Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 15:07

 

Les numéros correspondent aux phrases où se trouvent les mots :

débattre 1 2 3

se rappeler 4 5 6

à l'envi(e) 7

clore et clôturer 8 9 10 11 12 13

le prendre ou lui prendre 14 15 16

mener, aller à ou chez 17 18 19 20 21 22

c'est, ce sont, c'était, c'étaient, ce sera, ce seront 23 24 25 26 27

dans le but, pour quoi ou pourquoi 28 29 30 31

gésir 32

colorer, colorier, coloriser 33 34 35 36 37

dispatcher 38

se crasher 39

exprès, express, expresse 40 41

ça va-t-i 42

ressembler 43

quid 44 45

battre froid 46 47

ressembler 48

est-ce que, qu'est-ce que 48 50

 

 

Quelles sont les phrases correctes ?

Corrigez celles où il y a une faute.

Les tournures familières ne sont pas incorrectes.

 

1 Nous allons débattre cette question.

2 Nous allons débattre de cette question.

3 Nous allons débattre sur cette question.

 

4 Tu te rappelles notre vieil instituteur ? 

5 Oui, je me rappelle bien de lui.

6 La chose dont je me rappelle, c'est quand il me tirait les oreilles.

 

7 Pierre et Jean, tous les deux fous amoureux d'elle, lui offraient à l'envie des bouquets de roses, des roses qu'elle aimait.

 

clore ou clôturer ?

8 Votre façon de regarder me clôt la bouche.

9 Je vais clore mon compte en banque ; j'ai vraiment trop de frais.

10 Il a décidé de clore son champ.

11 Reste tranquille sinon je vais te clore dans le placard à balais.

12 Enfin, nous avons clos notre inventaire avant la fin de l'année !

13 Vous n'étiez pas chez vous, nous avons trouvé porte close.

 

14 Qu'est-ce qui lui a pris ?

15 C'est la fièvre qui l'a pris.

16 Bien lui a pris de partir en courant

 

17 J'ai mené mon fils au coiffeur ce matin.

18 Et cet après-midi il faut que j'aille au docteur.

19 Je suis allé au ministre pour lui exposer mes doléances.

20 Je suis allée au roi le supplier de gracier celui que j'aime.

21 Il vaut mieux aller au boulanger qu'au médecin.

22 Mon oncle a mené sa vache au taureau.

 

23 C'était de beaux jours en perspective.

24 Ç'avait été de beaux jours, rappelle-toi.

25 Ce sera les meilleures vacances de ma vie.

26 C'est ton père et ma mère qui viendront nous chercher.

27 Crois-tu que c'est eux qui viendront ? 

 

28 Elle a agi ainsi dans le but de vous plaire.

29 Son dessin était de vous plaire. C'est pourquoi elle a agi ainsi.

30 Vous ramassez ces cailloux, c'est pour quoi faire ? 

31 Dans quel but faites-vous cela ?

 

32 Je regardais leurs corps inertes gésir côte à côte.

 

33 Elle n'aime pas quand sa timidité colorie ses joues.

34 Ce sont nos sens qui colorent ce que nous voyons.

35 Lorsque j'étais enfant, ma mère me coloriait la gorge au bleu de méthylène pour la désinfecter. Ma langue en était toute bleue.

36 J'avais le dos tourné, ma petite soeur a coloré mon livre d'histoire. C'est affreux. Elle va avoir affaire à moi.

37 On colorise souvent des films en noir et blanc. Je trouve que cela leur enlève tout leur charme et de plus, le résultat n'est pas très beau.

 

38 Selon les questions à débattre, on nous a dispatchés dans des salles différentes.

 

39 C'était horrible ! J'ai vu l'hélicoptère se crasher sur votre maison.

 

40 J'ai reçu ce matin un colis express.

41 Je lui ai fait la demande expresse de se taire.

 

42 Ça va-ti, mon gars ?

 

43 J'ai bon espoir qu'elle voudra m'épouser, mais quid si elle refuse ?

44 Quid sur votre façon d'aborder les jeunes filles ?

 

45 Il était un peu vulgaire; tout le monde le battait froid. Il ne s'amendait pas.

46 Tout le monde lui battait froid.

 

47 Vos agissements contredisent à vos principes.

 

48 C'est frappant comme il ressemble son fils.

 

49 J'ai bien compris qu'est-ce que tu me dis.

50 Mais comment est-ce que tu me parles ?

 

 

Reprise des phrases précédentes

suivies de la correction

 

Les fautes sont barrées.

La faute corrigée est soulignée.

Les phrases correctes sont laissées telles quelles.

 

 

1 Nous allons débattre cette question.

2 Nous allons débattre de cette question.

3 Nous allons débattre sur cette question.

 

1 Nous allons débattre cette question. Verbe transitif direct

2 Nous allons débattre de cette question. Transitif indirect (de)

3 Nous allons débattre sur cette question. Transitif indirect (sur)

Débattre, discuter en argumentant.

Les trois constructions sont possibles. L'Académie ne reconnaît pas débattre sur.

 

4 Tu te rappelles notre vieil instituteur ?

5 Oui, je me rappelle bien de lui.

6 La chose dont je me rappelle, c'est quand il me tirait les oreilles.

 

4 Tu te rappelles notre vieil instituteur ?

5 Oui, je me souviens bien de lui.

6 La chose que je me rappelle, c'est quand il me tirait les oreilles.

Se rappeler se construit avec un complément d'objet direct, on se rappelle quelque chose ou quelqu'un ; mais dans la langue parlée, on adopte souvent la même construction indirecte que se souvenir de. On évite de le faire à l'écrit.

Mais il n'est pas possible d'employer se rappeler transitif direct avec les pronoms personnels me, te, nous, vous.

On peut dire je me le rappelle, mais pas je me vous rappelle, tu te me rappelles, etc. On contourne la difficulté en disant je me rappelle de vous, tu te rappelles de moi, etc. (phrase 5)

 

7 Pierre et Jean, tous deux amoureux fous d'elle, lui offraient à l'envie des bouquets de roses, des roses qu'elle aimait.

 

7 Pierre et Jean, tous les deux fous amoureux d'elle, lui offraient à l'envi des bouquets de roses, des roses qu'elle aimait.

Locution adverbiale à l'envi. En rivalisant, à qui mieux mieux.

 

8 Votre façon de me regarder me clôt la bouche.

9 Je vais clore mon compte en banque ; j'ai vraiment trop de frais.

10 Il a décidé de clore son champ.

11 Reste tranquille sinon je vais te clore dans le placard à balais.

12 Enfin, nous avons clos notre inventaire avant la fin de l'année !

13 Vous n'étiez pas chez vous, nous avons trouvé porte close.

 

8 Votre façon de me regarder me clôt la bouche/ me clôt le bec.

9 Je vais clôturer mon compte en banque ; j'ai vraiment trop de frais.

10 Il a décidé de clore son champ.

clore ou clôturer, fermer (mettre une clôture).

11 Reste tranquille sinon je vais te clore dans le placard à balais.

Clore ou clôturer enfermer

12 Enfin, nous avons clôturé notre inventaire avant la fin de l'année ! Clôturer, mettre un terme

13 Vous n'étiez pas chez vous, nous avons trouvé porte close.

Remarque : Clore, verbe défectif. Indicatif présent je clos, il clôt...

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !*

 

14 Qu'est-ce qui lui a pris ?

15 C'est la fièvre qui l'a pris.

16 Bien lui a pris de partir en courant.

 

14 Qu'est-ce qui lui a pris ?

 Quelque chose prend à quelqu'un.

L'envie leur prend d'en savoir plus.

L'envie lui prend de mieux me connaître

15 C'est la fièvre qui lui a pris

16 Bien lui a pris de partir en courant

 

17 J'ai mené mon fils au coiffeur ce matin.

18 Et cet après-midi il faut que j'aille au docteur.

19 Je suis allé au ministre pour lui exposer mes doléances.

20 Je suis allé au roi le supplier de gracier celui que j'aime.

21 Il vaut mieux aller au boulanger qu'au médecin.

22 Mon oncle a mené sa vache au taureau.

 

17 J'ai mené mon fils chez le coiffeur ce matin.

18 Et cet après-midi il faut que j'aille chez le docteur.

19 Je suis allé au ministre pour lui exposer mes doléances.

Le tour est correct mais vieilli. On dit aller jusqu'au ministre.

20 Je suis allé au roi le supplier de gracier celui que j'aime.

21 Il vaut mieux aller au boulanger qu'au médecin. Proverbe.

22 Mon oncle a mené sa vache au taureau.

Mener une vache au taureau(familier) Faire saillir une vache.

 

23 C'était de beaux jours en perspective.

24 C'avait été de beaux jours, rappelle-toi.

25 Ce sera les meilleures vacances de ma vie.

26 C'est ton père et ma mère qui viendront nous chercher.

27 Crois-tu que c'est eux qui viendront ?

23 C'étaient de beaux jours en perspective.

24 Ç'avaient été de beaux jours, rappelle-toi.

25 Ce seront les meilleures vacances de ma vie.

26 C'est ton père et ma mère qui viendront nous chercher.

C'est est suivi d'un nom au singulier.

27 Crois-tu que c'est eux qui viendront ?

C'est est suivi d'un pronom.

 

28 Elle a agi ainsi dans le but de vous plaire.

29 Son dessin était de vous plaire. C'est pourquoi elle a agi ainsi.

30 Vous ramassez ces cailloux, c'est pour quoi faire ? 

31 Dans quel but faites-vous cela ? 

28 Elle a agi ainsi pour vous plaire.

29 Son dessein était de vous plaire. C'est pourquoi elle a agi ainsi.

30 Vous ramassez ces cailloux, c'est pour quoi faire ?

31 Dans quel but faites-vous cela ?

Bien que l'expression dans quel but ne soit pas heureuse, on l'emploie couramment aujourd'hui. Les puristes ne l'acceptent pas.

On n'est pas dans un but, on cherche à l'atteindre.

Dans quel dessein faites-vous cela ?

Quel est votre objectif en faisant cela ?

Pourquoi faites-vous cela ?

> Peut-on dire "dans quel but ? dans le but de... " ? Écrit-on "Pourquoi faire" ou "Pour quoi faire" ?

 

32 Je regardais leur corps inertes gésir côte à côte.

 

32 Je regardais leurs corps inertes gésir côte à côte. 

Gésir, verbe défectif, je gis, il gît, il gisait, gisant...

L'infinitif est encore employé. 

Ci-gît, des gisants

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !*

 

33 Elle n'aime pas quand sa timidité colorie ses joues.

34 Ce sont nos sens qui colorent ce que nous voyons.

35 Lorsque j'étais enfant, ma mère me coloriait la gorge au bleu de méthylène pour la désinfecter. Ma langue en était toute bleue.

36 J'avais le dos tourné ; ma petite soeur a coloré mon livre d'histoire. C'est affreux. Elle va avoir affaire à moi.

37 On colorise souvent des films en noir et blanc. Je trouve que cela leur enlève tout leur charme et de plus, le résultat n'est pas très beau.

 

33 Elle n'aime pas quand sa timidité colore ses joues.

34 Ce sont nos sens qui colorent ce que nous voyons.

35 Lorsque j'étais enfant, ma mère me colorait la gorge au bleu de méthylène pour la désinfecter. Ma langue en était toute bleue.

36 J'avais le dos tourné, ma petite soeur a colorié mon livre d'histoire. C'est affreux. Elle va avoir affaire à moi !

> Avoir affaire ou avoir à faire ? Les affaires, une affaire de coeur, j'en fais mon affaire, je lui ai fait son affaire, une ténébreuse affaire, faire le bizness...

37 On colorise souvent des films en noir et blanc. Je trouve que cela leur enlève tout leur charme et de plus, le résultat n'est pas très beau.

Colorisé n'est pas reconnu par le Trésor ni par l'Académie.

 

38 Selon les questions à débattre, on nous a dispatchés dans des salles différentes.

 

38 Selon les questions à débattre, on nous a répartis dans des salles différentes.

dispacher : anglicisme à éviter.

> Des anglicismes à traduire : coaching, nesting, hiving, color zoning...

 

39 C'était horrible ! J'ai vu l'hélicoptère se crasher sur votre maison.

 

39 C'était horrible ! J'ai vu l'hélicoptère s'écraser sur votre maison.

se crasher, anglicisme à éviter.

 

40 J'ai reçu ce matin un colis express.

41 Je lui ai fait la demande expresse de se taire.

 

40 J'ai reçu ce matin un colis exprès.

L'express, le train express

41 Je lui ai fait la demande expresse de se taire.

Adjectif variable : exprès, expresse

 

42 Ça va-ti, mon gars ?

 

42 Ça va-ti, mon gars ? Parler régional.

> Est-ce que ça va, mon garçon ? Cela va-t-il, mon garçon ?

 

43 J'ai bon espoir qu'elle voudra m'épouser, mais quid si elle refuse ?

44 Quid sur votre façon d'aborder les jeunes filles ?

 

43 J'ai bon espoir qu'elle voudra m'épouser, mais quid si elle refuse ?

Quid : qu'en est-il ? qu'en sera-t-il ? Quoi ?

44 Quid sur votre façon d'aborder les jeunes filles ?

Quid sur ou quid de, que penser de

Emploi familier.

 

45 Il était un peu vulgaire; tout le monde le battait froid. Il ne s'amendait pas.

46 Tout le monde lui battait froid.

 

45 Il était un peu vulgaire; tout le monde lui battait froid. Il ne s'amendait pas.

46 Tout le monde lui battait froid, lui manifestait de la froideur

Battre froid à quelqu'un

 

47 Vos agissements contredisent à vos principes.

 

47 Vos agissements contredisent à vos principes.

Forme correcte mais vieillie.

-contredisent vos principes.

 

48 C'est frappant comme il ressemble son fils.

 

48 C'est frappant comme il ressemble son fils.

Ressembler transitif, tournure archaïque ou régionale.

>C'est frappant comme il ressemble à son fils.

 

49 J'ai bien compris qu'est-ce que tu me dis.

50 Mais comment est-ce que tu me parles ?

 

49 J'ai bien compris ce que tu me dis.

est-ce que se transforme en ce que dans une proposition interrogative indirecte.

Qu'est-ce que tu dis ?

Je me demande ce que tu dis.

> *La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style ou le discours direct et indirect

50 Mais comment est-ce que tu me parles ?

Comment me parles-tu ?

La tournure avec est-ce que est familière.

Comment est-ce que, pourquoi est-ce que, quand est-ce, lequel est-ce que, etc.

 

>>>>>> VOIR : Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "<<<<<<

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes

Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ?

Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

......................................................................................................................

Liste de tous les quiz et des exercices

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

......................................................................................................................

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog