Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:44

ACCUEIL

Tous les articles du blog

 

Vous êtes au collège, au lycée ou vous avez quitté l'école, peut-être depuis longtemps, et vous voulez progresser en français. Vous êtes très très motivé.

 

Et cela pour plusieurs raisons.

Vous aimez la langue française et vous voudriez en connaître les règles d'orthographe et de grammaire, en débusquer toutes les difficultés.

Vous êtes un passionné et un curieux.

Vous n'avez jusqu'à présent pas été très fort à l'école mais aujourd'hui vous avez soif de savoir.

Vous vous dites : "Moi je n'ai pas eu la chance d'avoir des parents qui parlaient très bien le français. C'était difficile d'obtenir de bonnes notes, mais si je m'y colle, si je m'y mets vraiment, je suis sûr que je suis capable de m'améliorer."

Vous vous dites aussi peut-être : "Tout est possible si tant est que je veuille faire des efforts. Après tout, d'autres sont parvenus à l'excellence et ils n'étaient pas plus intelligents que moi."

Il ne faut jamais se sous-estimer.

 

À quoi sert de connaitre mieux le français ?

Il est plus facile de s'intégrer dans tous les milieux de la société si l'on connaît le registre de langue de ceux à qui l'on s'adresse. Vous parlez d'une certaine manière avec vos copains ou dans votre famille, mais vous voudriez aussi être à l'aise dans toutes les situations (quand il faudra que vous aidiez vos enfants à faire leurs devoirs, quand vous rencontrerez un patron à un entretien d'embauche, quand vous voudrez passer un concours, etc.)

Sur ce sujet vous pourrez lire dans mon blog l'article :

Champ lexical - Champ sémantique - Niveau de langue - Registre de langue - style soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire - Archaïsmes

 

Mais voilà, vous ne savez pas comment vous y prendre pour progresser en français.

La première chose à faire, c'est de lire.

"Mais quoi ? me direz-vous."

Vous aimez les bandes dessinées ? C'est bien, mais ce n'est pas suffisant.

Allez dans des librairies dignes de ce nom, pas les grandes surfaces, ni les grands magasins de livres comme la Fnac par exemple où l'on ne saura pas vous renseigner, mais les vraies librairies avec de vrais libraires, et demandez conseil. Vous aurez peut-être la chance de trouvez un bon guide.

"Mais les livres sont chers, pensez-vous."

Avez-vous jamais poussé la porte d'une bibliothèque municipale ? Renseignez-vous, beaucoup de bibliothèques sont gratuites.

Quelqu'un sera là pour vous conseiller. C'est son métier. Dites-lui vos goûts. Il saura bien vous orienter vers des ouvrages que vous aimerez. Si vous trouvez le livre trop difficile, changez-le jusqu'à ce vous trouviez quelque chose qui vous plaise.

Lire ne doit jamais devenir une corvée.

Les grandes surfaces ne sont pas à proscrire pour autant. On ne vous dira rien, je suppose, si vous feuilletez des livres qui s'offrent à la vue dans le rayon et même si vous en lisez quelques passages. Vous pourrez repérer les auteurs de ceux qui vous plaisent et qui se trouvent peut-être dans la bibliothèque que vous fréquentez.

 

À quoi cela sert-il de lire ?

Au fil de vos lectures, vous acquerrez des mots nouveaux, des tournures que vous ne connaissez pas encore, et que vous allez faire vôtres sans que vous vous en rendiez vraiment compte. Vous découvrirez des styles divers : chaque écrivain a le sien. Vous vous imprégnerez de toutes ces choses inconnues jusqu'alors et qui affineront votre pensée.

Peut-être griffonnerez-vous sur un petit carnet quelques mots qui vous auront particulièrement plu. Et vous les retiendrez.

Peut-être irez-vous voir leur signification sur un dictionnaire que vous avez ou sur le Dictionnaire de l'Académie  ou sur le Trésor de la langue française (TFLi) sur le site du CNRS en ligne :

Lexicographie- Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Cela vous semble-t-il trop dur, trop contraignant ? Ne vous découragez surtout pas à la première difficulté. Les choses s'organiseront petit à petit dans votre tête, même si vous ne comprenez pas tout du premier coup.

Dans la vie, on n'a rien sans rien.

Mais cela, vous devez déjà le savoir.

 

Mais, me direz-vous, où et quand trouver le temps ?

Quand vous avez la chance d'avoir un livre en main, emportez-le avec vous.

Ouvrez-le pendant vos temps libres, si courts soient-ils, faites-le voir à vos copains. Pourquoi ne pas leur faire partager vos lectures ? leur faire goûter un petit passage que vous avez particulièrement aimé ? les inciter à lire, et discuter avec eux du livre que vous aurez lu ? Faites-leur voir votre enthousiasme. Organisez un petit comité de lecture.

"Vous rêvez, me dites-vous ?

—Oui, je rêve que tout le monde aime lire. C'est l'un des premiers pas vers l'évasion, vers la liberté. Et quel plaisir on peut en retirer !"

Cette intimité que l'on éprouve avec les grands auteurs quand on découvre leurs oeuvres qui ont traversé le temps, quel délice vraiment !

 

Peut-être vous faudra-t-il sacrifier quelques moments de télévision ou de jeux vidéo. Mais ce jeu-là n'en vaut-il pas la chandelle?

 

Ce n'est pas tout de lire, il faut aussi savoir écrire.

Et vous ambitionnez d'écrire en faisant moins de fautes. C'est bien. C'est un travail de longue haleine, vous le savez. Mais vous êtes déterminé à progresser, puisque vous lisez cet article. Alors au travail !

Vous pouvez aller voir un prof de français que vous avez eu ou encore votre "vieille" institutrice - qui sera étonnée et charmée, j'en suis sûre, de vous revoir, même si vous avez été un très mauvais élève qui la faisait parfois enrager. Elle vous conseillera quelques livres d'orthographe et de grammaire de votre niveau puisqu'elle vous connaît. Elle vous donnera peut-être un de ses livres qu'elle n'utilise plus. Elle vous indiquera où trouver, dans votre ville, une librairie de livres scolaires d'occasion. Et elle sera fière de vous.

Elle vous parlera sûrement des incontournables Bled ou Bescherelle qui donnent des règles et des exercices. Vous vous en procurerez et vous vous y plongerez avec courage.

Un conseil : si vous êtes bien décidé à progresser, faites tous les jours un ou deux exercices et le lendemain, reprenez la règle que vous avez apprise la veille pour la réviser puisqu'on sait depuis belle lurette qu'il faut toujours répéter les choses pour bien s'en souvenir. Et si vous aimez apprendre le soir, sachez que la nuit votre cerveau travaille en dormant et emmagasine ce que vous avez appris la veille.

Faites une balade dans mon blog. Vous y trouverez des articles qui vous éclaireront sur de nombreux points d'orthographe et de grammaire.

Parcourez les catégories :

Le français dans tous ses états (orthographe, grammaire, vocabulaire, littérature, etc.)

orthographe grammaire pour les hésitants

La clef des modes dans les conjonctives

 

Pour apprendre à écrire, il faut écrire.

C'est la seule façon de se rendre compte de ce que l'on ne sait pas. Tenez un petit carnet où vous consignerez un ou deux événements de votre journée, ou une pensée que vous développerez. Un texte court suffira. Vous écrirez avec vos mots, en faisant des phrases courtes. Sachez mettre des points. Cela vous rappellera les rédactions que l'on vous demandait de faire à l'école.

Cela permet de mettre ses idées en ordre et d'exprimer ses émotions, ses sentiments même. Vous avez le choix du sujet !

Et quand vous êtes satisfait de votre texte, vous pouvez le lire à votre famille ou à vos amis. Ils n'en reviendront pas !

Et tant mieux si l'on vous traite d'intello !

 

Si vous avez eu la patience de me lire jusqu'ici, c'est bon signe.

Il ne vous reste plus qu'à trouver un bon livre. Le livre-papier est bien agréable à manipuler mais vous avez en ligne une foultitude de livres gratuits à votre disposition sur Wikisource, sur In Libro Veritas, sur ABUsur Google Livres, ou Gallica.

Ne vous en privez pas.

 

Cherchez, fouillez, musardez. Vous y trouverez des oeuvres très diverses, romans d'aventures, romans d'amour, contes fantastiques, textes philosophiques, etc.

Si vous n'avez pas du tout l'habitude de lire, et que vous ne sachiez pas par où commencer, plongez-vous, par exemple, dans :

 

Alexandre Dumas Les Trois Mousquetaires (1844)

                                                    Le Comte de Monte-Cristo, (1845) 

 

Jules Verne Le Tour du monde en quatre-vingts jours1873)

Les Révoltés de la Bounty (1879)

Cinq Semaines en ballon (1863)

 

Guy de Maupassant Le Horla (1887)

Une vie (1883)

 

Victor Hugo Notre-Dame de Paris1831)

Les Misérables (1862)

 

Gustave Flaubert Un cœur simple (1877)

 

Aldebert von Chamisso  Histoire merveilleuse de Peter Schlémihl - L'homme qui a perdu son ombre (1813)

 

Léon Tolstoï La Mort d'Ivan Ilitch (1886)

 

Voltaire Zadig (1747)

Candide, ou l’Optimisme (1759)

 

Robert Louis Stevenson L’Île au trésor (1883)

L’Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886)

 

Alphonse Daudet Le Petit Chose (1868)

 

Emile Zola  Germinal(1885)

 

Ivan Tourgueniev Premier amour (1860)

 

George Sand  François le Champi (1850)

 

Herman Melville Moby-Dick (1851)

 

Daniel Defoe Robinson Crusoé (1719)

 

Raymond Radiguet  Le Diable au corps (1923) 

 

Alphonse Allais  À se tordre (1891)

 

et bien d'autres textes encore que vous aurez plaisir à découvrir.

Vous avez le choix entre des milliers ! Ils vous appartiennent. C'est votre héritage, le riche héritage que vous ont légué ceux qui vous ont précédés. Dévorez-le sans modération !

Nota bene : Ne sont pas en ligne la plupart des ouvrages du XXe et ceux du XXIe siècle car ils ne sont pas dans le domaine public.

 

Je vous souhaite de tout coeur de mener à bien votre projet ambitieux.

Votre littérairement dévouée,

mamiehiou.

Lire aussi  Les fautes d'orthographe que vous faites vous énervent ?

 

 LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

Je constate que les réponses que j'ai faites aux commentaires de mes articles ont pris une allure quelque peu bizarre depuis que je suis passée sur la plateforme du Nouvel Overblog. Je pense en avoir découvert la cause : j'avais écrit des titres avec des liens ; ils ont disparu, cela n'a pas fonctionné ; aussi peut-on lire aujourd'hui des phrases incomplètes ou mal présentées.

Réponse au commentaire de Lilianne (en clair)

Bonjour Lilianne,
Je suis très touchée par vos compliments et je vous en remercie.
Voici l'explication de l'emploi du subjonctif dans la phrase que vous avez relevée :

"Si vous n'avez pas du tout l'habitude de lire,

et que vous ne sachiez pas par où commencer, plongez-vous dans..."

On pourrait aussi employer l'indicatif : savez.

Voyez le §60 de l'article du blog : Valeurs et emplois du subjonctif  :

§60-Que remplaçant si : Si l'on a plusieurs subordonnées conditionnelles coordonnées,

la première commençant par si,

les autres propositions peuvent commencer par que dans le sens de si.

On met dans ces propositions les verbes au subjonctif (langue soignée) ou à l'indicatif .

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

mustapha 31/03/2015 21:17

je suis nul en francais

mamiehiou.over-blog.com 01/04/2015 12:04

Bonjour Mustapha !
Ne soyez pas défaitiste.
De deux choses l'une : soit vous aimeriez rester "nul" comme vous dites, soit vous aimeriez faire des progrès.
Dans le premier cas, c'est dommage, et je sens que vous n'êtes pas du tout content de cette situation.
Dans le deuxième cas, sachez que vous pouvez faire quelque chose pour vous améliorer. Si, si, je vous l'assure. mais pour cela, il faut que vous fassiez preuve de beaucoup de courage.
Commencez par faire des exercices faciles pour maîtriser les règles de bases du français.
Vérifiez la conjugaison des verbes si vous avez un doute :
par exemple sur le site intitulé : CONJUGAISON - Conjugaison française & grammaire des verbes
> http://www.conjugaison.com/
Il faut savoir que la plupart des fautes qu'on fait quand on écrit, ce sont des fautes de conjugaison et des fautes d'accord :
-on accorde mal le sujet avec le verbe (On écrit au présent de l'indicatif : je prend au lieu de je prends. On écrit à l'impératif : Parles! au lieu de Parle!)
-on oublie de mettre la marque du pluriel aux noms et aux adjectifs. etc.
Allez voir sur ce blog des exercices dans la rubrique : "orthographe - grammaire pour les hésitants."
La clef de la réussite : travailler un peu TOUS LES JOURS, 20 minutes ou une demi-heure chaque soir par exemple.
C'est ça, avoir du courage. C'est ce que je vous souhaite.
Et dans un an, faites le bilan et envoyez-moi un petit mot.
Cordialement

MarcodeMarseille 06/02/2015 09:04

Moi j'ai un peu de mal avec les livres, j'ai plutôt choisi les cours en ligne

si ça intéresse : http://bit.ly/AméliorersonFrançais

mamiehiou.over-blog.com 06/02/2015 09:43

Rien ne vaut la lecture des livres. Elle développe les facultés cognitives qui empêchent le cerveau de vieillir : la mémoire, le langage, le raisonnement (la logique, l'induction, la déduction), l'intelligence, la résolution de problèmes, l'attention, l'imagination qui permet de créer des images mentales.
Mieux que de simples exercices de grammaire et de vocabulaire, la fréquentation des livres nous emmène dans des histoires extraordinaires différentes de notre quotidien, elle nous fait rencontrer des personnages que nous n'aurions aucune chance de rencontrer.
Il suffit que vous lisiez quelques livres qui correspondent à vos goûts pour que vous ayez envie de continuer.

Lilianne 25/01/2013 14:16


Merci beaucoup aussi bien pour l'explication que pour cette réponse très rapide.


Je ne connaissais pas du tout cette règle. C'est une decouverte alors même que je croyais avoir beaucoup lu sur le sujet de la grammaire. J'ai bien fait de vous poser la question.


Votre site est désormais dans mes favoris et je vais suivre votre conseil qui consiste à faire au moins deux exercices par jour. C'est d'ailleurs la seule façon de retenir ce qu'on lit et c'est
bien le point fort de votre site qui en plus des leçons fournit des exercices ainsi que leur corrigé.


Je me demande d'ailleurs si je ne vais pas commencer par le subjonctif qui est mon talon d'Achille.


Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis demandé si je devais utiliser le subjonctif ou l'indicatif.


Je vous remercie pour cette mine d'or qui a dû vous coûter des heures de travail et je ne manquerai pas de vous solliciter si j'ai une remarque à vous faire ou une question à vous poser.


Bien à vous.

mamiehiou 25/11/2014 09:13

Ma foi monsieur ! Vous avez tout à fait raison de me faire remarquer que j'ai tort lorsque j'écris "je ne suis pas à l'abri de faire des erreurs".
Je parcours mes dictionnaires préférés, le Trésor, l'Académie, le Littré, et en effet, je me rends compte que à "l'abri de + infinitif" n'existe pas.
http://www.cnrtl.fr/definition/abri
Dans le Littré, je lis :
[extrait]
4À L'ABRI DE, loc. Prépositive. En sûreté contre. Être à l'abri du froid.
5À L'ABRI DE. En sûreté sous. À l'abri d'une cabane
http://www.littre.org/definition/abri
Il est curieux que les compléments de ABRI, semblent s'opposer : En sûreté contre & En sûreté sous. Le français nous réserve bien des surprises.
Quant à moi je renonce définitivement à l'emploi de "à l'abri de faire..." expression qui m'était coutumière — allez savoir pourquoi.
Merci pour votre aimable commentaire.
Bonne journée !

Jean-Brieuc 24/11/2014 09:36

Boujour,
Je viens de découvrir votre blog que je trouve très intéressant.
Mais je m'interroge sur une expression que vous utilisez dans votre réponse. Vous dites : "à l'abri de faire des erreurs". Il me semble qu'on est "à l'abri de quelque chose" et personnellement, j'aurais rédigé comme suit : " je ne suis pas à l'abri d'erreurs".
Merci pour votre amour du français.
Cordialement
JB

mamiehiou 04/07/2013 07:31

Merci, D'e, !

D'e, 03/07/2013 20:06

Bravo pour votre article

Lilianne 24/01/2013 23:37


Bonsoir


N'ayant pas trouvé d'adresse mail pour vous contacter, je vais me contenter de vous poser la question dans mon commentaire.


J'aimerais tout d'abord vous remercier pour ce blog foisonnant que je viens juste de découvrir et qui fera le bonheur de tous les passionnés de la langue française, cette langue magnifique qu'il
m'est impossible d'apprivoiser et qui ne cesse jamais de me prendre au dépourvu.


Ma question porte sur ce passage :


Si vous n'avez pas du tout l'habitude de lire, et que vous ne sachiez pas par où
commencer, plongez-vous dans....


Pourriez-vous m'expliquer pourquoi le verbe savoir est au subjonctif?


Je ne comprends pas pourquoi le verbe savoir n'est pas à l'indicatif au même titre que le verbe avoir.


Le peu que j'ai lu de votre blog me permet de penser que vous rédigez très bien et que vous avez echappé à la malediction des fautes de frappe. Raison pour laquelle je me demande s'il n'y a pas
quelque chose qui m'aurait echappé.


Moi parcontre , des fautes de frappe j'en fait beaucoup en plus des autres fautes qui m'ont amenée sur votre site.


Je me suis relue à plusieurs reprises mais je ne suis pas à l'abri d'omissions pour lesquelles je vous prie de m'excuser.


Dans l'attente de vous lire, je vous remercie par avance.



mamiehiou.over-blog.com 25/01/2013 09:42



Bonjour Lilianne,


Je suis très touchée par vos compliments et je vous en remercie, mais sachez que je ne suis pas à l'abri de faire des
erreurs, comme tout le monde.


Voici l'explication de l'emploi du subjonctif dans la phrase que vous avez relevée. On pourrait aussi employer
l'indicatif.


Si vous n'avez pas du tout l'habitude de lire et que vous ne sachiez pas par où commencer, plongez-vous
dans...


Règle §60 de l'article : Valeurs et emplois du
subjonctif


60-Que remplaçant
si


Si l'on a plusieurs subordonnées conditionnelles
coordonnées, la première commençant par si, les autres propositions peuvent commencer par que dans le sens de si. On met dans ces propositions les verbes au subjonctif (langue
soignée).


Si vous venez me voir demain et que vous
me suppliiez
d'accepter vos propositions, je n'hésiterai pas
à vous mettre à la porte.


S'il voulait me faire céder et qu'il m'y
obligeât par la force,
je serais contrainte de renoncer à le revoir.


On peut aussi mettre le verbe à
l'indicatif. 


Si je t'attends trop longtemps et que
tu viens (viennes)
une heure plus tard, je te ferai des
reproches.


Grammaticalement vôtre,


mamiehiou



Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog