Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 16:49

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Je dus m'agenouiller pour accéder à leur hauteur.

« J'ai l'air niaise », pensai-je.

J'exécrai cela. Je m'en tins à un seul bisou chacun, sur le front. Le groin m'eût débectée*.

« Et moi alors !  » s'écria la mère.

Et, sans attendre mon refus qu'intuitivement elle pressentit, elle se jeta amoureusement sur ma personne toute paralysée de confusion, et me bécota bruyamment. C'était sans compter ses deux quintaux que je reçus en pleine poitrine comme une bombe°. Nous roulâmes, comme enchaînées l'une à l'autre, jusqu'au bord d'une rivière en crue où la chute nous eût été fatale, mais la laie avisée écarta au dernier moment ses quatre pattes, ce qui la transforma en une plate-forme**, certes pas très plate, mais suffisamment pour que la roulade s'achevât. Forcées de faire contre mauvaise fortune bon coeur°, nous devînmes de vraies amies.

 

« Il serait temps de nous présenter, proposai-je. Appelle-moi Oli, du petit nom que j'ai choisi.

Et moi Sissi, répondit impérialement la laie, et mes enfants, Souci, Sou et Ci. Quand je crie “Souci !”, Souci, Sou et Ci rappliquent ici.

Pratique, le nom-valise, acquiesçai-je. »

 

La faim nous prit soudain par surprise. Il nous fallait d'urgence trouver quelque expédient. La truie fougea le sol de son solide boutoir et dénicha ce qu'elle put, les petits sucèrent goulûment ses tétins roses et généreux, j'avalai quelques baies non vénéneuses. Nous optâmes, repus, pour un repos nécessaire, après avoir prononcé doctement ces paroles hugoliennes : « Couchons-nous sur la terre et dormons*. »

 

La truie ne dormant pas, songeait tout près de moi aux effets salutaires de sa maternelle attitude.

Ahurissant non ?

............................................................................................

* "Couchons-nous sur la terre et dormons

Caïn ne dormant pas, songeait au pied des monts." 

 Cf. La Conscience dans la Légende des Siècles de Victor Hugo.

 

NOTES

Je dus m'agenouiller pour accéder à leur hauteur

Je dus, passé simple de devoir.

Voir l'article :

Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, dût

 

J'ai l'air niaise, pensai-je. 

ou

J'ai l'air niais

Avoir l'air

1-sembler, paraître. L'adjectif qui suit s'accorde avec le sujet si c'est une chose. 

Ces objets ont l'air inanimés.

2- de même s'il s'agit d'une personne (on peut intercaler être)  

Elle a l'air (d'être) idiote.

3- Si air signifie physionomie, mine, l'adjectif s'accorde avec air.  

Elle a l'air sérieux (=son air est sérieux)

4- si air est suivi d'un complément, accord avec air.

Elle a l'air méchant d'une harpie.

> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

 

*le groin m'eût débectée (débecquetée, débequetée)

débecter, débecqueter, débequeter = dégoûter, répugner (argot)

verbe au subjonctif plus-que parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme)

le groin m'aurait débectée (1re forme)

Il m'aurait dégoûtée jusqu'à me donner envie de vomir.

le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct au féminin M' (ME élidé) placé avant lui

> Règles de l'accord des participes passés

 

J'exécrai cela

EX ou EXC, se fier au son. Exister (gz) exciter (ks)

exalter, exécrer (= détester, abhorrer, abominer) exaspérer, exaucer, excès, exciser... et leurs dérivés, exaltation, exécrable, excitant, existence, excessif...

EXH exhaler, exhausser (=surélever, augmenter), exhéréder (=déshériter), exhiber, exhorter, exhumer, exhaure, exhaustif, et leurs dérivés, exhalaison, exhausteur, exhibitionniste...

 

c'était sans compter ses deux quintaux que je reçus en pleine poitrine comme une bombe

un quintal, cent kilos.

Comme une bombe, avec une grande soudaineté, sans qu'on s'y attende.

 

**une plate-forme

ou plateforme d'après la Nouvelle orthographe, orthographe réformée (1990)

Cf. Renouveau :

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

 

La chute nous eût été fatale

conditionnel passé, elle nous aurait été fatale

 

nous devînmes de vraies amies

PASSE SIMPLE DE VENIR, TENIR et de leurs dérivés

nous vînmes, vous vîntes, nous tînmes, vous tîntes.

Nous contînmes notre joie, nous convînmes de nous taire.

> Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

 

Pratique, le nom-valise, acquiesçai-je.

acquiesçai-je : proposition incise qui indique le locuteur dans des paroles rapportées.

acquiescer (approuver) passé simple : acquiesçai-je, acquiesça-t-il

acquiescement

Un mot-valise est un mot formé de deux mots accolés, parfois tronqués, histoire de faire un jeu de mots. En un seul mot, on peut dire deux choses à la fois.

Ex. franglais, tapuscrit, alicament... ou adoléchiant, merdiateur...

Lewis Caroll, (1832-1898) auteur de Alice in Wonderland,  Alice au Pays des Merveilles a aimé faire des mots-valises.

"...there are two meanings packed up into one word " , explique-t-il.

... il y a deux sens empaquetés en un seul  mot.

Son poème The hunting of the snark, La Chasse au Snark met en scène un animal fantastique, le snark, mot valise formé de snake et et de shark, serpent et requin.

En anglais "a porte-manteau word" qui vient du français porte-manteau, anciennement une valise à deux compartiments.

> Hapax, mots-valises, mots fantômes et autres mots étranges 

 

il nous fallait trouver d'urgence quelque expédient

un expédient, un moyen de se tirer d'affaire.

Quelque, littéraire. Au singulier, un certain, un quelconque

 

après avoir prononcé doctement ces paroles hugoliennes

docte, doctement - Parler doctement, savamment, comme un livre.

hugoliennes : de Victor Hugo

 

Faire contre mauvaise fortune bon coeur

ne pas perdre courage devant les difficultés, se contenter de ce qu'on a.

 

<< 8 Délires zoologiquement inattendus - Comme un cheveu sur la soupe° 

>> 10 Délires intrinsèquemment nocturnes - « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles »

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog