Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 06:13

 

♦ Sans que (cause, conséquence : la cause ou la conséquence ne se réalise pas, ne s'est pas réalisée, ou ne se réalisera pas)

subjonctif

Voir le §47 dans :  Emplois du subjonctif 

 

Tu couleras lentement sans que personne veuille se porter à ton secours.

Je partis à la campagne sans que personne y vît un inconvénient.

Je t'ai demandé de planter un clou sans que tu utilises de marteau.

Je le ferai sans que jamais tu m'y autorises.

Tu es capable de tout sans que je te permette rien.

 

♦ Sans que (concession négative) 

Il est à l'article de la mort sans que cela se voie. (bien que cela ne se voie pas)

 

 

Sans que marque l'absence de cause, de conséquence ou de concession.

Absence de cause :

Tu es tombée dans les orties sans que j'y sois pour rien.

Absence de conséquence :

Tu as avalé trois tablettes de chococat sans que ton estomac en soit embarrassé.

Absence de concession :

Elle criait qu'elle était en train de se noyer sans qu'on pût comprendre ce qu'elle voulait.

 

 

♦ Le ne explétif n'est pas nécessaire dans la subordonnée puisque "sans que" a déjà une valeur négative, même avec un adverbe de négation (ne jamais, ne rien, etc). On le trouve parfois.

L'Académie condamne l'emploi du Ne explétif après sans que.

 

On emploie souvent le ne explétif lorsque le verbe de la proposition principale est lui-même négatif.

 

Je ne passe aucun jour paisible sans que tu ne viennes me rendre visite.

 

Pour en savoir  + lire le § H de l'article :

NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je (ne) § H 

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

ACCUEIL

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article

commentaires

Anne 08/10/2014 15:01

Merci beaucoup pour ce site très utile. Moi aussi je dis comme Francine "Ouf j'avais vu juste" mais on entends et lit tellement d'absurdités qu'on en vient à douter.

mamiehiou 08/10/2014 18:39

Le doute est le meilleur moyen de s'améliorer. Il engendre la curiosité et grâce à elle nous faisons de belles découvertes.

francine 15/10/2013 16:13

Merci mamiehiou, vous avez su répondre avec une précision incomparable à mes tracasseries de relecture d'écrits. Plus je me relis, plus je me pose de questions sur la justesse de mon usage de la grammaire. "Ouf, j'avais juste", mais désormais, je sais pourquoi !

mamiehiou 15/10/2013 17:50

Je suis ravie, Francine, que cet article ait pu calmer vos inquiétudes grammaticales. Merci pour votre commentaire.

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog