Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 18:06

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

 

1re partie

 

La concordance des temps veut que le temps

du verbe de la proposition subordonnée

dépende du temps du verbe de la principale.

Mais ce n'est pas mécanique.

Il faut se fier au sens de la phrase.

 

 

1 Je viens s'il fait beau.

Dans une subordonnée circonstancielle

s'il fait beau, proposition subordonnée conjonctive (conditionnelle), introduite par la conjonction de subordination SI, complément circonstanciel de condition de viens.

2 Je viendrai s'il fait beau.

Phrases 1 et 2 L'indicatif présent et le futur dans la principale

>> l'indicatif présent dans la subordonnée

3 Je viendrais s'il faisait beau.

Je viendrais, futur hypothétique (conditionnel présent)

>> s'il faisait beau, indicatif imparfait dans la subordonnée

La chose n'existe pas, elle ne s'accomplit pas dans le présent, c'est l'irréel du présent.

4 Je serais venu s'il avait fait beau

Je serais venu, futur antérieur hypothétique (conditionnel passé)

>> s'il avait fait beau, indicatif plus-que-parfait

La chose n'a pas eu lieu, c'est l'irréel du passé.

 

 

Il faut savoir que le conditionnel n'est plus aujourd'hui

considéré comme un mode

mais comme un temps de l'indicatif.

On distingue :

1-le futur hypothétique et le futur antérieur hypothétique

avec une condition exprimée ou non,

anciennement appelé conditionnel-mode.

2-le futur du passé et le futur antérieur du passé

anciennement appelé conditionnel-temps.

> Le conditionnel ne serait-il plus un mode ?

 

 

5 Je fusse venu s'il eût fait beau.

Même sens que la phrase 4.

Style soutenu.

Je fusse venu – il eût fait :

subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé.

On peut l'utiliser dans les deux propositions ou dans une seule.

 

 

Le subjonctif imparfait et le subjonctif plus-que-parfait

appartiennent à la langue soutenue.

On ne les emploie pas dans la langue courante

mais on les trouve parfois dans des textes littéraires.

Grevisse nous dit justement

que c'est "leur rareté qui les rend difficiles,

et non leur difficulté qui les rend rares."

 

Pour éviter la confusion à l'écrit

entre je viendrai et je viendrais, utilisez NOUS à la place de JE.

Ce qui donne pour les phrases 2, 3, 8 et 9 :

2 bis Nous viendrons (futur) s'il fait beau.

3 bis Nous viendrions (conditionnel) s'il faisait beau

8 bis Tu sais que nous viendrons ce soir si nous le pouvons.

9 bis Tu sais que nous viendrions ce soir si nous le pouvions.

 

 

6a Tu sais que je viens ce soir

Dans une complétive

que je viens ce soir, proposition subordonnée conjonctive (dite complétive), introduite par la conjonction de subordination QUE, complémént d'objet direct de sais.

6b Tu sais que je viendrai ce soir.

6a-je viens : indicatif présent à valeur de futur proche

6b-je viendrai, futur.

7 Tu sais que je suis venu ce soir pour te faire plaisir

8a Tu sais que je viendrai ce soir si je peux. 

8b Tu sais que je viendrai ce soir dès que je pourrai

 je viendrai, futur 

9 Tu sais que je suis venu hier soir dès que j'ai pu.

10 Tu sais que je viendrais ce soir si je pouvais.  

 je viendrais, futur hypothétique (conditionnel présent) >> si je pouvais, indicatif Imparfait

(Je n'ai aucune chance de venir)

 11 Tu savais que je ne serais pas venu même si tu me l'avais demandé.

Tu savais, temps passé (indic. imparfait)

que je ne serais pas venu, futur antérieur hypothétique (conditionnel passé)

>>même si tu me l'avais demandé, subordonnée conjonctive de condition avec une nuance concessive. Indicatif plus-que-parfait .

12 Je ne fusse pas venu même si tu me l'eusses demandé.

Style soutenu

subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé dans les deux  propositions.

13 Il faut que tu saches que je ne serais pas venu même si tu me l'avais demandé.

que je ne serais pas venu, futur antérieur hypothétique (conditionnel passé)

14 Il faudrait que tu saches que je ne serais pas venu même si tu me l'avais demandé. (Voir l'encadré ci-dessous.)

15 Il faudrait que tu susses que je ne fusse pas venu même si tu me l'eusses demandé.

Style soutenu

tu susses, subjonctif imparfait

je fusse venu - eusses demandé : subjonctif plus-que-parfait  à valeur de conditionnel passé.

 

 

À noter :

« On tolérera le présent du subjonctif au lieu de l'imparfait

dans les propositions subordonnées

dépendant de propositions dont le verbe est au conditionnel.

Exemple : il faudrait qu'il vienne ou qu'il vînt. »

Arrêtés ministériels du 31 juillet 1900 et du 26 février 1901

 

 

16 Il aurait fallu que tu saches que je ne serais pas venu même si tu me l'avais demandé.

Style courant

17 Il eût fallu que tu susses que je ne fusse pas venu même si tu me l'eusses demandé.

Style soutenu

 

2e partie

Style (ou discours) direct

Style (ou discours) indirect - Discours rapporté

 

Phrases 18 à 74

Style direct ou discours direct :

les paroles sont données intégralement

et mises entre guillemets.

 

Style indirect ou discours indirect :

les paroles sont rapportées 

a-dans une proposition interrogative indirecte

(introduite par un adverbe interrogatif -si, quand, comment...

un pronom ou un adjectif interrogatif - quel, lequel...) 

verbe de la proposition principale

- (se) demander, vouloir savoir, ignorer...

b-dans une complétive*

(proposition subordonnée conjonctive

introduite par que)

complément d'un verbe déclaratif

-  dire, déclarer, affirmer, etc.

ou (dans une phrase injonctive) - demander, exiger, ordonner...
 

Fonction de ces subordonnées :

complément d'objet direct du verbe de la proposition principale.

 

Phrases 75 et 76

 Style indirect libre : pas de proposition principale

annonçant les paroles dans une subordonnée.

>> style alerte et léger

 

*La plupart des grammairiens réservent le nom de complétive aux subordonnées qui ont pour fonction d'être complément d'objet direct sujet ou attribut du verbe de la proposition principale. Cf. Le Trésor de la Langue Française

 

 

18 Je te dis : "Je viens ce soir"

19 >>Je te dis que je viens ce soir

Dans une complétive complément d'un verbe déclaratif (dire, affirmer, préciser, ajouter, etc.

que je viens ce soir, proposition subordonnée conjonctive (complétive), introduite par la conjonction de subordination QUE, complément d'objet direct de dis.

20 Je t'ai dit : "Je viens ce soir."

21 >>Je t'ai dit que je venais ce soir.

Je t'ai dit, action passée au passé composé

>>je venais, indicatif imparfait dans la subordonnée

22 Je te dis : "Je viendrai ce soir."

23 >>Je te dis que je viendrai ce soir.

je viendrai, futur

24 Je t'ai dit : "Je viendrai ce soir."

25 >>Je t'ai dit que je viendrais ce soir.

je t'ai dit, passé composé >>je viendrais, futur du passé (conditionnel présent) dans la subordonnée

26 Je t'ai dit : "Je viendrais si je pouvais."  

                  Je viendrais, futur hypothétique (condition)

27 >>Je t'ai dit que je serais venu si j'avais pu (venir).

Je serais venu, futur antérieur hypothétique (conditionnel passé) >> si j'avais pu venir, indicatif plus-que-parfait

28 Je t'avais dit : "je viendrai ce soir." 

29 >>Je t'avais dit que je viendrais ce soir-là.

30 Je t'avais dit : "je suis venu ce soir." 

31 >>Je t'avais dit que j'étais venu ce soir-là.  

32 Je t'aurais dit : "Je suis venu hier soir"

33 >>Je t'aurais dit que j'étais venu la veille au soir.

34 Je t'aurais dit : " Je ne viendrai pas demain."

35 >>Je t'aurais dit que je ne viendrais pas le lendemain.

36 "Partez !"

verbe à l'impératif présent. Injonction.

37 >>Je demande que vous partiez

Verbes des phrases injonctives : demander, ordonner, exiger, commander, etc.

que vous partiez, complétive (=proposition conjonctive introduite par que)

partiez est au subjonctif présent

OU je vous demande de partir.

38 "Qu'il parte !"

Proposition introduite par que, verbe au subjonctif présent. Injonction.

39 >>J'ai exigé qu'il parte.

Style courant

Passé composé >> subjonctif présent

40 >>J'exigeai qu'il partît.

Style soutenu

Passé simple >> subjonctif imparfait.

 

La subordonnée interrogative indirecte

C'est une complétive. Elle est complément d'objet direct du verbe de la proposition principale. Elle est introduite par un adverbe interrogatif (si, quand, comment, pourquoi, etc.) un pronom interrogatif (lequel, laquelle, etc.) un groupe nominal avec un adjectif interrogatif (quel + nom, quels + nom, etc.)

41 Tu me demandes : "Viens-tu ? (OU : est-ce que tu viens ?)"

42 Tu me demandes si je viens.

43 Tu m'as demandé : " Viens-tu ?"

44 Tu m'as demandé si je venais.

45 Tu me demandes : " Viendras-tu ? " (OU : "Est-ce que tu viendras ?" -style courant)

46 Tu me demandes si je viendrai.

Je viendrai, futur

47 Tu me demandes : "Viendrais-tu si tu pouvais ?"

viendrais-tu, futur hypothétique (cond.)

48 Tu me demandes si je viendrais au cas où je le pourrais.

Au cas où : pour éviter la répétition de si.

si je viendrais , si est adverbe interrogatif, il introduit la subordonnée interrogative indirecte.

Au cas où je le pourrais = si je le pouvais   

au cas où, locution conjonctive, introduit la subordonnée conjonctive conditionnelle.

si (dans si je le pouvais) conjonction de subordination, même fonction que au cas où. 

Même idée, mais la condition n'est pas exprimée :

49 Tu me demandes : "Viendrais-tu ?" (si, au cas où, etc.)

Viendrais-tu, futur hypothétique (conditionnel présent)

50 Tu me demandes si je viendrais.

51 Tu m'as demandé: "Serais-tu venu ?" (si...)

52 Tu m'as demandé si je serais venu . 

si je serais venu,  futur antérieur hypothétique (la condition est sous-entendue)

53 Tu m'as demandé : "Quand viens-tu ?" (OU "Quand est-ce que tu viens ? -style familier)

54 Tu m'as demandé quand je venais.

55 Tu me demandes : "Quand viendras-tu ?"

56 Tu me demandes quand je viendrai.

57 Tu m'as demandé : "Quand viendras-tu ?" 

58 Tu m'as demandé quand je viendrais.

Je viendrais, futur du passé (conditionnel présent)

59 Tu me demandes : "Qu'est-ce que tu as fait hier ? et "Qu'est-ce que tu veux faire demain ?"

60 Tu me demandes ce que j'ai fait hier et ce que je veux faire demain.

>> Attention : On ne dit pas : Tu me demandes qu'est-ce que tu veux... C'est une faute !

61 Mardi dernier, tu m'as demandé : "Qu'est-ce que tu as fait hier ? et "Qu'est-ce que tu veux faire demain ?" 

62 Mardi dernier, tu m'as demandé ce que j'avais fait la veille et ce que je voulais faire le lendemain.

On remarque dans les subordonnées non seulement un changement de temps mais un changement de personne tu >> je et un changement des adverbes de temps :

hier >> la veille

demain >> le lendemain

maintenant >> alors

la semaine (le mois, l'année) dernière >> la semaine suivante, la semaine d'après...

d'autres changements peuvent intervenir (adjectifs possessifs, pronoms, etc.)

 

63 Que feras-tu aujourd'hui ? M'écriras-tu enfin ?

64 Je ne sais pas ce que tu feras aujourd'hui, si tu m'écriras enfin.

65 Il y a trois jours  je ne savais toujours pas ce que tu ferais ce jour-là, si tu m'écrirais enfin.

66 Qu'as-tu fait ce jour-là ?

67 Je ne sais pas ce que tu as fait ce jour-là.

68 Je n'ai pas su ce que tu avais fait ce jour-là.

69 Qu'as-tu fait la semaine dernière ?

70 Je ne sais pas ce que tu as fait la semaine dernière.

71 Je n'ai pas su ce que tu avais fait la semaine précédente (la semaine d'avant...)

72 Que décideras-tu de faire la semaine prochaine ?

73 Je ne sais pas ce que tu décideras de faire la semaine prochaine.

74 Je ne savais pas ce que tu aurais décidé de faire la semaine suivante (la semaine d'après...)

 

Style indirect libre 

75 J'arrête ici mon exercice. Vous en aurez compris l'essentiel, mais ce n'est pas sûr.

Style direct : En aurez-vous compris l'essentiel ?

Style indirect : je me demande si vous en aurez compris l'essentiel.

76 Je me suis posé beaucoup de questions en l'écrivant. Les digressions seraient très nombreuses, certaines phrases poseraient des problèmes.

Style direct : Les digressions ne seront-elles pas trop nombreuses ? Certaines phrases ne poseront-elles pas des problèmes ?

Style indirect : Je me suis demandé si les digressions ne seraient pas trop nombreuses et si certaines phrases ne poseraient pas de problèmes.

 

Exemple d'après le texte : 127 Délires touchants d'une pauvre dupée

(style direct) « Que ferai-je maintenant ? me dis-je. Qui voir ? À qui me fier ? »

(style indirect libre)  J'allais à l'avenir m'empêcher de croire à la générosité, à la bonté ; je cesserais d'être toujours en quête de tendresse, de compassion, d'amitié ; ou je devrais me livrer encore, pieds et poings liés avec un impardonnable indiscernement, au premier venu. Voilà ce que je craignais.

Le futur du passé, la forme conjuguée, est le conditionnel présent. Ici le futur du passé se trouve dans des phrases indépendantes au style indirect libre.

Comparer avec :

Je me demandais si je cesserais à l'avenir... si je devrais...

Je me demande si je cesserai à l'avenir... si je devrai...

Si vous voulez en savoir + > Le discours indirect libre
 

Voir aussi sur le blog

> **Suite de l'article sur la concordance des temps

 > ***La concordance des temps - Exercices d'application

Voir sur la toile 

> Les verbes de parole - EspaceFrançais.com

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Tenterb 04/09/2013 10:54

Merci, c'est extraordinaire et ça répond à ma question.
Remarque : remplacer le nous par le tu est aussi très éclairant.
Tous ça nous fait penser à la chanson de Renaud : "Quand le vent soufflera, nous nous en-allerons".

mamiehiou 04/09/2013 12:02

Bonjour Tenterb !
J'ignore quelle était votre question mais je suis contente que vous en ayez trouvé ici la réponse. Quel enthousiasme !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog