Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 12:45

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Exercice - À ou DE ? Pas si facile !

Hasarderai-je ... vous demander ... être plus poli ? Réplique 38

- Me hasarderai-je ... refuser ? R 39

- Continuez ... me mentir ! R 21

- Je ne m'essaierai pas ... vous braver, mon brave ! R 25


À savoir >>> verbes suivis de à ou de de + infinitif 

 

Complétez le texte en trouvant la bonne préposition À ou DE

Les phrases commençant par une croix rouge + donnent lieu à un commentaire dans la correction qui suit.

 

Arnolphe et Isidore, les célibataires*

Une journée si peu particulière**

 

Arnolphe et Isidore vivent ensemble mais leurs relations ne sont pas toujours au beau fixe comme nous allons le voir. Arnolphe héberge Isidore.

 

1-ISIDORE - Je n'éprouve aucun besoin ..... vous voir. Je n'aurai plus jamais recours ..... vous.

2-ARNOLPHE - J'ai barbouillé ..... encre votre veston, croyez ..... mes plus plates excuses et sachez que je n'aurai pas la bonté ..... vous dédommager.

3-ISIDORE - Vous êtes abominable ..... ennui, vous me semblez un homme des neiges bourré ..... complexes et incapable ..... rien faire ..... bon.

4-ARNOLPHE - Êtes-vous certain ..... parler ..... un humain ? ..... mémoire ..... homme, nul n'a vu le yéti.

5-ISIDORE - Je suis certain ..... une chose, vous ne cessez ..... mentir ..... tous propos.

6-ARNOLPHE - Pensez-vous que cela puisse changer quelque chose ..... changer ..... discours ..... chaque instant ?

7-ISIDORE - Je suis chargé ..... mission, et vous me commandez ..... faire le travail ..... quelqu'un ..... autre, c'est un peu fort ..... café !

8-ARNOLPHE - Vous cherchez ..... me déstabiliser dans ce monde ..... fous.

9-ISIDORE - Quand vous choisissez ..... m'énerver ainsi, je commande ..... votre valet ..... m'apporter une tasse ..... thé. Gaston !

10-ARNOLPHE -+Vous vous ingéniez ..... m'exaspérer. Comme ..... bien entendu. La la la la la la !

ISIDORE - +Pas une tasse ..... thé vide, butor !

ARNOLPHE - +Vous commencez ..... me courir sur l'haricot.

ISIDORE - +Pauvre ..... vous ! Commencez ..... parler correctement et dites le haricot.

ARNOLPHE - Vous comptez me faire croire que vous ne connaissez rien ..... l'argot, l'haricot est ..... mise ici.

15- ISIDORE - +Je conclus ..... vos propos que nos relations sont mises ..... mal.

ARNOLPHE - Qu'est-ce ..... dire ? Vous me conseillez ..... me calmer ?

ISIDORE - +Oui, ..... compter ..... maintenant, je ne supporterai plus ..... entendre vos sautes ..... humeur.

ARNOLPHE - Je vous conseille ..… être poli.

ISIDORE - Êtes-vous content ..... vous ?

20- ARNOLPHE - Je ne compte pas vous revoir ..... si tôt.

ISIDORE - Continuez ..... vous mentir. Sitôt que j'aurai passé le pas ..... la porte, vous craindrez ..... m'avoir perdu ..... jamais.

ARNOLPHE -C'est ..... voir. La peste soit ..... vos menaces.   

ISIDORE - +Je n'ai rien ..... conseiller ..... personne mais vous feriez bien ..... voir votre poutre coincée au fond ..... votre oeil au lieu ..... être aveuglé par ma paille.

ARNOLPHE - Ha ! Ha ! Vous êtes content ..... vous ..... m'avoir mis ..... mauvaise humeur !

25- ISIDORE - +Je ne m'essaierai pas ..... vous braver, mon brave ! Je me souviens ..... avoir eu maille ..... partir avec vous.

ARNOLPHE -+Vous essayez seulement ..... me contraindre ..... vous donner raison.

ISIDORE - Je ne suis pas ..... votre bande.

ARNOLPHE -+Continuez ..... me railler ! Continuez ..... vouloir me convaincre ..... avoir dit des choses incongrues.

ISIDORE - +Un jour, tête ..... lard, vous serez convaincu ..… imposture et ..... trahison. Tout vient ..... point ..... qui sait attendre.

ARNOLPHE - Je serais curieux ..... connaître la teneur ..... vos propos. Ne vous couvrez-vous pas ..... honte ..... vouloir ainsi me menacer ?

ISIDORE - Je ne crains ni vous ni personne, mais je craindrais ..... vous laisser en paix.

ARNOLPHE - Ah ! Vous vous décidez ..... abattre vos cartes.

30-ISIDORE - Oui, j'ai décidé ..... vous demander des comptes.

ARNOLPHE - Me demander des comptes ? ..... moi ? Je suis bien déçu ..... vous voir si peu enclin ..... l'indulgence.

ISIDORE - Je vous défends bien ..... me critiquer et je demande ..... tous les témoins ..... cette affaire ..... prendre mon parti.

ARNOLPHE - Quels témoins ? La queue ..... votre chien ?

ISIDORE - Je défends ..... quiconque ..... parler ..... mon chien !

35-ARNOLPHE - +Je demande ..... (le) jeune présomptueux que vous êtes ..... se dépêcher ..... la mettre en sourdine.

ISIDORE - Couché Arthur ! Je suis désolé ..... te dire qu'il ne dépend pas ..... moi que cet individu s'intéresse ..... toi.

ARNOLPHE – +..... qui c'est que tu causes ? Je n'ai cure ..... ton cabot. Mais je suis bien déterminé ..... (Isidore l'interrompt)

ISIDORE - ..... quoi ? ..... franchir les limites ..... la bienséance ? ..... me poursuivre jusqu'à mes derniers retranchements ?

ARNOLPHE - Je suis bien décidé ..... défendre ma position.

38-ISIDORE - +Hasarderai-je ..... vous demander ..... être plus aimable ?

39-ARNOLPHE - Me hasarderai-je ..... refuser ?

40-ISIDORE - Je m'attends ..... ce que vous soyez décidé ..... des actions subversives.

ARNOLPHE - +Je serais capable ..... subversion ? Le grand mot ! Nul doute que vous avez mis votre bonnet ..... travers !

ISIDORE - Je me doute bien ..... ce que vous marmonnez.

ARNOLPHE - +Je dis que je parle ..... mon bonnet.

Isidore - Difficile ..... croire. Je doute ..... votre sincérité.

ARNOLPHE - Notre différend n'est pas différent ..... celui ..... la semaine dernière.

45-ISIDORE - +Il n'y a pas ..... doute, vous allez reparler ..... cette vieille histoire. Elle n'est plus ..... saison.

ARNOLPHE - + Pourquoi m'empresserais-je ..... vous faire plaisir ?

ISIDORE -+J'enrage ..... vous entendre et je vous engage ..... mesurer vos paroles.

ARNOLPHE - +Ne pourrions-nous pas tâcher ..... nous engager désormais ..... ce que nous vivions en bonne intelligence ? 

ISIDORE - +Assurément. Je pourrais m'évanouir ..... faiblesse ou exploser ..... colère en moins ..... rien. Votre attitude ne laisse pas ..... m'accabler.

ISIDORE - +Brisons là. Sinon nous n'échapperons pas ..... la bagarre.

50-ARNOLPHE - Je vous sommerai ..... ne plus venir me dire ce que j'ai ..... faire.

ISIDORE - ..... quoi sert ..... discourir ?

ARNOLPHE - ..... s'échauffer la bile !

ISIDORE - Vous êtes-vous échappé ..... un asile ..... aliénés pour toujours me casser du sucre sur le dos ?

ARNOLPHE - Je ne m'embarrasse ..... rien, croyez-le.

55-ISIDORE - Vous êtes effrayant ..... voir et ennuyeux ..... entendre.

ARNOLPHE - +Je ne m'efforce pas ..... vous plaire, sachez-le.

ISIDORE - C'est difficile ..... imaginer ..... quel point vous êtes hypocrite.

ARNOLPHE - C'est un point ..... vue qui laisse ..... désirer et nous avons atteint un point ..... non-retour.

ISIDORE - Vous ne vous embarrassez pas ..... faire des jeux ..... mots.

60-ARNOLPHE - Certes, vous ne vous embarrassez ..... personne, fût-ce ..... moi.

ISIDORE - +Dussé-je vous empêcher ..... parler, je n'arriverais pas ..... vous clouer le bec.

ARNOLPHE – Ravi ..... entendre que je suis un oiseau. Je vous apprendrai ..... gazouiller.

ISIDORE - Vous m'encouragez ..... tenir des propos qui siéent mal ..... votre oreille.

ARNOLPHE - +Saperlipopette ! Vous maniez ..... merveille le verbe seoir, je suis marri ..... vous avoir affligé ..... la sorte.

65-ISIDORE - Je ne puis m'empêcher ..... revenir ..... meilleurs sentiments.

ARNOLPHE - Je veux vous encourager ..... le faire.

ISIDORE - Je vous enseignerai ..... faire ..... même.

ARNOLPHE - Vous moquez-vous ? Je n'ai ..... leçons ..... recevoir ..... personne, surtout pas ..... vous.  Estimez-vous heureux que je consente ..... vous répondre.

ISIDORE - +Il ne tient qu'à vous ..... nous entendre ..... demi-mot et ..... nous accorder ..... discuter calmement.

70-ARNOLPHE - Vous êtes entouré ..... malotrus, comment pouvez-vous espérer être ..... bonne compagnie ?

ISIDORE - J'espérais ..... vous du respect et je ne puis éviter ..... entendre vos sarcasmes. 

ARNOLPHE - +Sarcastique ? Moi ? Excusez ..... (le) peu. J'évite ..... enfoncer le clou et j'essaie ..... bien prendre la chose.

ISIDORE - Je ne m'assujettirai jamais ..... vos caprices. Il s'en est fallu ..... rien que je ne hausse le ton et que je ne me fâche contre vous. 

ARNOLPHE - Il va falloir que vous cessiez ..... feindre que vous voulez devenir aimable.

75-ISIDORE - +Facile ..... faire quand on est facile ..... vivre.

ARNOLPHE - Facile ..... dire, plus que facile ..... faire.

ISIDORE - Ne vous fatiguez pas ..... me contredire, sinon ... me contrarier. C'est un jeu ..... enfant que ..... vouloir faire le généreux.

ARNOLPHE - +Vous êtes tenu ..... me ménager.

ISIDORE - Je tiens ..... l'estime ..... moi-même..

ARNOLPHE - Comme je suis fatigué ..... vous écouter !

ISIDORE -+Vous feignez seulement ..... l'être.

80-ARNOLPHE - Je feins hardiment ..... avoir reçu... vous l'ordre qu'il me faut suivre.

ISIDORE - ..... savoir ?

ARNOLPHE - Êtes-vous sûr ..... pouvoir vous fier ..... votre mémoire ? Êtes-vous fier ..... vous?

ISIDORE - Je me félicite ..... ne pas dire des âneries, moi !

ARNOLPHE - Et moi je ne vous félicite pas ..... croire ..... ce que vous dites.

85-ISIDORE - +Avez-vous donc fini ..... m'agonir ..... balivernes ?

ARNOLPHE - +Je vois, vous êtes furieux ..... entendre mes remontrances et vous vous hâtez ..... m'en remontrer. .

 ISIDORE - + Il me tarde ..... en finir. Je ne suis pas forcé ..... vous écouter.

ARNOLPHE - Je ne vous forcerai pas ..... rester chez moi. Je vous défie ..... partir.

ISIDORE -  Où irais-je ? Où courir ? Où ne pas courir ? Qui donc me contraindra ..... choisir mon destin ?

ARNOLPHE - +L'esprit humain se forme non ..... choisir, mais ..... accepter ; non ..... décider, mais ..... réfléchir.

 

Correction

 

1-ISIDORE - Je n'éprouve aucun besoin de vous voir. Je n'aurai plus jamais recours à vous.

ARNOLPHE - J'ai barbouillé d'encre votre veston, croyez à mes plus plates excuses et sachez que je n'aurai pas la bonté de vous dédommager.

ISIDORE - Vous êtes abominable d'ennui, vous me semblez un homme des neiges bourré de complexes et incapable de rien faire de bon.

ARNOLPHE - Êtes-vous certain de parler d'un humain ? De mémoire d'homme, nul n'a vu le yéti.

5-ISIDORE - Je suis certain d'une chose, vous ne cessez de mentir à tous propos.

ARNOLPHE - Pensez-vous que cela puisse changer quelque chose de changer de discours à chaque instant ?

ISIDORE - Je suis chargé de mission, et vous me commandez de faire le travail de quelqu'un d'autre, c'est un peu fort de café !

ARNOLPHE - Vous cherchez à me déstabiliser dans ce monde de fous.

ISIDORE - Quand vous choisissez de m'énerver ainsi, je commande à votre valet de m'apporter une tasse de thé. Gaston !

10-ARNOLPHE – + Vous vous ingéniez à m'exaspérer.  Comme de bien entendu. La la la la la la !

« Comme de bien entendu » est le titre d'une chanson populaire interprétée par Arletty et Michel Simon dans le film « Circonstances Atténuantes » 1939.

ISIDORE - +Pas une tasse à thé vide, butor !

une tasse à thé, destinée à recevoir du thé

ARNOLPHE - +Vous commencez à me courir sur l'haricot.

Courir sur l'haricot ou courir sur le haricot, argot, pour embêter.

ISIDORE - +Pauvre de vous ! Commencez de parler correctement et dites le haricot.

Commencer quelque chose

commencer à ou commencer de + infinitif

commencer par

Le haricot, disjonction, pas de d'élision, pas de liaison

Liaison et élision devant le h muet, disjonction devant le h aspiré.

Voir l'article L'élision, la laison, la disjonction, l'enchaînement

ARNOLPHE - Vous comptez me faire croire que vous ne connaissez rien à l'argot, l'haricot est de mise ici.

15-ISIDORE - +Je conclus de vos propos que nos relations sont mises à mal.

ARNOLPHE - Qu'est-ce à dire ? Vous me conseillez de me calmer ?

ISIDORE - +Oui, à compter de maintenant, je ne supporterai plus d'entendre vos sautes d'humeur.

Supporter quelqu'un ou quelque chose

Supporter de + infinitif s'emploie surtout dans des tournures négatives. (Ne pas) supporter de + infinitif.

ARNOLPHE - Je vous conseille d'être poli.

ISIDORE - Êtes-vous content de vous ?

20-ARNOLPHE - Je ne compte pas vous revoir de si tôt.

ISIDORE -Continuez à vous mentir. Sitôt que j'aurai passé le pas de la porte, vous craindrez de m'avoir perdu à jamais.

Continuer à ou continuer de (moins fréquent)

ARNOLPHE -C'est à voir. La peste soit de vos menaces.

ISIDORE - +Je n'ai rien à conseiller à personne mais vous feriez bien de voir votre poutre coincée au fond de votre oeil au lieu d'être aveuglé par ma paille.

cf. La Bible, Matthieu 7 3 « Qu'as-tu à regarder la paille qui est dans l'œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas !  »

ARNOLPHE - Ha ! Ha! Vous êtes content de vous de m'avoir mis de mauvaise humeur !

25-ISIDORE - +Je ne m'essaierai pas à/de vous braver, mon brave ! Je me souviens d'avoir eu maille à partir avec vous.

s'essayer à ou s'essayer de - mais essayer de

je me souviens d'avoir eu maille à partir...

ou sans de :

je me souviens avoir eu maille à partir...

Avoir maille à partir, avoir un différend avec quelqu'un ou des difficultés avec quelque chose : vieille expression, avoir une pièce de monnaie à partager, ce qui est toujours très difficile à faire !

Une maille était, sous les Capétiens, une pièce de peu de valeur.

Dans ce sens, le verbe partir signifie partager, diviser en parties.

ARNOLPHE - +Vous essayez seulement de me contraindre à/de vous donner raison.

contraindre à ou de

ISIDORE - Je ne suis pas de votre bande.

ARNOLPHE - +Continuez à me railler ! Continuez de vouloir me convaincre d'avoir dit des choses incongrues.

Continuer de ou continuer à + infinitif

ISIDORE - +Un jour, tête de lard, vous serez convaincu d'imposture et de trahison. Tout vient à point à qui sait attendre.

Être convaincu de quelque chose

Tout vient à point à qui sait attendre. Proverbe

ARNOLPHE - Je serais curieux de connaître la teneur de vos propos. Ne vous couvrez-vous pas de honte à vouloir ainsi me menacer ?

ISIDORE - Je ne crains ni vous ni personne, mais je craindrais de vous laisser en paix.

ARNOLPHE - Ah ! Vous vous décidez à abattre vos cartes.

30-ISIDORE - Oui, j'ai décidé de vous demander des comptes.

se décider à - décider de

ARNOLPHE - Me demander des comptes ? À moi ? Je suis bien déçu de vous voir si peu enclin à l'indulgence.

ISIDORE - Je vous défends bien de me critiquer et je demande à tous les témoins de cette affaire de prendre mon parti.

ARNOLPHE - Quels témoins ? La queue de votre chien ?

ISIDORE - Je défends à quiconque de parler de mon chien !

35-ARNOLPHE - +Je demande au jeune présomptueux que vous êtes de se dépêcher de la mettre en sourdine.

Au contraction de à le

De la mettre en sourdine, familier pour : de crier moins fort.

ISIDORE - Couché Arthur ! Je suis désolé de te dire qu'il ne dépend pas de moi que cet individu s'intéresse à toi.

ARNOLPHE - +À qui c'est que tu causes ? Je n'ai cure de ton cabot. Mais je suis bien déterminé...

À qui c'est que tu causes ? est incorrect. On dit « À qui parles -tu ? » « À qui est-ce que tu parles ? » « Avec qui causes-tu ? »

causer avec qn et non causer à qn

causer de qn ou de qc

N'avoir cure de, ne pas tenir compte de.

ISIDORE - À quoi ? À franchir les limites de la bienséance ? À me poursuivre jusqu'à mes derniers retranchements ?

ARNOLPHE - Je suis bien décidé à défendre ma position.

38-ISIDORE - +Hasarderai-je de vous demander d'être plus aimable ?

hasarder de (voir Littré) - se hasarder à

ARNOLPHE - Me hasarderai-je à refuser ?

40-ISIDORE - Je m'attends à ce que vous soyez décidé à des actions subversives.

ARNOLPHE - +Je serais capable de subversion ? Le grand mot ! Nul doute que vous avez mis votre bonnet de travers !

Mettre son bonnet de travers, être de mauvaise humeur.

ISIDORE - +Je me doute bien de ce que vous marmonnez.

 ARNOLPHE - +Je dis que je parle à mon bonnet.

Parler à son bonnet, se parler à soi-même.

ISIDORE - Difficile à croire. Je doute de votre sincérité.

 

45-ARNOLPHE - Notre différend n'est pas différent de celui de la semaine dernière.

ISIDORE - +Il n'y a pas de doute, vous allez reparler de cette vieille histoire. Elle n'est plus de saison.

N'être plus de saison, ne plus être de circonstance, être déplacé ou inopportun. 

ARNOLPHE - + Pourquoi m'empresserais-je à vous faire plaisir ?

s'empresser à = faire preuve de zèle

s'empresser de = se dépêcher de

ISIDORE - +J'enrage de vous entendre et je vous engage à mesurer vos paroles.

ARNOLPHE - +Ne pourrions-nous pas tâcher à/de nous engager désormais à ce que nous vivions en bonne intelligence ?

tâcher = venir à bout de, s'efforcer de

tâcher de ou tâcher à 

Je tâcherai qu'il soit content, est incorrect.. On ne dit pas non plus : Tâchez à ce qu'il soit content. Cf. Littré

S'engager à, ou plus rare, s'engager de + infinitif

s'engager à ce que + subjonctif  

ISIDORE - +Assurément. Je pourrais m'évanouir de faiblesse ou exploser de colère en moins de rien. Votre attitude ne laisse pas de m'accabler.

en moins de rien, très promptement, très vite.

ne laisse pas de (littéraire) ne cesse pas de, ne manque pas de

ou bien : Votre attitude ne laisse pas que de m'accabler.

ISIDORE - +Brisons là. Sinon nous n'échapperons pas à la bagarre.

Brisons là = arrêtons la conversation.

50-ARNOLPHE - Je vous sommerai de ne plus venir me dire ce que j'ai à faire.

ISIDORE - À quoi sert de discourir ?

ARNOLPHE - À s'échauffer la bile !

ISIDORE - Vous êtes-vous échappé d'un asile d'aliénés pour toujours me casser du sucre sur le dos ?

ARNOLPHE - Je ne m'embarrasse de rien, croyez-le.

55-ISIDORE - Vous êtes effrayant à voir et ennuyeux à entendre.

ARNOLPHE - +Je ne m'efforce pas de vous plaire, sachez-le.

S'efforcer à ou s'efforcer de

ISIDORE - C'est effrayant d'imaginer à quel point vous êtes hypocrite.

ARNOLPHE - C'est un point de vue qui laisse à désirer et nous avons atteint un point de non-retour.

ISIDORE - Vous ne vous embarrassez pas de faire des jeux de mots.

60-ARNOLPHE - Certes, vous ne vous embarrassez de personne, fût-ce de moi.

ISIDORE - +Dussé-je vous empêcher de parler, je n'arriverais pas à vous clouer le bec.

>> voir l'article je dusse, dussé-je, dussè-je

ARNOLPHE - Ravi d'entendre que je suis un oiseau. Je vous apprendrai à gazouiller.

ISIDORE - Vous m'encouragez à tenir des propos qui siéent mal à votre oreille.

ARNOLPHE - +Saperlipopette ! Vous maniez à merveille le verbe seoir, je suis marri de vous avoir affligé de la sorte.

Marri, fâché, repentant.

Manier, au sens figuré,se dit de la manière d'user des instruments de la pensée. Cet écrivain manie bien la langue, la plume. Homme qui manie bien la parole. (cf. Littré)

seoir, verbe défectif

>>Pour en savoir + lire l'article sur les verbes défectifs

65-ISIDORE - Je ne puis m'empêcher de revenir à de meilleurs sentiments.

ARNOLPHE - Je veux vous encourager à le faire.

ISIDORE - Je vous enseignerai à faire de même.

ARNOLPHE - +Vous moquez-vous ? Je n'ai de leçons à recevoir de personne, surtout pas de vous. Estimez-vous heureux que je consente à vous répondre.

consentir à ou consentir de (littéraire)

ISIDORE - +Il ne tient qu'à vous de nous entendre à demi-mot et de nous accorder à discuter calmement.

S'accorder à, ou plus rare, s'accorder de

70-ARNOLPHE - Vous êtes entouré de malotrus, comment pouvez-vous espérer être de bonne compagnie ?

ISIDORE - J'espérais de vous du respect et  je ne puis éviter d'entendre vos sarcasmes.

ARNOLPHE - + Sarcastique ? Moi ? Excusez du peu. J'évite d'enfoncer le clou et j'essaie de bien prendre la chose.

excusez du peu, du contraction de de le

ISIDORE - Je ne m'assujettirai jamais à vos caprices. Il s'en est fallu de rien que je ne hausse le ton et que je ne me fâche contre vous.

ARNOLPHE - Il va falloir que vous cessiez de feindre que vous voulez devenir aimable.

75-ISIDORE - +Facile à faire quand on est facile à vivre.

Un homme facile à vivre, un homme dont l'humeur est égale et accommodante.

ARNOLPHE - Facile à dire, plus que facile à faire.

ISIDORE - Ne vous fatiguez pas à me contredire, sinon à me contrarier. C'est un jeu d'enfant que de vouloir faire le généreux.

ARNOLPHE - +Vous êtes tenu de me ménager.

être tenu de - tenir à

ISIDORE - Je tiens à l'estime de moi-même.

ARNOLPHE - Comme je suis fatigué de vous écouter !

ISIDORE - +Vous feignez seulement de l'être.

feindre de + infinitif, faire semblant.

80-ARNOLPHE - +Je feins hardiment d'avoir reçu de vous l'ordre qu'il me faut suivre.

« Je feins hardiment d'avoir reçu de vous l'ordre... » cf. Corneille !

ISIDORE - À savoir ?

ARNOLPHE - Êtes-vous sûr de pouvoir vous fier à votre mémoire ? Êtes-vous fier de vous?

ISIDORE - Je me félicite de ne pas dire des âneries, moi !

ARNOLPHE - Et moi je ne vous félicite pas de croire à ce que vous dites.

85-ISIDORE - +Avez-vous donc fini de m'agonir de balivernes ?

Ne pas confondre agonir et agoniser

agonir d'injures, agoniser avant de mourir

>>Voir l'article sur les paronymes.

ARNOLPHE - + Je vois, vous êtes furieux d'entendre mes remontrances et vous vous hâtez de m'en remontrer.

se hâter de

en remontrer à quelqu'un = se croire supérieur à lui, faire la leçon, montrer le tort qu'il a

 ISIDORE - +Il me tarde d'en finir. Je ne suis pas forcé de vous écouter. 

tournure impersonnelle : il me tarde de

mais tarder à / tarder de (plus littéraire)

ARNOLPHE - Je ne vous forcerai pas à rester chez moi. Je vous défie de partir.

ISIDORE - +Où irais-je ? Où courir ? Où ne pas courir ? Qui donc me contraindra à choisir mon destin ?

« Où courir ? Où ne pas courir ? » Dans l'Avare de Molière

ARNOLPHE - +L'esprit humain se forme non à choisir, mais à accepter ; non à décider, mais à réfléchir.

Utilisation détournée de la citation : « L'esprit humain se forme non à choisir, mais à accepter ; non à décider si une oeuvre est belle, mais à réfléchir sur l'oeuvre belle. » Alain, pseudonyme de Emile Chartier, philosophe.

.................................................................................

"Les Célibataires" Roman. En hommage à Henri de Montherlant.

"Une journée particulière". En souvenir du très beau film d'Ettore Scola.

................................................................................. 

>> Retour au début de l'article

>> Récapitulation des petites histoires à trous

>> Récapitulation de tous les exercices à trous

>> Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... " 

 

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS (Titres des articles)

ACCUEIL

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog