Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 09:00

Question 1 :Comment écririez-vous le participe passé  ?

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

Question 2 : Accordez le participe passé des phrases suivantes :

Nous nous sommes persuadé notre innocence

Nous nous sommes persuadé de notre innocence

La réponse est à la fin de l'article

 

a-Transitifs, ces verbes peuvent avoir des compléments directs et indirects.

 

assurer, persuader quelque chose à quelqu'un

(ici, quelque chose est complément d'objet direct – à quelqu'un est complément d'objet indirect puisqu'il est introduit par la préposition à)

persuader à quelqu'un quelque chose est vieilli ou littéraire.

 

assurer, persuader quelqu'un de quelque chose

(ici, quelqu'un est complément d'objet direct – de quelque chose est complément d'objet indirect puisqu'il est introduit pas la préposition de)

 

En rouge, le complément d'objet direct

Je vous assure de ma fidélité.

Elle a assuré à son ami qu'elle lui serait fidèle.

Nous étions persuadés de son innocence.

J'ai persuadé mon fiancé que tout serait facile.

Tout ce qu'il fait me persuade de sa misogynie. (le sujet est une chose)

Je le persuade de partir

 

b- Sens intransitif

persuader peut être intransitif (sans compléments d'objet)

Il persuade toujours par son attitude

 

et assurer, dans un sens familier :

Ne te fais pas de souci, j'assure !

La Matmut, elle assure !

 

Accord du participe passé de ces verbes

Règle générale : Le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct si celui-ci le précède.

 

Nous les avons persuadés de partir bien vite.

persuadés s'accorde avec le complément d'objet direct les, placé avant.

 

J'ai assuré cette enfant de sa capacité à réussir. (le complément d'objet direct est après le participe passé)

 

Il m'avait assurée de son obéissance (si me, le pronom personnel complément d'objet direct est féminin)

 

Nous leur avons assuré notre concours. (le complément d'objet direct est après le participe passé, donc pas d'accord. 

 

c- S'assurer et se persuader à la forme pronominale.

Le participe passé suit les mêmes règles

(Se persuader, c'est s'abuser soi-même.)

 

Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

Se pronom réfléchi est complément d'objet indirect, pas d'accord. (ils ont assuré à se = à eux-mêmes)

 

Ils se sont assurés de votre bon vouloir.

de votre bon vouloir est complément d'objet indirect.

assurés s'accorde avec le pronom réfléchi se, complément d'objet direct placé avant. (ils ont assuré qui ? se, c'est-à-dire eux-mêmes)

 

Nous nous sommes persuadé notre innocence. ( le complément d'objet direct est placé après le participe passé - le pronom réfléchi nous est complément indirect))

Cf. la note du début de l'article, forme littéraire. 

>> Nous nous sommes persuadés de notre innocence. (le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant)

 

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que, on peut ou non faire l'accord. 

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

De même si le verbe est à la forme pronominale

Elles s'étaient persuadées (ou persuadé) que le mariage avait quelque chose de bon.

 

Retrouvez ces règles dans l'article :

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ? + QUIZ 32

Accord du participe passé des verbes pronominaux

phrases 46 à 50

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Question : Comment écririez-vous le participe passé  ?

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que,

on peut ou non faire l'accord.

Nous nous sommes persuadé notre innocence

Nous nous sommes persuadès de notre innocence

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog