Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 20:41

 Exercice - Est-ce correct ? 

  1. Je n'ai de cesse de te chercher que je t'ai trouvé.
  2. Je serai parti avant que tu arrives.
  3. Il s'en est fallu de peu que je ne réussisse
  4. Il n'est pas impossible qu'il ne m'ait trahie 

Voir la correction à la fin de l'article

 

A- Le NE EXPLÉTIF peut être employé dans certaines propositions subordonnées conjonctives mais cet emploi n'est pas obligatoire.

Mon gâteau aura fini de cuire avant que la fête ne commence.

Mon gâteau aura fini de cuire avant que la fête commence.

Il peut exprimer une nuance de négation dans l'esprit du locuteur sans être un adverbe de négation.

J'emploierai tous les moyens pour te garder avant que tu ne te lasses de moi.

(>> Idée : Tu ne te lasseras pas de moi.)

J'ai bien peur qu'on ne se soit trompé sur son compte.

  (>> On ne s'est pas trompé)

Cette nuance est donnée dans le Grevisse.

 

B- Le NE EXPLÉTIF est employé facultativement :

-après des verbes ou des locutions verbales qui expriment la peur, la crainte, l'inquiétude (sans être à la forme négative)

J'ai grand peur que tu n'ailles te plaindre à qui de droit.

Il est à craindre que tu ne sois puni pour tes fautes.

Nous vivions dans la crainte (la peur, la terreur, l'inquiétude, l'angoisse... ) que ce monstre ne revînt.

Je tremble qu'il ne me fasse encore du mal.

J'appréhende que le sujet d'examen ne soit trop difficile pour moi.

 

On n'emploie pas le NE EXPLÉTIF quand le verbe exprimant la crainte est à la forme négative.

Je n'ai pas peur que tu ailles te plaindre à qui de droit.

Il n'est pas à craindre que tu sois puni pour tes fautes.

Je ne tremble plus qu'il veuille encore me faire du mal, je saurai me défendre.

 

Mais on peut ou non mettre le NE EXPLÉTIF à la forme interro-négative.

N'as-tu pas peur que j'aille me plaindre à qui de droit ?

Ou

N'as-tu pas peur que je n'aille me plaindre à qui de droit ?

N'est-il pas à craindre que tu (ne) sois puni pour tes fautes.

N'appréhende-t-il pas que le sujet d'examen (ne) soit trop difficile pour lui ?

 

On emploie le négation NE PAS, NE POINT... dans la proposition conjonctive quand on ne craint pas que l'action ne se produise pas.

Je ne crains pas que mon projet ne se réalise pas.

(>> Tout compte fait, il n'est pas très important pour moi s'il ne se réalise pas, tant pis !)

 

C- Le NE EXPLÉTIF peut être employé facultativement après :

-(faire) attention que, attention que

Attention qu'un tsunami (ne) nous emporte un jour pour de bon.

-prendre garde que, prendre garde à ce que

Je prends garde que ma joie de vivre (ne) cesse.

dans le sens de remarquer, prendre garde se construit sans le NE

Prenez garde que le feu passe au rouge !

-s'attendre à ce que

Puis-je m'attendre à ce que mes vieilles amies (ne) m'envoient un signe d'amitié pour Noël ?

-éviter que

Puis-je éviter que vous (ne) vous trompiez lourdement sur mon compte ?

-empêcher que

Je ne pourrai jamais empêcher que ma tristesse (ne) grandisse chaque jour davantage

-Gare que (rare)

Gare que je (ne) sombre tout à fait dans l'amertume la plus profonde.

-se méfier que

On ne se méfie jamais assez que le ciel (ne) nous tombe sur la tête

 

D- Le NE EXPLÉTIF peut être employé facultativement après un verbe ou une expression qui exprime le doute ou la négation (aux formes négative et interrogative) :

-douter que

-il n'y a pas de doute que

-il n'est pas douteux que

-nul doute que

Je ne doute pas que vous (ne) reconnaissiez bien vite vos erreurs passées.

-désespérer que

Ne devrais-je pas désespérer que mon chat Caramel ne rentre à la maison ? Il s'est perdu aujourd'hui même.

-nier que

Vous ne nierez pas que je (n')aie là matière à pleurer ?

- disconvenir que

Vous ne disconviendrez pas qu'il (ne) me faille à présent cesser mes jérémiades.

-contester que

Ah ! Vous ne contestez pas que je (ne) veuille m'en tenir là !

-il n'est pas impossible que

Il ne me semble pas impossible que je (ne) reprenne du poil de la bête.

Et il n'est pas invraisemblable que je (ne) retrouve un deuxième souffle.

-etc.

 

Pas de NE EXPLÉTIF quand ces verbes et locutions sont à la forme affirmative :

Je doute que vous ayez tout votre bon sens.

Pas de NE explétif quand la proposition subordonnée n'est pas au subjonctif :

Je doutais qu'elle viendrait.

 

E- Le NE EXPLÉTIF est souvent employé dans les propositions corrélatives qui suivent un adverbe d'inégalité, plus, moins, et meilleur, mieux, pire, pis, moindre, autre (... que)

Je suis bien moins naïve que tu (ne) le crois.

 

Bien que l'on ne doive pas employer le NE EXPLÉTIF dans une corrélative qui suit un adverbe d'égalité, aussi, autant (... que), et cela, même avec une négation, on le trouve parfois.

Mieux vaut dire ou écrire :

Elle est aussi cruche qu'on le dit.

Vous n'êtes pas aussi méchante qu'on le pense.

 

F- Le NE EXPLÉTIF peut être employé facultativement avec s'en falloir.

Il s'en est fallu de peu que tu (ne) gagnes à ce jeu débile.

ou

Il s'en est fallu de peu pour que tu (ne) gagnes à ce jeu débile.

   

G- Autres cas, autres exemples où le NE est facultatif aux formes interrogative et négative.

-Il tient à... que

En ce temps-là il ne tenait qu'à un fil que je (n')allasse faire le tour du monde. Il ne tenait à rien que je (n')en finisse avec mon passé.

-il dépend de... que

Il ne dépend pas de vous que je (ne) sois satisfaite. 

 

À la forme affirmative, pas de NE ou bien NÉGATION COMPLÈTE (ne pas, ne point...)

 Il tient à moi que cela se fasse, que cela ne se fasse pas (Littré).

 

H- NE EXPLÉTIF facultatif après les locutions conjonctives :

-avant que

Je prends mes jambes à mon cou avant que le loup (ne) m'attrape.

-jusqu'à ce que

Je m'installerai chez toi jusqu'à ce que ma présence (ne) te devienne insupportable

-en attendant que

J'attendrai le temps qu'il faudra en attendant que Godot (n')arrive.

-à moins que

Ce sera dur pour Gilles de construire une autre cabane pour son deuxième petit-fils à moins que quelqu'un (ne) se décide à lui donner un coup de main.

-sans que :

L'Académie condamne le NE EXPLÉTIF après sans que :

  « sans que doit se construire sans négation, même s’il est suivi d’un mot comme aucun, personne ou rien, qui ont dans ces phrases un sens positif » (1966)

L'usage emploie souvent le NE

Il est préférable de dire ou d'écrire :

On abattit les arbres sans que personne l'ait voulu.

 

I- Pas de NE EXPLÉTIF après :

-défendre que

Je défends qu'on me blesse.

-interdire que

Et j'interdis qu'on me stresse, je ne veux pas user mes télomères !

 

J-N'avoir (pas) de cesse + NE obligatoire

Il n'aura de cesse de vouloir me plaire qu'il ne soit arrivé à ses fins.

 

.................................................................................

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL & SOMMAIRE

.............................................................................

Correction de l'exercice

1-Je n'ai de cesse de te chercher que je ne t'aie trouvé.

*aie trouvé, subjonctif passé.

*le NE est obligatoire après n'avoir (pas) de cesse.

Les autres phrases sont correctes.

On peut dire aussi :

2-Je serai parti avant que tu n'arrives

3-Il s'en est fallu de peu que je réussisse

4-Il n'est pas impossible qu'il m'ait trahie 

 

> RETOUR au début de l'article

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

A.D 07/12/2014 23:35

Je renouvelle le compliment fait par Sam (je cherchais exactement la même chose). Dès que l'on recherche des explications sur des points précis de la grammaire française, internet ne s'avère finalement pas (toujours) aussi riche que cela. Merci donc d'avoir rendu les choses si limpides !

mamiehiou 09/12/2014 03:04

Je suis contente de vous avoir éclairé, et je vous remercie pour votre aimable remarque.
Mes articles sur la grammaire sont souvent le fruit des questions que je me suis moi-même un jour posées.

Sam 01/11/2014 12:28

Je cherchais une explication claire sur l'utilisation du NE explétif employé (ou pas) avec sans que... Et je tombe sur ce blog qui est tout bonnement magique.
Merci pour ce travail !

mamiehiou 01/11/2014 12:32

Comme votre commentaire me fait plaisir ! Merci.

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog