutefois tout nous fait nous tutoyer; d'ailleurs, qui vous vouvoie?
- Mes parents, mais je ne les vois jamais.
- Ainsi, vos vieux vous vouvoient sans vous voir
- Et toi, qui te tutoie?
- Mon oncle, mais seulement chez moi
- Donc, ton tonton te tutoie sous ton toit
- Oui, mais mon neveu ne veut nous vouvoyer
- Et que faites-vous des dames?
- Tutoyons les veuves et vouvoyons les tantes
- Mais ma tante est veuve; elle vouvoie son toutou et tutoie sa voiture
- Vous n'aurez qu'à louvoyer, tantôt la tutoyer, tantôt la vouvoyer
- Et les nouveaux venus, les vouvoierons-nous?
- Je veux voir les nouveaux venus nous vouvoyer. Les nouveaux non vouvoyants se verront renvoyés comme des voyous
- Et les non voyants?
- Les non voyants vouvoieront!
- Même au nouvel an? J'aimerais vous y voir, sous leur nombre les non vouvoyants vont vous noyer
- Au nouvel an, votre dévoué n'envoie de voeux qu'aux vouvoyants non dévoyés.
- Vous vous fourvoyez!
- Je ne me fourvoie pas, monsieur, mais je me fous de vous revoir!
- Alors, allez vous faire voir!

mamiehiou.over-blog.com 17/05/2015 11:45

Je me suis bien amusée à la lecture de ce texte calembouresque.
Merci !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog