Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 11:40

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

« Mais pourquoi donc voulez-vous voir notre gouvernesse ? répéta-t-il, dubitatif.

Je l'ai rencontrée chez Marie Cratère et j'ai un message très personnel à lui transmettre. »

Ce mensonge lui cloua le bec° ; mais pas pour longtemps. Marisa-Loup n'avait besoin d'aucune messagère. Elle n'avait besoin de personne, fût-ce de Mercure* lui-même.

« Et quel est le message que vous voulez lui remettre ? »

Il tenta la question, Mais sans conviction.

« Marie Cratère a fait de nouvelles découvertes, lui dis-je d'un air assuré, pour me rendre crédible à ses yeux.

Des découvertes ? Dans quel domaine ? voulut-il savoir. »

 

J'étais abasourdie. Je crus qu'il prêchait le faux pour savoir le vrai°. Était-il possible qu'il ne sût rien des manigances tramées entre les deux femmes ? Croyait-il donc que Marisa-Loup tenait ses connaissances d'un pouvoir qui lui était propre ? Allais-je lui faire découvrir le pot aux roses° par mon bavardage, alors qu'il était convaincu de détenir une autre vérité ?

Les choses sont parfois autres que les représentations que nous en avons.**

Il se gratta la tête violemment jusqu'à s'écorcher.

« Marie Cratère... Marie Cratère... répéta-t-il. J'ai ouï ce nom plusieurs fois. Pour mettre en garde toute la population. Que me parlez-vous de Marie Cratère, comme si vous l'aviez vous-même rencontrée ?

Cela vous étonnerait-il donc ?

C'est une personne, paraît-il, bien peu recommandable et qu'il faut éviter à tout prix. Personne n'oserait s'aventurer dans la forêt qu'elle habite. C'est d'ailleurs l'un des articles de la Règle. Et vous me dites que vous l'avez vue, je ne puis vous croire... Elle ne supporte pas de présence humaine... On dit que son aspect est repoussant.

Sans conteste, il l'est, assurai-je. Mais elle ne m'a pas repoussée, bien au contraire. Je suis son amie.»

Là, j'étais allée trop loin. Il se cabra.

« Vous affabulez petite fille. Oubliez tout ce que je vous ai dit jusqu'à présent. Vous n'êtes pas digne de ma confiance. Vous vous jouez de moi.»

Mais il se ravisa.

« Pourriez-vous me dire un seul détail qui me permettrait de vous croire ? »

Seul un détail qu'il connaissait serait arrivé à le convaincre. Je lui parlai de l'art que possédait Marie Cratère de cueillir des plantes médicinales et de savoir les marier expertement pour venir à bout de toutes les maladies.

À son air toujours incrédule, je voyais que j'étais loin de l'avoir convaincu tout à fait, j'aurais pu inventer tout cela, et je sentais pourtant que s'était insinuée dans son esprit une certaine perplexité concernant les dons véritables de Marisa-Loup. Se pouvait-il qu'elle n'en possédât aucun ? Et qu'elle les tînt de la vieille ? Car Marie Cratère était vieille, n'est-ce pas ?

« Elle est toute décatie, toute ridée, toute flétrie, cette pauvre Marie, et savez-vous qu'elle m'a fait une confidence : elle n'a pas d'âge.

Comme nous tous, enchaîna mon interlocuteur... comme nous tous. »

 

Je pris conscience brusquement que tous les habitants d'Utopinambourg étaient d'une jeunesse florissante et je compris alors qu'ils la devaient aux remèdes prodigieux dispensés dans ce donjon.

« Mais ces remèdes ne font qu'un temps, un temps certes bien long, marmotta mon bonhomme (qui avait perdu l'éclat d'une très bonne santé), mais un temps qui a une fin. Il ne me reste peut-être plus que trois ou quatre décennies à pouvoir vivre dans cette cité, et puis, mon tour viendra... »

 

Il se leva, et d'une façon toute paternelle m'accompagna jusqu'à la sortie de son grand bureau bleu. Il me fit mille recommandations de prudence, maintenant que je savais. Mais il ne me répondit pas lorsque je lui demandai ce qui allait advenir de lui, quand son temps serait venu. Était-ce à la mort qu'il pensait ? Ou à une autre fin plus abominable encore ?

.............................

Les choses sont parfois autres que les représentations que nous en avons.

Citation détournée : Les choses ne sont rien d'autre que les représentations que nous en avons.

Georges Berkeley, 1685-1753. Évêque, philosophe irlandais qui a défendu l'empirisme.

*Mercure, dans la mythologie romaine est le messager des dieux (il est Hermès chez les Grecs)

 

NOTES

Titre : Délires qui confinent au mystère

Confiner au mystère, arriver aux confins du mystère. en être tout proche.

 

Clouer le bec°, clore, fermer le bec à quelqu'un, ou de quelqu'un, réduire  quelqu'un au silence.

 

Prêcher le faux pour savoir le vrai°, mentir habilement pour arriver à connaître la vérité.

 

Découvrir le pot aux roses°, découvrir quelque chose que l'on veut cacher, un secret.

 

Elle n'avait besoin de personne, fût-ce de Mercure lui-même.

> Eussé-je, eussè-je, fût-ce, fussent-ils, parlé-je...

 

Fabuler, affabuler, voir la note du texte des Délires n°1

 

Le Bec dans tous ses états

Retrouvez toutes les expressions et tous les sens du mot bec dans :Le Trésor de la Langue Française à l'entrée BEC >>BEC, subst- masc

Exemples

Bec d'aigle-L'avoir dans le bec-Chelinguer du bec-Tortiller du bec- Caquet bon bec-Bec-jaune, béjaune...

Et des dizaines d'autres des plus savoureux !

 

<< 84 Délires justifiant un amollissement bien compréhensible

>> 86 Délires où le charme opère

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog