Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 10:32

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

La matriarche susnommée avait décrété moultes ordonnances, et Alcmène était prête à m'en donner tous les détails qui régissaient la cité. Elle fit appel à ma prudence.

« Ton ignorance, me dit-elle, est le pire de tous les maux. Et si tu veux préserver ta vie, il te faudra apprendre par le menu ce qui est autorisé et ce qui est interdit ici. Rien n'est plus précieux qu'une bonne connaissance de La Règle à laquelle tu dois te soumettre. Si tu l'enfreins, tu es perdue.

Tu as vu comme il est facile de tomber dans le piège des émotions qu'on ne doit en aucun cas laisser paraître. À chacun de tes manquements, des limiers à l'affût sont prêts à fondre sur toi. Et si tu veux avoir la vie sauve, il te faut payer des pots-de-vin qui te mettent sur la paille° pendant des décennies. Tu en as été le témoin. Amphi m'a fait un cadeau dont tu ne peux à peine imaginer le prix. Il n'en était aucunement contraint. Sans sa générosité, c'en était fait de moi... Je sais ce que tu penses. Tu te demandes pourquoi je n'ai pas moi-même payé sur mes propres deniers. Sache que ma bourse s'est vidée depuis fort longtemps. Je suis à sec. J'ai tant de fois manqué à La Règle, tant de fois violé ses commandements impitoyables — et cela sans le vouloir, tu peux bien me croire — qu'à chacune de mes erreurs, il m'a fallu me dépouiller un peu plus. L'impétuosité de mon caractère indocile, mon incapacité à brider les intempestifs mouvements de mon âme, mon humeur inconstante, mon comportement d'extravertie que je ne puis juguler, voilà ce dont je devrais me défaire, Amphi m'en fait le reproche chaque jour. Et si je continue ainsi, à être déraisonnable, irréfléchie, impulsive, inconséquente, écervelée... »

 

Alcmène ne put continuer. Elle éclata en sanglots. Je ne pouvais croire qu'elle était comme elle se décrivait elle-même, Mais une chose était sûre, elle s'acheminait lentement vers le désespoir.

Je jurai de mettre tout en oeuvre pour l'aider à sortir de ce cercle infernal. Il en allait de sa vie, et de la mienne aussi.

Comme j'étais naïve ! Il eût fallu une révolution pour le moins.

Je décidai d'aller au Château.

.....................................................................

 

NOTES

La matriarche susnommée avait décrété moultes ordonnances

la matriarche : il s'agit de Marisa-Loup. Voir les épisodes précédents.

susnommé, nommé ci-dessus.

susdit, susmentionné. 

moult ordonnances ou moultes ordonnances, synonymes : beaucoup de

MOULT, adverbe moult, vieux ou plaisant

 

il te faudra apprendre par le menu

par le menu, en détails.


Sans sa générosité, c'en était fait de moi

> Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre – Sans suivi d'un singulier ou d'un pluriel ?


Si tu l'enfreins

verbe enfreindre

les verbes en DRE font à l'indicatif présent -DS -DS -D

les verbes en INDRE et SOUDRE font -S-S-T

> Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

 

des limiers à l'affût sont prêts à fondre sur toi

Un limier, un chien de chasse ou un détective, c'est selon.

Rappelez-vous les limiers que nous avons rencontrés au texte Les Délires  63  et suivants.

> L'accent circonflexe – Mettons-le seulement là où il faut - cru, crû, idolâtre, psychiatre, écolâtre, gaîment, absolument, ambigument, fantomatique, tempétueux... + Quiz 58


des pots-de-vin qui te mettent sur la paille° pendant des décennies

Je suis à sec

être sur la paille, être à sec, ne pas avoir d'argent.


mon comportement d'extravertie que je ne puis juguler

♦ Extravertie ou extrovertie, qui a une facilité à exprimer ses sentiments, qui aime les contacts avec autrui, qui est ouverte sur le monde.

Contraire, introvertie.

L'extraversion ou extroversion, l'introversion.

♦ je ne puis, je ne peux pas

> Ne pas confondre : je peux, je puis, je pus, je puisse, je pusse - puis-je, puissé-je ou puissè-je...

♦ juguler, arrêter que la chose se développe.

 

Il eût fallu une révolution

subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

il aurait fallu - conditionnel passé (1re forme)

 

<< 75 Délires sur une psyché - À propos de digressions...

>> 77 Délires qui vont m'amener à affronter l'inconnu + Les babets

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog