Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:03

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

Dans le texte ci-dessous,

faites l'accord des participes passés 

 

Puis vous lirez > la correction de ce quiz 26 

 

Une saynète

Prunille et Théo,

un couple bien ordinaire

 

Chaque prise de parole est numérotée.

Les couleurs se rapportent aux deux personnages

 x, Prunille - y,Théo

..................................................... 

 

Pour voir la correction, cliquez sur  C 

 

 

1y- Tu l'as vu cette belle actrice ? Eh bien, Pignon me l'a fait connaître et il me l'a présenté.

C

2x- Je n'ai jamais été vraiment emballé par son jeu, tu sais. 

 

3y- Les choses qu'il m'a dit sur elle sont incroyables.

Il m'en a raconté ! Je ne te le dis pas.

C

4x- Ah ?

 

5y- Et les cadeaux qu'il lui a offert !

Même ses roses ! Les roses de son jardin !
C 

6x- Vraiment ? C'est de cette péronnelle qu'il t'a parlé ?

Et il lui en a donné beaucoup de ses roses?

Des roses de son jardin ?

Mais combien lui en a-t-il donné ?

De ses roses, que je n'ai jamais vu fleurir !!

 

7y- Pourtant, tu les as vu planter, et arroser, et bichonner tout le printemps !

Toute cette peine qu'il s'est donné !

Tous ces efforts qu'il a fait !

C

8x- Ah oui, ses pauvres fleurs ! J'ai vu comment il les a planté et arrosé, et bichonné. Je les ai même regardé pousser... de là à s'épanouir !

Tous ses efforts se sont succédé sans relâche, je te l'accorde. Quel gâchis !

En revanche, j'admire les parterres qui ont fleuri, grâce à toi, dans notre jardin. Ils sont bien réussi.

Mais je me suis piqué quelquefois aux chardons.

 

9y- Tu t'es piqué les doigts ?

C

10x- Oui, et une vipère m'a mordu aussi. L'eusses-tu cru, dis-moi ? M'eusses-tu cru ? Le jour même de nos fiançailles ! Et je me suis tu.

 

11y- Pas de chance ma Louloute. Ma Louloute que j'aime et que j'ai aimé par dessus tout... tout ce temps près de toi...

C

12x- … Il s'est écoulé tant d'années, mon bichon... Et tant de choses se sont passé...

Pourquoi donc nous sommes-nous chamaillé si souvent, et si souvent crêpé le chignon, et si souvent parlé comme des charretiers, et trop souvent battu même.

 

13y- Mais nous nous sommes aussi tant et tant aimé, et si souvent embrassé, et nous nous sommes donné tant de câlins qu'on n'aurait pas pu les compter.

C

14x- Certes nous nous sommes reproché trop de peccadilles ces derniers temps, notre indifférence, nos cris, nos silences...

 

15y- Nous nous sommes regardé en chiens de faïence.

C

16x- Nous nous serions bien arraché les yeux.

Dis, nous nous sommes nui parfois, tu sais.

Tu ne m'aurais pas empêché de partir si je te l'avais demandé, tout de même ?

 

17y- Mais que dis-tu là ? Je t'aurais retenu contre vents et marées.

Je t'aurais serré très fort dans mes bras puissants...

J'aurais pu m'en aller aussi, tu sais. 

C 

18x- Je me serais cru trahie. Tu m'aurais fait souffrir. Jusqu'où nous serions-nous laissé aller ?

 

19y- Et tu te serais rendu intéressante !

C

20x- Certes, je me serais emparé de toi comme une folle. J'aurais crié à tel point que mes hurlements de douleur se seraient entendu de loin.

 

21y- Il se seraient perdu dans le calme du soir.

Ta voix, ta chère voix que j'aurais entendu résonner dans la nuit...

C

22x- Ton corps frémissant que j'aurais senti contre moi...

 

23x + yAAAAh...

C

24x- Étant donné la tournure des événements, on ferait mieux de ne pas offenser la grammaire.

 

25y-Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père ?*...

C

26x- ??? 

 

27y- Ah ! tu veux parler des participes passés auxquels on a penser. Ont-ils été  orthographié correctement ? Ont-ils été écrit sans fautes ? Nous ont-ils  donné du fil à retordre ?

C

28x- Ils m'ont bien forcé à réfléchir.

 

29y- Ils se sont ri de nous, tant qu'à faire ! 

C

30x- Ils se sont plu et complu à nous tourmenter. Et nous nous sommes rendu compte de leur cruauté.

 

31y- ... vu les myriades de participes, ils se sont bousculé dans notre discours sans que nous les ayons vraiment invité.

C

32x- Et comme nous nous sommes piqué au jeu, ils se sont joué de nos émotions.

 

33y- Mais pourquoi les Français se sont-ils toujours obstiné à vouloir maîtriser l'accord de leurs participes passés ?

C

34x- Quand on aime la langue française, on est mu par le désir d'en connaître le moindre de ses secrets. 

On est coincé tous les deux n'est-ce pas ?

 

35x + y- Et toi lecteur ?

C

 

 

 >> Correction du quiz 26 - Un couple très ordinaire 

 ..................................................... 

* cf.Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

 

NOTE (ligne 25)

*cf Les Femmes savantes, Molière, 1672

Acte II Scène 6 (extrait)  

[Philaminthe est outrée lorsqu'elle entend sa servante Martine faire des fautes de français. Bélise renchérit. C'est en vain, que Chrysale, le mari de Philaminthe, essaie mollement de trouver des excuses à la pauvre Martine qui n'a pas la langue dans sa poche] 

 

Philaminte
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.


Chrysale
Est-ce là… ?


Philaminte
Quoi ? toujours, malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait, la main haute, obéir à ses lois ?


Chrysale
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.


Philaminte
Quoi ? vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?


Chrysale
Si fait.


Philaminte
Je voudrais bien que vous l’excusassiez !


Chrysale
Je n’ai garde.


Bélise
Il est vrai que ce sont des pitiés :
Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.


Martine
Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon ;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.


Philaminte
L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

 

Martine
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos beaux dictons ne servent pas de rien.

 

Philaminte
Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?

* cf.Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

 

NOTE (ligne 25)

*cf Les Femmes savantes, Molière, 1672

Acte II Scène 6 (extrait)  

[Philaminthe est outrée lorsqu'elle entend sa servante Martine faire des fautes de français. Bélise renchérit. C'est en vain, que Chrysale, le mari de Philaminthe, essaie mollement de trouver des excuses à la pauvre Martine qui n'a pas la langue dans sa poche] 

 

Philaminte
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.


Chrysale
Est-ce là… ?


Philaminte
Quoi ? toujours, malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait, la main haute, obéir à ses lois ?


Chrysale
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.


Philaminte
Quoi ? vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?


Chrysale
Si fait.


Philaminte
Je voudrais bien que vous l’excusassiez !


Chrysale
Je n’ai garde.


Bélise
Il est vrai que ce sont des pitiés :
Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.


Martine
Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon ;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.


Philaminte
L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

 

Martine
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos beaux dictons ne servent pas de rien.

 

Philaminte
Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?
Ne servent pas de rien !

 

Bélise
Ô cervelle indocile !
Faut-il qu’avec les soins qu’on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment ?
De pas mis avec rien tu fais la récidive,
Et c’est, comme on t’a dit, trop d’une négative.

 

Martine

Mon Dieu ! je n’avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

 

Philaminte
Ah ! peut-on y tenir ?

 

Bélise
Quel solécisme horrible !

 

Philaminte
En voilà pour tuer une oreille sensible.

 

Bélise
Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel.
Jen’est qu’un singulier, avonsest pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?

 

Martine
Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?

 

Philaminte
Ô Ciel !

 

Bélise
Grammaire est prise à contre-sens par toi,
Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.

 

Martine
Ma foi !
Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien.

 

Bélise
Quelle âme villageoise !
La grammaire, du verbe et du nominatif,
Comme de l’adjectif avec le substantif,
Nous enseigne les lois.

 

Martine
J’ai, Madame, à vous dire
Que je ne connais point ces gens-là.

 

Philaminte
Quel martyre !


Bélise
Ce sont les noms des mots, et l’on doit regarder
En quoi c’est qu’il les faut faire ensemble accorder.


Martine
Qu’ils s’accordent entr’eux, ou se gourment, qu’importe ?


Philaminte, à sa sœur.
Eh, mon Dieu ! Finissez un discours de la sorte.

 

>> Retour au début de l'article

 

>> Correction du quiz 26 - Un couple bien ordinaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog