Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:04

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

L'ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS

 

Avant de lire les corrections données ci-dessous, il est conseillé de faire l'exercice :

Voir le texte à trous sans les accords > QUIZ 26

 

Pour mémoire > Règles de l'accord des participes passés

 

Rappel avant la correction

 

Verbes transitifs - verbes intransitifs

 Un verbe transitif direct a un complément d'objet direct qui répond aux questions quoi ? ou qui ?

Je regarde la jeune fille qui mange un gros gâteau.

la jeune fille, cod de regarde

un gros gâteau, cod de mange.

Je la regarde qui le mange.

la et le, pronoms personnels, sont cod.

 

Un verbe transitif direct  peut avoir deux sortes de compléments d'objet.

♦ un cod (complément d'objet direct) qui se construit directement, sans préposition

le cod est appelé complément d'objet premier s'il y a un cos (complément d'objet second)

♦ et un complément d'objet second (cos) qui répond à la question à qui ? à quoi ?

il est indirect car il se construit avec une préposition

Le cos n'existe pas sans le cod.

Ce galant homme a offert un bouquet à la femme de ses rêves.

un bouquet, cod de a offert.

à la femme de ses rêves, cos de a offert.

 

Un verbe transitif indirect a un complément d'objet indirect (coi) qui répond aux questions à qui ? à quoi ? de qui ? de quoi ? parfois sur qui ? sur quoi ?...

Elle pense à moi.

Elle doute de vos capacités intellectuelles.

Vous lui nuisez.

On compte sur vous.

 

Un verbe intransitif n'a pas de complément d'objet

Je pleure ou je ris, c'est selon.

Un verbe intransitif peut s'employer transitivement, avec un complément d'objet.

Et toi, tu pleures des larmes de crocodile ! 

 

Pour en savoir + lire : Qu'est-ce qu'un complément d'objet direct ? un complément d'objet second ? un complément d'objet indirect ? Qu'est-ce qu'un attribut ?

Dans la correction on lira :

PP > participe passé

cod > complément d'objet direct

cos > complément d'objet second

 

 

 

Une saynète

Prunille et Théo, un couple bien ordinaire

 

LES PERSONNAGES :

x, Prunille - y, Théo

R : retour au texte à trous

 

y1- Tu l'as vue cette belle actrice ? Eh bien, Pignon me l'a fait connaître et il me l'a présentée. R

PP vue, employé avec avoir, accord avec le cod la élidé (l') placé avant, pronom personnel qui représente cette belle actrice.

PP fait. Lorsque le pp fait est suivi d'un infinitif, il est invariable.

PP présentée, employé avec avoir, accord avec le cod la (l') placé avant. 

 

x2- Je n'ai jamais été vraiment emballée par son jeu, tu sais. R

PP emballée, employé avec être, voix passive, accord avec le sujet je au féminin singulier.

Voix active, son jeu ne m'a jamais vraiment emballée

 

y3- Les choses qu'il m'a dites sur elle sont incroyables. R

PP dites, employé avec avoir, accord avec le cod placé avant, le pronom relatif que élidé qui représente l'antécédent choses.

 

Il m'en a raconté ! Je ne te le dis pas. R

PP raconté, ici, pas d'accord avec en (voir la phrase n°6)

 

x4- Ah ?

 

y5- Et les cadeaux qu'il lui a offerts ! Même ses roses ! Les roses de son jardin ! R

PP offerts, employé avec avoir, accord avec le cod que (les cadeaux) placé avant.

 

x6- Vraiment ? C'est de cette péronnelle qu'il t'a parlé ? R

PP parlé, employé avec avoir, pas d'accord, pas de cod

 

Et il lui en a donné (ou données) beaucoup, de ses roses ?

Des roses de son jardin ? Est-ce possible ?

Mais combien lui en a-t-il données ? R

PP données, employé avec avoir, en général pas d'accord avec EN mais dans ce cas, accord possible.

Règle :

Il y a accord possible quand EN est complément d'un adverbe de quantité, combien, autant, beaucoup, moins, plus.

Des livres, combien il en a dévorés (ou dévoré) ! Accord facultatif.

Des films de cette qualité, combien en avez vous vu (vus) ?

Il en a tant écrit (s) de ces romans à l'eau de rose.

Certains dictionnaires précisent qu'il vaut mieux faire l'accord quand l'adverbe de quantité précède EN et ne pas le faire quand il suit.

Le Grevisse nous fait remarquer que EN peut être considéré avec le genre et le nombre du mot qu'il représente, on peut donc faire l'accord.

Quel casse-tête, vraiment !

Pour simplifier sans faire d'erreur, vous pouvez ne jamais accorder le participe passé avec EN. Qui vous le reprocherait ? Même les puristes ne sont pas d'accord !

 

De ses roses, que je n'ai jamais vues fleurir ! R

PP vues, employé avec avoir, suivi d'un infinitif, le cod que (ses roses) placé avant. Lorsque le cod fait l'action de l'infinitif, il y a accord.

Ses roses que j'ai vues fleurir. Elles fleurissent.

Ses roses que j'ai vu cueillir. Elles sont cueillies.

 

y7- Pourtant, tu les as vu planter, et arroser, et bichonner tout le printemps ! R

PP vu, ici pas d'accord avec le cod les, les roses ne font pas l'action des infinitifs.

 

Toute cette peine qu'il s'est donnée ! R

PP donnée, verbe pronominal réfléchi, se est cos, le pp s'accorde avec le cod que (toute cette peine) placé avant.

 

Tous ces efforts qu'il a faits ! R

PP faits, employé avec avoir, s'accorde avec le cod que (tous ses efforts) placé avant.

 

x8- Ah oui, ses pauvres fleurs ! J'ai vu comment il les a plantées et arrosées, et bichonnées. Je les ai même regardées pousser... de là à s'épanouir ! R

PP plantées, arrosées, bichonnées, employé avec avoir, accord avec le cod les (ses pauvres fleurs) placé avant.

PP regardées, PP suivi d'un infinitif, le cod les actions des infinitifs, accord.

 

Tous ses efforts se sont succédé sans relâche, je te l'accorde. Quel gâchis ! R

Succédé est invariable. Il ne peut pas avoir de cod, succéder à, verbe transitif indirect.

 

En revanche, j'admire les parterres qui ont fleuri, grâce à toi, dans notre jardin. Ils sont bien réussis. R

PP fleuri, verbe intransitif, pas de cod.

PP réussis, employé comme adjectif, il s'accorde comme un adjectif qualificatif.

Ils sont réussis, ils ont réussi.

 

Mais je me suis piquée quelquefois aux chardons. R

PP piquée, verbe pronominal réfléchi, le PP s'accorde avec le cod, le pronom réfléchi me (= moi-même) placé avant.

 

y9- Tu t'es piqué les doigts ? R

PP piqué, pronominal réfléchi, ne s'accorde pas avec le cod doigts placé après.

 

x10- Oui, et une vipère m'a mordue aussi. L'eusses-tu cru, dis-moi ? M'eusses-tu crue ? Le jour même de nos fiançailles ! Et je me suis tue. R

PP mordue, employé avec avoir, accord avec le cod me placé avant.

PP cru, employé avec avoir, le cod placé avant est l' (le). Le remplace toute la phrase qui précède.

PP crue, employé avec avoir, accord avec le cod m' (me) placé avant.

PP tue, verbe se taire pronominal subjectif*(non réfléchi puisque l'action du sujet ne porte pas sur le sujet lui-même). Accord avec le sujet je. Se taire n'est pas non plus un verbe essentiellement pronominal puisqu'il existe sans SE : Taire. Le mot SE fait corps avec le verbe, il est inanalysable.  

 

y11- Pas de chance ma Louloute, ma Louloute que j'aime et que j'ai aimée par dessus tout... tout ce temps près de toi... R

PP aimée, employé avec avoir, accord avec que (antécédent ma Louloute) cod placé avant.

 

x12- … Il s'est écoulé tant d'années, mon bichon... Et tant de choses se sont passées... R

PP écoulé, verbe pronominal subjectif*, jamais d'accord avec un sujet impersonnel il.

PP passées, verbe pronominal subjectif* (ni essentiellement pronominal, ni réfléchi), accord avec le sujet choses.

*verbe pronominal subjectif > Qu'est-ce qu'un verbe pronominal (réfléchi, réciproque, subjectif...) ? + QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux

 

Pourquoi donc nous sommes-nous chamaillés si souvent, et si souvent crêpé le chignon, et si souvent parlé comme des charretiers, et si souvent battus même. R

PP chamaillés, pronominal réciproque, accord avec le cod nous placé avant.

PP crêpé, pas d'accord, le cod le chignon est placé après.

PP parlé, pas d'accord puisqu'il n'y a pas de cod. On parle à quelqu'un, coi.

PP battus, accord avec le cod nous, pronom réciproque qui est commun à tous les pp de la phrase.

 

y13- Mais nous nous sommes aussi tant et tant aimés, et si souvent embrassés, et nous nous sommes donné tant de câlins qu'on n'aurait pas pu les compter. R

PP aimés, pronominal réciproque, accord avec le pronom réciproque nous placé avant.

PP embrassés, même chose.

PP donné, pas d'accord, le cod câlins est après.

PP pu, semi auxiliaire qui accompagne le verbe compter, jamais d'accord.

 

x14- Certes nous nous sommes reproché trop de peccadilles ces derniers temps, notre indifférence, nos cris, nos silences... R

PP reproché, pronominal réciproque, pas d'accord, le cod peccadilles est après.

Remarque : nous nous sommes reproché l'un à l'autre...

nous, pronom réciproque, coi de reproché

 

y15- Nous nous sommes regardés en chiens de faïence. R

PP regardés, pronominal réciproque, accord avec le cod nous, pronom réciproque placé avant.

 

x16- Nous nous serions bien arraché les yeux. R

PP arraché, pronominal réciproque, pas d'accord, le cod les yeux est après.

 

Dis, nous nous sommes nui parfois, tu sais. R

PP nui, verbe pronominal réciproque. Pas de cod, pas d'accord. Le verbe nuire se construit avec un complément d'objet indirect, nuire à. Le pronom réciproque nous est un coi pas un cod.

 

Tu ne m'aurais pas empêchée de partir si je te l'avais demandé, tout de même ? R

PP empêchée, employé avec avoir suivi d'un infinitif lui-même précédé d'une préposition, s'accorde avec le cod me placé avant.

PP demandé, employé avec avoir, ne s'accorde jamais avec le qui le   précède si le représente un infinitif, une proposition, une phrase (… si je t'avais demandé de partir)

 

y17- Que dis-tu là ? Je t'aurais retenue contre vents et marées ! R

PP retenue, employé avec avoir, accord avec le cod t' (te) placé avant.

 

Je t'aurais serrée très fort dans mes bras puissants. R

PP serrée, même chose que précédemment.

 

J'aurais pu m'en aller aussi R

PP pu, semi auxiliaire qui accompagne s'en aller, invariable.

 

x18- Je me serais crue trahie ! Tu m'aurais fait souffrir. Jusqu'où nous serions-nous laissé aller ? R

PP trahie, attribut du pronom réfléchi me, s'accorde avec lui. (Je suis trahie)

Le pp suivi d’un attribut du pronom réfléchi s’accorde ordinairement avec ce pronom.

PP fait et laissé sont invariables lorsqu'ils sont suivis d'un infinitif.

>> L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ

 

y19- Tu te serais rendue intéressante ! R

Même règle que pour trahie, au n°18.

PP rendue, attribut du pronom réfléchi te, s'accorde avec lui.

 

x20- Certes, je me serais emparée de toi comme une folle. R

PP emparée, verbe subjectif essentiellement pronominal, accord avec le sujet je. 

 

J'aurais crié à tel point que mes hurlements de douleur se seraient entendus de loin. R

PP crié, verbe intransitif, pas d'accord.

PP entendus, verbe pronominal de sens passif, accord avec le sujet cris.

= Mes cris auraient été entendus de loin, on aurait entendu mes cris de loin.

 

y21- Il se seraient perdus dans le calme du soir. R

PP perdus, verbe pronominal réfléchi, accord avec le pronom réfléchi se, cod placé avant.

 

Ta voix, ta chère voix que j'aurais écoutée résonner dans la nuit... R

PP écoutée suivi d'un infinitif, accord avec le cod que (ta chère voix), placé avant, il fait l'action de l'infinitif résonner. (Ta chère voix résonne)

 

On se serait séparés à regret. R

PP séparés, pronominal réciproque, accord sylleptique. On est ici pris pour nous, pluriel.

 

La syllepse est une figure de style qui permet d'exprimer notre pensée sans pour autant suivre les règles grammaticales.

Exemples :

Quand les pronoms personnels nous et vous sont employés pour une personne au singulier, l’adjectif, le participe passé qui s’accordent normalement avec ces pronoms, se mettent au singulier et au genre correspondant au sexe de la personne.

 « Alors mademoiselle, nous nous sommes réveillée bien tard ce matin ! Nous sommes-nous bien reposée ?

De même pour le pronom indéfini ON le plus souvent au singulier qui représente une personne non définie comme son nom l'indique. Quand il est pris pour nous, il se met au masculin ou au féminin pluriel selon le cas.

Exemple : « Alors les filles, on s'est bien reposées ? » Langage familier.

 

x22- Ton corps frémissant que j'aurais senti contre moi... R

PP senti, le cod placé avant (que mis pour corps) est au masculin singulier.

 

x + y23- AAAAh...

 

x24- Étant donné la tournure des événements, on ferait mieux de ne pas offenser la grammaire.

PP donné, dans « Étant donné » expression qui précède ce à quoi elle se rapporte, invariable.

 

Liste des participes passés invariables dans le même cas.  

Participes passés sans auxiliaire, lorsqu'ils ne sont pas adjectifs.

1 - Invariables : ci-annexé, ci-inclus, ci-joint, placé en tête de phrase ou devant le nom et considérés comme des adverbes.

2- Invariables : attendu, compris, entendu, excepté, non compris, ôté, ouï, supposé, vu, y compris, placés devant un nom ou un pronom et qui ont valeur de prépositions.

3- Invariables : approuvé, fait, lu, quand ils précèdent le nom ou écrits au bas d'un document .

4- Invariables : étant donné, fini, mis à part, passé quand ces participes passés sont placés en tête de phrase ou précèdent un nom ou un pronom. Mais attention au sens de la phrase.

Même chose pour étant donné qui est toujours placé avant le nom.

5- Invariables : les participes passés des locutions conjonctives attendu que, étant donné que, excepté que, supposé que..  

 

 y25-27- Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père* ?... R

*Cf. Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

Lire l'extrait de la scène 6 de l'acte II à la fin de l'article précédent.

 

Ah ! tu veux parler de ces participes passés auxquels on a dû penser. Ont-ils été orthographiés correctement ? Ont-ils été écrits sans fautes ? Nous ont-ils donné du fil à retordre ? R

PP dû, semi auxiliaire devoir, accompagne le verbe penser, invariable.

PP orthographiés, employé avec l'auxiliaire être, accord avec le sujet ils.

PP écrits, même chose.

PP donné, employé avec avoir, pas d'accord, le cod du fil à retordre est placé après.

 

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût
et > [du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la - QUIZ 65 - Texte à trous "Du coeur et de l'ardeur d'apprendre"

 

x28- Ils m'ont bien forcée à réfléchir.

PP forcée, employé avec avoir et suivi d'un infinitif lui-même précédé d'une préposition, accord avec le cod me placé avant.

 

y29- Ils se sont ri de nous, tant qu'à faire ! R

PP ri, du verbe pronominal subjectif se rire de, toujours invariable.

 

x30- Ils se sont plu et complu à nous tourmenter. 

Et nous nous sommes rendu compte de leur cruauté. 

PP plu, verbe pronominal subjectif

Plu, complu, déplu sont toujours invariables. 

PP rendu, invariable dans la locution se rendre compte. Compte est cod.

> Participes passés invariables : ils se sont succédé, parlé, souri, menti, nui, plu déplu, complu, ri, fait mal/tort/justice - rendu compte, donné rendez-vous - ils se sont fait/laissé mordre...

 

y31- Vu les myriades de participes, ils se sont bousculés dans notre discours sans que nous les ayons vraiment invités. R

PP vu, (on peut penser à j'ai vu) invariable quand il précède ce à quoi il se rapporte, sauf dans certains cas. Voir la règle de « étant donné, vu, ci-inclus, etc »

PP bousculés pronominal réciproque, accord avec le pronom réciproque se, cod placé avant.

PP invités, employé avec avoir, accord avec le cod les placé avant.

 

x32- Et comme nous nous sommes piqués au jeu, ils se sont joués de nos émotions. R

PP piqués, de la locution verbale pronominale se piquer au jeu, accord avec le sujet.

PP joués, s'accorde avec le sujet dans le syntagme se jouer de.

 

y33- Mais pourquoi les Français se sont-ils toujours obstinés à vouloir maîtriser l'accord de leurs participes passés ? R

PP obstinés, du verbe subjectif essentiellement pronominal s'obstiner, s'accorde avec le sujet les Français.

 

x34- Quand on aime la langue française, on est mu par le désir d'en connaître le moindre de ses secrets. R

PP mu, employé avec l'auxiliaire être, voix passive, accord avec le sujet on, pronom indéfini, masculin, singulier.

Le pronom indéfini ON est masculin singulier. On, c'est quelqu'un, n'importe qui, moi ou un autre [= on cherche le bonheur], ou bien n'importe qui sauf moi [= on frappe à la porte]

 

On est coincés tous les deux n'est-ce pas ? R

PP coincés, accord sylleptique, voir plus haut la syllepse.

ON est ici pris pour NOUS, pluriel.

 

y + x35- Et toi lecteur ?

 

Pour en savoir +  

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

   Retour au début de l'article :  

>> L'accord des participes passés - QUIZ 26

 

Retour au début de cette page :

>> Correction du quiz 26 - Un couple bien ordinaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Hervé 20/12/2014 15:00

Très bien fait ce test sur les participes passés ! Je l'ai fait assez vite et me suis laissé piéger une fois. Si vous me permettez (seul petit bémol), j'ai tout de même un doute sur l'accord de se jouer. Si vous souhaitez à votre tour tester mes tests sur unmondesansfautes.blogspot.com,
Bien amicalement
H. B.

Bodin 26/01/2015 16:31

D'accord avec vous ! Un monde sans fautes relève de l'utopie... Mais on peut bien rêver, non ?
Bien amicalement

mamiehiou 26/01/2015 15:32

Bonjour !
Vous avez raison sur l'accord du participe passé de SE JOUER DE. Il est variable et s'accorde avec le sujet.
Un monde sans fautes ? Vous êtes bien optimiste.
J'ose espérer, plus modestement, un monde avec (beaucoup) moins de fautes. N'oeuvrons-nous pas pour cela ?
Cordialement

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog