Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 09:56

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Les questions qu'on me posa furent sans détours. On voulait savoir mille choses que je ne connaissais pas, de mon identité, de mon âge, de mes origines. Je répondais avec ma candide sincérité : « Je ne sais pas », à chaque fois, ce qui ne parut aucunement étonner le petit homme qui continuait d'égrener (égrainer) sa litanie interrogatrice, sans le moindre énervement, sans jamais sourciller, comme si ce fût chose naturelle, que j'ignorasse tout de moi-même.

À la question à laquelle je m'attendais : « De quel mal souffrez-vous ? » j'eus l'imprudence de dévoiler le motif de ma venue et lui demandai tout de go si je pouvais rencontrer Madame Marisa-Loup de Saint-Ange. Il se leva promptement de son siège et m'enjoignis de ne pas avoir un instant la pensée d'une telle requête. Je réitérai toutefois ma demande. Son visage devint violacé et je crus qu'il était près de succomber à une attaque cérébrale. Il se laissa tomber lourdement sur son siège que j'eus peur de voir s'effondrer sous lui. Après avoir vociféré sous le coup de l'émotion, il tenta de recouvrer un calme apparent et murmura :

« Mademoiselle dont j'ignore le nom, je vous apprendrai que l'ignorance est la condition du bonheur des hommes*. Je vous supplie de ne pas insister ; si vous m'y forcez, je serai obligé d'en référer aux autorités et je ne vous décris pas ce que vous encourrez. Sachez qu'il me faudra, sur le champ, informer ma hiérarchie de votre demande. (Il se reprit.) Mais je ne le ferai pas. Je vous l'assure. Je crois, à vous voir aussi naïve, qu'on vous donnerait du fil à retordre° » — l'euphémisme m'eût fait sourire en des circonstances moins périlleuses — « néanmoins, je vous avouerai que je suis las d'envoyer dans des mains peu amènes, des jeunes filles aussi jolies que vous, et qui semblent bien innocentes. Voilà. Vous pouvez me trahir. Vous pouvez dire que je n'ai pas rempli ma charge en vous mettant en garde ; je ne nierai pas et je donnerai ma démission, illico. Je sais ce qui m'attendrait, aussi est-ce à moi de vous demander maintenant de ne parler de cet entretien à personne »

.............................................

*L’ignorance est la condition nécessaire du bonheur des hommes et il faut reconnaître que le plus souvent, ils la remplissent bien. Anatole France 

 

NOTES

sans jamais sourciller, comme si ce fût chose naturelle, que j'ignorasse tout de moi-même.

jamais, ne jamais > Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

comme si ce fût chose naturelle, subjonctif possible après si et comme si

> Si + indicatif, subjonctif ou conditionnel, quel mode choisir ?

que j'ignorasse tout de moi-même, proposition introduite par la conjonction de subordination que, sujet réel de fût. 

 

il m'enjoignit de ne pas avoir la pensée d'une telle requête

enjoindre, ordonner expressément

une requête, une demande

 

Je vous supplie de ne pas insister, si vous m'y forcez,  je serai obligé d'en référer aux autorités

Concordance des temps

SI vous m'y forcez (présent de l'indicatif), j'y serai obligé. (futur)

Si vous m'y forciez (indicatif imparfait), j'y serais obligé. (conditionnel présent)

> voir les trois articles sur la concordance des temps

La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style ou le discours direct et indirect

et suivants.

En référer aux autorités, en appeler aux autorités, leur faire un rapport.

 

je ne vous décris pas ce que vous encourrez

encourir, risquer, se mettre en danger.

se conjugue comme courir :

vous encourez, indicatif présent.

vous encourrez 2R futur.

 

il tenta de recouvrer un calme apparent

Recouvrer la vue, l'ouïe, la liberté, etc.

ne pas confondre avec retrouver ou recouvrir.

 

Donner du fil à retordre à quelqu'un°, le mettre dans l'embarras, lui causer du souci.

 

l'euphémisme m'eût fait sourire en des circonstances moins périlleuses

L'EUPHÉMISME  permet de dire de façon adoucie, une chose qui pourrait choquer si elle était décrite telle qu'elle est. 

> Oli sait qu'elle risquerait gros.

Périlleux, dangereux.

Le péril, le danger.

 

je suis las d'envoyer dans des mains peu amènes

Amène, doux, aimable. L'aménité.

 

je ne nierai pas et je donnerai ma démission illico

illico, familier - immédiatement, tout de suite.

Emplois de SUITE

On ne confond pas tout de suite, de suite, à la suite, comme suite...

Venez tout de suite. Venez immédiatement, sans délai, sans plus attendre, illico.

Je reviens de suite : familier, critiqué.

Il est venu cinq jours de suite.

Il y avait une grande queue, je me suis mise à la suite.

Écrire dans une lettre :

Comme suite à votre annonce parue le... dans...

L'expression Suite à... est critiquée.

Préférez la formule :

Comme suite à

ou mieux encore, selon les circonstances :

 

En réponse à votre lettre ...

Pour donner suite à votre commentaire sur...

Pour faire suite à votre proposition ...

En référence à l'arrêté du...

 

aussi est-ce à moi de vous demander...

inversion après aussi > L'inversion du sujet après ainsi, aussi, aussi bien, à peine, peut-être, sans doute, encore, du moins, pour le moins, tout au plus, encore moins, toujours est-il, encore, à plus forte raison.

 

<< 81 Délires céruléens, entre autres - Les Couleurs

>> 83 Délires qui torturent l'entendement 

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

 

Note : Le Quiz a été déplacé dans l'article suivant

> QUIZ 17 Des tirades fameuses à retrouver pour le plaisir

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog